BRIBES EN LIGNE
j’ai travaillé equitable un besoin sonnerait temps de bitume en fusion sur le grand combat :       en ainsi va le travail de qui douze (se fait terre se tant pis pour eux. in the country le 26 août 1887, depuis tout en vérifiant le franchissement des le passé n’est quelques autres il ne s’agit pas de       la dans les horizons de boue, de onzième poussées par les vagues     oued coulant cher bernard fragilité humaine.       sous lorsque martine orsoni   dits de la liberté s’imprime à  ce mois ci : sub le numéro exceptionnel de le 15 mai, à       alla       voyage iloec endreit remeint li os         or       longte bal kanique c’est       la rita est trois fois humble. ce qui fascine chez et ces corps nomades bouches madame dans l’ombre des macles et roulis photo 1 couleur qui ne masque pas langues de plomba la petites proses sur terre       au     un mois sans       sur station 4 : judas  le galop du poème me un titre : il infuse sa tendresse du mondesi peu de le poiseau de parisi mon       arauca pour angelo  improbable visage pendu et c’était dans   ces notes carcassonne, le 06 approche d’une de tantes herbes el pre descendre à pigalle, se sainte marie, macles et roulis photo 4 en 1958 ben ouvre à une il faut dire les ecrire les couleurs du monde eurydice toujours nue à j’ai parlé en introduction à pour anne slacik ecrire est « amis rollant, de jamais si entêtanteeurydice dernier vers aoi du bibelot au babilencore une       fleure le lourd travail des meules laure et pétrarque comme dont les secrets… à quoi       la       la dans le pays dont je vous il semble possible pour pierre theunissen la un trait gris sur la       j̵ a propos d’une macao grise       pass&e bien sûr, il y eut       une sables mes parolesvous antoine simon 27       la (ô fleur de courge...   j’ai souvent de sorte que bientôt au programme des actions dorothée vint au monde pour martine macles et roulis photo 6 l’une des dernières la prédication faite attention beau       vaches genre des motsmauvais genre       embarq traquer le travail de miguel, de 1968 pour michèle gazier 1 cet article est paru dans le nous savons tous, ici, que vue à la villa tamaris   pour adèle et    il       et 5) triptyque marocain       je       sabots macles et roulis photo 7 temps où le sang se dernier vers aoi bernard dejonghe... depuis à sylvie       un antoine simon 16       jardin quelques textes peinture de rimes. le texte l’illusion d’une josué avait un rythme       pav&ea démodocos... Ça a bien un       les janvier 2002 .traverse je ne sais pas si en cet anniversaire, ce qui je suis 7) porte-fenêtre il s’appelait le bulletin de "bribes 1.- les rêves de dans l’innocence des attendre. mot terrible.       dans À l’occasion de  pour de pur ceste espee ai dulor e     longtemps sur       &agrav f tous les feux se sont toute une faune timide veille       il nécrologie j’oublie souvent et rossignolet tu la effleurer le ciel du bout des       le   né le 7   adagio   je  au mois de mars, 1166  le livre, avec si tu es étudiant en antoine simon 6 une image surgit et derrière       rampan et je vois dans vos mouans sartoux. traverse de deuxième suite pour michèle aueret un nouvel espace est ouvert "pour tes a ma mère, femme parmi       la  dans le livre, le antoine simon 24 mon cher pétrarque, raphaËl       &agrav Ç’avait été la       le       voyage       m̵ la bouche pleine de bulles f dans le sourd chatoiement alocco en patchworck © À max charvolen et       pav&ea samuelchapitre 16, versets 1       au edmond, sa grande a christiane maintenant il connaît le tous ces charlatans qui       quand onze sous les cercles pure forme, belle muette, temps où les coeurs ce pays que je dis est quant carles oït la merci à marc alpozzo chercher une sorte de       vu       pass&e 0 false 21 18 merle noir  pour de pareïs li seit la la terre nous j’ai changé le le travail de bernard cinquième citationne franchement, pensait le chef, ici, les choses les plus "tu sais ce que c’est « 8° de les dessins de martine orsoni la gaucherie à vivre, quand sur vos visages les antoine simon 23 ouverture de l’espace       &   ciel !!!! dernier vers aoi “le pinceau glisse sur il avait accepté des quatre archanges que il arriva que à la bonne antoine simon 29 j’ai relu daniel biga, arbre épanoui au ciel ...et poème pour la rencontre d’une       fourr& comme une suite de tout à fleur d’eaula danse nos voix       au (ma gorge est une "ah ! mon doux pays, écoute, josué, cet article est paru guetter cette chose douce est la terre aux yeux       la     son trois tentatives desesperees c’est la chair pourtant       m̵ de soie les draps, de soie ce qui importe pour madame, vous débusquez les éditions de la passe du le 26 août 1887, depuis huit c’est encore à À la loupe, il observa je désire un un jour nous avons la liberté de l’être et si tu dois apprendre à li emperere s’est       dans c’est pour moi le premier la vie humble chez les ils avaient si longtemps, si passet li jurz, si turnet a elle réalise des granz fut li colps, li dux en il en est des noms comme du l’instant criblé toulon, samedi 9  les œuvres de macles et roulis photo je découvre avant toi       reine frères et "l’art est-il       deux temps de cendre de deuil de  dernières mises gardien de phare à vie, au antoine simon 19 abu zayd me déplait. pas       ce  dans toutes les rues le lent tricotage du paysage j’ai ajouté carissimo ulisse,torna a histoire de signes . intendo... intendo !  référencem introibo ad altare premier vers aoi dernier etudiant à c’était une   six formes de la n’ayant pas mille fardeaux, mille     au couchant f toutes mes ce il était question non (dans mon ventre pousse une       maquis       va dernier vers aoi première   je n’ai jamais pour lee   pour théa et ses neuf j’implore en vain pour nicolas lavarenne ma 13) polynésie  je signerai mon je n’hésiterai la littérature de pour andré tromper le néant sept (forces cachées qui ce texte se présente     les fleurs du je ne saurais dire avec assez       le poème pour on trouvera la captation       allong marcel alocco a et la peur, présente béatrice machet vient de a claude b.   comme       la (josué avait lentement dans la caverne primordiale   la production attelage ii est une œuvre       la issent de mer, venent as       marche     depuis       enfant   maille 1 :que     vers le soir autre petite voix   est-ce que   iv    vers dentelle : il avait dernier vers aoi et…  dits de dieu faisait silence, mais     ton dernier vers aoi    “ce travail qui       voyage 10 vers la laisse ccxxxii g. duchêne, écriture le f le feu s’est non... non... je vous assure,       les rm : nous sommes en j’ai en réserve       assis dans le monde de cette essai de nécrologie, des conserves ! s’ouvre la le nécessaire non derniers       je me depuis ce jour, le site avez-vous vu  il y a le dernier vers aoi faisant dialoguer au rayon des surgelés ecrire sur quand les mots je m’étonne toujours de la ...et la mémoire rêve pour helmut  les éditions de saluer d’abord les plus certains soirs, quand je dernier vers aoi les lettres ou les chiffres deuxième approche de dernier vers aoi pour mon épouse nicole il n’était qu’un quelque temps plus tard, de ] heureux l’homme et que dire de la grâce   la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Approches littéraires > Anne-Valérie Gasc

RAPHAEL MONTICELLI

<- Odyssées furtives, 10 | Odyssées furtives, 12 ->
Odyssées furtives, 11
Artiste(s) : Gasc (site)


ONZE


Sous les cercles enchevêtré
Ils sont venus de toutes parts
Les anciens compagnons d’armes
Il y avait à conquérir
Tant de terres endeuillées
Ils sont venus tenant aux dents
La chair défaite des envies


(fais toi terre le temps dure la trace [ ]
sang s’écoule et poisse s’[ ] sourd [ ]
garde serrée ta prise de dents
ailes mes yeux ouverts ma vie armes [ ] 
flèches regards lances le sang s’y glisse
je tue ce qui me tue ma tête tape
charogne abattue meurs charognarde air troué de part en part de moi
femmes en guerre dans l’ardeur des luttes tu sens la chaleur fondre et fuir
les ailes lèvent l’ombre creusée
glisse et fuit pisse fond poisse pousse giffle entre nuit et clarté
le sang les corps s’y traînent rôde charognarde
et gicle le sang sous la pompe hésitante
la fin le temps tarde je crie
mon souffle tord antique voix [ ] la fin bruissante)


Il faut dire à Madame les grâces rituelles et leur complexité têtue c’est ce que Madame attend elle a su s’enfouir dans la bouche du temps pour devenir mère de ses mères et fille de ses plus lointains descendants


 


Le travail d’une artiste s’est enfanté en vous en vous il fait se lever des nuées nouvelles, des couples inattendus, toute une irisation des possibles que seule Anne Valérie Gasc vous a jusqu’à ce jour ouverte ; vous voyez qu’elle a touché, ici ou là, des zones déjà occupée, l’arpentage de l’espace, le vécu de la ville, le désespoir et l’ennui, la basse continue de la féminité, la fuite, la précarité, la dynamique trouble des frontières10 ; vous voyez aussi qu’elle le fait avec une ardeur désespérée à laquelle vous n’aviez pas encore goûté ; ou, plutôt, en brûlant du désespoir.


 


10 « Stratégie n° 4 », La sape, photographie des couleurs de démarcation/frontière du quartier juif de Budapest, 2004

Publication en ligne : 27 mars 2015
Première publication : 1er janvier 2005 / Monographies

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette