BRIBES EN LIGNE
le geste de l’ancienne, dernier vers aoi   pour ma les grands pourquoi yves klein a-t-il depuis ce jour, le site mon cher pétrarque,       jonath voici des œuvres qui, le normal 0 21 false fal clquez sur passet li jurz, si turnet a  il y a le       au       embarq c’est seulement au preambule – ut pictura rêves de josué, neuf j’implore en vain je sais, un monde se l’appel tonitruant du violette cachéeton la cité de la musique ne pas négocier ne mieux valait découper les plus vieilles coupé en deux quand les amants se et voici maintenant quelques   voici donc la   ces notes       je carissimo ulisse,torna a les parents, l’ultime la mastication des "le renard connaît pour michèle gazier 1) tout mon petit univers en     m2 &nbs madame porte à       glouss       j̵ du bibelot au babilencore une poème pour       aux tendresse du mondesi peu de (ô fleur de courge...       &ccedi les petites fleurs des   se quel ennui, mortel pour je reviens sur des       &agrav dernier vers aoi faisant dialoguer       voyage j’entends sonner les la liberté de l’être si, il y a longtemps, les dernier vers aoi un trait gris sur la souvent je ne sais rien de juste un       allong m1       je m’étonne toujours de la la vie est dans la vie. se     un mois sans       reine       &agrav vedo la luna vedo le ce qui aide à pénétrer le granz est li calz, si se “dans le dessin dernier vers aoi un besoin de couper comme de o tendresses ô mes      & lancinant ô lancinant       un portrait. 1255 :       force   pour théa et ses le 15 mai, à  “s’ouvre il est le jongleur de lui le franchissement des lentement, josué et  riche de mes       neige       deux       les       apr&eg la question du récit antoine simon 2 Être tout entier la flamme  epître aux       enfant de soie les draps, de soie le plus insupportable chez je t’enlace gargouille quelque temps plus tard, de toulon, samedi 9       pav&ea de l’autre vi.- les amicales aventures que d’heures    7 artistes et 1     oued coulant au matin du aux george(s) (s est la       avant générations 13) polynésie marcel alocco a  dernières mises dernier vers aoi antoine simon 12 pour nicolas lavarenne ma       apparu       le 1. il se trouve que je suis le travail de bernard un titre : il infuse sa station 4 : judas  il pleut. j’ai vu la de profondes glaouis       je dernier vers aoi les plus terribles jusqu’à il y a « amis rollant, de abu zayd me déplait. pas la liberté s’imprime à c’est le grand toutefois je m’estimais l’homme est       dans ce poème est tiré du     double poussées par les vagues dans l’innocence des il s’appelait  les trois ensembles deux nouveauté, n’ayant pas certains soirs, quand je le coquillage contre       longte la prédication faite il tente de déchiffrer, a ma mère, femme parmi  dernier salut au   pour olivier  pour de pour       pass&e pour daniel farioli poussant station 1 : judas cette machine entre mes antoine simon 11       parfoi si grant dol ai que ne les dernières dimanche 18 avril 2010 nous       dans si j’étais un tout en travaillant sur les de prime abord, il madame est la reine des sauvage et fuyant comme samuelchapitre 16, versets 1 " je suis un écorché vif. ] heureux l’homme le vieux qui   je n’ai jamais autre essai d’un Ç’avait été la je ne sais pas si dernier vers aoi pas facile d’ajuster le       object tes chaussures au bas de   un vendredi "je me tais. pour taire. il ne reste plus que le et si tu dois apprendre à au seuil de l’atelier ….omme virginia par la quand les eaux et les terres       une j’ai ajouté       un fragilité humaine. madame déchirée (en regardant un dessin de     du faucon (dans mon ventre pousse une alocco en patchworck © ma mémoire ne peut me karles se dort cum hume titrer "claude viallat,       assis       descen la rencontre d’une       bonhe 5) triptyque marocain c’était une    il a claude b.   comme a propos de quatre oeuvres de "la musique, c’est le       bien la tentation du survol, à   marcel f le feu m’a franchement, pensait le chef, ce n’est pas aux choses c’est la peur qui fait     à       la       "       bonheu equitable un besoin sonnerait nouvelles mises en   saint paul trois de tantes herbes el pre diaphane est le mot (ou toute trace fait sens. que quando me ne so itu pe tout en vérifiant edmond, sa grande       voyage dire que le livre est une le "patriote", le coeur du f les marques de la mort sur le 28 novembre, mise en ligne merle noir  pour leonardo rosa dans les hautes herbes       "       soleil et que vous dire des j’arrivais dans les les étourneaux !       é   pour le prochain dont les secrets… à quoi ma voix n’est plus que rimbaud a donc  ce qui importe pour a propos d’une le proche et le lointain pour qui veut se faire une histoire de signes . six de l’espace urbain, pour andré villers 1) et ces vertige. une distance les oiseaux s’ouvrent pour maxime godard 1 haute iloec endreit remeint li os       marche je n’hésiterai dernier vers aoi antoine simon 10 pour frédéric ne faut-il pas vivre comme ils avaient si longtemps, si       baie les dessins de martine orsoni le lent déferlement     " polenta       sur j’ai en réserve quelques textes antoine simon 17 les routes de ce pays sont dans les écroulements a supposer quece monde tienne onzième juste un mot pour annoncer       p&eacu guetter cette chose il en est des noms comme du  je signerai mon dans les carnets raphaël  ce mois ci : sub carissimo ulisse,torna a préparation des béatrice machet vient de macles et roulis photo 6 derniers vers sun destre pour yves et pierre poher et antoine simon 32 et ma foi, tandis que dans la grande là, c’est le sable et  le livre, avec li quens oger cuardise le géographe sait tout ses mains aussi étaient dans le pays dont je vous reprise du site avec la l’art c’est la ce va et vient entre       vu pour robert tant pis pour eux. des voix percent, racontent       coude rêve, cauchemar, dans un coin de nice, la brume. nuages deuxième suite a la femme au carles respunt :       pourqu toi, mésange à cet article est paru c’est pour moi le premier  c’était  les éditions de bernard dejonghe... depuis ce qui fait tableau : ce tendresses ô mes envols       &agrav tout est prêt en moi pour     dans la ruela et encore  dits madame dans l’ombre des dans le train premier a toi le don des cris qui temps où les coeurs       mouett station 3 encore il parle 0 false 21 18 je désire un       pass&e il n’est pire enfer que janvier 2002 .traverse  hors du corps pas       jardin fontelucco, 6 juillet 2000 a l’aube des apaches, le corps encaisse comme il al matin, quant primes pert dernier vers aoi       grappe       pour jean-louis cantin 1.-       ma  “comment ce pays que je dis est quand sur vos visages les dernier vers aoi décembre 2001.       l̵       et c’est extrêmement         or le samedi 26 mars, à 15 la réserve des bribes apaches :       apr&eg quant carles oït la la fonction,       reine cher bernard af : j’entends       le       sur       il et…  dits de able comme capable de donner       en un immense est le théâtre et c’est un peu comme si, onze sous les cercles jamais si entêtanteeurydice siglent a fort e nagent e       fourr&   j’ai souvent dernier vers aoi 1) notre-dame au mur violet prenez vos casseroles et mise en ligne d’un tout à fleur d’eaula danse d’ eurydice ou bien de il aurait voulu être la parol

Accueil > Carnets intermittents


La deuxième édition du festival C’Mouvoir s’est déroulée début juillet à Champs sur Tarentaine, dans le Cantal.


Il était organisé par la Communauté de communes et l’assocation L’Oasis d’à côté, présidée par Thomas Fraisse. Marc Delouze y assume une fonction de conseiller artistique.


Trois autres poètes et un musicien étaient invités pour cette deuxième édition : Marie Christine Massé, Antoine Mouton, Dominique Cagnard et le percussionniste Nicolas Lelièvre.


Voici l’adresse de deux de mes lectures :


https://www.facebook.com/bribesenligne/posts/1626005304330837


https://www.facebook.com/bribesenligne/posts/1625483687716332


 


 

Publication en ligne : 28 juin 2016

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette