BRIBES EN LIGNE
et nous n’avons rien   adagio   je seins isabelle boizard 2005    nous leonardo rosa (elle entretenait       dans    il le lent tricotage du paysage       et       apr&eg ici. les oiseaux y ont fait la liberté de l’être li emperere s’est       enfant voici des œuvres qui, le marie-hélène paroles de chamantu dernier vers s’il antoine simon 3 poème pour ce jour-là il lui pour qui veut se faire une       la temps où les coeurs       dans il pleut. j’ai vu la       fleur suite de religion de josué il pour robert viallat © le château de “dans le dessin  les éditions de tandis que dans la grande aux george(s) (s est la il arriva que pour jean gautheronle cosmos dans le monde de cette d’abord l’échange des Être tout entier la flamme exacerbé d’air beaucoup de merveilles dernier vers aoi la force du corps,       dans i mes doigts se sont ouverts les durand : une une il faut dire les rita est trois fois humble.       sur le « amis rollant, de       à clers est li jurz et li (À l’église       aux vue à la villa tamaris si elle est belle ? je antoine simon 17 alocco en patchworck © polenta       glouss j’ai perdu mon     sur la depuis le 20 juillet, bribes art jonction semble enfin c’est la chair pourtant sept (forces cachées qui       descen si tu es étudiant en   nous sommes sixième rare moment de bonheur, dans l’innocence des paysage de ta tombe  et  monde rassemblé       avant a propos d’une etudiant à est-ce parce que, petit, on antoine simon 28 tout en vérifiant   d’un coté,       entre ce dernier vers aoi tes chaussures au bas de antoine simon 30 toi, mésange à       le régine robin, toutes ces pages de nos dernier vers aoi de proche en proche tous la vie est dans la vie. se pour martine nous viendrons nous masser etait-ce le souvenir chaises, tables, verres, vous dites : "un un titre : il infuse sa vous n’avez à la bonne dernier vers aoi ( ce texte a f les marques de la mort sur l’instant criblé max charvolen, martin miguel en introduction à et…  dits de Ç’avait été la folie de josuétout est  ce mois ci : sub me premier vers aoi dernier les installations souvent, j’ai longtemps       apr&eg macles et roulis photo 7 clere est la noit e la       ruelle de sorte que bientôt       au dans le pain brisé son  la toile couvre les j’oublie souvent et il y a tant de saints sur       allong granz est li calz, si se       soleil       bonhe ils avaient si longtemps, si dernier vers doel i avrat, très saintes litanies raphaËl au labyrinthe des pleursils "mais qui lit encore le ouverture d’une jamais si entêtanteeurydice présentation du       tu le sais bien. luc ne bernard dejonghe... depuis       le halt sunt li pui e mult halt toulon, samedi 9 l’illusion d’une lorsqu’on connaît une       &n onzième deuxième apparition de       la       dans  de même que les  “ce travail qui et que vous dire des non... non... je vous assure, sainte marie,       baie madame déchirée les dieux s’effacent pour jean-marie simon et sa tout est prêt en moi pour pour ma clers fut li jurz e li elle ose à peine le lourd travail des meules       la pur ceste espee ai dulor e   un vendredi au lecteur voici le premier deux nouveauté, dernier vers aoi   et si au premier jour il cher bernard       l̵ quand sur vos visages les il faut aller voir pour frédéric exode, 16, 1-5 toute deuxième essai le "tu sais ce que c’est dernier vers aoi générations   pour olivier encore la couleur, mais cette a la fin il ne resta que (ô fleur de courge... le coquillage contre reprise du site avec la   voici donc la       vu « 8° de       je il avait accepté bien sûr, il y eut     m2 &nbs je me souviens de     quand genre des motsmauvais genre  “ne pas deuxième suite       sur merci à la toile de traquer le nécessaire non   le 10 décembre de pa(i)smeisuns en est venuz   jn 2,1-12 :       ...mai la prédication faite deux ajouts ces derniers   madame aux rumeurs rêve, cauchemar,       longte       soleil       au "ah ! mon doux pays, vertige. une distance       embarq     le dernier vers aoi temps de bitume en fusion sur sequence 6   le quatre si la mer s’est ainsi fut pétrarque dans difficile alliage de autre citation"voui lorsque martine orsoni grant est la plaigne e large station 1 : judas pour alain borer le 26 c’est un peu comme si, dernier vers aoi       sur       neige À l’occasion de le geste de l’ancienne, soudain un blanc fauche le l’existence n’est antoine simon 9 je dors d’un sommeil de antoine simon 24 aux barrières des octrois la terre nous ne faut-il pas vivre comme l’ami michel dans l’innocence des ce paysage que tu contemplais epuisement de la salle,       je me approche d’une pas de pluie pour venir     double montagnesde madame a des odeurs sauvages pour martin       va ainsi alfred…     hélas,       dans bribes en ligne a       s̵         &n jamais je n’aurais       jardin pour daniel farioli poussant  au travers de toi je neuf j’implore en vain       fourr& nouvelles mises en j’ai ajouté les textes mis en ligne sixième carles li reis en ad prise sa       &agrav       ton pure forme, belle muette, chaque jour est un appel, une   (à ecrire les couleurs du monde je sais, un monde se   ces notes cinq madame aux yeux antoine simon 6 la vie humble chez les il n’était qu’un antoine simon 22   ces sec erv vre ile (ma gorge est une       au des voix percent, racontent diaphane est le mais non, mais non, tu       il ses mains aussi étaient la brume. nuages       " nous avons affaire à de       deux       marche       nuage quand les eaux et les terres cette machine entre mes « h&eacu a la libération, les carissimo ulisse,torna a pour anne slacik ecrire est je suis bien dans toutes sortes de papiers, sur je rêve aux gorges c’est seulement au edmond, sa grande je ne peins pas avec quoi, le travail de bernard dernier vers aoi bientôt, aucune amarre a grant dulur tendrai puis intendo... intendo ! la route de la soie, à pied, de prime abord, il dans les hautes herbes de pareïs li seit la pour julius baltazar 1 le j’ai relu daniel biga, onze sous les cercles et je vois dans vos quand il voit s’ouvrir,       ce un jour, vous m’avez abstraction voir figuration       au       b&acir d’ eurydice ou bien de tu le saiset je le vois  dernières mises       sur       sur   l’oeuvre vit son de toutes les a ma mère, femme parmi       sur f le feu s’est les dernières vos estes proz e vostre abu zayd me déplait. pas troisième essai et quatrième essai de issent de mer, venent as       dans douze (se fait terre se ce 28 février 2002. f le feu est venu,ardeur des une autre approche de il est le jongleur de lui c’est vrai  zones gardées de le ciel est clair au travers la fonction,       en       la pie pour andré nos voix temps où le sang se attendre. mot terrible.       o       sous 1257 cleimet sa culpe, si tout est possible pour qui       la       le quand vous serez tout pour lee   anatomie du m et première  hier, 17 à au matin du       montag       et tu   est-ce que si, il y a longtemps, les c’est une sorte de franchement, pensait le chef,       allong je crie la rue mue douleur station 4 : judas  dieu faisait silence, mais il existe deux saints portant mouans sartoux. traverse de "nice, nouvel éloge de la   on n’est la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Approches littéraires > Carmen Boccù

RAPHAEL MONTICELLI

<- Je vois la digitale... | Je vois la digitale... ->
Je vois la digitale...
Artiste(s) : Boccù


Les dieux s’effacent lentement
ne restent
au bout de nos doigts
que les couleurs de leurs ombres
ambres liquéfiés
flottant entre bleu et bleu parmi l’écume
et dans l’écume confondus


Un parterre de boutons d’or ruisselle d’une nuée de sources
eaux drainées des fontes proches
par les filets de rhizomes
de minces poignards d’agate
glissent dans les futaies
parmi roches et éboulis
épanouis
griffant le ciel


 


Tu as fait des merveilles
ton nom est sanctifié

Publication en ligne : 16 décembre 2015

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette