aller au sommaire | poursuivre l'errance

RAPHAEL MONTICELLI

Carmen Boccù, Je vois la digitale...

Artiste(s) : Boccù

Moisissures mousses lichens
toutes les amours cachées
étalent leurs draps verts et gris
sur les bois et les pierres
les bitumes les bétons

À la plus pure source des sources
c’est la musique d’un envol lointain
oiseaux cristallins aux ailes d’eau
dont le regard pénètre si profond
que les volcans s’éveillent
que la terre
au cœur de soleil mourant s’en obscurcit
une traîne de suie pour tout suaire 

Tu as fait des merveilles
ton nom est sanctifié

Publication en ligne : 24 décembre 2015
/ Bibliophilie

Pour retrouver "Je vois la digitale..." dans " Les rossignols du crocheteur ", aller à : Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Approches littéraires > Carmen Boccù

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette