BRIBES EN LIGNE
sables mes parolesvous 1) la plupart de ces a supposer quece monde tienne et que vous dire des       o preambule – ut pictura station 5 : comment     l’é moisissures mousses lichens poussées par les vagues dernier vers aoi le soleil n’est pas       droite de pareïs li seit la dernier vers aoi       au une errance de       l̵ rien n’est plus ardu       pour andré     chambre maintenant il connaît le       la un besoin de couper comme de pour martine, coline et laure préparation des encore la couleur, mais cette vous êtes "mais qui lit encore le le ciel est clair au travers exacerbé d’air décembre 2001.       deux la lecture de sainte tout en vérifiant     sur la             l̵ « h&eacu f les feux m’ont tant pis pour eux. antoine simon 11       la 7) porte-fenêtre petit matin frais. je te on préparait les oiseaux s’ouvrent       dans j’ai parlé   pour théa et ses le tissu d’acier il faut aller voir  dernier salut au j’aime chez pierre antoine simon 27 inoubliables, les       sabots fin première   je n’ai jamais pour jacky coville guetteurs les parents, l’ultime       voyage et tout avait pour raphaël station 4 : judas  f les marques de la mort sur le temps passe dans la       la martin miguel art et    si tout au long   ces sec erv vre ile  “ne pas deux ce travail vous est la communication est le nécessaire non mi viene in mentemi et…  dits de deux nouveauté,       descen les étourneaux ! fragilité humaine. buttati ! guarda&nbs saluer d’abord les plus sur la toile de renoir, les mise en ligne d’un mon cher pétrarque,       reine si j’avais de son le pendu et encore  dits       entre mille fardeaux, mille jamais si entêtanteeurydice derniers l’erbe del camp, ki de tantes herbes el pre exode, 16, 1-5 toute six de l’espace urbain,       force       je me       &eacut "nice, nouvel éloge de la a propos d’une  epître aux       sur       marche le scribe ne retient f qu’il vienne, le feu de toutes les voici des œuvres qui, le  improbable visage pendu mesdames, messieurs, veuillez       sur   dits de ils s’étaient les enseignants :     dans la ruela le 26 août 1887, depuis carissimo ulisse,torna a dernier vers aoi       &agrav toutes ces pages de nos apaches :       dans en introduction à la chaude caresse de de prime abord, il     hélas, pour nicolas lavarenne ma madame, on ne la voit jamais entr’els nen at ne pui la fraîcheur et la il arriva que il ne sait rien qui ne va       ton       sur le max charvolen, martin miguel able comme capable de donner (la numérotation des allons fouiller ce triangle l’attente, le fruit madame dans l’ombre des antoine simon 33 ce poème est tiré du ço dist li reis : journée de macles et roulis photo 6 le lourd travail des meules on peut croire que martine siglent a fort e nagent e et il parlait ainsi dans la rêve, cauchemar, si grant dol ai que ne  l’écriture       le si elle est belle ? je tous ces charlatans qui pour angelo       les à propos “la je découvre avant toi pour jean-louis cantin 1.- douce est la terre aux yeux samuelchapitre 16, versets 1 hans freibach : le recueil de textes chairs à vif paumes       ce f dans le sourd chatoiement       il "et bien, voilà..." dit la prédication faite le samedi 26 mars, à 15       six       assis viallat © le château de avant dernier vers aoi quand vous serez tout       neige au programme des actions  dans le livre, le  jésus guetter cette chose …presque vingt ans plus   en grec, morías on dit qu’agathe je t’enlace gargouille quatrième essai de rimbaud a donc clquez sur bruno mendonça  hors du corps pas     cet arbre que trois (mon souffle au matin raphaËl en 1958 ben ouvre à la terre a souvent tremblé jusqu’à il y a napolì napolì       fourr& errer est notre lot, madame, "pour tes c’est pour moi le premier   maille 1 :que       é normal 0 21 false fal l’art c’est la le glacis de la mort dernier vers aoi quelques autres antoine simon 15 où l’on revient marché ou souk ou       sur madame déchirée et te voici humanité histoire de signes . ce   on n’est       ruelle j’ai longtemps       le sixième       un je n’ai pas dit que le dans ce périlleux en cet anniversaire, ce qui       st nice, le 8 octobre torna a sorrento ulisse torna le 19 novembre 2013, à la qu’est-ce qui est en un jour nous avons “le pinceau glisse sur (de)lecta lucta   attendre. mot terrible. ce texte se présente       grimpa le galop du poème me pour max charvolen 1) patrick joquel vient de dix l’espace ouvert au antoine simon 5 ici. les oiseaux y ont fait cette machine entre mes       la  les trois ensembles a ma mère, femme parmi pour gilbert soudain un blanc fauche le       retour     ton       vaches on trouvera la video quai des chargeurs de  marcel migozzi vient de pour ma         &n carissimo ulisse,torna a chercher une sorte de madame, c’est notre tout à fleur d’eaula danse coupé le sonà la réserve des bribes       quinze je désire un paysage de ta tombe  et À peine jetés dans le       le le ciel de ce pays est tout       embarq il souffle sur les collines epuisement de la salle, c’est une sorte de    tu sais       chaque deux ajouts ces derniers a l’aube des apaches, langues de plomba la heureuse ruine, pensait     &nbs de l’autre ainsi va le travail de qui couleur qui ne masque pas s’ouvre la il en est des noms comme du générations “dans le dessin dans le respect du cahier des o tendresses ô mes       " religion de josué il sors de mon territoire. fais pour maxime godard 1 haute (À l’église bernadette griot vient de lorsqu’on connaît une     extraire       entre carles li reis en ad prise sa ma voix n’est plus que il aurait voulu être   voici donc la je rêve aux gorges dernier vers aoi dernier vers aoi jamais je n’aurais  ce mois ci : sub       sur mouans sartoux. traverse de peinture de rimes. le texte       dans titrer "claude viallat,     pluie du cinquième essai tout dans les carnets    courant j’ai en réserve la liberté s’imprime à je serai toujours attentif à       l̵       et tu À perte de vue, la houle des antoine simon 19 la liberté de l’être antoine simon 2 le coquillage contre le geste de l’ancienne, dentelle : il avait la tentation du survol, à       les pour martin       parfoi       neige je n’hésiterai       la dans ma gorge ce monde est semé le lent tricotage du paysage     les fleurs du de profondes glaouis madame aux rumeurs la mort, l’ultime port,  tu vois im font chier la fraîcheur et la assise par accroc au bord de chaque automne les références : xavier les amants se       la       dans  le grand brassage des vue à la villa tamaris chaises, tables, verres, tout mon petit univers en bernard dejonghe... depuis       au pourquoi yves klein a-t-il       en un ma voix n’est plus que ( ce texte a ensevelie de silence,       je la rencontre d’une   ces notes on cheval antoine simon 28 quelque chose aux george(s) (s est la       la madame porte à temps de cendre de deuil de rare moment de bonheur, deuxième approche de pour robert premier essai c’est antoine simon 32       dans sculpter l’air : du bibelot au babilencore une je ne saurais dire avec assez iloec endreit remeint li os après la lecture de carles respunt :       au dire que le livre est une cet univers sans la vie humble chez les       p&eacu dernier vers que mort antoine simon 24  mise en ligne du texte     le cygne sur art jonction semble enfin la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Approches littéraires > Carmen Boccù

RAPHAEL MONTICELLI

<- Je vois la digitale... | Je vois la digitale... ->
Je vois la digitale...
Artiste(s) : Boccù

Tout à fleur d’eau
la danse dispersée des chevelures
parcourue de chants de femmes
lavandières nageuses noyées aux regards blancs
fillettes tenant des branches
jouant parmi les algues

Remuement de ciel dans un lac calme

Entre les ridules de l’eau
les tremblements de l’air
les hoquets du temps
les galets et les cailloux
brillent des feux du quartz et du rubis
c’est le chant des églantines
qui berce le sommeil des roses

Tu as fait des merveilles
ton nom est sanctifié

Publication en ligne : 24 décembre 2015
/ Bibliophilie

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette