BRIBES EN LIGNE
m1         (dans le pour mes enfants laure et dernier vers aoi edmond, sa grande alocco en patchworck © il y a dans ce pays des voies dernier vers aoi si j’avais de son temps de cendre de deuil de onze sous les cercles la vie est ce bruissement des quatre archanges que dans l’innocence des certains prétendent “dans le dessin station 7 : as-tu vu judas se   que signifie max charvolen, martin miguel nos voix le tissu d’acier dernier vers aoi       le paroles de chamantu c’est parfois un pays clers fut li jurz e li   pour le prochain printemps breton, printemps fin première       pour     hélas,   le 10 décembre reflets et echosla salle cette machine entre mes mon cher pétrarque, antoine simon 2 comme ce mur blanc la réserve des bribes du bibelot au babilencore une       dans d’un côté       les je suis occupé ces on cheval vos estes proz e vostre les amants se vous avez       p&eacu f dans le sourd chatoiement       montag il y a tant de saints sur première pas sur coussin d’air mais d’ eurydice ou bien de dans les rêves de la       voyage aux barrières des octrois       tourne  le livre, avec lentement, josué le ciel est clair au travers       longte intendo... intendo ! gardien de phare à vie, au dernier vers aoi       vu   entrons encore une citation“tu quand les eaux et les terres  avec « a la dans le pays dont je vous       la les petites fleurs des madame aux rumeurs une fois entré dans la la légende fleurie est pour egidio fiorin des mots       dans carissimo ulisse,torna a ce pays que je dis est   la production immense est le théâtre et 13) polynésie ne faut-il pas vivre comme   pour théa et ses       su       rampan j’ai longtemps  hors du corps pas quand les mots j’ai relu daniel biga, l’homme est pour ma genre des motsmauvais genre i.- avaler l’art par af : j’entends exode, 16, 1-5 toute marché ou souk ou       la       fleure 1254 : naissance de j’ai changé le       sur  dernier salut au     le cygne sur 5) triptyque marocain un nouvel espace est ouvert   au milieu de le ciel de ce pays est tout "ah ! mon doux pays, cinquième essai tout f le feu s’est    tu sais (josué avait lentement madame est une torche. elle et je vois dans vos  pour de abstraction voir figuration "la musique, c’est le       " "pour tes de mes deux mains en ceste tere ad estet ja quai des chargeurs de pour anne slacik ecrire est le galop du poème me s’ouvre la le samedi 26 mars, à 15 ma chair n’est  les premières madame est toute en 1958 ben ouvre à huit c’est encore à c’est un peu comme si, suite du blasphème de  jésus bernard dejonghe... depuis douce est la terre aux yeux       la depuis le 20 juillet, bribes madame, c’est notre martin miguel art et       le   maille 1 :que chaque jour est un appel, une la rencontre d’une vous n’avez “le pinceau glisse sur guetter cette chose       assis       il     surgi (elle entretenait "et bien, voilà..." dit       sur  le grand brassage des       juin l’attente, le fruit n’ayant pas  “s’ouvre l’instant criblé       grimpa rêves de josué, grande lune pourpre dont les vue à la villa tamaris le scribe ne retient halt sunt li pui e mult halt antoine simon 6 je crie la rue mue douleur macles et roulis photo un temps hors du deux ce travail vous est « pouvez-vous       &agrav la vie est dans la vie. se ce texte se présente régine robin, deuxième suite i mes doigts se sont ouverts jouer sur tous les tableaux       " À max charvolen et …presque vingt ans plus la danse de c’est extrêmement ici, les choses les plus (en regardant un dessin de       b&acir imagine que, dans la     vers le soir au matin du vous êtes on croit souvent que le but  référencem       un références : xavier       fourmi dernier vers aoi "je me tais. pour taire. bal kanique c’est pour daniel farioli poussant dire que le livre est une dernier vers aoi dans le monde de cette on dit qu’agathe       &agrav avant dernier vers aoi de prime abord, il il arriva que de la inoubliables, les rêve, cauchemar, comme c’est le pendu dernier vers aoi   est-ce que j’ai parlé vous avez la prédication faite       la nécrologie il tente de déchiffrer, à propos des grands j’ai ajouté       allong Ç’avait été la  tous ces chardonnerets nu(e), comme son nom     cet arbre que sous la pression des madame dans l’ombre des chaque automne les karles se dort cum hume   pour olivier pur ceste espee ai dulor e   se  tu ne renonceras pas. le vieux qui pour martin pure forme, belle muette, normalement, la rubrique li emperere s’est c’est le grand       pav&ea chairs à vif paumes       " pas même station 3 encore il parle etudiant à       apr&eg outre la poursuite de la mise rm : nous sommes en    seule au dernier vers aoi f j’ai voulu me pencher   je n’ai jamais attendre. mot terrible. fragilité humaine.   ces notes béatrice machet vient de       le     à    nous la galerie chave qui       " quelque temps plus tard, de jusqu’à il y a très saintes litanies       nuage neuf j’implore en vain la fonction, le soleil n’est pas       jonath       l̵ quand vous serez tout le 26 août 1887, depuis pour michèle gazier 1) le geste de l’ancienne,    si tout au long  “la signification l’art c’est la décembre 2001. buttati ! guarda&nbs 0 false 21 18       une       je  dans le livre, le rossignolet tu la li quens oger cuardise     nous tu le sais bien. luc ne vertige. une distance il avait accepté       bonheu dans l’effilé de       sur et voici maintenant quelques bribes en ligne a       dans antoine simon 20 « voici  “comment       deux  le "musée les étourneaux ! temps de pierres dans la  au mois de mars, 1166 carles li reis en ad prise sa     sur la pente mi viene in mentemi  la lancinante les dernières       bonhe tromper le néant       va travail de tissage, dans madame déchirée       sur que d’heures juste un pas une année sans évoquer bientôt, aucune amarre rita est trois fois humble.   la baie des anges "tu sais ce que c’est il en est des noms comme du dernier vers aoi une autre approche de         &n la force du corps, le 26 août 1887, depuis   ces sec erv vre ile lorsque martine orsoni     les provisions       maquis       &eacut pour robert       l̵ ma mémoire ne peut me ce qui fascine chez c’est pour moi le premier a ma mère, femme parmi pas de pluie pour venir diaphane est le 1-nous sommes dehors. macles et roulis photo 3 le corps encaisse comme il     m2 &nbs en introduction à ….omme virginia par la  si, du nouveau dernier vers doel i avrat, je rêve aux gorges       le la question du récit       enfant les textes mis en ligne       sur de pareïs li seit la la bouche pleine de bulles moisissures mousses lichens tout est prêt en moi pour       dans pour jacqueline moretti, À perte de vue, la houle des mais non, mais non, tu sables mes parolesvous très malheureux... quelques autres une il faut dire les  “... parler une le franchissement des quando me ne so itu pe spectacle de josué dit pour michèle gazier 1 f tous les feux se sont À la loupe, il observa mes pensées restent cyclades, iii° à la bonne attendre. mot terrible. in the country de l’autre quatrième essai de (À l’église ainsi alfred…       la tout en travaillant sur les pour jean-louis cantin 1.-       la equitable un besoin sonnerait     les fleurs du la liberté s’imprime à  improbable visage pendu la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Approches littéraires > Carmen Boccù

RAPHAEL MONTICELLI

<- Je vois la digitale... |
Je vois la digitale...
Artiste(s) : Boccù

Les doigts d’ombre de neige de brume et de pluie
se retirent des eaux troublées

des pierres luisantes
des parterres en fleur

ils remontent le long des fûts et des branches

un soleil les aspire
un ciel les attire
ils s’y fondent

disparaissent

laissent au monde baigné de vagues
la trace à peine luisante
de leur apparition

Le grand corps de la vie repose
Sous l’œil du ciel immaculé

tu as fait des merveilles
ton nom est sanctifié

Publication en ligne : 24 décembre 2015
/ Bibliophilie

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette