BRIBES EN LIGNE
on cheval tout est possible pour qui     cet arbre que       fourr& karles se dort cum hume       la la littérature de       la mise en ligne avant propos la peinture est tout le problème       jardin   encore une le lent déferlement dans le pain brisé son a propos de quatre oeuvres de pourquoi yves klein a-t-il dans les hautes herbes nouvelles mises en  le grand brassage des vedo la luna vedo le       apparu attendre. mot terrible. pour m.b. quand je me heurte     &nbs c’était une les routes de ce pays sont onze sous les cercles agnus dei qui tollis peccata       sur « amis rollant, de antoine simon 17         pour adèle et abu zayd me déplait. pas dernier vers aoi       bonheu toujours les lettres :       le ce paysage que tu contemplais bribes en ligne a dernier vers aoi  l’exposition        le dans les carnets pour jacqueline moretti, vous dites : "un souvent je ne sais rien de face aux bronzes de miodrag nous savons tous, ici, que       sur le temps passe si vite,       midi  zones gardées de pour mes enfants laure et de pa(i)smeisuns en est venuz   nous sommes       &agrav antoine simon 28 et la peur, présente 1.- les rêves de une il faut dire les pour je suis antoine simon 27  martin miguel vient normal 0 21 false fal j’ai parlé diaphane est le mot (ou o tendresses ô mes dernier vers aoi la vie est dans la vie. se       au accorde ton désir à ta macles et roulis photo 6 (dans mon ventre pousse une une fois entré dans la merle noir  pour dernier vers aoi rêve, cauchemar, de mes deux mains il était question non le grand combat : la liberté de l’être al matin, quant primes pert vue à la villa tamaris    nous pour michèle gazier 1) a grant dulur tendrai puis (vois-tu, sancho, je suis nice, le 18 novembre 2004 madame des forêts de passent .x. portes,   (dans le issent de mer, venent as sixième ce qui aide à pénétrer le j’ai travaillé dernier vers aoi       un ki mult est las, il se dort       coude quant carles oït la je découvre avant toi vous avez       bruyan  dans le livre, le autre essai d’un       &n dernier vers aoi  “s’ouvre 0 false 21 18 tout en vérifiant bientôt, aucune amarre difficile alliage de références : xavier       dans f le feu s’est les doigts d’ombre de neige le 19 novembre 2013, à la  ce qui importe pour     dans la ruela       fourr& (ma gorge est une janvier 2002 .traverse       magnol       qui     un mois sans       longte violette cachéeton que d’heures je désire un il s’appelait f le feu s’est     nous       je dans ce périlleux       juin si grant dol ai que ne reprise du site avec la comme une suite de       le entr’els nen at ne pui me  monde rassemblé l’impression la plus le plus insupportable chez     après       ma passet li jurz, la noit est et te voici humanité outre la poursuite de la mise "ces deux là se     du faucon       bien       vu   3   

les de l’autre pour helmut titrer "claude viallat, li emperere par sa grant l’ami michel est-ce parce que, petit, on alocco en patchworck © nos voix morz est rollant, deus en ad  les premières que reste-t-il de la vous n’avez     pluie du là, c’est le sable et       dans  née à 1257 cleimet sa culpe, si certains prétendent deuxième apparition « pouvez-vous       embarq       aujour on dit qu’agathe mes pensées restent dans l’innocence des     pourquoi pour maguy giraud et halt sunt li pui e mult halt et il parlait ainsi dans la il y a tant de saints sur deux mille ans nous lorsque martine orsoni les oiseaux s’ouvrent       &eacut poème pour la fraîcheur et la il tente de déchiffrer, macles et roulis photo 3       dans antoine simon 22 de toutes les     oued coulant pour anne slacik ecrire est       " ce qui fait tableau : ce en ceste tere ad estet ja pur ceste espee ai dulor e de prime abord, il dans les carnets passet li jurz, si turnet a       sur f les rêves de       object raphaël  mise en ligne du texte rêves de josué, “le pinceau glisse sur pour mon épouse nicole ecrire sur torna a sorrento ulisse torna       le art jonction semble enfin pour yves et pierre poher et         &n       reine l’appel tonitruant du les premières       st ce n’est pas aux choses le recueil de textes dernier vers aoi jouer sur tous les tableaux  dernier salut au et tout avait dentelle : il avait carles li reis en ad prise sa       un pour jacky coville guetteurs f les feux m’ont l’art n’existe       grappe deux ajouts ces derniers intendo... intendo ! "mais qui lit encore le écoute, josué,     vers le soir       d&eacu deuxième apparition de si j’étais un toute une faune timide veille grande lune pourpre dont les       voyage un homme dans la rue se prend ce texte se présente       ...mai journée de ici, les choses les plus       retour et  riche de mes f toutes mes antoine simon 10 lentement, josué la mort d’un oiseau. l’illusion d’une moi cocon moi momie fuseau dans ma gorge attention beau     à sa langue se cabre devant le    seule au mult est vassal carles de j’écoute vos       la       entre grant est la plaigne e large 1. il se trouve que je suis dans ce pays ma mère rm : d’accord sur cinquième essai tout la communication est       le si elle est belle ? je tromper le néant pour mireille et philippe a propos d’une buttati ! guarda&nbs  on peut passer une vie rita est trois fois humble. dans le monde de cette     " les grands …presque vingt ans plus jamais je n’aurais pour andré pour egidio fiorin des mots     au couchant je sais, un monde se f dans le sourd chatoiement "tu sais ce que c’est ainsi va le travail de qui     les fleurs du archipel shopping, la tes chaussures au bas de station 3 encore il parle       deux charogne sur le seuilce qui granz est li calz, si se allons fouiller ce triangle j’entends sonner les martin miguel art et petites proses sur terre il existe deux saints portant       le le "patriote", les dieux s’effacent       pass&e trois tentatives desesperees rm : nous sommes en il arriva que ce jour là, je pouvais    tu sais ils sortent il souffle sur les collines certains soirs, quand je quand nous rejoignons, en mise en ligne d’un samuelchapitre 16, versets 1 il y a des objets qui ont la   j’ai souvent arbre épanoui au ciel soudain un blanc fauche le       arauca       dans quai des chargeurs de autre citation"voui sixième     depuis     le cygne sur il ne reste plus que le antoine simon 9 macles et roulis photo 7 dans le train premier       gentil   tout est toujours en a ma mère, femme parmi pour andré religion de josué il tu le saiset je le vois encore une citation“tu de soie les draps, de soie "si elle est de sorte que bientôt derniers vers sun destre quelques textes nous avancions en bas de a la femme au dire que le livre est une   un vendredi faisant dialoguer       dans ne pas négocier ne deuxième approche de temps de bitume en fusion sur   au milieu de viallat © le château de       dans pas une année sans évoquer Être tout entier la flamme lancinant ô lancinant       la pie macao grise antoine simon 26 histoire de signes . ne faut-il pas vivre comme   un le franchissement des   adagio   je 0 false 21 18 quatrième essai de antoine simon 6 une autre approche de dernier vers aoi on peut croire que martine       le très saintes litanies abstraction voir figuration marcel alocco a       p&eacu ...et poème pour       au josué avait un rythme ce qui importe pour 0 false 21 18 le texte qui suit est, bien la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Approches littéraires > Carmen Boccù

RAPHAEL MONTICELLI

<- Je vois la digitale... |
Je vois la digitale...
Artiste(s) : Boccù

Les doigts d’ombre de neige de brume et de pluie
se retirent des eaux troublées

des pierres luisantes
des parterres en fleur

ils remontent le long des fûts et des branches

un soleil les aspire
un ciel les attire
ils s’y fondent

disparaissent

laissent au monde baigné de vagues
la trace à peine luisante
de leur apparition

Le grand corps de la vie repose
Sous l’œil du ciel immaculé

tu as fait des merveilles
ton nom est sanctifié

Publication en ligne : 24 décembre 2015
/ Bibliophilie

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette