BRIBES EN LIGNE
      " il tente de déchiffrer,       le     extraire vedo la luna vedo le la fonction, ce texte m’a été       montag on croit souvent que le but       j̵ avant propos la peinture est   voici donc la ainsi alfred… il faut laisser venir madame    seule au       apr&eg jamais je n’aurais dernier vers aoi dans les carnets non, björg, archipel shopping, la quant carles oït la  avec « a la ajout de fichiers sons dans station 5 : comment    courant pas de pluie pour venir dernier vers aoi antoine simon 19       sabots cyclades, iii° al matin, quant primes pert tout à fleur d’eaula danse       jonath       la reflets et echosla salle antoine simon 13       " décembre 2001. pour raphaël langues de plomba la madame dans l’ombre des et nous n’avons rien les installations souvent, un jour nous avons que reste-t-il de la dernier vers aoi   un je me souviens de       voyage       entre       le deuxième essai le       banlie       glouss un titre : il infuse sa troisième essai et   (dans le pierre ciel       fourr& ...et poème pour les oiseaux s’ouvrent il en est des noms comme du       &agrav toutes ces pages de nos la tentation du survol, à nous serons toujours ces merci à marc alpozzo dans la caverne primordiale ainsi fut pétrarque dans       ce À peine jetés dans le À la loupe, il observa pour frédéric       dans il en est des meurtrières. l’heure de la antoine simon 21 antoine simon 25 nous avons affaire à de pour andré       assis 0 false 21 18       ton la danse de livre grand format en trois c’est extrêmement patrick joquel vient de beaucoup de merveilles et ma foi, aux barrières des octrois la lecture de sainte       sur 1) notre-dame au mur violet  dernières mises   jn 2,1-12 : les plus vieilles  les éditions de antoine simon 24 le soleil n’est pas       voyage       midi références : xavier temps de pierres dans la chairs à vif paumes       la le lent tricotage du paysage dernier vers aoi diaphane est le mot (ou       dans       un napolì napolì abu zayd me déplait. pas       au       pass&e 1.- les rêves de  le livre, avec dernier vers aoi       force je n’hésiterai rêve, cauchemar, nous viendrons nous masser       &n deux nouveauté, la musique est le parfum de       le en cet anniversaire, ce qui       deux dans l’effilé de pour martine   l’oeuvre vit son il y a dans ce pays des voies huit c’est encore à c’est un peu comme si,     faisant la siglent a fort e nagent e a ma mère, femme parmi passet li jurz, la noit est       ma lancinant ô lancinant torna a sorrento ulisse torna       un la cité de la musique premier vers aoi dernier mult ben i fierent franceis e  au mois de mars, 1166       les charogne sur le seuilce qui quand nous rejoignons, en       l̵ "pour tes elle réalise des quatrième essai rares du fond des cours et des elle ose à peine la galerie chave qui       le       dans (vois-tu, sancho, je suis  le "musée macles et roulis photo 3 1. il se trouve que je suis À perte de vue, la houle des il est le jongleur de lui pour gilbert cher bernard ce paysage que tu contemplais l’éclair me dure, la brume. nuages 1 la confusion des       le tout le problème tu le saiset je le vois dans les rêves de la bel équilibre et sa     m2 &nbs dernier vers aoi rossignolet tu la mouans sartoux. traverse de et  riche de mes et encore  dits trois tentatives desesperees j’aime chez pierre quand les eaux et les terres dans le monde de cette la prédication faite       la li emperere s’est madame déchirée       au af : j’entends       object iv.- du livre d’artiste quai des chargeurs de janvier 2002 .traverse le temps passe dans la il aurait voulu être   1) cette merle noir  pour       dans       sur même si       cerisi souvent je ne sais rien de tendresse du mondesi peu de de proche en proche tous rimbaud a donc mougins. décembre le 19 novembre 2013, à la marché ou souk ou       bonheu pour michèle aueret 1-nous sommes dehors.     sur la aucun hasard si se       sur sauvage et fuyant comme     pluie du à cri et à i.- avaler l’art par frères et je t’enfourche ma madame, vous débusquez dernier vers aoi   pour mieux valait découper   pour olivier au commencement était ki mult est las, il se dort madame porte à rien n’est dernier vers aoi si j’étais un violette cachéeton a toi le don des cris qui pour jean-marie simon et sa     sur la pente et combien  on peut passer une vie les petites fleurs des dix l’espace ouvert au onzième la gaucherie à vivre, franchement, pensait le chef, je déambule et suis       soleil clers fut li jurz e li madame, on ne la voit jamais et je vois dans vos le nécessaire non f j’ai voulu me pencher (de)lecta lucta   de mes deux mains dimanche 18 avril 2010 nous       avant je sais, un monde se des voix percent, racontent       à spectacle de josué dit dans ce pays ma mère       vu le ciel de ce pays est tout petites proses sur terre pour jacqueline moretti, je serai toujours attentif à fin première suite de "je me tais. pour taire.  dernier salut au    de femme liseuse un trait gris sur la passet li jurz, si turnet a ainsi va le travail de qui deux mille ans nous antoine simon 17 dernier vers aoi attendre. mot terrible. dans le respect du cahier des       bien troisième essai depuis ce jour, le site madame a des odeurs sauvages       mouett dernier vers aoi rare moment de bonheur, certains prétendent j’ai changé le difficile alliage de 7) porte-fenêtre bien sûrla bal kanique c’est avec marc, nous avons antoine simon 3 vos estes proz e vostre clere est la noit e la le proche et le lointain       apparu écoute, josué, « e ! malvais les enseignants : faisant dialoguer j’écoute vos le 15 mai, à       et tu vous avez dernier vers aoi très malheureux... tout est possible pour qui ce monde est semé     les fleurs du       les douze (se fait terre se un soir à paris au dans ce périlleux a l’aube des apaches,     chant de gardien de phare à vie, au ce qui importe pour toujours les lettres : suite du blasphème de les dessins de martine orsoni nice, le 18 novembre 2004   pour adèle et       sur le     le cygne sur je désire un le grand combat :         &n introibo ad altare les lettres ou les chiffres polenta paroles de chamantu j’ai longtemps dernier vers aoi       en   en grec, morías       droite     &nbs des conserves ! religion de josué il démodocos... Ça a bien un la terre a souvent tremblé dire que le livre est une et il fallait aller debout ce pays que je dis est pour maxime godard 1 haute à sylvie ne faut-il pas vivre comme buttati ! guarda&nbs  il est des objets sur un homme dans la rue se prend et ces d’un côté dans le pays dont je vous       soleil pour pierre theunissen la le bulletin de "bribes l’existence n’est   le texte suivant a "nice, nouvel éloge de la comment entrer dans une des quatre archanges que raphaël       nuage cet article est paru dans le   pour le prochain on dit qu’agathe (ma gorge est une       quinze   d’un coté, dernier vers aoi tendresses ô mes envols       pav&ea exode, 16, 1-5 toute « amis rollant, de assise par accroc au bord de (À l’église cet article est paru       nuage       en       dans le vieux qui la force du corps, antoine simon 12       les comme ce mur blanc j’ai parlé       je me tout mon petit univers en  ce mois ci : sub vous avez au labyrinthe des pleursils toute trace fait sens. que       le la parol

Accueil > Autres textes

RAPHAEL MONTICELLI

<- La légende de saint Jean-Raphaël | A dispett del mond ->
Buttati
Artiste(s) : Rubino
Clefs : 2015 , poésie


Buttati !


Guarda : ti prendo per la mano, non preoccuparti.


Lascia che vada il sogno fra le navi ferme
Don’t worry. Time is not time
(and he said, approximadamente, tomorrow is my yesterday)
De la terre et des eaux remontent
en écume
les bruits assourdis du Zeit.
Non mi lasciare,
mantieni ferme le tue mani nelle mie.
Lo senti il calore ?
Nel ciliegio, int’ e prà, gli uccelli fanno un gran chiasso
e tu corri nel grano falciato.
Il cielo è già pieno del profumo del fieno,
lo vedi ?
Si spande
il profumo
diventa nuvole
et ses épis fauchés
sont autant de petits couteaux à travers tes sandales.
Laisse-toi aller
Laisse flotter tes rêves parmi les bateaux gelés.
Tuffati !
Per ritrovare il corpo di fanciullo che fui.


 


Les dames ont laissé tomber leurs voiles sur le monde
et d’une seule voix
font vibrer les fibres de la soie.

Publication en ligne : 27 décembre 2015
/ Bibliophilie

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette