BRIBES EN LIGNE
      &n   marcel  “comment un besoin de couper comme de       la       je (vois-tu, sancho, je suis à propos “la       en un  pour jean le 0 false 21 18 exacerbé d’air l’une des dernières madame est la reine des j’ai donné, au mois derniers tromper le néant réponse de michel pour marcel rita est trois fois humble. elle disposait d’une les amants se     pluie du dans le monde de cette douze (se fait terre se la terre a souvent tremblé (ma gorge est une     longtemps sur elle réalise des ne pas négocier ne     rien dernier vers aoi langues de plomba la  si, du nouveau même si       au et voici maintenant quelques le lent déferlement       dans   je ne comprends plus dans ce périlleux assise par accroc au bord de       la se placer sous le signe de       &       embarq       le attention beau    regardant      & ecrire les couleurs du monde marché ou souk ou les dernières   pour théa et ses ce 28 février 2002.       la "la musique, c’est le dans ce pays ma mère je désire un  “la signification macles et roulis photo 4 l’évidence pour frédéric       neige avez-vous vu madame est une    courant la légende fleurie est antoine simon 21 rêve, cauchemar, et ma foi, pour lee la danse de ço dist li reis : bernard dejonghe... depuis     l’é d’abord l’échange des nice, le 18 novembre 2004 raphaËl ainsi va le travail de qui et te voici humanité morz est rollant, deus en ad dernier vers aoi ce qui importe pour       rampan "et bien, voilà..." dit dieu faisait silence, mais torna a sorrento ulisse torna  la lancinante livre grand format en trois tout le problème raphaël je reviens sur des l’art c’est la la fraîcheur et la       m&eacu ce pays que je dis est     chambre difficile alliage de       vu deux ce travail vous est du bibelot au babilencore une aux barrières des octrois   jn 2,1-12 : i mes doigts se sont ouverts quand sur vos visages les de l’autre       gentil nécrologie  l’exposition  antoine simon 32 a christiane       et la deuxième édition du prenez vos casseroles et des voix percent, racontent le soleil n’est pas les routes de ce pays sont dentelle : il avait je n’hésiterai       ( antoine simon 16 quelque chose     surgi pour philippe rare moment de bonheur, madame a des odeurs sauvages dernier vers aoi   sous la pression des ce n’est pas aux choses   au milieu de       vu quatrième essai rares       dans vos estes proz e vostre nu(e), comme son nom d’ eurydice ou bien de attendre. mot terrible.       au vertige. une distance macles et roulis photo 3       nuage pour jacqueline moretti, hans freibach :       descen  les trois ensembles antoine simon 17 antoine simon 31       assis       au dernier vers aoi       bonhe art jonction semble enfin dernier vers aoi       la la liberté s’imprime à antoine simon 26 en 1958 ben ouvre à     de rigoles en comment entrer dans une le passé n’est l’homme est f les rêves de tandis que dans la grande edmond, sa grande j’ai travaillé À max charvolen et un verre de vin pour tacher  jésus  référencem  on peut passer une vie inoubliables, les pour anne slacik ecrire est dernier vers aoi           depuis très saintes litanies l’éclair me dure, quand les mots les étourneaux ! références : xavier n’ayant pas dont les secrets… à quoi   on n’est des quatre archanges que c’est la peur qui fait  “... parler une se reprendre. creuser son     ton equitable un besoin sonnerait       le  c’était toutefois je m’estimais       " station 5 : comment pour jean-louis cantin 1.- pour andrée quatrième essai de et combien comme une suite de si, il y a longtemps, les bien sûr, il y eut le franchissement des       la al matin, quant primes pert et je vois dans vos deuxième approche de pour nicolas lavarenne ma pour michèle gazier 1) dernier vers aoi je ne saurais dire avec assez macles et roulis photo 6   ciel !!!! a propos de quatre oeuvres de         &n sur la toile de renoir, les dernier vers aoi madame chrysalide fileuse     sur la pente  née à thème principal :    en quel étonnant       object je suis celle qui trompe preambule – ut pictura quelques autres dans les carnets "l’art est-il madame des forêts de tous feux éteints. des diaphane est le mot (ou au rayon des surgelés paien sunt morz, alquant     du faucon       la       &agrav il n’était qu’un je me souviens de non, björg, c’est une sorte de voile de nuità la "mais qui lit encore le neuf j’implore en vain       dans pour michèle       force ce qui aide à pénétrer le la vie est dans la vie. se       l̵       le dernier vers aoi       l̵ a propos d’une antoine simon 25 écoute, josué, dans les écroulements ne faut-il pas vivre comme nous lirons deux extraits de le temps passe si vite, encore une citation“tu six de l’espace urbain, quand nous rejoignons, en on préparait pour julius baltazar 1 le merci à la toile de       glouss dans ma gorge       voyage       quand  avec « a la     le cygne sur       je ma chair n’est comme un préliminaire la       m̵ À peine jetés dans le la terre nous temps de pierres derniers vers sun destre nice, le 30 juin 2000 une autre approche de c’est pour moi le premier les oiseaux s’ouvrent dernier vers aoi le scribe ne retient de soie les draps, de soie (dans mon ventre pousse une seul dans la rue je ris la  “ce travail qui travail de tissage, dans polenta dans le respect du cahier des j’ai en réserve  improbable visage pendu je déambule et suis face aux bronzes de miodrag passent .x. portes,     nous temps de bitume en fusion sur essai de nécrologie, j’ai ajouté que d’heures à bernadette madame aux rumeurs la prédication faite depuis ce jour, le site cet univers sans       cerisi paysage de ta tombe  et « e ! malvais       " soudain un blanc fauche le tu le saiset je le vois dans le pain brisé son il tente de déchiffrer, la rencontre d’une       les a grant dulur tendrai puis je crie la rue mue douleur le tissu d’acier genre des motsmauvais genre   pour olivier normalement, la rubrique antoine simon 2       tourne les textes mis en ligne le "patriote",   ces notes halt sunt li pui e mult halt  dans le livre, le   que signifie et si au premier jour il à la mémoire de       object janvier 2002 .traverse j’ai parlé le pendu le nécessaire non       le       la bernadette griot vient de antoine simon 9 1257 cleimet sa culpe, si de sorte que bientôt tout en vérifiant       un passet li jurz, la noit est quatrième essai de     pourquoi       dans une errance de (la numérotation des quatre si la mer s’est il était question non  epître aux       magnol       coude 0 false 21 18 l’appel tonitruant du  je signerai mon       soleil       devant il avait accepté       parfoi  au travers de toi je dernier vers aoi dans les horizons de boue, de       deux (elle entretenait la vie humble chez les rien n’est descendre à pigalle, se f le feu est venu,ardeur des o tendresses ô mes   né le 7       chaque petites proses sur terre tendresses ô mes envols macles et roulis photo 1 la route de la soie, à pied,  dernier salut au antoine simon 10 pas facile d’ajuster le   je n’ai jamais station 3 encore il parle il y a des objets qui ont la i en voyant la masse aux   d’un coté, pour yves et pierre poher et       apr&eg a la fin il ne resta que et c’était dans dernier vers aoi madame est toute dernier vers aoi la parol

Accueil > Au rendez-vous des amis... > Benedetto Oriane > LES TÉMOINS

ORIANE BENEDETTO

<- PROMENADE |
TABLEAU PARISIEN
© Oriane Benedetto
Ecrivain(s) : Benedetto O.
Clefs : poésie

Descendre à Pigalle, se perdre dans les rues spécialisées dans les magasins de musiques. Les vitrines offrent des étalages de guitares, claviers, amplis, pédales et tous accessoires de musique : connaisseurs et touristes s’y mélangent allègrement. A toute heure, on peut entendre, au détour d’une de ces boutiques, du rock, de la country, du jazz. De jour, il y a toujours de ces cow-boys utopistes d’une époque indéfinie, une électrique en travers du corps, faisant l’épreuve d’un bon vieux blues sous leurs doigts aguerris ; de nuit, s’échappent du Cotton Club de langoureux soli de saxophone.

Les toits du 9 e ressemblent à des moules à tartes géants, les gouttières en dentelle dissimulent le placard payé au prix fort, bordent innocemment les terrasses des bourgeois florissants.

Pigalle, c’est tout Paris, ce qu’il en reste de fascinant. Bonnard et Lautrec se sont invités au coin des rues, sur les façades, c’est Venise à ses balcons, Chet Baker traînant son spleen en terrasse des cafés, les sexshops aux néons bleus, Coltrane et le Duke continuent malgré tout de contaminer les bars à jazz aux ambiances rouges. C’est les Folie’s en bas du Sacré-Cœur, la religion prend bien des sens et des apparences diverses, c’est du grand show. Le mélange luxueux de l’esprit de quartier, le côté village du coin de Notre-Dame de Lorette, le petit marché du square d’Anvers, le boulevard bouillant d’attractions touristiques, la circulation infernale et les bars mal famés.

En un mot, un cocktail débridant que sirotent tous ces nouveaux bourgeois, les Parisiens de la dernière heure se complaisant dans leur infortune ; les accents sont aussi variés que les styles vestimentaires, c’est le “in & out” d’une capitale pluriculturelle. Les questionnements identitaires se bousculent sur les boules à facettes qu’enflamme « the City of Lights » à la nuit tombante, le soleil couchant découpe la silhouette imposante du Sacré-Cœur, des ombres païennes se dressent sur ses flancs, métamorphosent ses fiers cavaliers en gargouilles, jouent avec les pupilles éclairées de la foule ignorante des communards sous les pavés.

Publication en ligne : 18 février 2016
Première publication : 1er janvier 1970

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette