BRIBES EN LIGNE
mougins. décembre janvier 2002 .traverse la terre nous le numéro exceptionnel de  je signerai mon dans le pays dont je vous je ne peins pas avec quoi,   pour olivier onze sous les cercles la liberté de l’être dernier vers aoi       la préparation des       la       pour jacqueline moretti, station 7 : as-tu vu judas se pour ma toutes ces pages de nos 7) porte-fenêtre pour martin  il est des objets sur       je  “ce travail qui et te voici humanité  au travers de toi je la tentation du survol, à quel ennui, mortel pour les durand : une 1- c’est dans antoine simon 12 dans le patriote du 16 mars  le grand brassage des quatrième essai de je rêve aux gorges merci au printemps des dernier vers aoi pierre ciel madame des forêts de franchement, pensait le chef, un tunnel sans fin et, à du fond des cours et des huit c’est encore à       sabots marie-hélène (de)lecta lucta   les installations souvent, souvent je ne sais rien de deuxième suite madame aux rumeurs est-ce parce que, petit, on un temps hors du     dans la ruela à propos “la la réserve des bribes cet univers sans et encore  dits toujours les lettres : à sylvie temps de bitume en fusion sur « pouvez-vous nu(e), comme son nom pour jean-marie simon et sa       m̵ il ne reste plus que le dans les carnets       dans rimbaud a donc lorsqu’on connaît une  si, du nouveau de soie les draps, de soie iv.- du livre d’artiste les dernières un verre de vin pour tacher les routes de ce pays sont mise en ligne antoine simon 10 antoine simon 25 a l’aube des apaches,     rien siglent a fort e nagent e c’est la chair pourtant       marche   on n’est certains prétendent tout à fleur d’eaula danse le grand combat : macles et roulis photo 3 ço dist li reis : il ne s’agit pas de on préparait nice, le 8 octobre il y a des objets qui ont la antoine simon 7 quand sur vos visages les outre la poursuite de la mise       au comme c’est       je ce 28 février 2002.       le       il       &agrav le 23 février 1988, il le ciel est clair au travers i en voyant la masse aux dernier vers aoi portrait. 1255 : douce est la terre aux yeux antoine simon 11     nous rossignolet tu la pour jacky coville guetteurs nous dirons donc lu le choeur des femmes de  les premières dimanche 18 avril 2010 nous  zones gardées de dernier vers aoi la langue est intarissable       dans il faut aller voir       dans c’est la peur qui fait deux ce travail vous est passet li jurz, si turnet a a la femme au autre citation"voui trois (mon souffle au matin dernier vers s’il       dans ainsi fut pétrarque dans torna a sorrento ulisse torna       il       et tu       sous rêves de josué, je suis celle qui trompe guetter cette chose pur ceste espee ai dulor e pour frédéric quelque chose granz fut li colps, li dux en       entre un jour nous avons  monde rassemblé   ces notes Éléments -       mouett madame est la reine des la question du récit premier vers aoi dernier  “s’ouvre       vu  le livre, avec       et chaises, tables, verres, au rayon des surgelés Être tout entier la flamme     le         &n charogne sur le seuilce qui       sur quando me ne so itu pe li emperere s’est a ma mère, femme parmi je me souviens de avant propos la peinture est       "       pour madame, c’est notre ] heureux l’homme le texte qui suit est, bien antoine simon 21 j’ai changé le aux barrières des octrois       &agrav pour jean gautheronle cosmos   pour le prochain dans les rêves de la des conserves !  avec « a la       l̵ li emperere par sa grant je n’hésiterai dernier vers aoi       le   anatomie du m et antoine simon 19       sur le       avant à la mémoire de très malheureux...       les bal kanique c’est f le feu s’est m1       je suis troisième essai mult est vassal carles de madame chrysalide fileuse a supposer quece monde tienne   je ne comprends plus v.- les amicales aventures du pour maguy giraud et pour       au fragilité humaine. dans le train premier et combien la vie humble chez les       bonheu un titre : il infuse sa générations voudrais je vous quand les mots sequence 6   le pour maxime godard 1 haute 1 la confusion des mon travail est une  dans toutes les rues       s̵ a christiane       journ& la vie est dans la vie. se pourquoi yves klein a-t-il tu le saiset je le vois pour lee elle réalise des neuf j’implore en vain dernier vers aoi pas une année sans évoquer accoucher baragouiner nous savons tous, ici, que deux nouveauté, peinture de rimes. le texte spectacle de josué dit quatrième essai de madame, on ne la voit jamais       jonath de sorte que bientôt la mastication des (la numérotation des quelque temps plus tard, de       le bien sûr, il y eut de pareïs li seit la À max charvolen et       glouss  de même que les ce monde est semé ouverture de l’espace       l̵       gentil       juin   marcel       je me ici. les oiseaux y ont fait grande lune pourpre dont les abu zayd me déplait. pas c’est parfois un pays le vieux qui  improbable visage pendu intendo... intendo !       voyage al matin, quant primes pert c’est seulement au macles et roulis photo 1. il se trouve que je suis mi viene in mentemi antoine simon 5 pour martine, coline et laure quatre si la mer s’est   pour théa et ses un jour, vous m’avez exode, 16, 1-5 toute  c’était une errance de cher bernard ne faut-il pas vivre comme toute une faune timide veille normalement, la rubrique c’est ici, me     pourquoi       ...mai "je me tais. pour taire. comme ce mur blanc  tu vois im font chier       tout en travaillant sur les  “ne pas il faut laisser venir madame coupé le sonà mult ben i fierent franceis e je sais, un monde se « 8° de onzième  dans le livre, le       arauca vous avez   que signifie on trouvera la video le temps passe dans la temps de pierres agnus dei qui tollis peccata dernier vers aoi la légende fleurie est 0 false 21 18 tandis que dans la grande pour max charvolen 1) et il parlait ainsi dans la depuis ce jour, le site troisième essai et art jonction semble enfin il tente de déchiffrer,  epître aux le coquillage contre que reste-t-il de la l’évidence de tantes herbes el pre   au milieu de quant carles oït la il avait accepté dans le monde de cette mais jamais on ne aux george(s) (s est la cet article est paru on cheval mieux valait découper       d&eacu         or dessiner les choses banales bruno mendonça epuisement de la salle, dernier vers aoi buttati ! guarda&nbs ce qui fascine chez mais non, mais non, tu  pour de là, c’est le sable et il ne sait rien qui ne va pour julius baltazar 1 le   la production à la bonne f les feux m’ont   si vous souhaitez   entrons la lecture de sainte comment entrer dans une bernard dejonghe... depuis       l̵ et tout avait pour helmut josué avait un rythme    seule au je serai toujours attentif à tu le sais bien. luc ne       allong madame est une torche. elle suite du blasphème de travail de tissage, dans merle noir  pour un nouvel espace est ouvert       coude antoine simon 17 elle disposait d’une jamais je n’aurais nous avancions en bas de    7 artistes et 1 ma chair n’est       bruyan j’ai longtemps ce qui importe pour in the country histoire de signes .       je me nous viendrons nous masser avant dernier vers aoi ce qui aide à pénétrer le   six formes de la       bonhe ki mult est las, il se dort     les fleurs du     ton ils avaient si longtemps, si genre des motsmauvais genre dernier vers aoi raphaël  tous ces chardonnerets madame est une « amis rollant, de 1-nous sommes dehors. vous n’avez le temps passe si vite, dans la caverne primordiale       assis la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Approches critiques > Klein

Raphaël Monticelli

| premier essai ->
Six essais sur les monochromes de Klein.

À propos d’Yves Klein



À Max Charvolen


et Martin Miguel


J’aimerais, en manière de point, présenter quelques-uns des enjeux qu’il me paraît impossible d’ignorer dans l’œuvre de Klein, satisfait si je parviens à faire sentir combien ma génération - celle qui s’est introduite dans l’art après sa mort à la fin des années soixante - a été marquée dans sa conception de l’art, dans son travail, dans sa sensibilité, par l’oeuvre d’Yves Klein.
Cette œuvre me paraît, en effet, un de ces très rares lieux où se creusent nos questionnements, nos doutes, nos espérances face à l’expérience plastique, avec assez de vigueur pour qu’à la fois elle les figure, les travaille et les transforme. En outre, l’expérience de Klein présente une de ces exceptionnelles trajectoires qui prennent l’allure d’une destinée, jusqu’à cette ponctuation de sa mort qui, au lieu de faire regretter un inachèvement esthétique, semble avoir amplifié sa vie, est venue comme donner à son oeuvre un sceau d’indubitable authenticité.


 


 

Publication en ligne : 12 février 2017

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette