BRIBES EN LIGNE
antoine simon 3       le     oued coulant   anatomie du m et les cuivres de la symphonie     depuis       un       vaches 1) la plupart de ces  si, du nouveau quel étonnant je ne saurais dire avec assez   six formes de la pour m.b. quand je me heurte       ...mai     sur la       banlie ajout de fichiers sons dans une il faut dire les le texte qui suit est, bien la fraîcheur et la vous n’avez       reine  je signerai mon jamais je n’aurais la gaucherie à vivre, pour marcel     de rigoles en c’est le grand la force du corps, s’égarer on       sur je déambule et suis À max charvolen et martin pour jacqueline moretti, frères et  ce qui importe pour jamais si entêtanteeurydice carles respunt :     extraire glaciation entre des conserves ! etait-ce le souvenir     "      seule au quelques autres quando me ne so itu pe       je antoine simon 27 la bouche pleine de bulles jouer sur tous les tableaux pour helmut démodocos... Ça a bien un c’est parfois un pays pour robert d’un côté un jour, vous m’avez et ma foi, d’un bout à (vois-tu, sancho, je suis tout à fleur d’eaula danse À la loupe, il observa si, il y a longtemps, les et te voici humanité il y a dans ce pays des voies le nécessaire non ce li emperere s’est des voiles de longs cheveux       sur chaises, tables, verres,     hélas,   encore une bien sûrla   iv    vers le soleil n’est pas  tu ne renonceras pas. le bulletin de "bribes 5) triptyque marocain pour michèle gazier 1) il en est des noms comme du temps de bitume en fusion sur ici. les oiseaux y ont fait nice, le 18 novembre 2004 du bibelot au babilencore une polenta où l’on revient on peut croire que martine       deux voici des œuvres qui, le       l̵ première ce jour là, je pouvais les étourneaux ! « e ! malvais     ton       sur g. duchêne, écriture le sequence 6   le « voici       &agrav nous lirons deux extraits de c’est extrêmement dorothée vint au monde les routes de ce pays sont de prime abord, il temps de pierres les durand : une chaque jour est un appel, une j’arrivais dans les le lent déferlement quelques textes       &agrav     un mois sans dernier vers aoi maintenant il connaît le décembre 2001. dernier vers aoi   ces sec erv vre ile       d&eacu le tissu d’acier elle réalise des attelage ii est une œuvre troisième essai     son  “s’ouvre       soleil     du faucon   le texte suivant a sixième       les trois tentatives desesperees antoine simon 23 a la femme au dernier vers aoi       s̵ bel équilibre et sa ce poème est tiré du al matin, quant primes pert dans les rêves de la       l̵ franchement, pensait le chef, bien sûr, il y eut ce n’est pas aux choses jusqu’à il y a voile de nuità la       &n       je la communication est  mise en ligne du texte de soie les draps, de soie 0 false 21 18 au lecteur voici le premier la cité de la musique dire que le livre est une antoine simon 15  l’exposition  li emperere par sa grant buttati ! guarda&nbs antoine simon 10       "       une dernier vers aoi able comme capable de donner pour philippe pour michèle       neige       l̵       au       quand  dans toutes les rues station 1 : judas antoine simon 22       une passet li jurz, la noit est       cette l’éclair me dure, attendre. mot terrible. les dernières le geste de l’ancienne,       bruyan je n’hésiterai le numéro exceptionnel de je dors d’un sommeil de madame chrysalide fileuse       bonheu karles se dort cum hume       vu la danse de juste un mot pour annoncer Ç’avait été la   un vendredi d’ eurydice ou bien de       que pour mireille et philippe lorsqu’on connaît une autre citation"voui régine robin, antoine simon 20 la réserve des bribes       je me a la libération, les je t’ai admiré, la terre a souvent tremblé    7 artistes et 1 l’instant criblé       nuage station 3 encore il parle     pluie du la pureté de la survie. nul et c’était dans       rampan quatrième essai de temps de pierres dans la josué avait un rythme station 4 : judas  mon travail est une dans l’innocence des dernier vers aoi branches lianes ronces     longtemps sur la tentation du survol, à       &n 1257 cleimet sa culpe, si grant est la plaigne e large ce 28 février 2002. saluer d’abord les plus       aujour a supposer quece monde tienne derniers vers sun destre qu’est-ce qui est en       au la littérature de là, c’est le sable et     &nbs   (dans le deux ce travail vous est       enfant tes chaussures au bas de       la poussées par les vagues pour alain borer le 26 au labyrinthe des pleursils       jardin       m̵ et si tu dois apprendre à premier vers aoi dernier       & à difficile alliage de       ma reflets et echosla salle au rayon des surgelés vedo la luna vedo le       devant si elle est belle ? je zacinto dove giacque il mio paysage de ta tombe  et et…  dits de       la o tendresses ô mes genre des motsmauvais genre “le pinceau glisse sur tout est possible pour qui       embarq dernier vers aoi dernier vers aoi  au mois de mars, 1166 quelque chose       pour       crabe- un temps hors du       au tous feux éteints. des inoubliables, les 1- c’est dans       gentil À perte de vue, la houle des       ( seins isabelle boizard 2005 station 7 : as-tu vu judas se écrirecomme on se très malheureux... je désire un       apr&eg       cerisi je t’enlace gargouille madame est la reine des pas sur coussin d’air mais ...et poème pour passet li jurz, si turnet a f qu’il vienne, le feu tout en vérifiant à sylvie  de la trajectoire de ce (À l’église et que vous dire des temps où les coeurs dernier vers aoi macles et roulis photo les avenues de ce pays dans ma gorge   j’ai souvent on a cru à du fond des cours et des       au merci à marc alpozzo sous la pression des af : j’entends ce jour-là il lui dentelle : il avait juste un passent .x. portes, l’art c’est la clquez sur dimanche 18 avril 2010 nous ce qui importe pour       montag       le je ne sais pas si     faisant la madame a des odeurs sauvages antoine simon 5 f toutes mes pour ma pour     les provisions granz fut li colps, li dux en     chambre allons fouiller ce triangle le temps passe dans la madame est une l’évidence       f le feu est venu,ardeur des f dans le sourd chatoiement et encore  dits voudrais je vous       m̵ deux ajouts ces derniers       arauca       dans janvier 2002 .traverse       soleil et il parlait ainsi dans la       retour aux george(s) (s est la antoine simon 2 comme une suite de dans les écroulements "et bien, voilà..." dit on dit qu’agathe vous dites : "un       la dernier vers aoi tu le sais bien. luc ne je meurs de soif dans ce pays ma mère ce paysage que tu contemplais la lecture de sainte   pour théa et ses c’est la distance entre mais jamais on ne à la bonne il était question non carles li reis en ad prise sa a la fin il ne resta que effleurer le ciel du bout des       sur le       longte religion de josué il a dix sept ans, je ne savais  avec « a la madame des forêts de       entre       &ccedi je rêve aux gorges de pa(i)smeisuns en est venuz     pourquoi torna a sorrento ulisse torna   (à merci à la toile de sa langue se cabre devant le je crie la rue mue douleur pas une année sans évoquer antoine simon 28 faisant dialoguer       au mise en ligne en 1958 ben ouvre à guetter cette chose cinquième citationne ce qu’un paysage peut la parol

Accueil > Carnets intermittents

RAPHAËL MONTICELLI

<- Lectures dans le Cantal | MICHEL BUTOR : UN ÉCRIVAIN POPULAIRE ? ->
À PROPOS DU MOUVEMENT ARTISTIQUE NIÇOIS 1947-1977

Le numéro exceptionnel de l’hebdomadaire le Patriote du 11 août 2017 (numéros 200-201) traitait du mouvement artistique niçois des années 1947-1977.

Ce numéro prenait appui sur les expositions alors organisées par les musées de Nice sur ce même sujet.

L’objectif était de "parler moins de ce dont parlait plus, parler davantage de ce dont on parlait moins ou dont on ne parlait pas."

On en trouvera ici la version PDF, en cliquant sur l’image ci-dessous.

Publication en ligne : 26 janvier

titre documents joints

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette