BRIBES EN LIGNE
      deux       neige le "patriote", violette cachéeton mon travail est une je ne peins pas avec quoi, a propos de quatre oeuvres de       dans "et bien, voilà..." dit dans le pays dont je vous       le       je me li emperere s’est nouvelles mises en pour maguy giraud et trois (mon souffle au matin pour mon épouse nicole c’était une granz fut li colps, li dux en     sur la pente une fois entré dans la       soleil les parents, l’ultime       ton       dans   maille 1 :que si, il y a longtemps, les       l̵       le les textes mis en ligne pour m.b. quand je me heurte prenez vos casseroles et bernadette griot vient de bal kanique c’est vedo la luna vedo le zacinto dove giacque il mio j’ai relu daniel biga, depuis le 20 juillet, bribes       entre     l’é       sur le       bonhe     longtemps sur mon cher pétrarque, j’arrivais dans les     au couchant l’art n’existe la communication est il ne reste plus que le    il il y a des objets qui ont la ici. les oiseaux y ont fait de la c’est vrai monde imaginal, même si       une et si tu dois apprendre à ainsi alfred… tant pis pour eux. cher bernard sa langue se cabre devant le       il equitable un besoin sonnerait écoute, josué, quelques textes dernier vers aoi         vu sixième dans ce pays ma mère al matin, quant primes pert 5) triptyque marocain la vie est dans la vie. se       &agrav     faisant la       (       pav&ea pour maxime godard 1 haute  la lancinante les dieux s’effacent dieu faisait silence, mais descendre à pigalle, se deux nouveauté, je suis bien dans       dans i en voyant la masse aux il semble possible vue à la villa tamaris ce poème est tiré du quatrième essai de chercher une sorte de nos voix difficile alliage de dans les hautes herbes d’abord l’échange des   anatomie du m et       rampan couleur qui ne masque pas   ces notes madame déchirée       l̵ et que vous dire des josué avait un rythme antoine simon 32 g. duchêne, écriture le       juin chaises, tables, verres,       fourmi deuxième apparition de quel ennui, mortel pour   ciel !!!! j’ai en réserve quelque chose   on n’est   ces sec erv vre ile on dit qu’agathe « e ! malvais vous avez       au ce 28 février 2002. la gaucherie à vivre, la force du corps, madame aux rumeurs       journ& rare moment de bonheur, giovanni rubino dit antoine simon 31    seule au ce jour là, je pouvais le franchissement des douce est la terre aux yeux attention beau nécrologie paien sunt morz, alquant les lettres ou les chiffres et voici maintenant quelques j’ai donc ses mains aussi étaient  il est des objets sur epuisement de la salle,       gentil rien n’est eurydice toujours nue à sixième station 4 : judas        le dessiner les choses banales il ne s’agit pas de errer est notre lot, madame,       &agrav bruno mendonça aucun hasard si se le coquillage contre deux ajouts ces derniers un trait gris sur la pour marcel (la numérotation des     &nbs coupé le sonà pour jean-marie simon et sa       les un titre : il infuse sa       grappe au rayon des surgelés  monde rassemblé 7) porte-fenêtre voile de nuità la       sur la pureté de la survie. nul sur la toile de renoir, les "je me tais. pour taire. j’entends sonner les tendresses ô mes envols je serai toujours attentif à diaphane est le mot (ou clers fut li jurz e li l’heure de la a l’aube des apaches,       " À peine jetés dans le carles li reis en ad prise sa  hier, 17 vous deux, c’est joie et (josué avait       arauca temps où les coeurs pour michèle bien sûrla « 8° de 1. il se trouve que je suis l’homme est "nice, nouvel éloge de la temps de cendre de deuil de       à     [1]  j’aime chez pierre   j’ai souvent seins isabelle boizard 2005 sculpter l’air : toute trace fait sens. que       un un tunnel sans fin et, à ( ce texte a     double       je       l̵ introibo ad altare la liberté s’imprime à le grand combat : il en est des noms comme du en 1958 ben ouvre à cliquetis obscène des vi.- les amicales aventures   pour adèle et antoine simon 28 tu le sais bien. luc ne une il faut dire les les avenues de ce pays     à à sylvie quand les eaux et les terres le lourd travail des meules le proche et le lointain depuis ce jour, le site       mise en ligne (dans mon ventre pousse une ce qui aide à pénétrer le un jour, vous m’avez  marcel migozzi vient de       la la bouche pure souffrance paroles de chamantu cyclades, iii° pour ma ainsi fut pétrarque dans la route de la soie, à pied, a la libération, les       en dimanche 18 avril 2010 nous f les feux m’ont diaphane est le des quatre archanges que       &n merci à la toile de 10 vers la laisse ccxxxii madame des forêts de   1) cette       bonheu  de même que les Être tout entier la flamme il n’est pire enfer que histoire de signes . exode, 16, 1-5 toute       parfoi       la je n’hésiterai du fond des cours et des dans l’innocence des dernier vers aoi antoine simon 33  la toile couvre les       le s’ouvre la antoine simon 12 comme c’est       voyage a grant dulur tendrai puis les plus vieilles il était question non     pluie du c’est une sorte de la question du récit       le le bulletin de "bribes sur l’erbe verte si est la terre a souvent tremblé de sorte que bientôt écrirecomme on se pour mireille et philippe l’attente, le fruit   que signifie onzième       coude       nuage tout à fleur d’eaula danse       baie etudiant à  hors du corps pas la lecture de sainte    nous on peut croire que martine     oued coulant pour frédéric l’impression la plus autre essai d’un nous dirons donc madame est une torche. elle c’est parfois un pays madame a des odeurs sauvages quand vous serez tout dernier vers aoi       sur guetter cette chose les grands des voix percent, racontent       au "le renard connaît normal 0 21 false fal carles respunt :       la la bouche pleine de bulles       droite dernier vers aoi         les       le (ô fleur de courge... pour helmut     les fleurs du il existe deux saints portant la littérature de assise par accroc au bord de le travail de bernard reflets et echosla salle       assis pour yves et pierre poher et ce qui importe pour le coeur du vous n’avez madame, on ne la voit jamais  les œuvres de effleurer le ciel du bout des nous avons affaire à de tout mon petit univers en la légende fleurie est       tourne imagine que, dans la la mort d’un oiseau. de tantes herbes el pre exacerbé d’air il tente de déchiffrer,       object  dans toutes les rues       dans       cerisi       la rossignolet tu la       mouett  de la trajectoire de ce       le macles et roulis photo 3 pourquoi yves klein a-t-il i mes doigts se sont ouverts antoine simon 18       " j’ai parlé fin première mouans sartoux. traverse de les doigts d’ombre de neige   d’un coté, l’appel tonitruant du pour angelo lentement, josué s’égarer on deuxième approche de et tout avait onze sous les cercles au lecteur voici le premier       dans dernier vers aoi au matin du 1- c’est dans li emperere par sa grant ecrire sur voici des œuvres qui, le       dans douze (se fait terre se    de femme liseuse macles et roulis photo 1 sainte marie, et si au premier jour il af : j’entends pour antoine simon 6     un mois sans       deux au labyrinthe des pleursils     de rigoles en madame est la reine des     après temps de pierres dans la "moi, esclave" a deuxième la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > RÉVERSIONS

Troisième essai d’autoportrait dit au cas clinique
Ils ne savent pas qui je suis... Non, non ! Ils ne le savent pas. Ne le savent... ou, s’ils le savent, ils le cachent bien. Ils le cachent. Pourquoi le cachent-ils ? Pourquoi ? Ils jouent, ils jouent l’ignorance. Il veulent paraître ignorants, m’ignorer. Ils veulent m’ignore et y réussissent parfaitement, oui, puisque j’en viens à croire que loin de faire ceux qui m’ignorent, ils m’ignorent vraiment. Pourquoi ? Pourquoi veulent-ils me cacher qu’ils savent qui je suis alors qu’ils savaent très bien que je dois me douter qu’ils savent et que je sais qu’ils jouent, qu’ils feignent, qu’ils font semblant. A quoi jouent... Quel jeu jouent-ils pour se cacher de moi et me faire croire qu’ils ne savent pas ? Voilà. Pourquoi jouent-ils ce jeu Pouquoi me me laissent-ils le rôle de celui qui n’est pas ? Je veux dire : pourquoi ne me laissent-ils aucun rôle dans ce jeu ? Aucun rôle. Ce rôle de rien qu’ils veulent que je tienne, dans lequel, ignoré de ceux qui savent qui je suis, je suis censé ignorer qu’ils savent qui je suis, pourquoi me le font-ils jouer ? Qu’ont-ils à gagner, m’ignorant, à me tenir ignoré et me jeter sur le dos leur ignorance ? Pour m’ignorer ainsi, pour me faire croire qu’ils ne savent pas qui je suis, ils doivent forcément, au contraire, parfaitement le savoir, parce que s’ils ne savaient pas vraiment qui je suis, quel besoin auraient-ils de m’ignorer ? De me faire croire qu’ils ne savent pas ? Oui, oui, c’est ça. S’ils m’ignorent, c’est qu’ils me savent. Mais s’ils pensent qu’ils peuvent arriver à me faire croire qu’ils m’ignorent et que serai dupe de leur jeu, si, si, c’est qu’ils ne savent pas qui je suis. Bon bon, mais ils ne doivent vraiment pas savoir que je sais combien ils ne le savent pas, ils ne doivent pas, puisqu’ils m’ignorent... Oui, ils savent à quel point ils ne savent pas qui je suis, puisqu’ils m’ignorent. C’est parce qu’ils savent leur ignorance, qu’ils m’ignorent. Et pourquoi ? Pourquoi jouent-ils, alors qu’ils savent leur ignorance, à ceux qui en savent assez pour pouvoir m’ignorer ? Mais, moi, je sais bien qu’ils savent et ne veulent pas me le faire savoir. Il est des jours, ainsi, où leur ignorance me pèse... Pourquoi donc m’en veulent-ils ? Je leur apprendrai bien qui je suis. Oui, oui, qui je suis... Pour qui me prennent-ils à croire que je peux tenir leur ignorance de ce que je suis vraiment pour leur connaissance de qui je suis ? Il est des jours, ainsi, où je me dis que je saurai bien leur montrer qui je suis, et qu’ils en seront si étonnés, qu’ils ne pourront plus feindre l’ignorance. Je les contraindrai bien à avouer qu’ils savent...

Ainsi parlait-il dans la grande salle

Notre mère m’avait dit que tu l’aimais
  AOI

 

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette