BRIBES EN LIGNE
paroles de chamantu i en voyant la masse aux pluies et bruines, le soleil n’est pas       que l’homme est tes chaussures au bas de       neige une fois entré dans la madame est la reine des de soie les draps, de soie zacinto dove giacque il mio       &agrav “dans le dessin rien n’est       &agrav prenez vos casseroles et macles et roulis photo 4 ajout de fichiers sons dans     depuis franchement, pensait le chef, s’ouvre la constellations et madame des forêts de il y a tant de saints sur chaque jour est un appel, une c’est la distance entre  de même que les    courant dernier vers aoi   le corps encaisse comme il pur ceste espee ai dulor e l’instant criblé troisième essai jamais je n’aurais dernier vers aoi je découvre avant toi   est-ce que  monde rassemblé f les marques de la mort sur la tentation du survol, à antoine simon 21 derniers outre la poursuite de la mise tout à fleur d’eaula danse station 7 : as-tu vu judas se       au merci à marc alpozzo a l’aube des apaches,  “ce travail qui la fraîcheur et la troisième essai et la deuxième édition du il en est des meurtrières. il n’y a pas de plus     surgi o tendresses ô mes     quand le temps passe si vite, les dessins de martine orsoni la question du récit la terre a souvent tremblé   se la légende fleurie est reflets et echosla salle et si tu dois apprendre à vous deux, c’est joie et ils sortent tous ces charlatans qui lancinant ô lancinant       il la vie est ce bruissement et voici maintenant quelques         &n  la lancinante « e ! malvais toulon, samedi 9 pour robert f dans le sourd chatoiement       banlie morz est rollant, deus en ad cet article est paru vedo la luna vedo le chercher une sorte de les petites fleurs des rafale rm, le 2/02/2018 j’ai fait     &nbs antoine simon 25 dans le ciel du bien sûrla li quens oger cuardise présentation du dimanche 18 avril 2010 nous f le feu s’est       un monde imaginal, toutes sortes de papiers, sur       magnol au seuil de l’atelier bribes dans le nid de "je me tais. pour taire.   né le 7     longtemps sur       & sauvage et fuyant comme (en regardant un dessin de toute une faune timide veille       enfant ne pas négocier ne (vois-tu, sancho, je suis six de l’espace urbain, de mes deux mains a grant dulur tendrai puis les enseignants :  martin miguel vient 1. il se trouve que je suis       glouss       la dernier vers que mort les premières au rayon des surgelés c’est extrêmement ki mult est las, il se dort dernier vers aoi cinq madame aux yeux mille fardeaux, mille sculpter l’air : les avenues de ce pays antoine simon 32 essai de nécrologie, nous dirons donc  de la trajectoire de ce le samedi 26 mars, à 15 pour mireille et philippe le galop du poème me antoine simon 26       aux il aura fallu longtemps -       (     pluie du       " du bibelot au babilencore une l’eau s’infiltre       m̵ je me souviens de et ces     sur la les textes mis en ligne comment entrer dans une     le cygne sur je t’ai admiré, les routes de ce pays sont antoine simon 18 a dix sept ans, je ne savais pour jean-marie simon et sa bientôt, aucune amarre       j̵ (dans mon ventre pousse une rien n’est plus ardu marcel alocco a 1- c’est dans 5) triptyque marocain    seule au quatre si la mer s’est "ces deux là se dernier vers doel i avrat, reprise du site avec la sept (forces cachées qui       ...mai écrirecomme on se j’ai en réserve il n’est pire enfer que iloec endreit remeint li os pour andrée       la  dans le livre, le poussées par les vagues dernier vers aoi    tu sais station 4 : judas  1.- les rêves de toi, mésange à       devant "ah ! mon doux pays, antoine simon 23 cinquième citationne etudiant à l’ami michel nice, le 30 juin 2000   ces notes       &eacut tout est possible pour qui en 1958 ben ouvre à a christiane c’est le grand régine robin, le texte qui suit est, bien carles respunt :       sur le deuxième apparition de je ne peins pas avec quoi, dernier vers aoi       qui de profondes glaouis deuxième approche de l’existence n’est 1 au retour au moment       bruyan nous avancions en bas de j’ai travaillé quand nous rejoignons, en   (dans le première rupture : le  ce mois ci : sub mm si c’est ça creuser, je t’enlace gargouille       va     [1]  la route de la soie, à pied, la bouche pure souffrance  “la signification heureuse ruine, pensait l’impossible       en un "tu sais ce que c’est trois (mon souffle au matin  hier, 17 exacerbé d’air villa arson, nice, du 17 7) porte-fenêtre       b&acir li emperere s’est recleimet deu mult un temps hors du     du faucon deuxième apparition       l̵ dernier vers aoi voici l’une de nos plus le ciel est clair au travers ma mémoire ne peut me l’appel tonitruant du le plus insupportable chez bien sûr, il y eut de l’autre en introduction à agnus dei qui tollis peccata il y a dans ce pays des voies tu le sais bien. luc ne       une       la       fleure de proche en proche tous carles li reis en ad prise sa       la       quinze c’est ici, me travail de tissage, dans l’art c’est la pour nicolas lavarenne ma f le feu s’est ce texte se présente dernier vers aoi et nous n’avons rien j’ai donné, au mois à cri et à   le texte suivant a       longte       la guetter cette chose quant carles oït la       assis mult est vassal carles de ce pays que je dis est f j’ai voulu me pencher traquer station 5 : comment a claude b.   comme histoire de signes . depuis ce jour, le site  il y a le   on n’est références : xavier j’ai perdu mon livre grand format en trois avez-vous vu légendes de michel  si, du nouveau     le mais jamais on ne       quand douce est la terre aux yeux ici, les choses les plus equitable un besoin sonnerait ce qui fascine chez et tout avait dans le monde de cette vous avez coupé le sonà feuilleton d’un travail 1) la plupart de ces       juin en cet anniversaire, ce qui madame, vous débusquez       pass&e "mais qui lit encore le       les et encore  dits pour gilbert pour maxime godard 1 haute       le vue à la villa tamaris un jour, vous m’avez est-ce parce que, petit, on si vous entendez le lac onze sous les cercles cher bernard l’éclair me dure, on peut croire que martine je ne saurais dire avec assez       je approche d’une dernier vers aoi giovanni rubino dit je m’étonne toujours de la dernier vers aoi tout est prêt en moi pour une il faut dire les si j’avais de son se reprendre. creuser son la force du corps, fontelucco, 6 juillet 2000       bonheu peinture de rimes. le texte j’écoute vos       au       montag mise en ligne je meurs de soif     les fleurs du pour m.b. quand je me heurte antoine simon 14   encore une les installations souvent, on trouvera la video     rien  pour jean le a la femme au dernier vers aoi raphaël rêve, cauchemar, marché ou souk ou si c’est ça, f le feu est venu,ardeur des moi cocon moi momie fuseau       grappe antoine simon 31 madame chrysalide fileuse     double les plus terribles pour andré villers 1) dans un coin de nice,       voyage rita est trois fois humble. dernier vers aoi madame déchirée du fond des cours et des je rêve aux gorges dans ma gorge   pour olivier     faisant la accorde ton désir à ta       sur mon travail est une       ma  tu ne renonceras pas. vos estes proz e vostre   3   

les les grands suite de ce jour là, je pouvais c’est la chair pourtant elle ose à peine les parents, l’ultime le temps passe dans la bel équilibre et sa   nous sommes de tantes herbes el pre    il deuxième suite rimbaud a donc       aujour la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Approches littéraires > Salvatore Parisi

RAPHAËL MONTICELLI

|
Le poiseau de Parisi
Artiste(s) : Parisi Salvatore

Un fragment de ce texte a été publié par les éditions de la Diane française à l’occasion de l’exposition de Salvatore Parisi, en début février 2019



ON TROUVERA LA CAPTATION VIDEO (PAR CLAUDE RENOUD) D’UNE LECTURE DE CE TEXTE EN CLIQUANT SUR L’ICÔNE CI-DESSOUS

MPEG4 - 86.5 Mo

Le poiseau de Parisi Ornithichtus polychromatus
Ordre : piciforme*
Famille : indicateuridés*
Genre : pihi - ornithictus
Espèce : polychromatus Descripteur : Parisi 2011
* Famille et ordre sujets à controverse.

DESCRIPTION
taille 15 cm
envergure 22 cm
poids 110-115 g.

AVERTISSEMENT Chaque année des milliers de nouveaux animaux et végétaux sont découverts dans le monde notamment en Amazonie et dans le grand Mécong. Tous font l’objet d’un descriptif et les plus remarquables d’entre eux bénéficient d’un signalement médiatique. Le poiseau, découvert en France, n’a encore reçu à ce jour ni descriptif ni signalement. Les auteurs remercient l’éditeur d’avoir permis de combler cette lacune.

DESCRIPTION IDENTIFICATION Le poiseau est un oiseau polychrome de la taille d’un martin pêcheur, avec lequel il a longtemps été confondu. Sa densité fait pourtant que son poids est deux à trois fois plus important. La confusion avec le martin pêcheur d’Europe trouve son origine dans plusieurs causes, au premier rang desquelles figure la raréfaction et la quasi disparition du martin pêcheur jusqu’à une date récente et la grande discrétion naturelle du poiseau. En outre le poiseau partage avec le martin pêcheur son habitat, son habitude de voler en couple, et les colorations de son plumage qui peuvent parfois présenter, comme le martin pêcheur, des bleu-vert, bleu cobalt, bleu brillant, turquoises, orangés, roux et blanc. Il faut ajouter à ces caractéristiques, le fait que le poiseau est un individu plongeur et que son mode de nidification demeure secret. Cette confusion explique pourquoi le poiseau n’a pas fait l’objet d’une observation spécifique jusqu’à une période récente. C’est en 2011 que l’artiste Salvatore Parisi a observé trois caractéristiques particulières qui, outre la densité, différenciaient absolument le poiseau des autres alcénidés, et rendent du reste problématique son classement dans sa famille et son genre. La première caractéristique est le fait que le poiseau ne peut voler qu’en couple. Poussant plus loin l’observation, l’artiste s’est aperçu que le poiseau ne possède qu’une aile, ce qui ne pouvait qu’échapper à un observateur qui voit deux poiseaux voler ensemble côte à côte. À ce propos il est à noter que l’envergure s’entend pour un seul oiseau et qu’il convient de la doubler pour obtenir l’envergure réelle en vol par couple. Par ailleurs, il va de soi que, selon les individus, cette aile est située d’un côté ou de l’autre du corps de l’oiseau : les individus qui ne trouvent pas à s’apparier étant dans l’impossibilité de survivre. Il faut préciser que cette caractéristique semble sans relation avec le sexe, ce qui avait été la première hypothèse des ornithologues. La deuxième caractéristique est le rapport du poiseau avec l’élément liquide dans lequel il plonge ou, plus rarement, s’ébroue. Alors qu’un martin pêcheur ne reste immergé que durant un temps limité, le poiseau peut ne réapparaître qu’au bout de plusieurs heures, voire ne pas réapparaître du tout. Une observation plus poussée a montré que le métabolisme et la morphologie du poiseau changent au moment où il pénètre dans l’eau : des ouïes et des branchies sous-jacentes apparaissent alors. Le plumage lui-même subit une transformation, de moins grande envergure mais tout aussi étonnante : les plumes se font nageoires et des écailles recouvrent les plumes. Encore une chose impossible à remarquer par un observateur même s’il est attentif. Ces deux caractéristiques ont conduit à la définition d’un genre particulier : le pihi - ornithichtus. La troisième caractéristique a déterminé le nom de l’espèce. Au fur et à mesure des observations, est apparue la grande variété colorée d’un individu à l’autre, et chez le même individu. L’analyse a révélé la présence de cellules chromatophores responsables de cette variation chromatique. Ainsi le poiseau a-t-il été défini comme espèce particulière dite « polychromatus ».

INDICATIONS SUBSPÉCIFIQUES
Une seule espèce observée.

NOM COURANT
Le Pihi-ornithicthus polychromatus (poiseau Parisi ou poiseau de Parisi) a reçu le nom trivial de poiseau dans tous les pays francophones où il a été observé.

NOMS ÉTRANGERS (liste limitée aux pays où des poiseaux ont été observés)
D. : vogelfisch - USA & GRB. : fishbird - ESP et AdS : pesage - ITA. : pesciuccio - JPN : sakanatori - NLD : vogelvis - POL : ptakryba - PRT & BRA : peixave - ROU : pasapește.

VOIX CHANTS ET CRIS
La nature aquatique intermittente du poiseau le rend non pas muet mais inaudible pour l’oreille humaine. Des enregistreurs à ultrasons ont révélé un répertoire d’autant plus vaste qu’il est toujours exécuté en duo. Chaque couple, qui semble posséder sa propre signature, reste ainsi en contact permanent avec tous ses semblables. Des ultrasons particulièrement grinçants et discordants semblent être utilisés pour repousser les prédateurs des deux milieux dans lesquels ils évoluent.

HABITAT
Le poiseau se rencontre au bord des eaux calmes et propres, quelle que soit leur profondeur. S’il comporte des poissons de petite taille, son régime alimentaire semble essentiellement herbivore et insectivore. La nidification est encore inconnue. Les diverses hypothèses avancées par les chercheurs varient de la nidification en milieu sous-marin, la nidification en grottes creusées en bord d’eau, et la nidification en vol.

COMPORTEMENT - TRAITS DE CARACTÈRE
Les poiseaux sont des artistes du camouflage. La première fonction de leur éclatante polychromie est, paradoxalement, la discrétion dans le milieu où ils évoluent, ce qui est renforcé par le fait qu’ils sont inaudibles pour l’oreille humaine. On peut heureusement les remarquer aux éclats métalliques qu’ils laissent parfois dans leur passage, et par le bruit retentissant que leur densité produit lors de leurs plongées. « Long éclair et tonnerre court », pour reprendre l’expression d’un observateur. Le vol acrobatique, inattendu, difficile à suivre, a été apparenté à celui des papillons. Leur évolution en milieu aquatique est du même type, ce qui a fait dire que le poiseau vole comme il nage. Les poiseaux, volant ou nageant par deux, ne forment jamais des groupes importants. La façon dont deux poiseaux parviennent à associer et coordonner leurs déplacements n’a pas encore pu être étudiée. Cela suppose néanmoins d’importantes capacités cognitives de communication visuelle et auditive interindividuelle.

ALIMENTATION - MODE ET RÉGIME
Le poiseau consomme des fruits, des légumes, des insectes, vers de terres, petits mollusques, larves, petits poissons. Son bec est équipé de deux rangées de dents mobiles qui se rétractent selon les situations et le type de nourriture.

REPRODUCTION - NIDIFICATION On sait peu de choses sur la nidification des poiseaux (voir supra), tout comme on ne sait rien de la façon dont ils s’accouplent, puisqu’on ne les a observés que collés l’un à l’autre. L’hypothèse de nids enterrés est cependant celle qui reçoit le plus de suffrages en raison de la teinte noire que la peau présente sous l’éclat et la polychromie des plumes et des écailles. On ne sait rien non plus de la ponte : on ignore si les poiseaux se reproduisent comme des poissons ou comme des oiseaux, ou s’ils adoptent l’un ou l’autre mode de reproduction en fonction des circonstances ou des conditions. En raison des capacités de transformation constatées (chromatiques, métaboliques, morphologiques) on admet comme vraisemblable que le poiseau est doté d’hermaphrodisme, sans doute séquentiel plutôt que successif.

DISTRIBUTION
Observé d’abord en France, le poiseau semble présent à travers toute l’Europe et dans les Amériques. Les cas observés au Japon laissent supposer une présence sur tout le continent asiatique. À ce jour aucune observation n’a été confirmée en Afrique ni en Océanie.

MENACES - PROTECTION
Le poiseau n’est plus considéré comme une espèce rare, et son aire de répartition est assez large. Cependant il subit les mêmes menaces et demanderait les mêmes mesures de protection que les autres espèces, espèce humaine comprise. La pollution des rivières, et plus généralement de l’eau, les travaux de toutes sortes qui perturbent l’environnement et nuisent à la qualité de l’air, les effets de la surconsommation humaine, et ceux de la curiosité sans projet des promeneurs, le fait même qu’il soit désormais dans le savoir et sous le regard ne sont pas les moindres des dangers qu’il court.

ICONOGRAPHIE
Les deux céramiques représentant des poiseaux dans l’ouvrage publié par la Diane française sont de Salvatore Parisi. La terre noire utilisée pour les réaliser provient du lieu où a été observé le premier poiseau.

info portfolio

Publication en ligne : 17 février
/ Bibliophilie

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette