BRIBES EN LIGNE
madame, on ne la voit jamais nous viendrons nous masser l’une des dernières je ne saurais dire avec assez un trait gris sur la l’heure de la a christiane mm si c’est ça creuser, tu le sais bien. luc ne tout en vérifiant f le feu m’a  monde rassemblé À perte de vue, la houle des cinquième essai tout dans les rêves de la       l̵ dernier vers aoi dernier vers aoi deuxième essai dernier vers aoi   dans le respect du cahier des cinquième citationne       sabots  mise en ligne du texte petites proses sur terre pour le prochain basilic, (la on peut croire que martine f qu’il vienne, le feu les plus vieilles noble folie de josué, il ne reste plus que le quelque temps plus tard, de ensevelie de silence,       l̵ toutes sortes de papiers, sur  au mois de mars, 1166       apr&eg pour jacqueline moretti, il aurait voulu être       dans un besoin de couper comme de sous la pression des       le on a cru à equitable un besoin sonnerait     l’é la main saisit 1. il se trouve que je suis   un       sur       entre il est le jongleur de lui       jonath archipel shopping, la d’un côté pourquoi yves klein a-t-il a la femme au rêves de josué, le désir de faire avec on trouvera la video       au   la baie des anges à propos “la j’écoute vos encore la couleur, mais cette À peine jetés dans le  le "musée  l’exposition        en i en voyant la masse aux de la moisissures mousses lichens la chaude caresse de g. duchêne, écriture le seul dans la rue je ris la nice, le 30 juin 2000 ce pays que je dis est l’évidence titrer "claude viallat, maintenant il connaît le et…  dits de aucun hasard si se  pour le dernier jour 0 false 21 18    au balcon juste un qu’est-ce qui est en de pareïs li seit la       ton normal 0 21 false fal       pourqu reflets et echosla salle  improbable visage pendu   maille 1 :que       la grande lune pourpre dont les 1- c’est dans la cité de la musique pour daniel farioli poussant si, il y a longtemps, les     sur la pente nous dirons donc le coeur du       les a propos d’une   en grec, morías 7) porte-fenêtre " je suis un écorché vif. mult ben i fierent franceis e       pass&e pour pierre theunissen la       ...mai       sur       alla macles et roulis photo 3 jamais si entêtanteeurydice     quand       une soudain un blanc fauche le charogne sur le seuilce qui folie de josuétout est la musique est le parfum de antoine simon 23       ( le plus insupportable chez l’existence n’est iv.- du livre d’artiste  il y a le  “comment pour ma lorsqu’on connaît une     m2 &nbs les parents, l’ultime     nous neuf j’implore en vain       dans quant carles oït la où l’on revient nous avancions en bas de       dans dernier vers aoi première rupture : le af : j’entends tant pis pour eux.   ces sec erv vre ile il ne sait rien qui ne va polenta comme ce mur blanc       ce vue à la villa tamaris f les feux m’ont         &n       b&acir il semble possible     une abeille de attendre. mot terrible.       sur torna a sorrento ulisse torna leonardo rosa j’ai relu daniel biga, ...et la mémoire rêve comme un préliminaire la non, björg, une autre approche de la terre nous fin première       p&eacu madame est une       &n antoine simon 10    regardant ils s’étaient si c’est ça, pour m.b. quand je me heurte pour robert si elle est belle ? je il en est des meurtrières. pour martin dimanche 18 avril 2010 nous  née à de toutes les inoubliables, les sequence 6   le ce qu’un paysage peut       nuage les dieux s’effacent normalement, la rubrique voici des œuvres qui, le constellations et dans le train premier       sur le légendes de michel ….omme virginia par la jouer sur tous les tableaux quel ennui, mortel pour       la il n’était qu’un difficile alliage de l’illusion d’une rm, le 2/02/2018 j’ai fait     le       le li emperere s’est deuxième apparition reprise du site avec la pour jean-marie simon et sa carles li reis en ad prise sa je n’hésiterai napolì napolì je meurs de soif (de)lecta lucta   mult est vassal carles de       crabe- dernier vers aoi bernadette griot vient de martin miguel art et  hors du corps pas       longte il pleut. j’ai vu la dans les hautes herbes  la lancinante        pour de la terre a souvent tremblé la fonction, et il fallait aller debout dernier vers aoi   tout est toujours en ne faut-il pas vivre comme la pureté de la survie. nul la galerie chave qui     surgi       fourr& toulon, samedi 9       au f le feu est venu,ardeur des je déambule et suis très saintes litanies       retour des quatre archanges que mais non, mais non, tu c’est vrai j’ai donc       reine immense est le théâtre et janvier 2002 .traverse 10 vers la laisse ccxxxii temps de cendre de deuil de exacerbé d’air     son tous feux éteints. des quatrième essai de tout à fleur d’eaula danse s’ouvre la quand les mots pour maxime godard 1 haute un tunnel sans fin et, à journée de Ç’avait été la  ce mois ci : sub     pluie du ecrire sur et voici maintenant quelques madame a des odeurs sauvages       rampan les oiseaux s’ouvrent     hélas, on cheval religion de josué il       quinze traquer coupé en deux quand     double tous ces charlatans qui ses mains aussi étaient dorothée vint au monde les dessins de martine orsoni le samedi 26 mars, à 15 mieux valait découper       neige ainsi fut pétrarque dans les dernières    seule au autre citation"voui     extraire edmond, sa grande nécrologie montagnesde rare moment de bonheur, souvent je ne sais rien de       je « amis rollant, de       banlie frères et deuxième voudrais je vous l’art n’existe avant dernier vers aoi chercher une sorte de voici l’une de nos plus le géographe sait tout la réserve des bribes       deux dernier vers aoi  référencem j’ai longtemps j’oublie souvent et genre des motsmauvais genre ma voix n’est plus que libre de lever la tête dernier vers aoi mm oui, ce qui est troublant s’égarer on deuxième essai le ...et poème pour o tendresses ô mes antoine simon 21 1-nous sommes dehors.   voici donc la vertige. une distance nice, le 18 novembre 2004  la toile couvre les elle ose à peine       en       parfoi       sur très malheureux...       pav&ea les grands imagine que, dans la franchement, pensait le chef, paysage de ta tombe  et dernier vers aoi       la des voiles de longs cheveux ce 28 février 2002.     longtemps sur les installations souvent, À la loupe, il observa il aura fallu longtemps -   est-ce que  si, du nouveau preambule – ut pictura pas même cher bernard  zones gardées de    de femme liseuse j’aime chez pierre   pour adèle et       glouss tout est possible pour qui le temps passe dans la chaque jour est un appel, une       &agrav antoine simon 24 au matin du et encore  dits     après j’ai travaillé sur la toile de renoir, les l’instant criblé (elle entretenait madame dans l’ombre des       les ici, les choses les plus   1) cette “dans le dessin premier vers aoi dernier  au travers de toi je les doigts d’ombre de neige il faut aller voir trois tentatives desesperees  dernières mises patrick joquel vient de d’un bout à antoine simon 18 et  riche de mes je suis dessiner les choses banales     oued coulant  de même que les un soir à paris au in the country station 5 : comment il existe deux saints portant       sur la question du récit     les fleurs du tout en travaillant sur les toute une faune timide veille deux ajouts ces derniers "si elle est       sur certains soirs, quand je je m’étonne toujours de la la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Approches critiques > Miguel > ... ET LA MÉMOIRE RÊVE D’EN RÊVER

Quand les couleurs encore
trempent dans le blanc
une image surgit
traîne avec elle le goût des paradis
perdus
la forme nourricière
d’une bête au mufle de neige
au souffle chaud d’orage
La nuque en frémit
La main
la saisit
donne forme
à
l’espace

Publication en ligne : 22 février
/ Bibliophilie

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette