BRIBES EN LIGNE
c’est le grand le recueil de textes dans les hautes herbes sur la toile de renoir, les mon travail est une dans les écroulements       deux       enfant   le 10 décembre la force du corps, dernier vers aoi au programme des actions maintenant il connaît le légendes de michel pour andré j’ai travaillé elle ose à peine marie-hélène             b&acir merci à marc alpozzo derniers preambule – ut pictura madame des forêts de la fraîcheur et la et que vous dire des pour gilbert rare moment de bonheur, janvier 2002 .traverse une fois entré dans la carissimo ulisse,torna a quelques textes au labyrinthe des pleursils dans les horizons de boue, de al matin, quant primes pert de pareïs li seit la     l’é f les marques de la mort sur un temps hors du       bonhe  “ce travail qui       "       alla vos estes proz e vostre percey priest lakesur les j’ai donné, au mois     de rigoles en archipel shopping, la a dix sept ans, je ne savais j’oublie souvent et il semble possible neuf j’implore en vain dernier vers aoi trois (mon souffle au matin       la  la lancinante dans un coin de nice,       dans ...et poème pour       nuage ouverture de l’espace f toutes mes j’ai parlé       &ccedi et c’était dans polenta l’impression la plus frères et       ( ma voix n’est plus que mais non, mais non, tu pour lee douze (se fait terre se siglent a fort e nagent e   ciel !!!! À peine jetés dans le je rêve aux gorges et si au premier jour il (vois-tu, sancho, je suis constellations et ce qui fait tableau : ce j’ai changé le   voici donc la approche d’une       "       dans toi, mésange à   la production antoine simon 25 je n’hésiterai       en un 1 au retour au moment   pour le prochain de mes deux mains       quinze le vieux qui     "       au c’est parfois un pays pour jacky coville guetteurs "si elle est       grappe hans freibach : j’écoute vos       maquis sur l’erbe verte si est toute une faune timide veille effleurer le ciel du bout des si j’avais de son et…  dits de essai de nécrologie, jouer sur tous les tableaux l’erbe del camp, ki torna a sorrento ulisse torna       baie et ma foi, antoine simon 33       d&eacu edmond, sa grande de sorte que bientôt histoire de signes .       p&eacu carles respunt : bien sûrla le travail de bernard vous avez paysage de ta tombe  et dernier vers aoi « 8° de       crabe- dernier vers aoi le samedi 26 mars, à 15 si, il y a longtemps, les jusqu’à il y a     les provisions pour andrée antoine simon 16         or avant dernier vers aoi pour pierre theunissen la dernier vers aoi À max charvolen et martin abstraction voir figuration ils s’étaient violette cachéeton vous dites : "un rimbaud a donc       &agrav abu zayd me déplait. pas aucun hasard si se une il faut dire les    au balcon       " à propos des grands a toi le don des cris qui ce poème est tiré du (dans mon ventre pousse une     son antoine simon 10    de femme liseuse rêve, cauchemar, cyclades, iii° (en regardant un dessin de d’abord l’échange des cet article est paru c’est la peur qui fait station 1 : judas aux george(s) (s est la dernier vers aoi       retour et nous n’avons rien une errance de       &n quatrième essai de préparation des coupé le sonà       je me À max charvolen et dernier vers aoi 1.- les rêves de si j’étais un       m̵ antoine simon 28 granz est li calz, si se recleimet deu mult       fourmi exode, 16, 1-5 toute ne faut-il pas vivre comme chaque jour est un appel, une j’entends sonner les l’art c’est la le franchissement des sequence 6   le « e ! malvais à bernadette "l’art est-il f tous les feux se sont epuisement de la salle, il ne sait rien qui ne va f le feu est venu,ardeur des i.- avaler l’art par je suis couleur qui ne masque pas macles et roulis photo 1       je       la le texte qui suit est, bien les cuivres de la symphonie  les premières   ces notes il en est des meurtrières. quand il voit s’ouvrir,       cerisi     cet arbre que macles et roulis photo en ceste tere ad estet ja c’est ici, me tout en travaillant sur les ce qu’un paysage peut     sur la le bulletin de "bribes il en est des noms comme du l’éclair me dure, s’égarer on guetter cette chose dans l’innocence des   au milieu de « pouvez-vous bientôt, aucune amarre  hors du corps pas     depuis       cette je ne sais pas si cet univers sans moi cocon moi momie fuseau  hier, 17       glouss lancinant ô lancinant    si tout au long pour mes enfants laure et premier essai c’est je suis occupé ces       bruyan   un vendredi   que signifie à propos “la       les pour martin le lent tricotage du paysage 0 false 21 18 mise en ligne d’un l’illusion d’une s’ouvre la  “ne pas  un livre écrit       sur in the country  mise en ligne du texte   pour olivier au rayon des surgelés je crie la rue mue douleur je serai toujours attentif à cet article est paru dans le je ne saurais dire avec assez   la baie des anges       la madame porte à outre la poursuite de la mise     vers le soir pour max charvolen 1) ce qui importe pour ecrire sur       dans pour marcel mieux valait découper 1-nous sommes dehors. en introduction à allons fouiller ce triangle       sur le 26 août 1887, depuis inoubliables, les  de la trajectoire de ce station 4 : judas  sables mes parolesvous il existe deux saints portant       soleil 1 la confusion des toute trace fait sens. que       midi       &agrav  tu ne renonceras pas. ma mémoire ne peut me station 7 : as-tu vu judas se etudiant à ils sortent petit matin frais. je te       le pierre ciel les dieux s’effacent le grand combat : la pureté de la survie. nul bel équilibre et sa       devant voici des œuvres qui, le la communication est dernier vers aoi pour martine attendre. mot terrible. carissimo ulisse,torna a       la on trouvera la video antoine simon 20 iloec endreit remeint li os     longtemps sur il s’appelait  jésus       apparu religion de josué il antoine simon 24 quel ennui, mortel pour le géographe sait tout la rencontre d’une  le livre, avec la terre a souvent tremblé       "       dans m1       quand vous serez tout au commencement était le nécessaire non  au travers de toi je il tente de déchiffrer, Éléments - “dans le dessin ecrire les couleurs du monde et que dire de la grâce zacinto dove giacque il mio moisissures mousses lichens encore une citation“tu deux ajouts ces derniers chercher une sorte de antoine simon 21 ce pays que je dis est       reine la galerie chave qui  ce mois ci : sub       l̵       aux       reine un homme dans la rue se prend       mouett certains prétendent antoine simon 9 samuelchapitre 16, versets 1 voile de nuità la   f dans le sourd chatoiement       sur le la fraîcheur et la eurydice toujours nue à dessiner les choses banales     le cygne sur j’ai en réserve tandis que dans la grande       avant 10 vers la laisse ccxxxii f les rêves de réponse de michel l’ami michel de l’autre le pendu et il parlait ainsi dans la (elle entretenait nice, le 18 novembre 2004 josué avait un rythme madame déchirée des quatre archanges que de pa(i)smeisuns en est venuz les premières normal 0 21 false fal       la pour yves et pierre poher et la gaucherie à vivre, me je m’étonne toujours de la ( ce texte a il existe au moins deux d’un côté vous deux, c’est joie et saluer d’abord les plus       grimpa nice, le 8 octobre f le feu m’a     au couchant buttati ! guarda&nbs la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EFFRACTIONS
<- Exergue | LXVIII ->
LXVII

Clefs : citations , Josué , "Je"

Il avait accepté d’emblée sa défaite et c’est bien là ce dont il ne revenait pas lui-même

Moi , j’affirme - criait-il devant l’assemblée apparemment subjuguée - j’affirme que je suis Josué et votre présence si capricieuse, si fantasque, si malicieuse, si multiple qu’elle soit, n’y changera rien. Je suis le roc inébranlable, le gardien de l’ordre et de la loi, de la raison et de la foi. Celui qui, ne possédant rien, ne saurait être possédé, fort de ma vacuité, vaste de mon insignifiance : nul n’est plus démuni que moi, nul ne peut espérer obtenir quoi que ce soit de moi. Qui est le plus fort ? Le vainqueur, croyez ? Le plus riche, le plus puissant ? Qui ? Qui tient l’autre à sa merci ? Celui que vous voyez lever le bras en signe de victoire ? C’est ce que vous croyez, n’est-ce pas ? Vils et lâches, troupeau timide qui espérait.

  AOI

 

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette