BRIBES EN LIGNE
intendo... intendo ! pour max charvolen 1) il en est des noms comme du de l’autre la pureté de la survie. nul une fois entré dans la il ne sait rien qui ne va normal 0 21 false fal je sais, un monde se   on n’est la mastication des et la peur, présente où l’on revient madame est toute reflets et echosla salle       quand ici, les choses les plus iv.- du livre d’artiste les textes mis en ligne le bulletin de "bribes pure forme, belle muette, troisième essai la musique est le parfum de       le souvent je ne sais rien de préparation des lentement, josué on croit souvent que le but vue à la villa tamaris    de femme liseuse ço dist li reis : abu zayd me déplait. pas       gentil       grimpa dernier vers aoi       il c’est le grand un jour, vous m’avez troisième essai et       embarq   tout est toujours en on préparait       le le recueil de textes toute trace fait sens. que cinquième citationne "tu sais ce que c’est mesdames, messieurs, veuillez nous savons tous, ici, que rm : d’accord sur tendresse du mondesi peu de clers fut li jurz e li       apparu station 1 : judas c’est la distance entre pour   pour théa et ses marie-hélène   ces notes les enseignants : sables mes parolesvous Être tout entier la flamme printemps breton, printemps « e ! malvais       coude       allong nous lirons deux extraits de       il l’homme est  ce mois ci : sub cinq madame aux yeux vertige. une distance     après sur la toile de renoir, les À perte de vue, la houle des  le "musée ce paysage que tu contemplais rm : nous sommes en et voici maintenant quelques passet li jurz, la noit est et si tu dois apprendre à janvier 2002 .traverse  au travers de toi je pur ceste espee ai dulor e j’arrivais dans les avec marc, nous avons trois tentatives desesperees pour andré merci à la toile de quand il voit s’ouvrir, af : j’entends pour mon épouse nicole a claude b.   comme premier vers aoi dernier dernier vers aoi dernier vers aoi f le feu m’a       descen       avant  de la trajectoire de ce À peine jetés dans le pour nicolas lavarenne ma station 3 encore il parle  si, du nouveau   en grec, morías a l’aube des apaches, nice, le 30 juin 2000       le dernier vers aoi preambule – ut pictura       &agrav ce monde est semé     hélas, elle disposait d’une dans le pays dont je vous       au comme ce mur blanc       &agrav     chambre       sur je ne sais pas si beaucoup de merveilles de soie les draps, de soie   (à     vers le soir à propos “la bien sûr, il y eut pour jean-louis cantin 1.- bel équilibre et sa       droite la terre a souvent tremblé  avec « a la       enfant nous dirons donc s’égarer on ainsi va le travail de qui gardien de phare à vie, au tendresses ô mes envols travail de tissage, dans bien sûrla       force       je maintenant il connaît le quant carles oït la que d’heures       dans la légende fleurie est bernard dejonghe... depuis nous avancions en bas de cet univers sans j’oublie souvent et   saint paul trois  on peut passer une vie       m̵ percey priest lakesur les rêves de josué, dessiner les choses banales li emperere s’est saluer d’abord les plus "ces deux là se deuxième suite  le livre, avec dernier vers aoi    nous “dans le dessin à bernadette paien sunt morz, alquant dernier vers aoi issent de mer, venent as allons fouiller ce triangle face aux bronzes de miodrag tu le saiset je le vois (josué avait pour jacky coville guetteurs       pass&e       les recleimet deu mult   adagio   je portrait. 1255 : dans le pain brisé son de prime abord, il un tunnel sans fin et, à c’est extrêmement    tu sais du bibelot au babilencore une li emperere par sa grant f qu’il vienne, le feu si elle est belle ? je le pendu temps où le sang se je t’ai admiré,  dernières mises     ton   1) cette toutes sortes de papiers, sur deuxième approche de les dessins de martine orsoni dans la caverne primordiale ce qu’un paysage peut "mais qui lit encore le al matin, quant primes pert       b&acir la vie est dans la vie. se les petites fleurs des pour marcel       dans       bonheu rare moment de bonheur,   pour le prochain si j’étais un "l’art est-il langues de plomba la folie de josuétout est laure et pétrarque comme et ma foi, dans les hautes herbes de mes deux mains villa arson, nice, du 17 iloec endreit remeint li os avez-vous vu       d&eacu carissimo ulisse,torna a le 23 février 1988, il  la toile couvre les       &n À max charvolen et martin miguel art et petit matin frais. je te quelque temps plus tard, de mougins. décembre       sur au labyrinthe des pleursils le géographe sait tout nos voix mille fardeaux, mille       pour       je me antoine simon 31 rossignolet tu la equitable un besoin sonnerait j’ai parlé 0 false 21 18 madame aux rumeurs noble folie de josué, prenez vos casseroles et quand les mots quand c’est le vent qui autre essai d’un eurydice toujours nue à   l’oeuvre vit son la communication est       & dans ce pays ma mère bientôt, aucune amarre pour frédéric aucun hasard si se il n’y a pas de plus toi, mésange à madame est la reine des "et bien, voilà..." dit antoine simon 10 il en est des meurtrières. un titre : il infuse sa 13) polynésie que reste-t-il de la       à il ne reste plus que le pierre ciel cette machine entre mes les plus vieilles on cheval       fourr& bribes en ligne a les routes de ce pays sont accorde ton désir à ta f le feu s’est raphaËl seins isabelle boizard 2005 des voix percent, racontent le soleil n’est pas on a cru à a propos de quatre oeuvres de deuxième essai le “le pinceau glisse sur apaches : un trait gris sur la       le pour lee raphaël         &n dernier vers aoi pour michèle gazier 1     de rigoles en si, il y a longtemps, les   dits de dernier vers aoi     rien li quens oger cuardise morz est rollant, deus en ad pour philippe je ne peins pas avec quoi, genre des motsmauvais genre       aujour       jardin écoute, josué, i.- avaler l’art par    regardant de toutes les       apr&eg       que et je vois dans vos quel ennui, mortel pour libre de lever la tête dans les horizons de boue, de m1       pour martin comment entrer dans une il s’appelait  pour jean le à propos des grands       "     oued coulant nous viendrons nous masser c’est la chair pourtant (ô fleur de courge... j’ai travaillé la vie humble chez les   pour olivier le geste de l’ancienne, l’attente, le fruit       retour À l’occasion de fin première ce dernier vers aoi le temps passe si vite, pour egidio fiorin des mots dorothée vint au monde "nice, nouvel éloge de la attelage ii est une œuvre depuis ce jour, le site pour michèle aueret           une abeille de ils sortent       au la prédication faite  l’exposition  inoubliables, les       la pie "si elle est jamais si entêtanteeurydice madame chrysalide fileuse  “s’ouvre mes pensées restent       va le proche et le lointain g. duchêne, écriture le il semble possible   anatomie du m et       sous paysage de ta tombe  et à sylvie       le ce pays que je dis est le "patriote", pour jacqueline moretti, 0 false 21 18 quel étonnant       "       le napolì napolì       midi la langue est intarissable avant propos la peinture est nous avons affaire à de     le cygne sur     le cher bernard l’illusion d’une rimbaud a donc abstraction voir figuration   nous sommes suite de (elle entretenait est-ce parce que, petit, on et si au premier jour il la lecture de sainte epuisement de la salle,   si vous souhaitez poussées par les vagues polenta  ce qui importe pour la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EFFRACTIONS
<- LXVII | LXIX ->
LXVIII


Écoute, Josué, lui disait encore Dieu, il y a en toi quelque chose qui m’agace. Par certains côtés, tu me rappelles Job.

à vrai dire, ce n’est pas “ tu me rappelles ” que Dieu disait à Josué, mais quelque chose du genre : “ Tu es là présent en ma présence pour moi qui suis, comme est aussi en ma présence présent, Job dont toi tu ne peux que te souvenir ”. C’est seulement pour la commodité de la lecture qu’il est transcrit, « détranscendantalisé », si l’on veut - en “ tu me rappelles"
  com
me lui tu embrouilles tout par des propos dénués de sens, quelque chose de tendu et de nerveux, aussi, vous est commun et de soumis enfin
  et il disait ainsi à travers les espaces…


  Mais
où étais-tu quand je fondai la terre ?  Parle
      Parle si tu sais !
dis leur donc qui a construit tout cela, quel est le géomètre et l’arpenteur et l’architecte et le maçon à la fois, et le tailleur de la mer, et le maître du jour... Si tu le sais réponds, aujourd’hui c’est moi qui questionne et à toi de parler
©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette