BRIBES EN LIGNE
pour andrée       bruyan       fleure    tu sais c’est la distance entre station 3 encore il parle pour pas une année sans évoquer station 5 : comment antoine simon 18 j’ai travaillé nous avancions en bas de après la lecture de on cheval vertige. une distance cet article est paru dans le a l’aube des apaches, de mes deux mains dentelle : il avait constellations et la fraîcheur et la normal 0 21 false fal bribes en ligne a       sur descendre à pigalle, se       cerisi mi viene in mentemi « 8° de ce qui aide à pénétrer le béatrice machet vient de imagine que, dans la attendre. mot terrible. je découvre avant toi villa arson, nice, du 17 Être tout entier la flamme   anatomie du m et antoine simon 27 dans ce périlleux       l̵       ...mai le 26 août 1887, depuis     pluie du nous viendrons nous masser le texte qui suit est, bien est-ce parce que, petit, on les installations souvent, pour jean gautheronle cosmos       en un si, il y a longtemps, les janvier 2002 .traverse comme une suite de       &agrav la liberté de l’être       gentil     les fleurs du coupé le sonà       dans je reviens sur des il souffle sur les collines carcassonne, le 06 pour anne slacik ecrire est       grappe derniers vers sun destre ainsi va le travail de qui li quens oger cuardise antoine simon 7 halt sunt li pui e mult halt merle noir  pour  dans toutes les rues au seuil de l’atelier station 1 : judas agnus dei qui tollis peccata les oiseaux s’ouvrent dans l’innocence des   dits de comme ce mur blanc toute une faune timide veille l’existence n’est et c’était dans fragilité humaine. tromper le néant violette cachéeton       alla me quando me ne so itu pe       aux arbre épanoui au ciel il tente de déchiffrer, archipel shopping, la       ce 0 false 21 18 antoine simon 17 chercher une sorte de clers est li jurz et li antoine simon 21 le tissu d’acier l’éclair me dure, il est le jongleur de lui     vers le soir d’ eurydice ou bien de outre la poursuite de la mise rimbaud a donc genre des motsmauvais genre   six formes de la et nous n’avons rien l’une des dernières       six     de rigoles en a dix sept ans, je ne savais       deux 1-nous sommes dehors. il pleut. j’ai vu la au lecteur voici le premier ce n’est pas aux choses  “ce travail qui       fleur et combien à       le  il est des objets sur six de l’espace urbain, préparation des       que avant propos la peinture est   iv    vers un nouvel espace est ouvert lentement, josué       le quatrième essai rares temps de cendre de deuil de     sur la dans les carnets  “comment j’ai changé le  les œuvres de je meurs de soif   pour théa et ses "si elle est le ciel de ce pays est tout ce nous lirons deux extraits de si j’étais un l’illusion d’une   le texte suivant a       au le temps passe si vite, dans l’innocence des       ( ce poème est tiré du tu le saiset je le vois encore une citation“tu premier essai c’est       rampan trois (mon souffle au matin et je vois dans vos       au antoine simon 13 À la loupe, il observa diaphane est le à la mémoire de premier vers aoi dernier je dors d’un sommeil de bal kanique c’est     ton bernadette griot vient de ce qui fascine chez la fonction,  tu ne renonceras pas. ma mémoire ne peut me voici des œuvres qui, le je t’ai admiré, 5) triptyque marocain les dieux s’effacent et  riche de mes       s̵ cette machine entre mes recleimet deu mult       l̵ passet li jurz, la noit est  “la signification mouans sartoux. traverse de       les vue à la villa tamaris pour mon épouse nicole la question du récit il n’y a pas de plus ainsi alfred… madame, c’est notre les textes mis en ligne       pour la deuxième édition du le nécessaire non rossignolet tu la la danse de nu(e), comme son nom essai de nécrologie,   1) cette les amants se dernier vers que mort dernier vers aoi   passent .x. portes, depuis ce jour, le site neuf j’implore en vain   marcel en ceste tere ad estet ja et…  dits de  dans le livre, le antoine simon 20 pas même le passé n’est l’appel tonitruant du un jour nous avons    regardant paien sunt morz, alquant elle disposait d’une       su sept (forces cachées qui le lourd travail des meules ki mult est las, il se dort je suis je suis occupé ces     tout autour tout à fleur d’eaula danse       tourne (la numérotation des pour max charvolen 1) pour lee les routes de ce pays sont       l̵ je suis bien dans beaucoup de merveilles       "       je       glouss       un apaches : mais jamais on ne dix l’espace ouvert au     faisant la r.m.a toi le don des cris qui carissimo ulisse,torna a raphaël       bonhe sixième la liberté s’imprime à la cité de la musique       le s’égarer on  il y a le     dans la ruela   tout est toujours en pure forme, belle muette, où l’on revient l’impossible macles et roulis photo 1       &n diaphane est le mot (ou     extraire mon travail est une À perte de vue, la houle des     hélas, ce texte m’a été etait-ce le souvenir       pass&e dernier vers aoi mille fardeaux, mille   encore une  le livre, avec   nous sommes je n’ai pas dit que le       vedo la luna vedo le     au couchant des quatre archanges que la langue est intarissable       dans       dans  mise en ligne du texte       voyage depuis le 20 juillet, bribes “dans le dessin nice, le 8 octobre dorothée vint au monde sous l’occupation temps de pierres       ( il en est des meurtrières.       " la communication est et que dire de la grâce josué avait un rythme (josué avait lentement 1.- les rêves de je rêve aux gorges c’est le grand deuxième essai le douce est la terre aux yeux un besoin de couper comme de       &n       au granz est li calz, si se pour alain borer le 26     surgi       force histoire de signes .     &nbs cinquième essai tout du fond des cours et des spectacle de josué dit     son écrirecomme on se   un la vie est ce bruissement je crie la rue mue douleur       é À l’occasion de autre citation"voui able comme capable de donner deuxième apparition je t’enfourche ma       le       sur clere est la noit e la       embarq deux nouveauté, a propos d’une nice, le 18 novembre 2004 iv.- du livre d’artiste madame déchirée langues de plomba la       assis le 2 juillet quelque temps plus tard, de       &agrav antoine simon 26 aux barrières des octrois       et station 4 : judas  pour jacky coville guetteurs j’écoute vos la mastication des au rayon des surgelés dernier vers aoi elle réalise des la prédication faite vi.- les amicales aventures  au travers de toi je rita est trois fois humble. pour michèle gazier 1 (elle entretenait attention beau temps où les coeurs a christiane art jonction semble enfin   ces notes       reine       dans la gaucherie à vivre, antoine simon 25 c’est la chair pourtant ensevelie de silence, ses mains aussi étaient       &ccedi de pareïs li seit la o tendresses ô mes trois tentatives desesperees       dans       ce  le "musée il existe au moins deux f les marques de la mort sur       banlie napolì napolì avec marc, nous avons ce qui fait tableau : ce madame dans l’ombre des       pav&ea antoine simon 24 dernier vers s’il eurydice toujours nue à       l̵ errer est notre lot, madame, "tu sais ce que c’est faisant dialoguer onzième n’ayant pas m1       même si les avenues de ce pays peinture de rimes. le texte a la femme au la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EFFRACTIONS
<- LXVII | LXIX ->
LXVIII


Écoute, Josué, lui disait encore Dieu, il y a en toi quelque chose qui m’agace. Par certains côtés, tu me rappelles Job.

à vrai dire, ce n’est pas “ tu me rappelles ” que Dieu disait à Josué, mais quelque chose du genre : “ Tu es là présent en ma présence pour moi qui suis, comme est aussi en ma présence présent, Job dont toi tu ne peux que te souvenir ”. C’est seulement pour la commodité de la lecture qu’il est transcrit, « détranscendantalisé », si l’on veut - en “ tu me rappelles"
  com
me lui tu embrouilles tout par des propos dénués de sens, quelque chose de tendu et de nerveux, aussi, vous est commun et de soumis enfin
  et il disait ainsi à travers les espaces…


  Mais
où étais-tu quand je fondai la terre ?  Parle
      Parle si tu sais !
dis leur donc qui a construit tout cela, quel est le géomètre et l’arpenteur et l’architecte et le maçon à la fois, et le tailleur de la mer, et le maître du jour... Si tu le sais réponds, aujourd’hui c’est moi qui questionne et à toi de parler
©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette