BRIBES EN LIGNE
    chambre avec marc, nous avons       " certains soirs, quand je j’ai ajouté il tente de déchiffrer, ( ce texte a dans les rêves de la on peut croire que martine ajout de fichiers sons dans sixième les oiseaux s’ouvrent 10 vers la laisse ccxxxii  pour le dernier jour je rêve aux gorges cette machine entre mes dernier vers aoi la route de la soie, à pied, tandis que dans la grande la vie est dans la vie. se clers fut li jurz e li       entre les routes de ce pays sont chaque jour est un appel, une       les il existe deux saints portant rêve, cauchemar,  “la signification non, björg,       un que d’heures mult est vassal carles de hans freibach :   3   

les ce qui fait tableau : ce ma voix n’est plus que     quand 1) la plupart de ces merci à la toile de dorothée vint au monde tout à fleur d’eaula danse les avenues de ce pays       la merle noir  pour quel étonnant si j’avais de son maintenant il connaît le ce siglent a fort e nagent e   six formes de la     nous   1) cette tout est possible pour qui temps de bitume en fusion sur la pureté de la survie. nul   ces sec erv vre ile     un mois sans je désire un   je ne comprends plus       crabe-       je je suis       fourr&   un  hors du corps pas         adagio   je   marcel       fleur deuxième essai trois tentatives desesperees une errance de       &n       devant     l’é toujours les lettres : elle ose à peine dans le respect du cahier des réponse de michel granz fut li colps, li dux en l’instant criblé       bonhe       dans à la bonne ce 28 février 2002. je n’ai pas dit que le antoine simon 33 le 26 août 1887, depuis se reprendre. creuser son envoi du bulletin de bribes antoine simon 31       aujour     sur la chaises, tables, verres, f les rêves de voudrais je vous toutes sortes de papiers, sur     vers le soir f toutes mes antoine simon 14       six 1.- les rêves de 1 la confusion des    si tout au long   voici donc la al matin, quant primes pert max charvolen, martin miguel dernier vers aoi "ah ! mon doux pays,       je f le feu est venu,ardeur des a propos de quatre oeuvres de madame est la reine des pour andré       p&eacu (vois-tu, sancho, je suis marie-hélène la vie humble chez les dont les secrets… à quoi j’ai relu daniel biga, diaphane est le mot (ou le coeur du   tout est toujours en le grand combat : les textes mis en ligne cinq madame aux yeux sept (forces cachées qui  tous ces chardonnerets nouvelles mises en  on peut passer une vie       il assise par accroc au bord de quatrième essai de outre la poursuite de la mise ils sortent même si  “ce travail qui "l’art est-il mise en ligne       embarq       le rm : d’accord sur je me souviens de dans les hautes herbes  tu vois im font chier j’ai donc douze (se fait terre se s’ouvre la il y a des objets qui ont la     depuis       gentil il ne sait rien qui ne va dans le pays dont je vous histoire de signes . passent .x. portes,  de même que les       deux       dans pour mon épouse nicole et voici maintenant quelques moi cocon moi momie fuseau "nice, nouvel éloge de la comme une suite de c’est seulement au  dans toutes les rues les étourneaux ! karles se dort cum hume nice, le 18 novembre 2004 les dieux s’effacent madame, c’est notre pour m.b. quand je me heurte   est-ce que       au station 1 : judas le bulletin de "bribes       sur  “ne pas raphaël       alla     son mi viene in mentemi il y a dans ce pays des voies pour max charvolen 1) antoine simon 26       il       la (elle entretenait souvent je ne sais rien de clquez sur montagnesde raphaËl en introduction à j’ai en réserve g. duchêne, écriture le       coude a supposer quece monde tienne       va quelque chose antoine simon 20 rita est trois fois humble.   d’un coté, la chaude caresse de  mise en ligne du texte il semble possible depuis ce jour, le site ici, les choses les plus troisième essai et       l̵ c’est la distance entre les installations souvent, voile de nuità la li quens oger cuardise dans le train premier       le dernier vers aoi j’entends sonner les le soleil n’est pas dernier vers aoi     " dans l’innocence des dernier vers aoi       j̵ la réserve des bribes encore une citation“tu nous dirons donc c’est un peu comme si, raphaël       la       montag le passé n’est noble folie de josué, printemps breton, printemps nous serons toujours ces     une abeille de peinture de rimes. le texte de profondes glaouis l’attente, le fruit je serai toujours attentif à de mes deux mains li emperere s’est edmond, sa grande et il parlait ainsi dans la encore la couleur, mais cette   maille 1 :que moisissures mousses lichens l’existence n’est   se bel équilibre et sa marché ou souk ou ainsi va le travail de qui constellations et le texte qui suit est, bien a claude b.   comme un temps hors du si grant dol ai que ne ki mult est las, il se dort       pass&e     du faucon percey priest lakesur les  l’exposition  li emperere par sa grant i.- avaler l’art par dernier vers aoi  ce qui importe pour       ce  dernier salut au le 28 novembre, mise en ligne imagine que, dans la présentation du  improbable visage pendu pas de pluie pour venir un homme dans la rue se prend vi.- les amicales aventures dans les carnets  née à pour martine derniers jamais je n’aurais     les provisions paroles de chamantu il ne reste plus que le   pour théa et ses deux mille ans nous merci à marc alpozzo       object il est le jongleur de lui       la un jour, vous m’avez le temps passe dans la       chaque troisième essai et il fallait aller debout tout en vérifiant dernier vers aoi       assis premier essai c’est       le pour martin       journ&       sur dernier vers aoi il souffle sur les collines premier vers aoi dernier à       en un je déambule et suis descendre à pigalle, se  la lancinante j’ai changé le le "patriote", c’est parfois un pays et tout avait       au       le mougins. décembre le géographe sait tout exacerbé d’air       les petites proses sur terre des voix percent, racontent l’art n’existe autre citation"voui ainsi alfred…       apparu faisant dialoguer le vieux qui difficile alliage de       le       " attelage ii est une œuvre en cet anniversaire, ce qui deuxième suite 1254 : naissance de napolì napolì   au milieu de toutefois je m’estimais tous ces charlatans qui le franchissement des antoine simon 9 je meurs de soif ma chair n’est nous lirons deux extraits de     oued coulant violette cachéeton mon cher pétrarque, je crie la rue mue douleur jamais si entêtanteeurydice au lecteur voici le premier comme un préliminaire la pour daniel farioli poussant le ciel est clair au travers pour alain borer le 26    seule au thème principal : derniers vers sun destre je sais, un monde se       bonheu reflets et echosla salle sequence 6   le mille fardeaux, mille dernier vers aoi   on n’est je suis bien dans antoine simon 10       pass&e je t’enlace gargouille ils avaient si longtemps, si quand nous rejoignons, en la bouche pure souffrance       dans du bibelot au babilencore une preambule – ut pictura le proche et le lointain       cerisi gardien de phare à vie, au et nous n’avons rien ouverture de l’espace janvier 2002 .traverse si elle est belle ? je madame aux rumeurs       & dernier vers aoi c’est vrai normalement, la rubrique       apr&eg s’égarer on  marcel migozzi vient de il existe au moins deux comme c’est       au quand sur vos visages les la terre nous station 4 : judas  antoine simon 27 (de)lecta lucta           &n un tunnel sans fin et, à la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EFFRACTIONS
<- LXVII | LXIX ->
LXVIII


Écoute, Josué, lui disait encore Dieu, il y a en toi quelque chose qui m’agace. Par certains côtés, tu me rappelles Job.

à vrai dire, ce n’est pas “ tu me rappelles ” que Dieu disait à Josué, mais quelque chose du genre : “ Tu es là présent en ma présence pour moi qui suis, comme est aussi en ma présence présent, Job dont toi tu ne peux que te souvenir ”. C’est seulement pour la commodité de la lecture qu’il est transcrit, « détranscendantalisé », si l’on veut - en “ tu me rappelles"
  com
me lui tu embrouilles tout par des propos dénués de sens, quelque chose de tendu et de nerveux, aussi, vous est commun et de soumis enfin
  et il disait ainsi à travers les espaces…


  Mais
où étais-tu quand je fondai la terre ?  Parle
      Parle si tu sais !
dis leur donc qui a construit tout cela, quel est le géomètre et l’arpenteur et l’architecte et le maçon à la fois, et le tailleur de la mer, et le maître du jour... Si tu le sais réponds, aujourd’hui c’est moi qui questionne et à toi de parler
©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette