BRIBES EN LIGNE
      au       la jusqu’à il y a c’était une martin miguel art et des voix percent, racontent       le seins isabelle boizard 2005       aujour temps de pierres dans la       l̵ nous avancions en bas de et combien glaciation entre     tout autour pas une année sans évoquer avez-vous vu toujours les lettres : quando me ne so itu pe       bien f le feu est venu,ardeur des       il comme c’est buttati ! guarda&nbs antoine simon 25   l’oeuvre vit son en introduction à la cité de la musique vue à la villa tamaris religion de josué il et  riche de mes le vieux qui que reste-t-il de la le pendu c’est une sorte de       " les étourneaux ! antoine simon 33 macles et roulis photo 1 le glacis de la mort dessiner les choses banales dernier vers aoi       dans pour michèle gazier 1) imagine que, dans la       object lancinant ô lancinant monde imaginal,    si tout au long ce qui fait tableau : ce le geste de l’ancienne, "la musique, c’est le percey priest lakesur les mise en ligne d’un petites proses sur terre       retour il n’est pire enfer que carissimo ulisse,torna a     une abeille de       parfoi dieu faisait silence, mais       sur le deux ajouts ces derniers il est le jongleur de lui   maille 1 :que paysage de ta tombe  et j’entends sonner les tout est prêt en moi pour  pour de macles et roulis photo       aux il s’appelait elle réalise des antoine simon 19       "  il est des objets sur onze sous les cercles j’ai donné, au mois antoine simon 6 jouer sur tous les tableaux o tendresses ô mes       allong    de femme liseuse     longtemps sur les dernières     depuis quand les eaux et les terres       cinquième essai tout et que vous dire des journée de  tous ces chardonnerets les parents, l’ultime granz est li calz, si se       en un     de rigoles en suite du blasphème de dans les rêves de la dentelle : il avait   un vendredi clere est la noit e la il était question non     à  epître aux les dieux s’effacent     pluie du       d&eacu  pour jean le la terre a souvent tremblé genre des motsmauvais genre  ce mois ci : sub pour le prochain basilic, (la je dors d’un sommeil de et voici maintenant quelques je ne peins pas avec quoi,       le un nouvel espace est ouvert     " antoine simon 29 deuxième essai le       ce si j’avais de son je serai toujours attentif à       le dans le train premier et il parlait ainsi dans la onzième quelque temps plus tard, de traquer       entre dans les écroulements dernier vers aoi     &nbs  dernières mises       je me la pureté de la survie. nul la bouche pure souffrance a la fin il ne resta que il n’y a pas de plus la vie est ce bruissement nous serons toujours ces toi, mésange à ma voix n’est plus que  née à polenta accorde ton désir à ta     hélas, la mastication des       pav&ea tout le problème printemps breton, printemps je meurs de soif marcel alocco a je crie la rue mue douleur toute trace fait sens. que mes pensées restent madame a des odeurs sauvages   en grec, morías le lent déferlement et si tu dois apprendre à cette machine entre mes j’ai perdu mon pour maguy giraud et temps de pierres epuisement de la salle,       grimpa fin première la lecture de sainte dans les hautes herbes couleur qui ne masque pas giovanni rubino dit franchement, pensait le chef, nous dirons donc il avait accepté dernier vers aoi dernier vers aoi il faut laisser venir madame l’appel tonitruant du pour anne slacik ecrire est j’arrivais dans les de pa(i)smeisuns en est venuz       à merci à la toile de       que entr’els nen at ne pui tout mon petit univers en douze (se fait terre se ce je ne saurais dire avec assez       au       voyage ne faut-il pas vivre comme folie de josuétout est je suis "l’art est-il r.m.a toi le don des cris qui sixième       apr&eg       fourr&     le cygne sur station 1 : judas vous avez sur la toile de renoir, les paroles de chamantu lorsqu’on connaît une « e ! malvais       entre       je j’ai donc la question du récit rien n’est plus ardu       il morz est rollant, deus en ad       ruelle mon travail est une       m̵ dernier vers aoi carles li reis en ad prise sa (dans mon ventre pousse une chairs à vif paumes nous viendrons nous masser f dans le sourd chatoiement       je me antoine simon 17       fourmi   3   

les je m’étonne toujours de la et c’était dans grant est la plaigne e large dernier vers aoi si elle est belle ? je "nice, nouvel éloge de la pure forme, belle muette,       sur       avant dont les secrets… à quoi madame est une dans le pain brisé son s’ouvre la l’attente, le fruit ouverture d’une       dans       assis       coude       quinze  les éditions de Ç’avait été la c’est le grand attendre. mot terrible. "et bien, voilà..." dit (vois-tu, sancho, je suis a l’aube des apaches, dans l’effilé de neuf j’implore en vain suite de vous êtes l’impression la plus attention beau cet article est paru dans le       sur même si deuxième suite toutes sortes de papiers, sur       pass&e       " 1) la plupart de ces c’est parfois un pays deuxième apparition de       le si tu es étudiant en la brume. nuages li emperere par sa grant    en quai des chargeurs de tout en vérifiant       ( normal 0 21 false fal granz fut li colps, li dux en carles respunt : immense est le théâtre et pour nicolas lavarenne ma temps de bitume en fusion sur si grant dol ai que ne f le feu m’a rm : d’accord sur régine robin, le grand combat : dernier vers aoi pour jean-louis cantin 1.- un soir à paris au   pour adèle et réponse de michel À max charvolen et coupé en deux quand mon cher pétrarque, vos estes proz e vostre       soleil à sylvie rita est trois fois humble. napolì napolì poussées par les vagues le 26 août 1887, depuis       pass&e la rencontre d’une dernier vers aoi dans les carnets au matin du troisième essai       la intendo... intendo ! travail de tissage, dans       pav&ea en ceste tere ad estet ja l’art n’existe in the country je découvre avant toi   pour le prochain non... non... je vous assure, avant propos la peinture est “le pinceau glisse sur ce texte m’a été de mes deux mains       reine encore la couleur, mais cette dernier vers aoi       apr&eg ici, les choses les plus la mort, l’ultime port,       sur le dans le monde de cette « pouvez-vous l’évidence 1 au retour au moment pour philippe la légende fleurie est pour jean marie       vu de profondes glaouis elle disposait d’une pour raphaël bel équilibre et sa la bouche pleine de bulles mouans sartoux. traverse de  improbable visage pendu  le "musée pour mes enfants laure et  mise en ligne du texte merci au printemps des   est-ce que dans le pays dont je vous attendre. mot terrible. ço dist li reis : le ciel de ce pays est tout       dans carissimo ulisse,torna a et te voici humanité sept (forces cachées qui la danse de maintenant il connaît le  marcel migozzi vient de des voiles de longs cheveux la terre nous rare moment de bonheur, effleurer le ciel du bout des encore une citation“tu apaches :   anatomie du m et pour egidio fiorin des mots       sabots histoire de signes . nu(e), comme son nom là, c’est le sable et       l̵ antoine simon 15  c’était       cette dernier vers aoi   bientôt, aucune amarre  la lancinante ( ce texte a       en   la baie des anges f le feu s’est pourquoi yves klein a-t-il une il faut dire les qu’est-ce qui est en mise en ligne temps où les coeurs karles se dort cum hume inoubliables, les générations   le 10 décembre à la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EFFRACTIONS

 C’était ainsi parfois, et sous le feu roulant des questions de Dieu, Josué demeurait muet. Dieu seul était capable de repasser ainsi en des discours sans fin des questions sans réponse. Ou en tout cas les questions étaient telles que la réponse était celui qui les posait et tout en répondant Josué pensait “ Tu dis, mais moi je parle ”. Et chaque fois Dieu, qui le savait dieu sait comment— lui répondait : “ Eh oui, Josué, tu parles, tu parles même trop, pour te le dire en clair, Josué, tu me les gonfles ! "

et

les mots s’envolèrent

   Je parle oui je parle et c’est pour faire entendre 1’inouï de ce que tu répètes. Qui est le vainqueur de qui ? Et qui peut invoquer qui ? Priez vous tous, prions et que la terre tourne !

  AOI

 

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette