BRIBES EN LIGNE
pourquoi yves klein a-t-il titrer "claude viallat, bien sûr, il y eut autres litanies du saint nom nous dirons donc  mise en ligne du texte       m̵ nouvelles mises en une autre approche de   encore une     [1]  dessiner les choses banales       magnol       ce     l’é c’est seulement au     chambre le temps passe dans la madame, c’est notre       baie je suis celle qui trompe       dans dernier vers aoi imagine que, dans la bernadette griot vient de la pureté de la survie. nul les dernières du fond des cours et des la fonction, nous lirons deux extraits de sequence 6   le introibo ad altare   3   

les       retour  si, du nouveau li emperere s’est intendo... intendo !  tous ces chardonnerets 1 la confusion des clers fut li jurz e li 1257 cleimet sa culpe, si       montag je me souviens de nice, le 18 novembre 2004 noble folie de josué,     sur la dernier vers aoi  pour de bientôt, aucune amarre « e ! malvais pour julius baltazar 1 le tout à fleur d’eaula danse sculpter l’air : ainsi alfred…       ruelle c’est ici, me       le 1- c’est dans mougins. décembre la chaude caresse de       en un la prédication faite et que vous dire des se placer sous le signe de       je ce texte se présente un temps hors du polenta marché ou souk ou on a cru à macles et roulis photo 3 dernier vers aoi       la un homme dans la rue se prend pour jean gautheronle cosmos À perte de vue, la houle des tendresses ô mes envols beaucoup de merveilles le geste de l’ancienne, juste un mot pour annoncer art jonction semble enfin pour michèle gazier 1) sables mes parolesvous voici des œuvres qui, le  “la signification  le grand brassage des des quatre archanges que dorothée vint au monde  référencem   j’ai souvent vous deux, c’est joie et  ce qui importe pour l’heure de la pour mon épouse nicole la liberté de l’être 1. il se trouve que je suis l’erbe del camp, ki pour jean marie hans freibach : la vie est dans la vie. se suite de aux george(s) (s est la pour andré et  riche de mes un jour, vous m’avez       p&eacu il ne s’agit pas de pour jean-louis cantin 1.-       coude travail de tissage, dans au seuil de l’atelier       il décembre 2001. très saintes litanies       en     vers le soir nous avancions en bas de grant est la plaigne e large       pav&ea l’existence n’est de tantes herbes el pre antoine simon 24 lancinant ô lancinant la littérature de la galerie chave qui Éléments - là, c’est le sable et dernier vers aoi cliquetis obscène des antoine simon 10       " li quens oger cuardise  au mois de mars, 1166 cette machine entre mes quand les mots « voici       encore une citation“tu que reste-t-il de la rien n’est     rien clers est li jurz et li       un c’est la peur qui fait deuxième apparition de tous feux éteints. des et c’était dans iloec endreit remeint li os à la mémoire de pour nicolas lavarenne ma présentation du antoine simon 28 sur la toile de renoir, les       les dans les écroulements leonardo rosa il est le jongleur de lui dans les horizons de boue, de j’ai longtemps karles se dort cum hume je m’étonne toujours de la le ciel de ce pays est tout exode, 16, 1-5 toute  c’était le soleil n’est pas pour martine dernier vers aoi quelque chose       arauca pluies et bruines,       &agrav pour mes enfants laure et       dans de la  le livre, avec l’art c’est la le géographe sait tout en cet anniversaire, ce qui à sylvie       à  la lancinante       parfoi elle réalise des le temps passe si vite, à rimbaud a donc les installations souvent,       l̵ l’appel tonitruant du et ma foi,       au       le       pass&e       jonath sainte marie, vous avez       &agrav et que dire de la grâce rare moment de bonheur, À max charvolen et martin le tissu d’acier je t’enfourche ma j’ai en réserve antoine simon 3 dernier vers aoi derniers béatrice machet vient de ce texte m’a été s’ouvre la       dans le monde de cette trois tentatives desesperees dernier vers aoi madame est toute raphaËl sur l’erbe verte si est pour maxime godard 1 haute le galop du poème me   entrons écoute, josué,       ma       un antoine simon 26 morz est rollant, deus en ad       &agrav deux nouveauté, tu le sais bien. luc ne     le nécrologie       le (ô fleur de courge... la bouche pure souffrance       rampan    nous   je n’ai jamais madame est la reine des       m̵ la brume. nuages les lettres ou les chiffres dernier vers aoi   est-ce que si, il y a longtemps, les (dans mon ventre pousse une       pourqu suite du blasphème de       fourr& dernier vers doel i avrat, entr’els nen at ne pui en 1958 ben ouvre à       nuage   né le 7 moisissures mousses lichens il ne reste plus que le j’ai donné, au mois   1) cette f le feu est venu,ardeur des       " la tentation du survol, à pas même antoine simon 19 ainsi fut pétrarque dans premier vers aoi dernier carles li reis en ad prise sa quand sur vos visages les je dors d’un sommeil de       pass&e dans le train premier antoine simon 22  née à       le le 26 août 1887, depuis avant propos la peinture est descendre à pigalle, se pure forme, belle muette, sixième « pouvez-vous antoine simon 30 au matin du autre citation dernier vers aoi   dernier vers aoi abstraction voir figuration   iv    vers preambule – ut pictura carmelo arden quin est une a supposer quece monde tienne à cri et à on préparait a dix sept ans, je ne savais "moi, esclave" a de toutes les     chant de    seule au j’ai donc     dans la ruela       au       deux même si  ce mois ci : sub       mouett quatrième essai rares a propos d’une coupé le sonà le ciel est clair au travers martin miguel art et antoine simon 31  hors du corps pas attendre. mot terrible. mesdames, messieurs, veuillez merci à marc alpozzo vous avez r.m.a toi le don des cris qui       &eacut   "pour tes la force du corps, antoine simon 29 clere est la noit e la coupé en deux quand clquez sur rm : nous sommes en rêves de josué, f j’ai voulu me pencher (À l’église les routes de ce pays sont     du faucon l’éclair me dure, huit c’est encore à il avait accepté depuis le 20 juillet, bribes pour daniel farioli poussant   un vendredi       sur n’ayant pas il n’était qu’un et il parlait ainsi dans la (en regardant un dessin de d’ eurydice ou bien de et ces       assis références : xavier à propos des grands (de)lecta lucta   pour martine, coline et laure  “comment la communication est   pour adèle et pour maguy giraud et et te voici humanité       ce on cheval les premières dernier vers aoi tout est prêt en moi pour on trouvera la video   la baie des anges       &n   pour théa et ses très malheureux... ensevelie de silence, le coquillage contre bel équilibre et sa les enseignants : f qu’il vienne, le feu mais non, mais non, tu ma mémoire ne peut me ouverture de l’espace À la loupe, il observa sa langue se cabre devant le       deux pour michèle napolì napolì ma voix n’est plus que tout mon petit univers en dans ma gorge ce n’est pas aux choses derniers vers sun destre       object il y a tant de saints sur station 7 : as-tu vu judas se il y a dans ce pays des voies pour egidio fiorin des mots dans le respect du cahier des     " petites proses sur terre souvent je ne sais rien de (ma gorge est une le samedi 26 mars, à 15 cet article est paru si elle est belle ? je dans l’innocence des       s̵ les grands dans le pain brisé son la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EFFRACTIONS
<- LXXV | LXXVII ->
LXVI

Clefs : Josué , "Je" , langue , voyages

Noble folie de Josué, dite du Blasphème
Je parlent… tais-toi ! Où va ma langue, je vais, et je vais où vont mes pieds. Et si je ne sais pas où ils vont, où elle va, je sais toujours où je les mets. Non, non, pas d’errance. L’erreur, seule, l’erreur ! Pas de marche au hasard… Je parlent, ne réponds pas ! Est-il important de savoir où l’on va ? Est-il donc un but à atteindre –(s’il n’est déjà atteint !)- des lieux à découvrir ? –(à moins qu’on ne les sache !). Je marche émerveillé de ma marche et des lieux connus et de la marche seule et des seuls lieux connus. Rien ne me dévie, ne me dévoie, et je rejette ce que je ne connais pas, en tout cas, je ne m’y lance jamais sans les plus minutieux apprêts. Chemins de traverse, voies parallèles où je vais comme qui rumine et laisse à ses pieds le soin d’aller ! Ah ! la marche ! plaisir d’une perverse inutilité

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette