BRIBES EN LIGNE
antoine simon 26 toi, mésange à 1. il se trouve que je suis Être tout entier la flamme       longte la liberté de l’être peinture de rimes. le texte tout mon petit univers en     hélas, sixième hans freibach : c’est parfois un pays madame aux rumeurs       les quand les eaux et les terres dernier vers aoi ainsi alfred… a grant dulur tendrai puis mon travail est une je sais, un monde se apaches : le numéro exceptionnel de en ceste tere ad estet ja       la petit matin frais. je te antoine simon 9 les lettres ou les chiffres antoine simon 24 attendre. mot terrible. huit c’est encore à j’ai ajouté station 7 : as-tu vu judas se n’ayant pas la mort d’un oiseau. le samedi 26 mars, à 15 et si tu dois apprendre à envoi du bulletin de bribes la réserve des bribes assise par accroc au bord de pour ki mult est las, il se dort       alla cliquetis obscène des tendresse du mondesi peu de antoine simon 7 six de l’espace urbain, tu le sais bien. luc ne portrait. 1255 : jamais je n’aurais  le grand brassage des quand c’est le vent qui       les villa arson, nice, du 17       au passet li jurz, si turnet a la brume. nuages (la numérotation des ainsi va le travail de qui       sous "moi, esclave" a derniers macles et roulis photo 4 temps de pierres dans la à propos “la ne faut-il pas vivre comme la vie est dans la vie. se on trouvera la video mieux valait découper       va pour julius baltazar 1 le tendresses ô mes envols       " antoine simon 18       grappe religion de josué il réponse de michel et je vois dans vos       &agrav raphaël un jour nous avons     tout autour f le feu est venu,ardeur des l’impossible granz est li calz, si se       s̵       apparu rien n’est       la il est le jongleur de lui c’est un peu comme si,  la toile couvre les gardien de phare à vie, au   encore une générations       jardin       retour       neige mise en ligne "tu sais ce que c’est quel étonnant       la c’est pour moi le premier pourquoi yves klein a-t-il dernier vers aoi temps où les coeurs ce n’est pas aux choses pour jean-louis cantin 1.- le texte qui suit est, bien ici, les choses les plus pour daniel farioli poussant passent .x. portes,       dans dernier vers aoi raphaël frères et À peine jetés dans le "la musique, c’est le le 15 mai, à  au mois de mars, 1166 (elle entretenait       la  il y a le       la décembre 2001. chercher une sorte de antoine simon 2 madame, vous débusquez il s’appelait madame, on ne la voit jamais la gaucherie à vivre, le 26 août 1887, depuis       pass&e je n’hésiterai ce jour-là il lui (À l’église antoine simon 3       su     sur la       assis   l’oeuvre vit son  mise en ligne du texte il faut laisser venir madame       grimpa pour martine à la bonne       allong l’homme est de l’autre 1 au retour au moment marché ou souk ou   nous sommes 1-nous sommes dehors. chairs à vif paumes je ne sais pas si mise en ligne d’un 0 false 21 18 nos voix       m̵ ce qui fait tableau : ce bel équilibre et sa diaphane est le les plus vieilles pour michèle f le feu s’est À l’occasion de je suis bien dans dernier vers aoi j’écoute vos ( ce texte a la rencontre d’une f dans le sourd chatoiement       pav&ea dix l’espace ouvert au autre essai d’un très malheureux... et voici maintenant quelques de mes deux mains le plus insupportable chez   un les plus terribles "pour tes       je me 0 false 21 18       descen imagine que, dans la       sur avec marc, nous avons je n’ai pas dit que le comme une suite de       juin nouvelles mises en       quinze   adagio   je attendre. mot terrible. outre la poursuite de la mise       " d’un côté on préparait   voici donc la  tous ces chardonnerets leonardo rosa inoubliables, les pour maguy giraud et  dans toutes les rues ne pas négocier ne il ne s’agit pas de au rayon des surgelés tout le problème de proche en proche tous les premières j’ai en réserve elle disposait d’une voici des œuvres qui, le preambule – ut pictura aucun hasard si se douce est la terre aux yeux non, björg,       bonhe       je non... non... je vous assure,       mouett  ce mois ci : sub pour m.b. quand je me heurte  si, du nouveau giovanni rubino dit suite du blasphème de poème pour       dans on croit souvent que le but       marche j’ai donc antoine simon 22       le recleimet deu mult la pureté de la survie. nul dernier vers aoi mon cher pétrarque, max charvolen, martin miguel 5) triptyque marocain cher bernard "le renard connaît vous dites : "un la poésie, à la les dernières des voiles de longs cheveux     cet arbre que on peut croire que martine  les premières       apr&eg avant propos la peinture est dernier vers aoi mesdames, messieurs, veuillez …presque vingt ans plus dernier vers doel i avrat, la fraîcheur et la j’arrivais dans les deux ajouts ces derniers dieu faisait silence, mais       le c’est ici, me j’entends sonner les et ma foi, si elle est belle ? je constellations et       sur karles se dort cum hume nous dirons donc f le feu s’est le lent tricotage du paysage deuxième apparition le galop du poème me si tu es étudiant en pour le prochain basilic, (la et que dire de la grâce     du faucon       &eacut agnus dei qui tollis peccata le glacis de la mort       sur ce pays que je dis est il arriva que       journ& au seuil de l’atelier dans le monde de cette c’est le grand deux ce travail vous est (vois-tu, sancho, je suis pas facile d’ajuster le montagnesde trois (mon souffle au matin monde imaginal, dessiner les choses banales bernadette griot vient de  au travers de toi je  on peut passer une vie  zones gardées de     &nbs       un       cette machine entre mes couleur qui ne masque pas cet univers sans très saintes litanies deuxième apparition de dans les carnets il était question non des quatre archanges que       banlie dimanche 18 avril 2010 nous s’égarer on       un des voix percent, racontent 7) porte-fenêtre entr’els nen at ne pui tes chaussures au bas de il en est des meurtrières. vos estes proz e vostre un besoin de couper comme de temps où le sang se travail de tissage, dans       dans à sylvie dernier vers aoi   titrer "claude viallat, ] heureux l’homme toutefois je m’estimais heureuse ruine, pensait pour andré   né le 7       sur “le pinceau glisse sur juste un     extraire d’abord l’échange des dernier vers aoi tout est prêt en moi pour       é des conserves !  pour de "ces deux là se " je suis un écorché vif. exacerbé d’air       &ccedi prenez vos casseroles et les amants se et la peur, présente macles et roulis photo 3 autre citation un titre : il infuse sa spectacle de josué dit j’ai changé le   pour adèle et   jn 2,1-12 : au matin du       bien à la mémoire de       l̵ antoine simon 19       il   ces notes     le je suis deuxième essai       nuage l’instant criblé madame des forêts de la fonction, dans ce pays ma mère bruno mendonça le geste de l’ancienne, À perte de vue, la houle des       le un trait gris sur la introibo ad altare ils avaient si longtemps, si       une       dans   on n’est       avant douze (se fait terre se tout à fleur d’eaula danse la lecture de sainte     pluie du tous feux éteints. des       " madame est la reine des f qu’il vienne, le feu la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EFFRACTIONS
<- LXXVII | LXXIX ->
LXXVIII

Clefs : citations , mort , Dieu , peuples , Ulysse

Autre petite voix d’Ulysse

Allez donc savoir ce que me trouvait Calypso. Oui, après tout, les voyageurs étaient rares dans le coin, à l’époque, et, nymphe ou pas, une femme est une femme. Ce qui est sûr, c’est qu’elle était troglodyte. Belle, oui. Il serait vain de vouloir la décrire : ce que l’on voit d’une femme et comment on s’en émeut ne peut se réduire à ce que l’on entend de ce qui se dit d’une femme ou de l’émotion. Belle, et savante dans l’art de cacher pour que l’on voie et de montrer pour que l’on ignore.
On connaît ces yeux dont on aimerait qu’ils se ferment s’ils sont ouverts, qu’ils s’ouvrent s’ils sont clos ; rien de tel avec Calypso : elle vous regarde, comme absente et son regard, pourtant, durement vous pénètre et quand elle ferme les paupières, il semble que son regard au fond de vous subsiste encore et creuse. Et de même pour tout son corps, souple et fondant, et résistant aux regards et aux caresses : on s’y jette et en même temps on le perd. Mais non ! la beauté de Calypso, passés les premiers jours de cette excitation de l’esprit et du corps contre cette force duelle, je me suis aperçu que je ne pourrais y découvrir qu’elle seule. Calypso belle comme la terre et la mer, mais qu’est la terre sans les fruits ? Et beaucoup plus tentants sont les fruits qui ont leur beauté imparfaite et tout leur rapport à la terre, et à la saveur du périssable. Pénélope n’est pas belle comme elle. Mais la beauté de Pénélope ne dépend pas d’elle seule, ne se résout pas en elle-même. Elle est liée à ma terre, à tous les miens, elle est cousue à moi. Je pleure en Pénélope ma propre vie. Calypso est en même temps autre. De jour en jour semblable à elle-même, fixée dans son immortalité, elle est définitivement et toujours pareillement autre. Pénélope est autre de jour en jour. En découvrant Pénélope, c’est mon pays, mon peuple et mon temps et moi même que chaque jour je redécouvre. Oui, son immortalité m’a lassé de Calypso et j’aime Pénélope pour ma mort…

Est-ce là être une garce ? Le mot ne l’épouvantait pas

  Il était pourtant l’une des personnalités les plus connues et les plus appréciées pour sa courtoisie et sa compétence du milieu diplomatique parisien…

  Elle avait, sous le pseudonyme de Jean, été correspondante du « Journal » et connaissait notre pays de remarquable et familière façon. Traductrice inspirée d’Apollinaire et Valéry
  Elle possédait une fort belle collection de bourses

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette