BRIBES EN LIGNE
ils s’étaient  il est des objets sur       sur ço dist li reis : f le feu s’est       cette       longte   pour olivier f dans le sourd chatoiement  née à       la errer est notre lot, madame, les amants se       droite le 2 juillet prenez vos casseroles et sculpter l’air : dans la caverne primordiale j’ai donc buttati ! guarda&nbs et combien un jour nous avons dentelle : il avait de pa(i)smeisuns en est venuz raphaël je n’ai pas dit que le     m2 &nbs des voix percent, racontent l’heure de la la vie est ce bruissement       au onze sous les cercles ainsi alfred… si, il y a longtemps, les et que vous dire des Ç’avait été la       il         il l’existence n’est couleur qui ne masque pas la vie humble chez les     le dernier vers aoi   pluies et bruines, et ma foi, chairs à vif paumes temps de cendre de deuil de il avait accepté ne pas négocier ne  tu vois im font chier   un effleurer le ciel du bout des raphaël samuelchapitre 16, versets 1 mise en ligne f le feu s’est       qui     les provisions       en  référencem et il parlait ainsi dans la       allong antoine simon 31 ainsi va le travail de qui  pour de   la baie des anges       l̵ madame, on ne la voit jamais je rêve aux gorges 5) triptyque marocain     vers le soir a la fin il ne resta que aux george(s) (s est la raphaËl "nice, nouvel éloge de la sept (forces cachées qui attendre. mot terrible. pour michèle gazier 1 j’ai changé le le 26 août 1887, depuis         &n dans le pays dont je vous madame, vous débusquez dernier vers aoi troisième essai et ici, les choses les plus carmelo arden quin est une       p&eacu pour maguy giraud et       six ils sortent       &n la bouche pure souffrance clere est la noit e la nu(e), comme son nom entr’els nen at ne pui pierre ciel de soie les draps, de soie pour raphaël       la  un livre écrit       " mais non, mais non, tu f toutes mes pour michèle gazier 1) peinture de rimes. le texte le 23 février 1988, il     ton       les deux ce travail vous est petites proses sur terre  “ce travail qui c’est la distance entre       dans   dits de s’ouvre la toi, mésange à       ton granz fut li colps, li dux en présentation du       sur lentement, josué vous dites : "un  de la trajectoire de ce  hier, 17 n’ayant pas (josué avait lentement antoine simon 12 diaphane est le mot (ou       voyage       dans antoine simon 6       la  dernières mises dernier vers aoi le galop du poème me temps de pierres jouer sur tous les tableaux bien sûr, il y eut madame porte à et il fallait aller debout  pour jean le quand vous serez tout le passé n’est  au travers de toi je   on n’est       je me l’impossible dernier vers aoi       baie madame chrysalide fileuse       journ&       ma mult ben i fierent franceis e ce qui aide à pénétrer le cinquième citationne pour alain borer le 26 d’un bout à de pareïs li seit la nice, le 30 juin 2000 sur l’erbe verte si est la communication est il faut aller voir deux nouveauté, au matin du dernier vers aoi dans l’effilé de accorde ton désir à ta pas de pluie pour venir pur ceste espee ai dulor e quand les eaux et les terres    en frères et       le le géographe sait tout libre de lever la tête       le sur la toile de renoir, les “le pinceau glisse sur marché ou souk ou     au couchant antoine simon 26 tout à fleur d’eaula danse       sur diaphane est le tendresse du mondesi peu de quel ennui, mortel pour j’ai ajouté      & vous deux, c’est joie et antoine simon 18     extraire onzième le nécessaire non j’ai travaillé les enseignants :       que cinq madame aux yeux beaucoup de merveilles premier essai c’est a toi le don des cris qui tous feux éteints. des       " dessiner les choses banales passet li jurz, la noit est mult est vassal carles de   l’oeuvre vit son sequence 6   le nous viendrons nous masser 1257 cleimet sa culpe, si pour martin a supposer quece monde tienne 1-nous sommes dehors.   nous sommes       le       dans       embarq ce 28 février 2002. janvier 2002 .traverse li emperere par sa grant et nous n’avons rien edmond, sa grande à pour philippe quelque temps plus tard, de pour jean gautheronle cosmos paroles de chamantu       l̵ deuxième apparition de les textes mis en ligne     " j’écoute vos « 8° de je ne saurais dire avec assez  de même que les suite du blasphème de passet li jurz, si turnet a de la traquer marie-hélène "moi, esclave" a « voici       coude macles et roulis photo 1       le la lecture de sainte madame, c’est notre si grant dol ai que ne       un       " dernier vers que mort  tous ces chardonnerets dimanche 18 avril 2010 nous toutefois je m’estimais religion de josué il pas sur coussin d’air mais   (à si j’avais de son       reine là, c’est le sable et    tu sais sauvage et fuyant comme       &n l’art n’existe 1.- les rêves de avez-vous vu       pour Être tout entier la flamme       je et te voici humanité les cuivres de la symphonie   ciel !!!!       le quatrième essai rares  ce mois ci : sub f tous les feux se sont antoine simon 3 abu zayd me déplait. pas bribes en ligne a pour andré ce texte se présente la brume. nuages nouvelles mises en morz est rollant, deus en ad "je me tais. pour taire. douce est la terre aux yeux Éléments - quel étonnant un verre de vin pour tacher de tantes herbes el pre j’ai donné, au mois       le       apparu l’erbe del camp, ki 1- c’est dans   que signifie quelques textes vous avez josué avait un rythme genre des motsmauvais genre  la lancinante madame aux rumeurs derniers vers sun destre À perte de vue, la houle des   maille 1 :que   adagio   je pour michèle aueret dernier vers aoi vous êtes toulon, samedi 9 carles respunt : l’instant criblé lorsqu’on connaît une les oiseaux s’ouvrent       glouss   jn 2,1-12 : premier vers aoi dernier halt sunt li pui e mult halt pour andré villers 1) démodocos... Ça a bien un les doigts d’ombre de neige (ô fleur de courge... dernier vers aoi troisième essai    nous le geste de l’ancienne, dernier vers aoi en ceste tere ad estet ja dernier vers aoi au seuil de l’atelier       & carcassonne, le 06 dans les écroulements pour julius baltazar 1 le     &nbs ouverture d’une deuxième suite le numéro exceptionnel de écrirecomme on se       "       dans heureuse ruine, pensait f le feu m’a recleimet deu mult       le ses mains aussi étaient       (    de femme liseuse deuxième dans ce périlleux       pass&e grande lune pourpre dont les dernier vers aoi macles et roulis photo 6 pour angelo       m̵ bien sûrla une autre approche de       jonath       dans dernier vers aoi "ces deux là se  pour le dernier jour dernier vers aoi 1 au retour au moment les plus terribles dans ma gorge maintenant il connaît le rêves de josué, normalement, la rubrique  “ne pas   en grec, morías mise en ligne d’un a ma mère, femme parmi franchement, pensait le chef, madame dans l’ombre des l’ami michel       midi 1) la plupart de ces  si, du nouveau    regardant pour andrée       " dans le patriote du 16 mars 13) polynésie     sur la pente bel équilibre et sa intendo... intendo !     surgi station 7 : as-tu vu judas se nous lirons deux extraits de ce va et vient entre     faisant la  epître aux la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EFFRACTIONS
<- LXXVIII | LXXX ->
LXXIX

Clefs : mort , Dieu , peuples , Josué , "Je" , Ulysse

Suite du Blasphème de Josué

Je parlent ! Et parlant, loin d’embrouiller, je dis le seul ordre dicible : il t’est facile enfin de prétendre que j’embrouille, tu ne dis pas l’ordre, mais l’être-là. Mes mots seront toujours insensés ! Tu es… peux-tu dire qui je suis, ou ce que je suis ? Peux-tu me dire comment vivait mon peuple et pourquoi, disparu, il subsiste ? Peux-tu me dire ce que Calypso pouvait fouiller de sa langue dans ma bouche ? Comment j’ai joué ma mort à ma mort ? Enfin, sais-tu, peux-tu savoir, ce que c’est que de tromper le temps…

  Je ne pouvais comprendre ce qu’avait ce malheureux…

   démuni, dépossédé, sage et fou à la fois, riche de tous mes manques … Je bave de désir, je ne suis qu’une force jalouse, voyeur, comme ces enfants pauvres qu’on figurait plantés aux devantures des pâtisseries et qui ne pouvaient entrer . Immense gouffre ouvert à tous les vents à toutes les tempêtes aux surgissements de toutes les eaux possibles, bruyant de toutes les sources, rien ne m’importe –ni ne m’emporte- et tout en moi s’engouffre de ce qui est assez subtil (…)

   AOI

 

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette