BRIBES EN LIGNE
iloec endreit remeint li os traquer antoine simon 10 le corps encaisse comme il cinquième citationne …presque vingt ans plus pourquoi yves klein a-t-il le coquillage contre deuxième apparition générations     quand issent de mer, venent as entr’els nen at ne pui mon cher pétrarque, au commencement était dernier vers aoi       au      & à cri et à c’est la chair pourtant décembre 2001. dans ce périlleux au lecteur voici le premier nu(e), comme son nom dernier vers aoi  il est des objets sur onzième glaciation entre madame des forêts de  la toile couvre les la mastication des on cheval peinture de rimes. le texte dans la caverne primordiale « 8° de l’éclair me dure, douze (se fait terre se on trouvera la video       au sixième la liberté s’imprime à neuf j’implore en vain       bonhe pure forme, belle muette, toute une faune timide veille       au les étourneaux ! dernier vers aoi pas une année sans évoquer la deuxième édition du carcassonne, le 06       je       pav&ea pas facile d’ajuster le o tendresses ô mes       grappe ainsi fut pétrarque dans mise en ligne 0 false 21 18 les grands une fois entré dans la la terre nous les parents, l’ultime de toutes les passet li jurz, la noit est       object       dans intendo... intendo ! le temps passe si vite,  on peut passer une vie et nous n’avons rien station 1 : judas       soleil dentelle : il avait à propos des grands accoucher baragouiner tout en travaillant sur les antoine simon 32 que d’heures dieu faisait silence, mais beaucoup de merveilles dans ma gorge imagine que, dans la dans ce pays ma mère dernier vers aoi   ces sec erv vre ile dans les écroulements       fourmi quand il voit s’ouvrir,       chaque c’est vrai pour jacqueline moretti, il ne s’agit pas de dernier vers aoi mouans sartoux. traverse de pour martine, coline et laure et que vous dire des je suis       dans       le pour le prochain basilic, (la quando me ne so itu pe je crie la rue mue douleur pour mes enfants laure et j’ai ajouté petites proses sur terre trois tentatives desesperees le lent tricotage du paysage pour michèle aueret genre des motsmauvais genre       nuage les lettres ou les chiffres ouverture de l’espace       l̵ me n’ayant pas dans les hautes herbes à sylvie de proche en proche tous  la lancinante temps de bitume en fusion sur   iv    vers deux nouveauté, toute trace fait sens. que nice, le 8 octobre macles et roulis photo 6 pour martine un homme dans la rue se prend non, björg,       le a grant dulur tendrai puis f qu’il vienne, le feu couleur qui ne masque pas rien n’est plus ardu madame est toute si tu es étudiant en       reine   on n’est antoine simon 18 merci au printemps des tromper le néant je n’ai pas dit que le il est le jongleur de lui       au outre la poursuite de la mise je suis celle qui trompe madame chrysalide fileuse il n’y a pas de plus clere est la noit e la       les quel étonnant depuis le 20 juillet, bribes antoine simon 5 bruno mendonça premier essai c’est madame aux rumeurs antoine simon 6       voyage       qui  le livre, avec vous avez  les trois ensembles f les feux m’ont antoine simon 13       coude et il parlait ainsi dans la ce 28 février 2002. ma chair n’est antoine simon 23 antoine simon 15 pour andré passent .x. portes, il ne sait rien qui ne va l’homme est même si il arriva que torna a sorrento ulisse torna       sur autre citation"voui face aux bronzes de miodrag       m̵ mon travail est une je ne saurais dire avec assez       la a propos d’une   3   

les zacinto dove giacque il mio et je vois dans vos ils avaient si longtemps, si spectacle de josué dit deux ajouts ces derniers f toutes mes dans l’innocence des       bien       " la rencontre d’une   un six de l’espace urbain, l’erbe del camp, ki dernier vers s’il si j’avais de son pas même ce texte se présente pour qui veut se faire une du fond des cours et des la fraîcheur et la elle ose à peine       midi       ce le glacis de la mort       dans on peut croire que martine de l’autre toi, mésange à dernier vers aoi       assis       quinze cet article est paru dans le effleurer le ciel du bout des       archipel shopping, la       banlie f le feu s’est le vieux qui   dits de       en un   jn 2,1-12 : on a cru à des conserves ! cet article est paru ici, les choses les plus est-ce parce que, petit, on pour yves et pierre poher et       l̵ rare moment de bonheur, madame, on ne la voit jamais vedo la luna vedo le l’impossible dernier vers aoi (dans mon ventre pousse une bal kanique c’est attelage ii est une œuvre hans freibach :       la l’une des dernières et te voici humanité  tu ne renonceras pas. À la loupe, il observa etudiant à       et tu quand les mots  les premières       apr&eg       " petit matin frais. je te (vois-tu, sancho, je suis il souffle sur les collines       un les plus terribles   en grec, morías tendresses ô mes envols       tourne et la peur, présente     [1]  pas de pluie pour venir 1254 : naissance de à bribes en ligne a  hors du corps pas dernier vers aoi les petites fleurs des le 19 novembre 2013, à la macles et roulis photo 4 dernier vers aoi dans les horizons de boue, de comme c’est de sorte que bientôt attendre. mot terrible. morz est rollant, deus en ad laure et pétrarque comme carissimo ulisse,torna a certains prétendent     surgi     les fleurs du       ( j’ai perdu mon r.m.a toi le don des cris qui d’abord l’échange des cinquième essai tout les durand : une dessiner les choses banales la chaude caresse de     son       force À peine jetés dans le fin première arbre épanoui au ciel sainte marie,       nuage carles li reis en ad prise sa mais jamais on ne       dans préparation des pierre ciel f dans le sourd chatoiement la vie est ce bruissement a l’aube des apaches, mesdames, messieurs, veuillez il était question non le passé n’est       le epuisement de la salle, autre petite voix bernard dejonghe... depuis dernier vers aoi vous êtes de pareïs li seit la nouvelles mises en   le texte suivant a antoine simon 28 macles et roulis photo 7 la langue est intarissable troisième essai   pour adèle et   entrons     cet arbre que les dieux s’effacent sauvage et fuyant comme carles respunt : pas sur coussin d’air mais les routes de ce pays sont patrick joquel vient de quand les eaux et les terres nous viendrons nous masser (ma gorge est une macles et roulis photo dans un coin de nice, antoine simon 17 1 au retour au moment c’est seulement au la liberté de l’être passet li jurz, si turnet a guetter cette chose nous savons tous, ici, que ce jour là, je pouvais       sur le       "       montag comment entrer dans une       d&eacu madame porte à equitable un besoin sonnerait je m’étonne toujours de la       st quand sur vos visages les nous serons toujours ces       la       apr&eg madame, c’est notre       " et combien abu zayd me déplait. pas       rampan et voici maintenant quelques grant est la plaigne e large       bonheu       fourr& toujours les lettres : raphaËl       au À max charvolen et je ne peins pas avec quoi, pour michèle gazier 1) pour nicolas lavarenne ma l’instant criblé       l̵ dernier vers aoi dernier vers aoi         je vi.- les amicales aventures au matin du     hélas, tout est possible pour qui ecrire les couleurs du monde bientôt, aucune amarre 1257 cleimet sa culpe, si Ç’avait été la c’est le grand l’heure de la       ( sur l’erbe verte si est ses mains aussi étaient pour gilbert antoine simon 14 la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EFFRACTIONS

Elle disposait d’une fort étendue collection de bourses

Complainte d’Ulysse dite du prisonnier des eaux


Double colonne de marbre
Toi l’esseulée ton souvenir
longuement bu dans mes voyages
a le goût de la mer docile
langoureux désespoir mouvant
Branche double du citronnier
ou du cèdre toi
qui m’esseules le désir
qui point au cœur de moi
semble une mer courroucée
Double fruit des arbres clairs
aux palpitations d’oiseaux
tes nuageuses formes m’ont
suscité beaucoup plus d’orages
que les tourmentes d’Ilion
Double goutte échappée des lacs
nous l’entre-deux de mes voyages
mouvants les perles étonnées de toi à moi se sont lancées
à la poursuite des soupirs
Unique source au creux des marbres
Seule étoilée de miel
l’étau qui enserre mes côtes
ne relâchera son étreinte
que dans la fraîcheur de tes bras

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette