BRIBES EN LIGNE
      apparu f le feu s’est le plus insupportable chez antoine simon 19 pour nicolas lavarenne ma descendre à pigalle, se les dessins de martine orsoni edmond, sa grande       rampan       fleure dernier vers aoi pour julius baltazar 1 le les plus terribles  “... parler une le "patriote",     l’é  si, du nouveau nous lirons deux extraits de de prime abord, il  au mois de mars, 1166 comment entrer dans une       su dans le pays dont je vous       entre       "     chambre madame est toute quatre si la mer s’est       un dans ce périlleux       object du bibelot au babilencore une la réserve des bribes hans freibach :       parfoi que reste-t-il de la huit c’est encore à madame porte à       p&eacu pour max charvolen 1) n’ayant pas de toutes les  je signerai mon troisième essai et il ne s’agit pas de à   ciel !!!! ma voix n’est plus que les étourneaux ! pour gilbert sors de mon territoire. fais toute trace fait sens. que de l’autre  tu vois im font chier me outre la poursuite de la mise printemps breton, printemps et tout avait       fourr&   pour théa et ses carissimo ulisse,torna a       voyage d’abord l’échange des       ...mai       qui pour michèle aueret       arauca       aux où l’on revient f le feu s’est buttati ! guarda&nbs antoine simon 28 sauvage et fuyant comme et que dire de la grâce       sur bel équilibre et sa deux ce travail vous est   voici donc la       je me 10 vers la laisse ccxxxii       soleil       pav&ea dieu faisait silence, mais le proche et le lointain   pour olivier       le des voix percent, racontent   six formes de la je reviens sur des À max charvolen et dernier vers aoi quant carles oït la  marcel migozzi vient de ….omme virginia par la de mes deux mains couleur qui ne masque pas charogne sur le seuilce qui madame déchirée       ce générations merle noir  pour (ma gorge est une le bulletin de "bribes l’évidence mesdames, messieurs, veuillez     pourquoi au lecteur voici le premier aucun hasard si se  tu ne renonceras pas. antoine simon 32 voile de nuità la le temps passe dans la f les rêves de  monde rassemblé       que pourquoi yves klein a-t-il spectacle de josué dit dont les secrets… à quoi une autre approche de       l̵ approche d’une cher bernard       alla tu le sais bien. luc ne bernadette griot vient de ensevelie de silence,       sur l’art c’est la percey priest lakesur les je n’ai pas dit que le       descen       soleil rêves de josué, la musique est le parfum de dernier vers aoi     [1]  deuxième suite tout est prêt en moi pour le numéro exceptionnel de     les fleurs du carles li reis en ad prise sa c’est ici, me la communication est  “s’ouvre dernier vers aoi quatrième essai de  jésus là, c’est le sable et et la peur, présente nous serons toujours ces la terre a souvent tremblé c’est seulement au dire que le livre est une les lettres ou les chiffres deuxième essai sept (forces cachées qui       le       gentil       cette (josué avait lentement iloec endreit remeint li os et c’était dans       le peinture de rimes. le texte certains soirs, quand je pas facile d’ajuster le       quand       " du fond des cours et des derniers vers sun destre dans ma gorge avec marc, nous avons       cerisi diaphane est le mot (ou       neige il avait accepté les durand : une “le pinceau glisse sur et  riche de mes pierre ciel madame, on ne la voit jamais pour a propos de quatre oeuvres de  avec « a la   adagio   je       mouett       longte il est le jongleur de lui  de la trajectoire de ce thème principal : dernier vers aoi beaucoup de merveilles o tendresses ô mes       la 5) triptyque marocain    tu sais     après madame, vous débusquez qu’est-ce qui est en toute une faune timide veille       en un le géographe sait tout leonardo rosa très saintes litanies       ruelle la danse de merci à marc alpozzo chercher une sorte de et voici maintenant quelques       sous un temps hors du le 19 novembre 2013, à la sainte marie, 0 false 21 18 bernard dejonghe... depuis dimanche 18 avril 2010 nous       la accoucher baragouiner pour jean marie comme une suite de onzième       bonheu dernier vers aoi a propos d’une monde imaginal, pour pierre theunissen la pour robert  zones gardées de pour jacky coville guetteurs je suis occupé ces un titre : il infuse sa       retour       quinze "pour tes constellations et       dans deuxième essai le pas une année sans évoquer vous êtes   (dans le il existe au moins deux  mise en ligne du texte s’ouvre la la littérature de cinquième essai tout reprise du site avec la carles respunt : branches lianes ronces exacerbé d’air dernier vers aoi    regardant ainsi fut pétrarque dans la bouche pure souffrance ouverture d’une les cuivres de la symphonie ajout de fichiers sons dans le 26 août 1887, depuis       o quand les mots       deux je dors d’un sommeil de       st ma mémoire ne peut me la mastication des dernier vers aoi j’ai parlé suite du blasphème de i.- avaler l’art par   né le 7 station 3 encore il parle mille fardeaux, mille je découvre avant toi etudiant à chaises, tables, verres,       sur le les doigts d’ombre de neige la question du récit mon travail est une écrirecomme on se il n’était qu’un il y a dans ce pays des voies il tente de déchiffrer,     rien       longte macles et roulis photo 4 ce pays que je dis est effleurer le ciel du bout des  dans le livre, le  au travers de toi je antoine simon 2 je me souviens de quand sur vos visages les bribes en ligne a le lourd travail des meules quelques textes la mort, l’ultime port,       m̵ temps de pierres dans la raphaël à bernadette f qu’il vienne, le feu on trouvera la video       &agrav       la madame aux rumeurs       dans deuxième approche de       dans le ciel de ce pays est tout pour frédéric il ne sait rien qui ne va antoine simon 20 il souffle sur les collines en introduction à comme ce mur blanc au commencement était       ma       au pour martin trois (mon souffle au matin encore une citation“tu prenez vos casseroles et dans les rêves de la     un mois sans je rêve aux gorges       l̵       il les routes de ce pays sont     une abeille de "et bien, voilà..." dit   tout est toujours en siglent a fort e nagent e immense est le théâtre et la vie est ce bruissement   j’ai souvent pour martine mouans sartoux. traverse de exode, 16, 1-5 toute   que signifie   maille 1 :que traquer       dans   la baie des anges pluies et bruines, cet article est paru dans le tout mon petit univers en macles et roulis photo 7 tant pis pour eux. de profondes glaouis pure forme, belle muette, la terre nous cinquième citationne       et       dans deux mille ans nous antoine simon 13 à propos “la     dans la ruela  pour de face aux bronzes de miodrag au labyrinthe des pleursils bien sûrla  dernier salut au     double le samedi 26 mars, à 15       allong passet li jurz, si turnet a antoine simon 31 deux nouveauté,       j̵ travail de tissage, dans  c’était chairs à vif paumes ici. les oiseaux y ont fait lentement, josué       pav&ea se reprendre. creuser son À perte de vue, la houle des premier essai c’est fontelucco, 6 juillet 2000 j’ai travaillé carmelo arden quin est une sequence 6   le béatrice machet vient de  pour jean le non, björg, madame dans l’ombre des       crabe- rimbaud a donc f j’ai voulu me pencher antoine simon 21 paien sunt morz, alquant tu le saiset je le vois la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EFFRACTIONS

Elle disposait d’une fort étendue collection de bourses

Complainte d’Ulysse dite du prisonnier des eaux


Double colonne de marbre
Toi l’esseulée ton souvenir
longuement bu dans mes voyages
a le goût de la mer docile
langoureux désespoir mouvant
Branche double du citronnier
ou du cèdre toi
qui m’esseules le désir
qui point au cœur de moi
semble une mer courroucée
Double fruit des arbres clairs
aux palpitations d’oiseaux
tes nuageuses formes m’ont
suscité beaucoup plus d’orages
que les tourmentes d’Ilion
Double goutte échappée des lacs
nous l’entre-deux de mes voyages
mouvants les perles étonnées de toi à moi se sont lancées
à la poursuite des soupirs
Unique source au creux des marbres
Seule étoilée de miel
l’étau qui enserre mes côtes
ne relâchera son étreinte
que dans la fraîcheur de tes bras

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette