BRIBES EN LIGNE
vedo la luna vedo le « h&eacu (vois-tu, sancho, je suis       et ce poème est tiré du antoine simon 14 ils s’étaient dans les écroulements sous l’occupation un besoin de couper comme de c’est pour moi le premier       une attention beau f les rêves de 1257 cleimet sa culpe, si le numéro exceptionnel de le lourd travail des meules nous avons affaire à de pour jean-marie simon et sa dernier vers aoi antoine simon 24 suite du blasphème de       l̵       la tes chaussures au bas de pour lee à sylvie  “la signification troisième essai et a propos d’une où l’on revient viallat © le château de pour max charvolen 1)  pour le dernier jour antoine simon 27 ensevelie de silence, a christiane sables mes parolesvous       les       embarq pas même       et tu a l’aube des apaches, antoine simon 33 ecrire les couleurs du monde  monde rassemblé errer est notre lot, madame, il existe au moins deux pour les petites fleurs des comme c’est le travail de bernard pour philippe montagnesde grant est la plaigne e large j’écoute vos f j’ai voulu me pencher       la     hélas, et que dire de la grâce pour michèle gazier 1 immense est le théâtre et  de même que les depuis le 20 juillet, bribes       grimpa 0 false 21 18 comme une suite de le bulletin de "bribes pour ma j’ai donné, au mois "si elle est réponse de michel “le pinceau glisse sur       nuage cher bernard accoucher baragouiner (À l’église elle disposait d’une       b&acir troisième essai le "patriote", suite de quand il voit s’ouvrir,       apr&eg 5) triptyque marocain et ces       ruelle dernier vers aoi   la fraîcheur et la       l̵ et…  dits de antoine simon 10 descendre à pigalle, se "le renard connaît toujours les lettres :       six       &agrav pour michèle pour yves et pierre poher et 13) polynésie rm : nous sommes en très malheureux...       dans       l̵ franchement, pensait le chef, deuxième deux ce travail vous est       au       au souvent je ne sais rien de f toutes mes moi cocon moi momie fuseau    7 artistes et 1 mult ben i fierent franceis e temps où les coeurs       pass&e c’est la chair pourtant       s̵    nous mon cher pétrarque, abu zayd me déplait. pas À la loupe, il observa  dans toutes les rues      & marcel alocco a ici. les oiseaux y ont fait dix l’espace ouvert au je n’ai pas dit que le on peut croire que martine mesdames, messieurs, veuillez elle réalise des est-ce parce que, petit, on les premières quand les eaux et les terres  improbable visage pendu c’est ici, me       vu douce est la terre aux yeux  le livre, avec la rencontre d’une et c’était dans avant propos la peinture est dernier vers aoi imagine que, dans la a la libération, les jouer sur tous les tableaux pour marcel la fonction, paroles de chamantu j’ai travaillé quand nous rejoignons, en     sur la equitable un besoin sonnerait       assis       dans Ç’avait été la fin première     chambre et il parlait ainsi dans la raphaël là, c’est le sable et tandis que dans la grande deuxième essai le le galop du poème me il en est des meurtrières. en introduction à pour pierre theunissen la genre des motsmauvais genre d’abord l’échange des dernier vers aoi qu’est-ce qui est en       tourne un homme dans la rue se prend       rampan première   l’oeuvre vit son  tu vois im font chier la musique est le parfum de légendes de michel       pourqu et voici maintenant quelques       &agrav       maquis après la lecture de d’ eurydice ou bien de i en voyant la masse aux quando me ne so itu pe  au mois de mars, 1166       le    en  les œuvres de       sur   la production       soleil       reine macles et roulis photo 7 il s’appelait il était question non encore une citation“tu je reviens sur des j’ai ajouté écoute, josué, il arriva que deux nouveauté, folie de josuétout est dernier vers aoi vos estes proz e vostre   un vendredi dernier vers aoi       apr&eg chaque jour est un appel, une li quens oger cuardise toulon, samedi 9 faisant dialoguer guetter cette chose générations il semble possible clers fut li jurz e li carissimo ulisse,torna a et si tu dois apprendre à       au ma voix n’est plus que la vie humble chez les  “ne pas à dans les carnets pour maguy giraud et  martin miguel vient quelque chose la terre nous vous êtes antoine simon 17 antoine simon 20 dernier vers aoi  tous ces chardonnerets je suis celle qui trompe 1 la confusion des livre grand format en trois madame aux rumeurs dernier vers que mort   le texte suivant a introibo ad altare         or   1) cette       la le recueil de textes       deux antoine simon 26 marie-hélène  jésus comment entrer dans une macles et roulis photo   je ne comprends plus       le pour martin tendresses ô mes envols dans le pays dont je vous je me souviens de au seuil de l’atelier l’art c’est la pour michèle aueret on cheval régine robin, temps de pierres dans la   saint paul trois quand sur vos visages les hans freibach :       glouss langues de plomba la       pass&e pour martine et tout avait pour mes enfants laure et pour le prochain basilic, (la  je signerai mon tout est prêt en moi pour j’ai parlé quand vous serez tout       " « pouvez-vous  dernières mises À max charvolen et martin je t’enlace gargouille au rayon des surgelés premier vers aoi dernier (en regardant un dessin de merci à la toile de 1 au retour au moment       m̵ le géographe sait tout « 8° de clquez sur halt sunt li pui e mult halt 0 false 21 18 mais jamais on ne charogne sur le seuilce qui       dans napolì napolì quai des chargeurs de  il y a le spectacle de josué dit max charvolen, martin miguel pour raphaël et je vois dans vos on croit souvent que le but allons fouiller ce triangle frères et nous serons toujours ces très saintes litanies       voyage   dits de  référencem deux mille ans nous le glacis de la mort       à quand c’est le vent qui       cette deuxième apparition de des voiles de longs cheveux que reste-t-il de la tous ces charlatans qui soudain un blanc fauche le le 2 juillet de profondes glaouis il en est des noms comme du       " la mastication des etait-ce le souvenir le vieux qui seins isabelle boizard 2005 ne faut-il pas vivre comme pour jean-louis cantin 1.- vous avez station 7 : as-tu vu judas se la cité de la musique   et  riche de mes des conserves ! un trait gris sur la     depuis antoine simon 7 comme un préliminaire la       object a la fin il ne resta que pourquoi yves klein a-t-il   au milieu de   voici donc la et il fallait aller debout     oued coulant aux barrières des octrois la langue est intarissable vous avez mouans sartoux. traverse de bernard dejonghe... depuis       sur ] heureux l’homme si, il y a longtemps, les       midi lentement, josué       fleur quelque temps plus tard, de antoine simon 31       journ&       la       sous       allong antoine simon 30       montag je crie la rue mue douleur dans ce périlleux clers est li jurz et li raphaËl quelques autres ainsi alfred… " je suis un écorché vif. c’est un peu comme si, madame porte à antoine simon 32       la ce pays que je dis est nous dirons donc ne pas négocier ne autre citation diaphane est le  on peut passer une vie merci au printemps des tout mon petit univers en "moi, esclave" a       d&eacu antoine simon 23 ce texte m’a été       fleure si j’étais un madame dans l’ombre des       " la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EFFRACTIONS
<- LXXXVII | LXXXIX ->
LXXXVIII

Clefs : Dieu , Josué , "Je"

De la manifestation

C’était encore une lubie de Dieu de répéter à Josué qu’il était temps non de parler mais d’agir, qu’il fallait prendre au sérieux toutes ces questions de passage ; Dieu était ainsi : autant il était l’essence même de la permanence (dire "il était" suffirait d’ailleurs à rendre compte de sa pérennité) autant les transformations le fascinaient, les transitions, les ponctuations l’obsédaient, il avait la passion des métamorphoses, et il ne se révélait jamais tant que lorsqu’il lui fallait signifier, annoncer, prévoir, rappeler, désigner ou mettre en évidence un changement d’état, non qu’il apparût en quelque façon : bien que la chose ne lui eût pas été impossible (en tout cas il est tout à fait impossible de penser que quoi que ce soit pût faire échec à son pouvoir) il avait dédaigné de paraître, mais avait un goût inné pour se manifester. En quoi, somme toute, il était Sagesse et Prudence, car, de même qu’il ne se fût jamais arrêté de courir, de même, qu’en fait, il ne cessait jamais de parler, il eût forcément toujours été autre s’il l’était une seule fois devenu. Ce n’est qu’avec plus de violence inattendue qu’il se manifestait ce qui en fait était encore parole, sa parole... Josué - quant à lui- écoutait et la lassitude le saisissait. "Ne comprends-tu pas, Dieu, murmurait- il, que je ne suis que passage., mouvance ou incertitude comme il te plaira, pure incertitude, pas même une alternance, un ruscellar dell’acqua , déséquilibre, déséquilibre, vois-tu, et hors de tout donc ...
  Je suis le roc

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette