BRIBES EN LIGNE
station 7 : as-tu vu judas se soudain un blanc fauche le       dans etudiant à  pour de comme un préliminaire la       marche dans l’innocence des f les rêves de tout est possible pour qui d’ eurydice ou bien de merci à marc alpozzo sa langue se cabre devant le lorsqu’on connaît une pour lee       voyage l’ami michel       assis       un depuis le 20 juillet, bribes       jonath et…  dits de nice, le 18 novembre 2004 ne pas négocier ne ici, les choses les plus les plus vieilles paien sunt morz, alquant       m̵ a ma mère, femme parmi je dors d’un sommeil de   marcel toute trace fait sens. que grant est la plaigne e large l’erbe del camp, ki karles se dort cum hume       " l’illusion d’une quelque chose  les œuvres de sous la pression des antoine simon 15       b&acir la bouche pure souffrance paysage de ta tombe  et la bouche pleine de bulles ils sortent       le tandis que dans la grande au commencement était     pourquoi ecrire sur et que vous dire des le travail de bernard bien sûr, il y eut derniers carles li reis en ad prise sa une errance de troisième essai       pass&e antoine simon 3   jn 2,1-12 : issent de mer, venent as pour le prochain basilic, (la il n’était qu’un il est le jongleur de lui     de rigoles en dernier vers aoi le plus insupportable chez       en carissimo ulisse,torna a dernier vers aoi dernier vers aoi entr’els nen at ne pui un verre de vin pour tacher       le allons fouiller ce triangle     pluie du antoine simon 32 la légende fleurie est   le 10 décembre rare moment de bonheur, grande lune pourpre dont les en ceste tere ad estet ja le samedi 26 mars, à 15 s’égarer on       le temps de cendre de deuil de nos voix (josué avait       "   adagio   je mais jamais on ne       apparu 1-nous sommes dehors. c’est une sorte de 0 false 21 18       pourqu       ( au lecteur voici le premier a claude b.   comme quando me ne so itu pe     &nbs Éléments - le franchissement des laure et pétrarque comme v.- les amicales aventures du je suis bien dans À peine jetés dans le et voici maintenant quelques       à de pa(i)smeisuns en est venuz       vu dans les carnets nice, le 8 octobre cyclades, iii° ecrire les couleurs du monde un homme dans la rue se prend       dans dernier vers aoi voile de nuità la sainte marie,     double i en voyant la masse aux 1 au retour au moment présentation du rita est trois fois humble. les plus terribles     hélas, l’éclair me dure,       deux       qui au programme des actions marché ou souk ou monde imaginal,  ce mois ci : sub       la et encore  dits le corps encaisse comme il je découvre avant toi deuxième suite     extraire samuelchapitre 16, versets 1       le (en regardant un dessin de il existe au moins deux       deux pour jacky coville guetteurs martin miguel art et les étourneaux ! pour yves et pierre poher et est-ce parce que, petit, on macles et roulis photo 4 bernadette griot vient de elle ose à peine “le pinceau glisse sur     ton   maille 1 :que       allong    regardant toutefois je m’estimais pour julius baltazar 1 le    nous  tu ne renonceras pas.       ce       pav&ea libre de lever la tête       droite       s̵ la mastication des macles et roulis photo       reine pour michèle aueret sequence 6   le       le je crie la rue mue douleur       au je déambule et suis       arauca il ne reste plus que le li emperere s’est       retour le lent déferlement       les d’abord l’échange des chaises, tables, verres, ce qui fait tableau : ce  si, du nouveau les parents, l’ultime de prime abord, il       un à la bonne la poésie, à la  de même que les la galerie chave qui comme c’est errer est notre lot, madame, macles et roulis photo 1 l’évidence       midi j’ai perdu mon madame a des odeurs sauvages       alla dernier vers aoi sixième  je signerai mon       entre il faut aller voir dieu faisait silence, mais inoubliables, les c’est la distance entre       pav&ea "nice, nouvel éloge de la je sais, un monde se pour michèle c’est extrêmement antoine simon 6 viallat © le château de le vieux qui j’ai longtemps       va jamais si entêtanteeurydice la route de la soie, à pied, je ne sais pas si pas de pluie pour venir   ces sec erv vre ile    il       baie       devant       &agrav granz fut li colps, li dux en pour robert coupé le sonà couleur qui ne masque pas r.m.a toi le don des cris qui art jonction semble enfin la réserve des bribes recleimet deu mult montagnesde fontelucco, 6 juillet 2000       il pour nicolas lavarenne ma face aux bronzes de miodrag  de la trajectoire de ce       je me c’est vrai   pour le prochain quand sur vos visages les c’est la chair pourtant dernier vers aoi dernier vers aoi a propos d’une tout en vérifiant le bulletin de "bribes       &n       le dans les carnets je rêve aux gorges       neige  il y a le la chaude caresse de     dans la ruela     sur la pente très saintes litanies clers est li jurz et li       les deuxième essai le dans le pain brisé son mais non, mais non, tu   d’un coté, il était question non on cheval 1. il se trouve que je suis       au raphaël 5) triptyque marocain « e ! malvais sors de mon territoire. fais max charvolen, martin miguel À max charvolen et la pureté de la survie. nul       bruyan       dans g. duchêne, écriture le  référencem       longte certains soirs, quand je il ne s’agit pas de "et bien, voilà..." dit antoine simon 9 antoine simon 21 Ç’avait été la je suis occupé ces             le       le reflets et echosla salle et si tu dois apprendre à c’est un peu comme si,   1) cette antoine simon 5       la j’ai parlé régine robin, antoine simon 28 toutes ces pages de nos passet li jurz, si turnet a qu’est-ce qui est en une fois entré dans la juste un mot pour annoncer les durand : une et nous n’avons rien dorothée vint au monde       coude ainsi alfred…     [1]  dernier vers aoi dernier vers aoi à bernadette macles et roulis photo 6 la lecture de sainte     tout autour       magnol   je n’ai jamais d’un côté vedo la luna vedo le le 15 mai, à     depuis douce est la terre aux yeux temps où le sang se le coeur du dernier vers aoi lancinant ô lancinant       voyage       banlie abu zayd me déplait. pas au labyrinthe des pleursils et je vois dans vos l’homme est non... non... je vous assure, je m’étonne toujours de la       &n peinture de rimes. le texte langues de plomba la       sur pour andré       il moisissures mousses lichens encore une citation“tu À la loupe, il observa très malheureux... merci à la toile de cher bernard à sylvie six de l’espace urbain, leonardo rosa dix l’espace ouvert au       ton il y a tant de saints sur quel ennui, mortel pour il y a des objets qui ont la       " arbre épanoui au ciel  “ne pas premier vers aoi dernier j’ai en réserve marcel alocco a       au     quand "tu sais ce que c’est deuxième apparition démodocos... Ça a bien un     sur la dernier vers aoi  zones gardées de la mort, l’ultime port, la tentation du survol, à     faisant la (ô fleur de courge...  “ce travail qui       mouett station 5 : comment ce qui importe pour       &agrav dans ma gorge histoire de signes . mult ben i fierent franceis e polenta « h&eacu légendes de michel dernier vers aoi nous avons affaire à de dernier vers aoi epuisement de la salle, si tu es étudiant en f j’ai voulu me pencher la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EFFRACTIONS

Si elle est belle ? Je te crois qu’elle est belle ! et sensible... ouais, ouais...  et merveilleusement douce, et quand elle s’étire, ah ! quand elle s’étire…Un ravissement, une surprenante aventure, à ne pas y croire… en douceur, oui, profondément, et pourtant aussi cette impression de puissance. Comment c’était déjà, ah, oui, le jour qui s’étend sous les doigts de rose d’Aurore, hi ! hi ! hi ! sacrée Aurore ! hi hi ! hi ! Non, mais tu vois ? Intervalle dodécaphoniste ...

38 ème nécrologie
  Il était très connu des milieux piscicoles et tenait depuis des années la rubrique de pêche à la ligne. Tenait-il la ligne aussi ? Ou se bornait-il à la tirer ? L’histoire n’en fait pas mention. Mais en fait cela est-il important ? Y a-t-il une différence fondamentale entre l’un et l’autre ? Ne s’agit-il pas dans les deux cas de saisir ce qu’on ne voit- pas et de le sortir, ondoyant encore, secoué de soubresauts ; est-ce qu’en fait ce n’est pas aussi cette idée que l’inconnu tiré à soi comble un manque dont on ne s’aperçoit qu’après ...

  Ah, monsieur,

disait le président, quand j’en tire une, moi, je bande ! oui, monsieur, comme je vous le dis, je bande, je mouille ; pas avant, hein, ni même après, au moment précis où elle affleure où je la sens ainsi soulevée entre ciel et eau, bondissant après mon leurre, cherchant à me gober la mouche, non monsieur, je ne connais pas de jouissance plus forte que celle-là...

(et à l’entendre j’en avais la chair de bouche !)

 

vers six heures, quand les visites eurent cessé, je pouvais faire mon bilan

 

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette