BRIBES EN LIGNE
dans l’innocence des sequence 6   le tandis que dans la grande la galerie chave qui       p&eacu     m2 &nbs   un jour, vous m’avez un soir à paris au     &nbs vertige. une distance si grant dol ai que ne et combien “dans le dessin raphaël   1) cette l’ami michel       longte nice, le 30 juin 2000 je ne sais pas si l’heure de la ecrire sur     surgi j’ai perdu mon cet article est paru morz est rollant, deus en ad       grappe j’oublie souvent et de toutes les antoine simon 22 le 26 août 1887, depuis nice, le 8 octobre dernier vers aoi       cerisi  “s’ouvre cet article est paru dans le antoine simon 30       sur le le travail de bernard les étourneaux ! la route de la soie, à pied, pas de pluie pour venir quai des chargeurs de dimanche 18 avril 2010 nous       les clers fut li jurz e li dernier vers aoi bientôt, aucune amarre       chaque     extraire (en regardant un dessin de       sur abu zayd me déplait. pas antoine simon 7 "l’art est-il 1-nous sommes dehors. rare moment de bonheur, antoine simon 32 un temps hors du deuxième essai le aux george(s) (s est la normalement, la rubrique dernier vers aoi vos estes proz e vostre la fraîcheur et la  improbable visage pendu hans freibach :   le texte suivant a si j’avais de son douce est la terre aux yeux       magnol       ma       le  dans toutes les rues temps de pierres au seuil de l’atelier dans la caverne primordiale aucun hasard si se pour mon épouse nicole       aux la liberté s’imprime à printemps breton, printemps deux ajouts ces derniers (ô fleur de courge... pour ma il souffle sur les collines « voici macles et roulis photo mille fardeaux, mille 10 vers la laisse ccxxxii       un       voyage je sais, un monde se suite du blasphème de sixième       droite       &eacut      &    tu sais folie de josuétout est le bulletin de "bribes  pour jean le  au travers de toi je ce n’est pas aux choses au lecteur voici le premier nos voix dernier vers aoi       je passet li jurz, si turnet a comment entrer dans une ouverture de l’espace mon travail est une       (       enfant   3   

les max charvolen, martin miguel bel équilibre et sa marie-hélène     du faucon pour jean gautheronle cosmos dernier vers aoi depuis le 20 juillet, bribes dernier vers aoi       à ainsi fut pétrarque dans la langue est intarissable dans les écroulements huit c’est encore à tout le problème pour mireille et philippe assise par accroc au bord de       le       dans la prédication faite quatre si la mer s’est ce va et vient entre       dans ils sortent quel ennui, mortel pour six de l’espace urbain,  monde rassemblé (josué avait lentement antoine simon 20 mise en ligne errer est notre lot, madame, chaque jour est un appel, une écrirecomme on se dans les carnets   iv    vers mais jamais on ne madame déchirée pierre ciel       et apaches : et il parlait ainsi dans la la réserve des bribes       en un josué avait un rythme antoine simon 6   ces sec erv vre ile l’une des dernières d’abord l’échange des le recueil de textes deuxième pour m.b. quand je me heurte li emperere s’est 0 false 21 18 percey priest lakesur les sors de mon territoire. fais au labyrinthe des pleursils comme ce mur blanc accoucher baragouiner       pass&e zacinto dove giacque il mio     ton       object  martin miguel vient cet univers sans toute trace fait sens. que le texte qui suit est, bien et je vois dans vos nécrologie dernier vers aoi       ce tout à fleur d’eaula danse dans un coin de nice, ne pas négocier ne avant dernier vers aoi tendresses ô mes envols       &agrav encore une citation“tu onze sous les cercles macles et roulis photo 1 tout en travaillant sur les religion de josué il       " nu(e), comme son nom la tentation du survol, à mult ben i fierent franceis e imagine que, dans la       au grande lune pourpre dont les "moi, esclave" a coupé en deux quand c’est extrêmement siglent a fort e nagent e des voix percent, racontent j’arrivais dans les les petites fleurs des les doigts d’ombre de neige charogne sur le seuilce qui f qu’il vienne, le feu autre citation la cité de la musique a la fin il ne resta que et que vous dire des pluies et bruines,  “... parler une Être tout entier la flamme paysage de ta tombe  et le 2 juillet pour jean-louis cantin 1.- madame porte à ce monde est semé couleur qui ne masque pas       soleil   d’un coté,       je    si tout au long c’est la distance entre       je me       la     à mon cher pétrarque, attendre. mot terrible. voici des œuvres qui, le il n’était qu’un       o madame des forêts de si, il y a longtemps, les preambule – ut pictura la force du corps, lorsqu’on connaît une       montag onzième les lettres ou les chiffres  ce mois ci : sub       baie préparation des quel étonnant le lourd travail des meules pour egidio fiorin des mots l’instant criblé  tous ces chardonnerets dans le patriote du 16 mars le pendu la chaude caresse de antoine simon 3       la gardien de phare à vie, au pour     cet arbre que       parfoi       s̵ un tunnel sans fin et, à de pareïs li seit la i.- avaler l’art par       m̵ rêves de josué, seul dans la rue je ris la un titre : il infuse sa       banlie à bernadette coupé le sonà       &ccedi la mort, l’ultime port, clere est la noit e la       grimpa buttati ! guarda&nbs il ne sait rien qui ne va vous dites : "un macles et roulis photo 3       un antoine simon 14       mouett guetter cette chose antoine simon 27 pour julius baltazar 1 le ainsi va le travail de qui vi.- les amicales aventures    regardant une fois entré dans la f dans le sourd chatoiement       et tu  de même que les trois (mon souffle au matin on a cru à       dans descendre à pigalle, se accorde ton désir à ta madame a des odeurs sauvages d’un bout à il en est des meurtrières. deuxième essai dernier vers doel i avrat,       le ce nous lirons deux extraits de       en station 5 : comment  tu ne renonceras pas. le 15 mai, à pour michèle aueret   au milieu de       aujour ce qu’un paysage peut       deux la terre nous des quatre archanges que à propos des grands la deuxième édition du avec marc, nous avons histoire de signes . antoine simon 12       vu très saintes litanies  dernières mises dans le pays dont je vous     oued coulant nous viendrons nous masser un nouvel espace est ouvert ma chair n’est       la pie glaciation entre agnus dei qui tollis peccata       au     tout autour     les fleurs du antoine simon 28   voici donc la (vois-tu, sancho, je suis       le clers est li jurz et li j’aime chez pierre suite de sa langue se cabre devant le il y a des objets qui ont la avez-vous vu       la       crabe-       le ce poème est tiré du bal kanique c’est pour michèle gazier 1) la vie est dans la vie. se       l̵       &n       &agrav je suis occupé ces dans le respect du cahier des à la mémoire de pour angelo       l̵ pour michèle   pour adèle et quatrième essai de  “comment       " le "patriote", ses mains aussi étaient             pass&e v.- les amicales aventures du À perte de vue, la houle des   encore une       nuage c’est la peur qui fait diaphane est le mot (ou  il y a le la rencontre d’une il n’est pire enfer que merci au printemps des s’ouvre la       journ& des voiles de longs cheveux un jour nous avons journée de toujours les lettres :   né le 7       entre c’est le grand poème pour pour le prochain basilic, (la la musique est le parfum de les oiseaux s’ouvrent rm : nous sommes en quant carles oït la    il la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EFFRACTIONS

Si elle est belle ? Je te crois qu’elle est belle ! et sensible... ouais, ouais...  et merveilleusement douce, et quand elle s’étire, ah ! quand elle s’étire…Un ravissement, une surprenante aventure, à ne pas y croire… en douceur, oui, profondément, et pourtant aussi cette impression de puissance. Comment c’était déjà, ah, oui, le jour qui s’étend sous les doigts de rose d’Aurore, hi ! hi ! hi ! sacrée Aurore ! hi hi ! hi ! Non, mais tu vois ? Intervalle dodécaphoniste ...

38 ème nécrologie
  Il était très connu des milieux piscicoles et tenait depuis des années la rubrique de pêche à la ligne. Tenait-il la ligne aussi ? Ou se bornait-il à la tirer ? L’histoire n’en fait pas mention. Mais en fait cela est-il important ? Y a-t-il une différence fondamentale entre l’un et l’autre ? Ne s’agit-il pas dans les deux cas de saisir ce qu’on ne voit- pas et de le sortir, ondoyant encore, secoué de soubresauts ; est-ce qu’en fait ce n’est pas aussi cette idée que l’inconnu tiré à soi comble un manque dont on ne s’aperçoit qu’après ...

  Ah, monsieur,

disait le président, quand j’en tire une, moi, je bande ! oui, monsieur, comme je vous le dis, je bande, je mouille ; pas avant, hein, ni même après, au moment précis où elle affleure où je la sens ainsi soulevée entre ciel et eau, bondissant après mon leurre, cherchant à me gober la mouche, non monsieur, je ne connais pas de jouissance plus forte que celle-là...

(et à l’entendre j’en avais la chair de bouche !)

 

vers six heures, quand les visites eurent cessé, je pouvais faire mon bilan

 

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette