BRIBES EN LIGNE
zacinto dove giacque il mio       sur i mes doigts se sont ouverts elle ose à peine       le ensevelie de silence,     m2 &nbs de toutes les onze sous les cercles poussées par les vagues passet li jurz, si turnet a mais jamais on ne aux barrières des octrois       je  marcel migozzi vient de bribes en ligne a       je me en 1958 ben ouvre à dernier vers aoi rm : nous sommes en 1 la confusion des “dans le dessin clquez sur       dans à bernadette antoine simon 17 dont les secrets… à quoi le 19 novembre 2013, à la l’erbe del camp, ki sors de mon territoire. fais       la "le renard connaît le grand combat : a la fin il ne resta que la rencontre d’une et combien tu le saiset je le vois ils sortent c’est seulement au ma voix n’est plus que pas même pour martin carles respunt : a supposer quece monde tienne dernier vers aoi pour anne slacik ecrire est       vaches toutefois je m’estimais ainsi va le travail de qui dans le pain brisé son cet article est paru dans le 1.- les rêves de ma voix n’est plus que       bonhe je désire un "pour tes       " ici. les oiseaux y ont fait  un livre écrit (dans mon ventre pousse une heureuse ruine, pensait suite de     oued coulant encore la couleur, mais cette le galop du poème me je n’hésiterai le bulletin de "bribes rien n’est plus ardu       entre jamais je n’aurais ce monde est semé j’ai donc (de)lecta lucta   les enseignants : ils avaient si longtemps, si 1257 cleimet sa culpe, si i en voyant la masse aux  martin miguel vient jusqu’à il y a pour yves et pierre poher et       le et si tu dois apprendre à rita est trois fois humble. difficile alliage de grant est la plaigne e large       vu tromper le néant l’attente, le fruit branches lianes ronces madame porte à sept (forces cachées qui       glouss je crie la rue mue douleur nous avons affaire à de       vu       " dans les horizons de boue, de ce qui aide à pénétrer le histoire de signes . il y a dans ce pays des voies     de rigoles en dernier vers aoi (ma gorge est une 1- c’est dans ainsi alfred… la poésie, à la le temps passe dans la       les j’aime chez pierre       j̵       embarq moisissures mousses lichens       reine la brume. nuages couleur qui ne masque pas pour andré mise en ligne c’est pour moi le premier folie de josuétout est       aux pierre ciel  au travers de toi je immense est le théâtre et le géographe sait tout voici des œuvres qui, le (ô fleur de courge... pour jacqueline moretti, le corps encaisse comme il la fraîcheur et la     nous avant dernier vers aoi quand il voit s’ouvrir,     [1]  et il parlait ainsi dans la pour alain borer le 26 je t’enlace gargouille pour mes enfants laure et bernard dejonghe... depuis       ( o tendresses ô mes       dans régine robin,       force       p&eacu  tous ces chardonnerets ] heureux l’homme antoine simon 28 souvent je ne sais rien de   1) cette     longtemps sur avez-vous vu aucun hasard si se comme une suite de pourquoi yves klein a-t-il   un 5) triptyque marocain madame aux rumeurs en introduction à frères et  “... parler une une il faut dire les pour andré c’est la chair pourtant franchement, pensait le chef, nice, le 18 novembre 2004 mais non, mais non, tu chaque jour est un appel, une deuxième essai le quel ennui, mortel pour huit c’est encore à vous deux, c’est joie et    au balcon a la femme au     du faucon  les premières je suis bien dans       magnol fontelucco, 6 juillet 2000       &eacut les oiseaux s’ouvrent       au et…  dits de maintenant il connaît le une autre approche de chaises, tables, verres,       le merci à la toile de f les rêves de la vie est ce bruissement quelque chose le lourd travail des meules dernier vers aoi hans freibach : antoine simon 20       je me       cette 13) polynésie nu(e), comme son nom       je dernier vers aoi nous serons toujours ces 1254 : naissance de deuxième       coude       le antoine simon 6 aux george(s) (s est la station 4 : judas    que signifie f toutes mes le coquillage contre voudrais je vous 1) la plupart de ces le 28 novembre, mise en ligne et nous n’avons rien très saintes litanies comme ce mur blanc pour martine dernier vers aoi j’ai ajouté nous dirons donc vi.- les amicales aventures   dits de macao grise       parfoi lentement, josué a dix sept ans, je ne savais c’était une       & les plus vieilles écoute, josué, attelage ii est une œuvre les étourneaux !       dans torna a sorrento ulisse torna       baie j’ai changé le   saint paul trois on trouvera la video       apparu paysage de ta tombe  et « e ! malvais       pass&e       gentil normal 0 21 false fal     pluie du c’est la peur qui fait polenta cinq madame aux yeux    seule au le lent tricotage du paysage au programme des actions madame déchirée       banlie une fois entré dans la je ne saurais dire avec assez       la raphaËl le glacis de la mort mes pensées restent antoine simon 27 pour max charvolen 1) tout est possible pour qui vous dites : "un ce texte se présente   ciel !!!! pour marcel un jour nous avons  jésus les dessins de martine orsoni inoubliables, les       dans       nuage la gaucherie à vivre,  monde rassemblé il ne s’agit pas de viallat © le château de a la libération, les je dors d’un sommeil de ce poème est tiré du   six formes de la     une abeille de antoine simon 31       dans       &agrav   nous sommes j’ai relu daniel biga,       crabe- pour ce       mouett fragilité humaine. références : xavier attendre. mot terrible. la réserve des bribes c’est parfois un pays un trait gris sur la carmelo arden quin est une dieu faisait silence, mais les dernières …presque vingt ans plus f les marques de la mort sur qu’est-ce qui est en dernier vers aoi je t’ai admiré, quand nous rejoignons, en antoine simon 22 temps de cendre de deuil de errer est notre lot, madame,     cet arbre que mon cher pétrarque,       la il s’appelait ( ce texte a deuxième approche de     le tout est prêt en moi pour ce va et vient entre       sur diaphane est le mot (ou je ne peins pas avec quoi,       jonath coupé en deux quand       dans   3   

les tout à fleur d’eaula danse il souffle sur les collines  hors du corps pas dernier vers que mort « h&eacu       le       b&acir     chant de il y a tant de saints sur max charvolen, martin miguel       apr&eg suite du blasphème de les grands       dans dans ce pays ma mère pour jean gautheronle cosmos nécrologie       d&eacu in the country   marcel pour philippe abu zayd me déplait. pas       sur g. duchêne, écriture le 10 vers la laisse ccxxxii si elle est belle ? je Ç’avait été la pour mon épouse nicole le vieux qui de soie les draps, de soie       alla     tout autour dernier vers aoi     au couchant chairs à vif paumes  il y a le tous feux éteints. des madame, on ne la voit jamais       &agrav le temps passe si vite, dans le monde de cette  les éditions de       la f les feux m’ont     quand   anatomie du m et bruno mendonça bien sûrla se reprendre. creuser son d’ eurydice ou bien de lu le choeur des femmes de quelques textes station 3 encore il parle vertige. une distance quand c’est le vent qui    il 1) notre-dame au mur violet dernier vers aoi “le pinceau glisse sur merci au printemps des il était question non au lecteur voici le premier ki mult est las, il se dort la prédication faite tout en vérifiant dans ce périlleux la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EFFRACTIONS

Si elle est belle ? Je te crois qu’elle est belle ! et sensible... ouais, ouais...  et merveilleusement douce, et quand elle s’étire, ah ! quand elle s’étire…Un ravissement, une surprenante aventure, à ne pas y croire… en douceur, oui, profondément, et pourtant aussi cette impression de puissance. Comment c’était déjà, ah, oui, le jour qui s’étend sous les doigts de rose d’Aurore, hi ! hi ! hi ! sacrée Aurore ! hi hi ! hi ! Non, mais tu vois ? Intervalle dodécaphoniste ...

38 ème nécrologie
  Il était très connu des milieux piscicoles et tenait depuis des années la rubrique de pêche à la ligne. Tenait-il la ligne aussi ? Ou se bornait-il à la tirer ? L’histoire n’en fait pas mention. Mais en fait cela est-il important ? Y a-t-il une différence fondamentale entre l’un et l’autre ? Ne s’agit-il pas dans les deux cas de saisir ce qu’on ne voit- pas et de le sortir, ondoyant encore, secoué de soubresauts ; est-ce qu’en fait ce n’est pas aussi cette idée que l’inconnu tiré à soi comble un manque dont on ne s’aperçoit qu’après ...

  Ah, monsieur,

disait le président, quand j’en tire une, moi, je bande ! oui, monsieur, comme je vous le dis, je bande, je mouille ; pas avant, hein, ni même après, au moment précis où elle affleure où je la sens ainsi soulevée entre ciel et eau, bondissant après mon leurre, cherchant à me gober la mouche, non monsieur, je ne connais pas de jouissance plus forte que celle-là...

(et à l’entendre j’en avais la chair de bouche !)

 

vers six heures, quand les visites eurent cessé, je pouvais faire mon bilan

 

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette