BRIBES EN LIGNE
pour martin vous dites : "un madame est toute i en voyant la masse aux la mastication des intendo... intendo ! allons fouiller ce triangle d’ eurydice ou bien de 13) polynésie ] heureux l’homme pour martine, coline et laure merle noir  pour       " reprise du site avec la       m̵ dont les secrets… à quoi  pour jean le comme une suite de le grand combat :       pav&ea il s’appelait fin première le recueil de textes "je me tais. pour taire. 1 au retour au moment dans ce périlleux il semble possible raphaël de l’autre et te voici humanité "ah ! mon doux pays, quand les mots thème principal : couleur qui ne masque pas dans ce pays ma mère vue à la villa tamaris au rayon des surgelés merci à marc alpozzo bernard dejonghe... depuis “dans le dessin se reprendre. creuser son   j’ai souvent carissimo ulisse,torna a tu le saiset je le vois vous avez libre de lever la tête madame porte à juste un mot pour annoncer rossignolet tu la pas même       sur       dans mult est vassal carles de le ciel est clair au travers il tente de déchiffrer, je t’enfourche ma jamais je n’aurais le nécessaire non j’entends sonner les c’est parfois un pays   titrer "claude viallat,       grimpa pour andrée iv.- du livre d’artiste sequence 6   le la question du récit il ne reste plus que le       m̵       et       neige       l̵ l’ami michel dans l’innocence des ce qui aide à pénétrer le et encore  dits       sur effleurer le ciel du bout des rita est trois fois humble. pour helmut       je 1254 : naissance de depuis le 20 juillet, bribes dans le pays dont je vous macles et roulis photo 3 attendre. mot terrible. j’ai perdu mon       apparu autre citation un nouvel espace est ouvert ce 28 février 2002.       ce vous deux, c’est joie et certains soirs, quand je il y a des objets qui ont la dans ma gorge coupé le sonà deuxième apparition même si il y a dans ce pays des voies  la lancinante vertige. une distance   maille 1 :que rien n’est plus ardu nous lirons deux extraits de dernier vers aoi sauvage et fuyant comme réponse de michel 1) la plupart de ces bien sûr, il y eut les dessins de martine orsoni encore une citation“tu dernier vers aoi attendre. mot terrible. des voiles de longs cheveux le lent tricotage du paysage       &agrav      & du fond des cours et des troisième essai et       ma       en ecrire sur n’ayant pas une fois entré dans la macao grise sixième       reine heureuse ruine, pensait f le feu s’est comme c’est   adagio   je josué avait un rythme marie-hélène pour philippe granz fut li colps, li dux en l’art c’est la onze sous les cercles quand les eaux et les terres     m2 &nbs j’ai travaillé   iv    vers comme un préliminaire la quant carles oït la       p&eacu si j’avais de son un temps hors du       au ce va et vient entre dernier vers aoi    zones gardées de outre la poursuite de la mise au seuil de l’atelier       le dernier vers aoi aux george(s) (s est la carmelo arden quin est une       ( c’est extrêmement       l̵ paysage de ta tombe  et pour mon épouse nicole il arriva que     le voudrais je vous dessiner les choses banales avez-vous vu le numéro exceptionnel de    regardant dernier vers aoi on trouvera la video dans les carnets 1- c’est dans  jésus       " c’est vrai       je le scribe ne retient antoine simon 27 pour le prochain basilic, (la     ton       en non, björg, en 1958 ben ouvre à (josué avait lentement percey priest lakesur les la terre nous janvier 2002 .traverse la chaude caresse de je déambule et suis    nous  ce mois ci : sub  “ne pas art jonction semble enfin antoine simon 18 lorsque martine orsoni max charvolen, martin miguel   un pour michèle pierre ciel de pareïs li seit la la liberté de l’être       arauca       enfant       &ccedi À peine jetés dans le pure forme, belle muette, antoine simon 14 la rencontre d’une passet li jurz, si turnet a  au travers de toi je pas une année sans évoquer       parfoi « 8° de  les trois ensembles derniers vers sun destre montagnesde       soleil       la quel ennui, mortel pour  monde rassemblé encore la couleur, mais cette   dits de       apr&eg le temps passe dans la j’ai changé le à propos “la       retour clers est li jurz et li deuxième essai le …presque vingt ans plus le proche et le lointain l’éclair me dure, toulon, samedi 9 coupé en deux quand agnus dei qui tollis peccata dernier vers aoi le passé n’est f tous les feux se sont dernier vers aoi vedo la luna vedo le les dernières si tu es étudiant en       assis a l’aube des apaches, les oiseaux s’ouvrent la danse de       la grant est la plaigne e large « pouvez-vous tout mon petit univers en carcassonne, le 06       neige les installations souvent, deux ajouts ces derniers  martin miguel vient  epître aux ço dist li reis :       tourne dans le respect du cahier des o tendresses ô mes d’un côté       au madame est une madame dans l’ombre des dernier vers aoi elle disposait d’une présentation du macles et roulis photo 4 l’homme est       je me apaches :       il laure et pétrarque comme seul dans la rue je ris la ouverture de l’espace me antoine simon 20 jamais si entêtanteeurydice et que vous dire des folie de josuétout est ecrire les couleurs du monde       le s’égarer on ce qu’un paysage peut ( ce texte a “le pinceau glisse sur langues de plomba la les routes de ce pays sont l’une des dernières       &eacut au matin du macles et roulis photo deuxième approche de une errance de le 19 novembre 2013, à la il ne sait rien qui ne va f toutes mes mes pensées restent       avant       un À max charvolen et martin exode, 16, 1-5 toute pour maguy giraud et le tissu d’acier des conserves ! bernadette griot vient de marcel alocco a       devant cette machine entre mes macles et roulis photo 7 cinquième essai tout karles se dort cum hume nécrologie il existe au moins deux dorothée vint au monde toutefois je m’estimais     double spectacle de josué dit c’est une sorte de       pass&e dernier vers aoi     une abeille de       sur       les cinq madame aux yeux rien n’est f le feu m’a       cerisi que reste-t-il de la       la madame déchirée   ciel !!!!       dans j’ai en réserve 1. il se trouve que je suis       sur pour jacky coville guetteurs       la   nous sommes et voici maintenant quelques la galerie chave qui       object il existe deux saints portant  née à   six formes de la nice, le 18 novembre 2004 je suis celle qui trompe pour michèle gazier 1)   on n’est Être tout entier la flamme       vu c’est seulement au a grant dulur tendrai puis  le "musée       la ce qui fait tableau : ce et que dire de la grâce "moi, esclave" a là, c’est le sable et jusqu’à il y a       marche       fleure tous feux éteints. des       ruelle cinquième citationne   voici donc la moi cocon moi momie fuseau la littérature de       " légendes de michel des quatre archanges que mise en ligne d’un arbre épanoui au ciel gardien de phare à vie, au       jardin a propos d’une immense est le théâtre et       glouss  “s’ouvre le corps encaisse comme il abu zayd me déplait. pas l’art n’existe on dit qu’agathe madame, vous débusquez       dans elle ose à peine  “la signification       maquis les premières a propos de quatre oeuvres de prenez vos casseroles et la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EFFRACTIONS

Si elle est belle ? Je te crois qu’elle est belle ! et sensible... ouais, ouais...  et merveilleusement douce, et quand elle s’étire, ah ! quand elle s’étire…Un ravissement, une surprenante aventure, à ne pas y croire… en douceur, oui, profondément, et pourtant aussi cette impression de puissance. Comment c’était déjà, ah, oui, le jour qui s’étend sous les doigts de rose d’Aurore, hi ! hi ! hi ! sacrée Aurore ! hi hi ! hi ! Non, mais tu vois ? Intervalle dodécaphoniste ...

38 ème nécrologie
  Il était très connu des milieux piscicoles et tenait depuis des années la rubrique de pêche à la ligne. Tenait-il la ligne aussi ? Ou se bornait-il à la tirer ? L’histoire n’en fait pas mention. Mais en fait cela est-il important ? Y a-t-il une différence fondamentale entre l’un et l’autre ? Ne s’agit-il pas dans les deux cas de saisir ce qu’on ne voit- pas et de le sortir, ondoyant encore, secoué de soubresauts ; est-ce qu’en fait ce n’est pas aussi cette idée que l’inconnu tiré à soi comble un manque dont on ne s’aperçoit qu’après ...

  Ah, monsieur,

disait le président, quand j’en tire une, moi, je bande ! oui, monsieur, comme je vous le dis, je bande, je mouille ; pas avant, hein, ni même après, au moment précis où elle affleure où je la sens ainsi soulevée entre ciel et eau, bondissant après mon leurre, cherchant à me gober la mouche, non monsieur, je ne connais pas de jouissance plus forte que celle-là...

(et à l’entendre j’en avais la chair de bouche !)

 

vers six heures, quand les visites eurent cessé, je pouvais faire mon bilan

 

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette