BRIBES EN LIGNE
la mastication des et…  dits de vous deux, c’est joie et à propos “la nous avancions en bas de approche d’une la cité de la musique pour martin à sylvie dernier vers aoi pour       vu dernier vers aoi       en rêve, cauchemar, diaphane est le       soleil de mes deux mains comment entrer dans une       le dans la caverne primordiale       pourqu       aujour       gentil quatrième essai de ils sortent   d’un coté,   pour olivier a la femme au       " vous avez f le feu s’est il en est des noms comme du lancinant ô lancinant "le renard connaît   tout est toujours en in the country dix l’espace ouvert au seins isabelle boizard 2005 sa langue se cabre devant le le recueil de textes merci au printemps des les premières quand les eaux et les terres l’illusion d’une bernard dejonghe... depuis se placer sous le signe de les plus terribles       ton je rêve aux gorges accoucher baragouiner  avec « a la o tendresses ô mes pour gilbert marcel alocco a l’heure de la au lecteur voici le premier dans les hautes herbes en ceste tere ad estet ja li quens oger cuardise histoire de signes . à ce paysage que tu contemplais station 4 : judas  (vois-tu, sancho, je suis l’existence n’est il n’est pire enfer que intendo... intendo ! souvent je ne sais rien de tendresses ô mes envols madame a des odeurs sauvages 0 false 21 18       grimpa dans l’effilé de quando me ne so itu pe       le     cet arbre que       il pour michèle gazier 1) madame, vous débusquez violette cachéeton fin première onze sous les cercles       deux m1         la production       ( jamais je n’aurais       marche       six g. duchêne, écriture le  si, du nouveau       sur le 0 false 21 18 a la fin il ne resta que       voyage dernier vers aoi max charvolen, martin miguel pure forme, belle muette, aux barrières des octrois tandis que dans la grande la lecture de sainte nice, le 18 novembre 2004 leonardo rosa  le livre, avec nice, le 8 octobre voudrais je vous       un de proche en proche tous       le     faisant la       retour       su le franchissement des il en est des meurtrières. mult ben i fierent franceis e les durand : une       &agrav les cuivres de la symphonie       l̵  dernières mises   nous sommes nous viendrons nous masser ce texte m’a été Éléments - quatre si la mer s’est je suis celle qui trompe       fleure macao grise il ne s’agit pas de       une libre de lever la tête giovanni rubino dit ensevelie de silence, recleimet deu mult merci à marc alpozzo ses mains aussi étaient       sur       cerisi ainsi fut pétrarque dans reprise du site avec la nouvelles mises en c’est un peu comme si, vous avez       ma diaphane est le mot (ou c’est la peur qui fait il existe au moins deux vedo la luna vedo le       tourne       voyage dernier vers aoi dernier vers aoi iv.- du livre d’artiste     un mois sans des conserves ! légendes de michel autres litanies du saint nom antoine simon 24 l’appel tonitruant du moisissures mousses lichens et si tu dois apprendre à       sabots li emperere s’est et te voici humanité     tout autour       o viallat © le château de c’est la distance entre j’ai changé le cliquetis obscène des       neige il ne sait rien qui ne va face aux bronzes de miodrag epuisement de la salle, morz est rollant, deus en ad pas sur coussin d’air mais (en regardant un dessin de je suis occupé ces de profondes glaouis j’ai travaillé régine robin, josué avait un rythme       longte nos voix petit matin frais. je te       &agrav       la on peut croire que martine la bouche pleine de bulles reflets et echosla salle "je me tais. pour taire. dernier vers aoi « h&eacu rimbaud a donc bernadette griot vient de i.- avaler l’art par       bien c’est extrêmement antoine simon 15 avant propos la peinture est la chaude caresse de       je 1254 : naissance de       le    regardant    au balcon       je       vu station 3 encore il parle alocco en patchworck © "tu sais ce que c’est c’est le grand suite de vertige. une distance tout en vérifiant sors de mon territoire. fais clere est la noit e la pour martine, coline et laure madame aux rumeurs carcassonne, le 06       &n dernier vers s’il ainsi alfred… pour raphaël juste un mot pour annoncer a grant dulur tendrai puis macles et roulis photo 3 comme une suite de “dans le dessin       et tu antoine simon 26 il faut laisser venir madame       descen en 1958 ben ouvre à       une coupé en deux quand dernier vers aoi pour angelo dans ce périlleux mouans sartoux. traverse de il n’était qu’un       avant pour martine issent de mer, venent as le bulletin de "bribes cinq madame aux yeux       alla       object quatrième essai de mon cher pétrarque, je crie la rue mue douleur   si vous souhaitez rm : d’accord sur antoine simon 17 raphaËl au programme des actions l’art n’existe bel équilibre et sa 5) triptyque marocain on a cru à dernier vers aoi   pour jean-louis cantin 1.- madame, c’est notre j’ai parlé cher bernard       embarq au matin du fragilité humaine. de la     chambre antoine simon 22     surgi derniers       au assise par accroc au bord de paien sunt morz, alquant "mais qui lit encore le       &n abu zayd me déplait. pas je reviens sur des  les œuvres de la brume. nuages dernier vers doel i avrat, exacerbé d’air  je signerai mon cinquième citationne antoine simon 31       montag       le       " il tente de déchiffrer, nous lirons deux extraits de       la    il quand les mots un jour nous avons       devant a claude b.   comme saluer d’abord les plus ce monde est semé ecrire les couleurs du monde de pa(i)smeisuns en est venuz À max charvolen et martin c’est la chair pourtant il arriva que il n’y a pas de plus ce jour là, je pouvais       ce   j’ai souvent a propos d’une faisant dialoguer   en grec, morías       un je t’enfourche ma       ce douze (se fait terre se       ma mémoire ne peut me d’un côté est-ce parce que, petit, on 1-nous sommes dehors. quatrième essai rares   pour le prochain  pour de et si au premier jour il antoine simon 21 je me souviens de torna a sorrento ulisse torna iloec endreit remeint li os huit c’est encore à janvier 2002 .traverse Être tout entier la flamme  il est des objets sur dernier vers aoi     "       l̵ inoubliables, les ouverture d’une constellations et       sur le un trait gris sur la l’homme est       au derniers vers sun destre la pureté de la survie. nul       pav&ea temps de pierres poussées par les vagues ce pays que je dis est glaciation entre       bonhe très malheureux...       sur onzième mise en ligne d’un   maille 1 :que c’est seulement au passent .x. portes, (À l’église tous feux éteints. des   on n’est je ne saurais dire avec assez le 15 mai, à « e ! malvais       &n jouer sur tous les tableaux quant carles oït la   pour adèle et "pour tes       les mise en ligne quand sur vos visages les prenez vos casseroles et on trouvera la video madame, on ne la voit jamais pour pierre theunissen la le nécessaire non l’instant criblé ne pas négocier ne pour marcel ce qui fait tableau : ce nice, le 30 juin 2000 pour julius baltazar 1 le napolì napolì tout en travaillant sur les antoine simon 9     l’é polenta heureuse ruine, pensait si grant dol ai que ne immense est le théâtre et la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EFFRACTIONS
<- XCV | XCVII ->
XCVI

Clefs : Dieu , langue

dentelle : il avait encore dieu qui est sans savonnette

Il avait j’affirme encore dieu comme lui qui est omo admirabilis sans savonnette l’erreur réservoirs et troglodyte belle l’épouvantait peux-tu aux devantures a le goût de venite pure se déguiser quelle aberration des conversations une modulation allé fépachié le silence folipafofolilafofolalifola mmmmmm fragiles et diaphanes mais les rides comme si elle ne prêtes pourtant et il ne se révélait lâchant quelque incongruité il courait tu n’as à dire de détachement hi hi hi secoué de soubresauts celle-là une matière chez les femmes tu es belle accepté d’emblée devant l’assemblée qui m’agace et que ora pro nobis le ciel à peine bleuissait de marche au hasard câbles électriques montrer ce qu’on ignore dans ma bouche ma mort en moi s’engouffre une mer courroucée guarda come fà sous des arbres s’isolaient des spectateurs surgissant de vingt lieux quelle surprise pour témoigner au Hâvre lagunes hantées de mes mains va et vient y être pour ou pour manifester autrement les sons tendresse émerveillée mais qu’es-tu j’ai dit non dans les deux cas précis jouant enfin en esthétisant constamment tes yeux sont des colombes sa défaite inébranlable comme est Job Gaaaaaaaaaaaalia miserere nobis chemins de traverses de bâtiments sérieux elle ferme je bave collection de bourses double goutte masque sur masque elle disposait à chaque endroit dans dix lieux chais pas maiquoi c’est ding’ sans pourtant couvrir comankiva finit la peau trop mouvante intimement liés plaisir sans partage ne suis que passage ce que l’on paraît à l’inconnu (dont l’odeur) que dieu ne se tenait pas les mâchoires chut chut à me gober d’autre part (se pose) j’étais nerveux levaate

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette