BRIBES EN LIGNE
branches lianes ronces encore la couleur, mais cette patrick joquel vient de 13) polynésie antoine simon 24       jonath premier vers aoi dernier il ne sait rien qui ne va       enfant "le renard connaît l’une des dernières d’un bout à en 1958 ben ouvre à derniers vers sun destre nice, le 30 juin 2000 a ma mère, femme parmi torna a sorrento ulisse torna sixième le glacis de la mort au seuil de l’atelier aucun hasard si se       descen je ne sais pas si comment entrer dans une       au     oued coulant       ce dans les carnets en ceste tere ad estet ja       assis epuisement de la salle, la mort, l’ultime port, sur l’erbe verte si est   je ne comprends plus le 26 août 1887, depuis   maille 1 :que quai des chargeurs de       sur station 7 : as-tu vu judas se je suis celle qui trompe 5) triptyque marocain un tunnel sans fin et, à et il fallait aller debout le 2 juillet  de même que les deuxième essai le       et    au balcon il est le jongleur de lui normal 0 21 false fal temps où le sang se   pour théa et ses j’ai en réserve       object       la       coude le proche et le lointain  au travers de toi je nous lirons deux extraits de a l’aube des apaches, juste un une autre approche de ce n’est pas aux choses       " "l’art est-il deux mille ans nous nécrologie générations dans le train premier le lent déferlement tes chaussures au bas de eurydice toujours nue à la gaucherie à vivre, antoine simon 31       sur       le onze sous les cercles macles et roulis photo 3       l̵ j’ai perdu mon printemps breton, printemps la fraîcheur et la un jour nous avons portrait. 1255 : quelque temps plus tard, de       & ici, les choses les plus rien n’est       entre le temps passe si vite,  les éditions de pour michèle aueret je serai toujours attentif à l’illusion d’une  dans le livre, le bien sûr, il y eut troisième essai et       la le 19 novembre 2013, à la       glouss pas facile d’ajuster le 1.- les rêves de les grands livre grand format en trois mesdames, messieurs, veuillez jusqu’à il y a  hier, 17 arbre épanoui au ciel alocco en patchworck © heureuse ruine, pensait (la numérotation des toujours les lettres : genre des motsmauvais genre   jn 2,1-12 :       sur dernier vers aoi a grant dulur tendrai puis on dit qu’agathe       &ccedi       le temps de cendre de deuil de  l’écriture “le pinceau glisse sur   est-ce que etait-ce le souvenir l’impression la plus af : j’entends antoine simon 21       une issent de mer, venent as de toutes les (ô fleur de courge... passet li jurz, si turnet a  tu ne renonceras pas.   né le 7     quand  jésus ainsi va le travail de qui grant est la plaigne e large on a cru à       que pour jacqueline moretti, moisissures mousses lichens  on peut passer une vie et que dire de la grâce libre de lever la tête il en est des noms comme du « h&eacu       " montagnesde dernier vers aoi macles et roulis photo 7 non, björg,       deux d’ eurydice ou bien de  “la signification de prime abord, il   3   

les a supposer quece monde tienne je meurs de soif chaises, tables, verres, la mastication des l’attente, le fruit (À l’église       neige dix l’espace ouvert au antoine simon 18 cet article est paru c’est pour moi le premier ses mains aussi étaient dieu faisait silence, mais a dix sept ans, je ne savais antoine simon 13 les plus terribles je sais, un monde se c’est vrai le scribe ne retient j’ai ajouté pour martine pour andrée jamais je n’aurais vous avez       apparu (vois-tu, sancho, je suis granz est li calz, si se       &agrav   l’oeuvre vit son       pourqu   nous sommes mes pensées restent       le       pass&e       jardin je reviens sur des immense est le théâtre et macles et roulis photo 4  pour jean le j’ai changé le elle ose à peine       dans on cheval   dits de dans le pays dont je vous       su la poésie, à la       bonhe autre citation"voui le soleil n’est pas    regardant  si, du nouveau       le antoine simon 11 depuis ce jour, le site clers fut li jurz e li ço dist li reis : est-ce parce que, petit, on cinquième essai tout un soir à paris au  la toile couvre les j’ai donc au rayon des surgelés bernadette griot vient de       fourmi     hélas, à la bonne       reine       apr&eg l’éclair me dure, c’est ici, me de sorte que bientôt a la femme au journée de  “ce travail qui       sur le       embarq       je me  le livre, avec 1) notre-dame au mur violet vue à la villa tamaris mille fardeaux, mille des voiles de longs cheveux le temps passe dans la pour raphaël poussées par les vagues merci à la toile de r.m.a toi le don des cris qui reflets et echosla salle et la peur, présente marcel alocco a       le       juin temps de pierres dans la caverne primordiale l’ami michel et nous n’avons rien       avant le pendu noble folie de josué, "je me tais. pour taire.       gentil clquez sur   iv    vers ….omme virginia par la quand nous rejoignons, en dorothée vint au monde quelques textes  mise en ligne du texte la chaude caresse de pour mes enfants laure et il n’est pire enfer que       un exacerbé d’air dernier vers aoi madame est toute       st    si tout au long grande lune pourpre dont les je dors d’un sommeil de       object les enseignants : abstraction voir figuration deuxième apparition de la danse de la lecture de sainte peinture de rimes. le texte cette machine entre mes       la de profondes glaouis dans les rêves de la reprise du site avec la Être tout entier la flamme    seule au       ce envoi du bulletin de bribes dernier vers aoi chercher une sorte de       grimpa voile de nuità la décembre 2001. de la toutes ces pages de nos intendo... intendo ! morz est rollant, deus en ad 1 au retour au moment       qui paien sunt morz, alquant napolì napolì écoute, josué, folie de josuétout est  zones gardées de il existe au moins deux si elle est belle ? je présentation du pas une année sans évoquer toutes sortes de papiers, sur autre citation  monde rassemblé o tendresses ô mes villa arson, nice, du 17 dernier vers aoi faisant dialoguer bal kanique c’est ce 28 février 2002. pour jacky coville guetteurs pour angelo et si au premier jour il  avec « a la dans ma gorge n’ayant pas sept (forces cachées qui je déambule et suis pour yves et pierre poher et les installations souvent, quel étonnant   (à dernier vers aoi ce tandis que dans la grande dernier vers aoi     &nbs vos estes proz e vostre l’erbe del camp, ki    il madame, vous débusquez       sur     au couchant vi.- les amicales aventures le passé n’est la vie est ce bruissement comme c’est station 5 : comment tout mon petit univers en       le " je suis un écorché vif. pas même un jour, vous m’avez 1- c’est dans       la       au de soie les draps, de soie bien sûrla il faut laisser venir madame les routes de ce pays sont f les marques de la mort sur pour mireille et philippe une fois entré dans la granz fut li colps, li dux en à cri et à       et tu  un livre écrit « e ! malvais la galerie chave qui a propos d’une       les même si       d&eacu carmelo arden quin est une abu zayd me déplait. pas la liberté s’imprime à   j’ai souvent nice, le 8 octobre v.- les amicales aventures du       neige la force du corps,       dans dans les horizons de boue, de siglent a fort e nagent e si grant dol ai que ne tromper le néant quatrième essai rares cet univers sans la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EFFRACTIONS
<- XCV | XCVII ->
XCVI

Clefs : Dieu , langue

dentelle : il avait encore dieu qui est sans savonnette

Il avait j’affirme encore dieu comme lui qui est omo admirabilis sans savonnette l’erreur réservoirs et troglodyte belle l’épouvantait peux-tu aux devantures a le goût de venite pure se déguiser quelle aberration des conversations une modulation allé fépachié le silence folipafofolilafofolalifola mmmmmm fragiles et diaphanes mais les rides comme si elle ne prêtes pourtant et il ne se révélait lâchant quelque incongruité il courait tu n’as à dire de détachement hi hi hi secoué de soubresauts celle-là une matière chez les femmes tu es belle accepté d’emblée devant l’assemblée qui m’agace et que ora pro nobis le ciel à peine bleuissait de marche au hasard câbles électriques montrer ce qu’on ignore dans ma bouche ma mort en moi s’engouffre une mer courroucée guarda come fà sous des arbres s’isolaient des spectateurs surgissant de vingt lieux quelle surprise pour témoigner au Hâvre lagunes hantées de mes mains va et vient y être pour ou pour manifester autrement les sons tendresse émerveillée mais qu’es-tu j’ai dit non dans les deux cas précis jouant enfin en esthétisant constamment tes yeux sont des colombes sa défaite inébranlable comme est Job Gaaaaaaaaaaaalia miserere nobis chemins de traverses de bâtiments sérieux elle ferme je bave collection de bourses double goutte masque sur masque elle disposait à chaque endroit dans dix lieux chais pas maiquoi c’est ding’ sans pourtant couvrir comankiva finit la peau trop mouvante intimement liés plaisir sans partage ne suis que passage ce que l’on paraît à l’inconnu (dont l’odeur) que dieu ne se tenait pas les mâchoires chut chut à me gober d’autre part (se pose) j’étais nerveux levaate

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette