BRIBES EN LIGNE
le franchissement des apaches : dernier vers aoi   l’appel tonitruant du pour qui veut se faire une       vaches       sabots deuxième apparition de il y a des objets qui ont la une il faut dire les f j’ai voulu me pencher polenta dernier vers aoi troisième essai et a ma mère, femme parmi pour andrée quand vous serez tout "mais qui lit encore le jamais je n’aurais À perte de vue, la houle des     le cygne sur clquez sur lorsque martine orsoni le nécessaire non le coeur du     quand   3   

les 1-nous sommes dehors.       deux sables mes parolesvous       dans mieux valait découper patrick joquel vient de  dans toutes les rues dans les carnets       au le "patriote", fin première outre la poursuite de la mise       s̵ "l’art est-il ma voix n’est plus que ecrire sur  “... parler une il était question non les lettres ou les chiffres       sur les dernières libre de lever la tête 7) porte-fenêtre carcassonne, le 06 la vie est ce bruissement coupé en deux quand comme c’est (en regardant un dessin de zacinto dove giacque il mio la terre nous   je ne comprends plus dernier vers aoi    en dentelle : il avait antoine simon 11       reine les avenues de ce pays ma voix n’est plus que       jardin  pour le dernier jour et…  dits de abstraction voir figuration onze sous les cercles voici des œuvres qui, le       sur un temps hors du générations dorothée vint au monde reflets et echosla salle mise en ligne tout le problème normal 0 21 false fal seul dans la rue je ris la dernier vers aoi bribes en ligne a douce est la terre aux yeux dans le patriote du 16 mars       &n  pour jean le tous ces charlatans qui un jour, vous m’avez a dix sept ans, je ne savais     rien     m2 &nbs il semble possible  de la trajectoire de ce (vois-tu, sancho, je suis dans les hautes herbes pour le prochain basilic, (la       pass&e autre petite voix c’est seulement au issent de mer, venent as quatrième essai de       dans je suis occupé ces traquer pour andré le 23 février 1988, il je serai toujours attentif à       au f le feu s’est       dans le travail de bernard d’ eurydice ou bien de       le la liberté de l’être  un livre écrit mais non, mais non, tu voudrais je vous et ces       jonath       ce et si au premier jour il  il est des objets sur 1) la plupart de ces ] heureux l’homme       sur pour mireille et philippe avez-vous vu       deux macles et roulis photo 1       sur comme une suite de on trouvera la video et la peur, présente deuxième essai le i.- avaler l’art par ce va et vient entre       midi pour michèle nous dirons donc il n’était qu’un dont les secrets… à quoi m1             pav&ea merci à marc alpozzo granz fut li colps, li dux en la littérature de       pour de toutes les       la max charvolen, martin miguel       tourne  “s’ouvre ouverture de l’espace "moi, esclave" a le ciel de ce pays est tout montagnesde ils sortent a l’aube des apaches,       qui   que signifie  les œuvres de deuxième suite sa langue se cabre devant le les durand : une au labyrinthe des pleursils paroles de chamantu toutes sortes de papiers, sur         &n faisant dialoguer c’est le grand aucun hasard si se c’est pour moi le premier   se aux george(s) (s est la       je ma mémoire ne peut me eurydice toujours nue à   encore une la rencontre d’une au matin du hans freibach : religion de josué il marcel alocco a     double pour jean-louis cantin 1.-   un vendredi       coude in the country un jour nous avons lancinant ô lancinant la communication est mougins. décembre et que dire de la grâce le 28 novembre, mise en ligne un trait gris sur la       apr&eg  l’exposition  si tu es étudiant en       droite accoucher baragouiner iv.- du livre d’artiste mult est vassal carles de la mort d’un oiseau. pourquoi yves klein a-t-il souvent je ne sais rien de       mouett et il fallait aller debout autre citation"voui "tu sais ce que c’est l’existence n’est dernier vers aoi dernier vers aoi c’est extrêmement josué avait un rythme c’est parfois un pays       apparu       object si j’étais un encore la couleur, mais cette petites proses sur terre       neige il ne s’agit pas de o tendresses ô mes j’ai donné, au mois sculpter l’air :     les provisions   marcel rare moment de bonheur, le passé n’est le pendu       la dernier vers aoi   toujours les lettres : au commencement était       le en cet anniversaire, ce qui  les trois ensembles langues de plomba la       dans dimanche 18 avril 2010 nous     longtemps sur clers est li jurz et li ici, les choses les plus c’est ici, me pour maguy giraud et À max charvolen et martin trois tentatives desesperees f les rêves de madame, c’est notre   je n’ai jamais dans le train premier dessiner les choses banales pour andré       sur       ce       sur       pourqu la terre a souvent tremblé dans les rêves de la  c’était le géographe sait tout madame porte à    7 artistes et 1 viallat © le château de ce qui fait tableau : ce pour anne slacik ecrire est la mastication des a la libération, les non... non... je vous assure, les routes de ce pays sont trois (mon souffle au matin 5) triptyque marocain       vu sous l’occupation le recueil de textes pour daniel farioli poussant   né le 7 arbre épanoui au ciel moi cocon moi momie fuseau mais jamais on ne 10 vers la laisse ccxxxii   si vous souhaitez       bien       pass&e sixième  “ce travail qui deuxième apparition diaphane est le (dans mon ventre pousse une lentement, josué quatre si la mer s’est je ne sais pas si       j̵ je suis bien dans antoine simon 29 de profondes glaouis       tendresse du mondesi peu de carles respunt : le 15 mai, à un nouvel espace est ouvert l’instant criblé n’ayant pas raphaël       la je découvre avant toi       va attendre. mot terrible. je suis  ce mois ci : sub antoine simon 15 la force du corps, tes chaussures au bas de l’évidence effleurer le ciel du bout des au rayon des surgelés dernier vers aoi pour lee où l’on revient ainsi va le travail de qui     du faucon       fleure al matin, quant primes pert je t’enlace gargouille       dans       nuage juste un       " dans l’innocence des pour jean gautheronle cosmos ki mult est las, il se dort dernier vers aoi       sur il en est des noms comme du dernier vers que mort deux ce travail vous est genre des motsmauvais genre       la       avant       sur le pour maxime godard 1 haute vi.- les amicales aventures       au …presque vingt ans plus tout est possible pour qui chaque automne les on préparait neuf j’implore en vain mult ben i fierent franceis e       l̵   le texte suivant a moisissures mousses lichens buttati ! guarda&nbs de soie les draps, de soie f le feu est venu,ardeur des noble folie de josué, dernier vers aoi ce paysage que tu contemplais de pareïs li seit la  “la signification 1257 cleimet sa culpe, si le tissu d’acier    tu sais "ces deux là se les installations souvent, ce qui aide à pénétrer le  le "musée       banlie nous avancions en bas de  le grand brassage des les dieux s’effacent présentation du fontelucco, 6 juillet 2000 f dans le sourd chatoiement       la de pa(i)smeisuns en est venuz  jésus station 3 encore il parle je crie la rue mue douleur dernier vers aoi troisième essai etait-ce le souvenir     son il ne sait rien qui ne va       quinze dernier vers aoi  epître aux le ciel est clair au travers       je madame aux rumeurs sous la pression des et te voici humanité la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EFFRACTIONS
<- XCV | XCVII ->
XCVI

Clefs : Dieu , langue

dentelle : il avait encore dieu qui est sans savonnette

Il avait j’affirme encore dieu comme lui qui est omo admirabilis sans savonnette l’erreur réservoirs et troglodyte belle l’épouvantait peux-tu aux devantures a le goût de venite pure se déguiser quelle aberration des conversations une modulation allé fépachié le silence folipafofolilafofolalifola mmmmmm fragiles et diaphanes mais les rides comme si elle ne prêtes pourtant et il ne se révélait lâchant quelque incongruité il courait tu n’as à dire de détachement hi hi hi secoué de soubresauts celle-là une matière chez les femmes tu es belle accepté d’emblée devant l’assemblée qui m’agace et que ora pro nobis le ciel à peine bleuissait de marche au hasard câbles électriques montrer ce qu’on ignore dans ma bouche ma mort en moi s’engouffre une mer courroucée guarda come fà sous des arbres s’isolaient des spectateurs surgissant de vingt lieux quelle surprise pour témoigner au Hâvre lagunes hantées de mes mains va et vient y être pour ou pour manifester autrement les sons tendresse émerveillée mais qu’es-tu j’ai dit non dans les deux cas précis jouant enfin en esthétisant constamment tes yeux sont des colombes sa défaite inébranlable comme est Job Gaaaaaaaaaaaalia miserere nobis chemins de traverses de bâtiments sérieux elle ferme je bave collection de bourses double goutte masque sur masque elle disposait à chaque endroit dans dix lieux chais pas maiquoi c’est ding’ sans pourtant couvrir comankiva finit la peau trop mouvante intimement liés plaisir sans partage ne suis que passage ce que l’on paraît à l’inconnu (dont l’odeur) que dieu ne se tenait pas les mâchoires chut chut à me gober d’autre part (se pose) j’étais nerveux levaate

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette