BRIBES EN LIGNE
on a cru à       sur quelques textes l’appel tonitruant du pas sur coussin d’air mais où l’on revient     vers le soir rêves de josué, est-ce parce que, petit, on il n’y a pas de plus o tendresses ô mes  au travers de toi je ajout de fichiers sons dans     "       la pie       sur       entre cinq madame aux yeux dernier vers aoi nous savons tous, ici, que et  riche de mes torna a sorrento ulisse torna temps où les coeurs n’ayant pas  c’était le pendu antoine simon 14 a christiane de la au programme des actions  il est des objets sur       l̵ de sorte que bientôt al matin, quant primes pert       ce pour qui veut se faire une (dans mon ventre pousse une       et tu percey priest lakesur les af : j’entends et combien j’ai donné, au mois 1.- les rêves de la cité de la musique antoine simon 12 suite du blasphème de    tu sais autre citation de prime abord, il la bouche pleine de bulles dernier vers s’il merle noir  pour r.m.a toi le don des cris qui       cerisi       devant       embarq   nous sommes i mes doigts se sont ouverts j’ai changé le nu(e), comme son nom paroles de chamantu je suis ma mémoire ne peut me pour mireille et philippe le lourd travail des meules les lettres ou les chiffres premier essai c’est       le cinquième essai tout   je ne comprends plus       banlie monde imaginal, troisième essai     tout autour prenez vos casseroles et j’écoute vos       dans     ton (josué avait   est-ce que cliquetis obscène des cher bernard nice, le 8 octobre 0 false 21 18 pour andrée essai de nécrologie,     à antoine simon 31 démodocos... Ça a bien un  les éditions de napolì napolì sept (forces cachées qui       &eacut     &nbs       pass&e       fleure 1254 : naissance de 1 au retour au moment antoine simon 33       un il avait accepté dans les carnets les oiseaux s’ouvrent c’est le grand onze sous les cercles       pass&e il aurait voulu être le coeur du a l’aube des apaches, la pureté de la survie. nul un verre de vin pour tacher à cri et à dernier vers doel i avrat,       st bel équilibre et sa les textes mis en ligne autre essai d’un       dans je suis occupé ces       gentil       au on croit souvent que le but le plus insupportable chez  je signerai mon deux ce travail vous est   le 10 décembre attendre. mot terrible. la mort d’un oiseau.       &ccedi et c’était dans morz est rollant, deus en ad       retour pour anne slacik ecrire est clere est la noit e la dans ce périlleux ensevelie de silence, à bernadette la liberté s’imprime à madame des forêts de l’art n’existe juste un       voyage ma voix n’est plus que   pour olivier       l̵ bien sûr, il y eut souvent je ne sais rien de ço dist li reis :       bonhe et ma foi,       le 0 false 21 18 le vieux qui vous deux, c’est joie et dernier vers aoi       quand       maquis je t’ai admiré,  jésus pas une année sans évoquer "tu sais ce que c’est "mais qui lit encore le  “la signification rien n’est   le texte suivant a       pav&ea l’impossible karles se dort cum hume dans les hautes herbes       &n tu le saiset je le vois les avenues de ce pays       é       le et que vous dire des les doigts d’ombre de neige une errance de madame dans l’ombre des constellations et la vie humble chez les le lent déferlement     après       le in the country abstraction voir figuration       ( violette cachéeton       dans ses mains aussi étaient 5) triptyque marocain très saintes litanies      & toulon, samedi 9 thème principal :  le livre, avec temps de bitume en fusion sur dernier vers aoi       alla       une dans la caverne primordiale       su a la libération, les         or mieux valait découper je ne peins pas avec quoi, attendre. mot terrible. dernier vers aoi premier vers aoi dernier c’est seulement au au labyrinthe des pleursils dix l’espace ouvert au pour michèle gazier 1) tout le problème deuxième apparition de mes deux mains genre des motsmauvais genre mult est vassal carles de       allong à la bonne d’un bout à la littérature de "je me tais. pour taire. tes chaussures au bas de noble folie de josué, montagnesde le glacis de la mort i.- avaler l’art par     surgi antoine simon 10 cet article est paru dans le     les fleurs du la communication est dans le respect du cahier des dans l’innocence des c’est ici, me exacerbé d’air le tissu d’acier       midi dernier vers aoi       au depuis ce jour, le site nous serons toujours ces vi.- les amicales aventures le franchissement des un homme dans la rue se prend nouvelles mises en charogne sur le seuilce qui ouverture d’une       ainsi va le travail de qui       droite coupé le sonà pour antoine simon 23 voudrais je vous il s’appelait antoine simon 32       ( attention beau la rencontre d’une cet article est paru dernier vers aoi l’évidence dernier vers aoi     les provisions quelques autres il y a dans ce pays des voies a toi le don des cris qui ils sortent "le renard connaît une fois entré dans la       vu       object merci à marc alpozzo sainte marie, portrait. 1255 : la question du récit       ...mai pour martin pour m.b. quand je me heurte ce jour-là il lui elle ose à peine six de l’espace urbain,     m2 &nbs avant dernier vers aoi       la toutes ces pages de nos et si tu dois apprendre à ainsi alfred… quel ennui, mortel pour première encore la couleur, mais cette    regardant halt sunt li pui e mult halt     pluie du 1) la plupart de ces d’ eurydice ou bien de sors de mon territoire. fais etait-ce le souvenir   l’oeuvre vit son       sur       dans pour angelo bruno mendonça     son nous lirons deux extraits de trois (mon souffle au matin antoine simon 13 quand vous serez tout       sur À perte de vue, la houle des cinquième citationne neuf j’implore en vain introibo ad altare  dans toutes les rues ma voix n’est plus que toute trace fait sens. que dans le pain brisé son vous êtes  pour le dernier jour       montag vue à la villa tamaris la liberté de l’être equitable un besoin sonnerait rêve, cauchemar, sixième "nice, nouvel éloge de la     chant de f les marques de la mort sur envoi du bulletin de bribes le samedi 26 mars, à 15 sous l’occupation livre grand format en trois antoine simon 30       voyage temps de pierres   lu le choeur des femmes de à la mémoire de inoubliables, les un besoin de couper comme de       marche madame a des odeurs sauvages       ce "et bien, voilà..." dit       reine       la  il y a le libre de lever la tête       parfoi ce 28 février 2002. branches lianes ronces pas facile d’ajuster le   anatomie du m et leonardo rosa 1. il se trouve que je suis la langue est intarissable etudiant à le 23 février 1988, il       la « e ! malvais "si elle est pas de pluie pour venir c’était une       la       va       je     du faucon dernier vers aoi heureuse ruine, pensait petit matin frais. je te rien n’est plus ardu a dix sept ans, je ne savais madame déchirée la légende fleurie est    en « h&eacu et je vois dans vos  “... parler une       le pour alain borer le 26 dans ce pays ma mère la vie est dans la vie. se dernier vers aoi le temps passe si vite, voici des œuvres qui, le la lecture de sainte que d’heures quand il voit s’ouvrir,   tout est toujours en exode, 16, 1-5 toute depuis le 20 juillet, bribes pour jean gautheronle cosmos  tu ne renonceras pas. la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EFFRACTIONS
<- XCV | XCVII ->
XCVI

Clefs : Dieu , langue

dentelle : il avait encore dieu qui est sans savonnette

Il avait j’affirme encore dieu comme lui qui est omo admirabilis sans savonnette l’erreur réservoirs et troglodyte belle l’épouvantait peux-tu aux devantures a le goût de venite pure se déguiser quelle aberration des conversations une modulation allé fépachié le silence folipafofolilafofolalifola mmmmmm fragiles et diaphanes mais les rides comme si elle ne prêtes pourtant et il ne se révélait lâchant quelque incongruité il courait tu n’as à dire de détachement hi hi hi secoué de soubresauts celle-là une matière chez les femmes tu es belle accepté d’emblée devant l’assemblée qui m’agace et que ora pro nobis le ciel à peine bleuissait de marche au hasard câbles électriques montrer ce qu’on ignore dans ma bouche ma mort en moi s’engouffre une mer courroucée guarda come fà sous des arbres s’isolaient des spectateurs surgissant de vingt lieux quelle surprise pour témoigner au Hâvre lagunes hantées de mes mains va et vient y être pour ou pour manifester autrement les sons tendresse émerveillée mais qu’es-tu j’ai dit non dans les deux cas précis jouant enfin en esthétisant constamment tes yeux sont des colombes sa défaite inébranlable comme est Job Gaaaaaaaaaaaalia miserere nobis chemins de traverses de bâtiments sérieux elle ferme je bave collection de bourses double goutte masque sur masque elle disposait à chaque endroit dans dix lieux chais pas maiquoi c’est ding’ sans pourtant couvrir comankiva finit la peau trop mouvante intimement liés plaisir sans partage ne suis que passage ce que l’on paraît à l’inconnu (dont l’odeur) que dieu ne se tenait pas les mâchoires chut chut à me gober d’autre part (se pose) j’étais nerveux levaate

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette