BRIBES EN LIGNE
frères et et que dire de la grâce la poésie, à la derniers vers sun destre la cité de la musique bien sûrla       la soudain un blanc fauche le pas sur coussin d’air mais la vie est dans la vie. se la terre a souvent tremblé le coeur du  tu vois im font chier inoubliables, les clers fut li jurz e li la rencontre d’une moisissures mousses lichens dernier vers aoi dernier vers aoi au seuil de l’atelier folie de josuétout est le lourd travail des meules reflets et echosla salle lorsque martine orsoni tout à fleur d’eaula danse grant est la plaigne e large mougins. décembre derniers dernier vers aoi sous la pression des le numéro exceptionnel de f les feux m’ont       j̵ est-ce parce que, petit, on temps de cendre de deuil de de toutes les le ciel est clair au travers à la mémoire de comment entrer dans une       deux dernier vers aoi c’est la distance entre deux nouveauté, rêve, cauchemar, (la numérotation des maintenant il connaît le le 15 mai, à j’ai travaillé 1-nous sommes dehors. de mes deux mains la deuxième édition du pour michèle aucun hasard si se quand les mots ses mains aussi étaient laure et pétrarque comme percey priest lakesur les       longte       fourr& et nous n’avons rien       dans diaphane est le tout est possible pour qui il ne reste plus que le il en est des noms comme du trois tentatives desesperees  tous ces chardonnerets premier essai c’est af : j’entends libre de lever la tête il en est des meurtrières. Être tout entier la flamme poussées par les vagues       je me deuxième apparition mais jamais on ne ma voix n’est plus que deux mille ans nous c’est un peu comme si, comme une suite de qu’est-ce qui est en  de même que les et combien vedo la luna vedo le dernier vers aoi      & il était question non dans le patriote du 16 mars reprise du site avec la marcel alocco a antoine simon 13       &n passet li jurz, si turnet a régine robin,   3   

les antoine simon 2 carmelo arden quin est une       quand onzième et si tu dois apprendre à       apr&eg de sorte que bientôt ma chair n’est carcassonne, le 06   je n’ai jamais la fonction, rêves de josué, antoine simon 19 au matin du faisant dialoguer et si au premier jour il une il faut dire les madame est toute villa arson, nice, du 17 quatrième essai de     surgi       sur  dernier salut au 10 vers la laisse ccxxxii ce paysage que tu contemplais avant propos la peinture est « 8° de dorothée vint au monde       arauca     nous       le avez-vous vu antoine simon 31 des voix percent, racontent 0 false 21 18 de soie les draps, de soie       m̵ « pouvez-vous bernard dejonghe... depuis les installations souvent, un jour, vous m’avez ecrire les couleurs du monde       " ….omme virginia par la       la max charvolen, martin miguel constellations et  un livre écrit c’est seulement au       la décembre 2001. voici des œuvres qui, le  “s’ouvre rita est trois fois humble.  dans toutes les rues dentelle : il avait pour marcel les parents, l’ultime à la bonne il existe deux saints portant  au mois de mars, 1166       banlie nous dirons donc il aurait voulu être a propos de quatre oeuvres de dans le respect du cahier des vous deux, c’est joie et violette cachéeton les dessins de martine orsoni agnus dei qui tollis peccata       devant       une "mais qui lit encore le bribes en ligne a  dans le livre, le toujours les lettres :  martin miguel vient 1) notre-dame au mur violet ouverture de l’espace la bouche pleine de bulles pour egidio fiorin des mots merci à la toile de r.m.a toi le don des cris qui ce 28 février 2002. attention beau des quatre archanges que       d&eacu nice, le 18 novembre 2004 ...et poème pour       retour l’erbe del camp, ki  le "musée c’était une     vers le soir  monde rassemblé la mort, l’ultime port, station 5 : comment un jour nous avons effleurer le ciel du bout des après la lecture de       &eacut madame chrysalide fileuse le 26 août 1887, depuis sainte marie, dans le monde de cette pas facile d’ajuster le f qu’il vienne, le feu le 28 novembre, mise en ligne je rêve aux gorges j’ai donné, au mois       marche souvent je ne sais rien de merci au printemps des l’homme est le scribe ne retient le passé n’est je t’enlace gargouille       ma passent .x. portes, quelque chose jouer sur tous les tableaux toutes ces pages de nos cet univers sans "pour tes   est-ce que je ne sais pas si je crie la rue mue douleur pour helmut c’est parfois un pays si elle est belle ? je i mes doigts se sont ouverts quelques textes comme ce mur blanc titrer "claude viallat, clquez sur ce va et vient entre dimanche 18 avril 2010 nous dans l’effilé de certains soirs, quand je antoine simon 6   on n’est ici, les choses les plus    tu sais au lecteur voici le premier ici. les oiseaux y ont fait accorde ton désir à ta dernier vers aoi       &ccedi la bouche pure souffrance six de l’espace urbain,       " la légende fleurie est (josué avait lentement dernier vers aoi en introduction à l’impossible tous ces charlatans qui je reviens sur des aux barrières des octrois       apr&eg beaucoup de merveilles la lecture de sainte pour raphaël les doigts d’ombre de neige le nécessaire non  si, du nouveau antoine simon 20       ce pour yves et pierre poher et   saint paul trois tendresse du mondesi peu de  hors du corps pas l’ami michel       dans nous lirons deux extraits de f le feu s’est rossignolet tu la   maille 1 :que       les ainsi alfred… dernier vers aoi le 26 août 1887, depuis où l’on revient dernier vers que mort c’est la chair pourtant     le la vie est ce bruissement l’art c’est la   nous sommes des quatre archanges que l’une des dernières j’écoute vos le recueil de textes     un mois sans       object dernier vers s’il       embarq ço dist li reis :       ...mai macles et roulis photo 7 et encore  dits     après       l̵ macles et roulis photo 4 dans un coin de nice, le 23 février 1988, il un soir à paris au les dernières  de la trajectoire de ce f les rêves de j’ai parlé trois (mon souffle au matin il n’y a pas de plus a ma mère, femme parmi       m̵ macao grise je serai toujours attentif à pour martine       reine pour daniel farioli poussant       dans li emperere par sa grant toutefois je m’estimais descendre à pigalle, se       ruelle assise par accroc au bord de       va madame, c’est notre "le renard connaît pour julius baltazar 1 le dernier vers aoi halt sunt li pui e mult halt pour jean-marie simon et sa de pa(i)smeisuns en est venuz hans freibach :       entre les dieux s’effacent       un       sur       object    il de l’autre 13) polynésie       au       sur en ceste tere ad estet ja j’arrivais dans les en 1958 ben ouvre à tendresses ô mes envols j’ai relu daniel biga, c’est pour moi le premier la langue est intarissable encore la couleur, mais cette préparation des ainsi fut pétrarque dans jamais je n’aurais la liberté de l’être je ne peins pas avec quoi, sa langue se cabre devant le depuis le 20 juillet, bribes       bien deuxième essai dernier vers aoi       que   six formes de la "je me tais. pour taire. pierre ciel douce est la terre aux yeux       fleur       soleil et ma foi, présentation du   voici donc la je dors d’un sommeil de alocco en patchworck © que reste-t-il de la recleimet deu mult il souffle sur les collines ce pays que je dis est quand c’est le vent qui       coude "et bien, voilà..." dit légendes de michel madame, on ne la voit jamais     [1]  sixième dix l’espace ouvert au autres litanies du saint nom       " il faut aller voir       parfoi l’évidence dieu faisait silence, mais quando me ne so itu pe   adagio   je du fond des cours et des antoine simon 21 dernier vers aoi très saintes litanies on croit souvent que le but la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EFFRACTIONS
<- XCVI | XCVIII ->
XCVII

Clefs : Homère , Dieu , langue

 

SIX FORMES DE LA DÉTRESSE

A
Il avait j’affirme encore Dieu faire entendre l’inouï nobis salame les marécages vont mes pieds il était dans le coin plus connu tu ne dis pas force jalouse la mer docile et terra visibilium m’hanno buttato hors de la planche en fait les plus tôt rentrés de la dentale terrib semec onfécomsa au fur et à mesure comment vous croyez [ffffff] et madame remâchant un rêve les vêtements ça va ni du mal ni du bien l’homme par peur il avait la passion figuré sans le vouloir perdu d’avoir perdu abîme-toi ou de vague(vague) tu vois de le sortir j’en avais de parchemin un autre le silence distant est mort monsieur

B
accepté d’emblée criait-il il y a en toi qui est le vainqueur major ora miserere nobis et si je ne sais pas honoraire de l’époque et nymphe et plus apprécié l’ordre mais voyeur comme langoureux désespoir ooomnium et n’osso e M’hanno jamais les Atrides il serait plutôt leur cigarette terminée OUout’ Ouout’ iléancorpamalcomsa asmano que ses cadrans signalaient que ça va commencer [koulibiac] de terre Josué encore mais les rides comme si elles sans doute du ridicule des métamorphoses et il est le maîtriser et je vous conterai dans la contemplation du monde intérêt dé- taché comme un intervalle de dodécaphoniste ondoyant encore la chair de bouche problème est celui des anciens et la panique que signifie tu es belle

  ainsi chantait l’aède dans la grande salle

C
sa défaite soudain devant quelque chose qui m’agace de sui et qui pro nobis nous sommes où ils vont commu et trésorier ou pas une femme pour sa courtoisie l’être là ces enfants pauvres mouvant branche invisibiliiium rotto l’ naso n’eussent pu à mettre ou quelque rafraîchissement consommé et la vague aspiration alléfépachié asmano efno le silence d’un groupe semble-t-il [dizœ rJ [wakife] se tenait qui peut supporter ne vous vous voulaient pas se ménageant constamment ne se révélait jamais tant ou au contraire lâchant ses gestes au delà il est ordre ou de détachement vague il était très connu secoué de soubresauts vers six heures quand de la position des objets affolée des plus jeunes ma bien aimée
   
D
et c’est bien là l’assemblée apparemment subjuguée par certains côtés priez vous tous super creux partir au matin où elle va payeur monsieur Jacques est une femme et sa compétence mes mots qu’on figurait double du citronnier venite pure se non ce credi se déguiser histoire n’est-ce pas chuchotaient des conversations où la dentale meurt mais tais-toi donc ah diseur voisin d’une émission [lâ:lâ] [pamalba] [ffffffkiva] dans une attitude les rides et la calvitie ? avares voilà le silence telle une sûre que lorsqu’il lui fallait quelque incongruité des limites humaines et question et réponse (vaguement) ment dans les milieux piscicoles est-ce qu’en fait n’est-ce pas les visites eurent cessé j’ai longtemps hésité à l’état latent derrière tes masques
   
E
ce dont j’affirme tu rappelles prions et que admirabilis ora le ciel à peine je sais toujours Isab 29 ce qui est sûr du milieu diplomatique seront toujours aux devantures ou du cèdre toi avaanti guarda che è trop tragique de protéger feutrées attentif répétée comme si tais-toi pas mal ballant Josué projetait [chpâss] [kesek] [kiva mmm] proche de la prostration si encore les choses capables de tout prendre position de repli signifient annoncer dans l’espoir tout à la fois folie si c’est folie et il n’a pas besoin de toi intérêt intéressé et tenait depuis des années aussi l’idée que l’inconnu je pouvais faire entre l’inclusion dans le Plexiglas chez les femmes depuis longtemps et rien de Rome en Rome n’aperçois   

F
il ne revenait pas lui-même que je suis Josué Job à vrai dire la terre tourne pro nobis bleuissait miserere où je les mets à Uri N réservoirs c’est qu’elle était parisien elle insensés des pâtisseries qui m’esseules signore maschere rotto guarda pour remonter aux sources la masse de chair à vif Josué guettait elle avait pu être (prolongée) enfin merd’ lent ’ancé ses phrases [lâse ::] [oooooo] [jebânnnnnd’] la tête légèrement penchée vont à leur rythme tout accueillir une possibilité de prétendre prévoir rappeler qu’elle fût entendue que de souffrir et de hurler coule-toi (dans l’évidence) vous voyez oui la rubrique de pêche à la ligne tire à soi comble un manque mon bilan ce jour là trop froide en fin de comptes mûrie elle chargeait originaire de la banlieue  flectamus genuaa
il avait encore dieu l’inouï les marécages

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette