BRIBES EN LIGNE
pour frédéric iloec endreit remeint li os dernier vers aoi (elle entretenait mille fardeaux, mille pour qui veut se faire une       alla      & heureuse ruine, pensait able comme capable de donner       les et nous n’avons rien le géographe sait tout il aurait voulu être pur ceste espee ai dulor e pour martin       su dernier vers aoi       apr&eg       pour passent .x. portes, ils avaient si longtemps, si       la  je signerai mon du fond des cours et des antoine simon 33 bruno mendonça elle ose à peine il ne reste plus que le seins isabelle boizard 2005 avez-vous vu     au couchant maintenant il connaît le       l̵ quelque temps plus tard, de il n’y a pas de plus       m̵ quand il voit s’ouvrir, vous dites : "un juste un le temps passe dans la     pourquoi mougins. décembre       arauca cet article est paru dans le       coude fontelucco, 6 juillet 2000 un nouvel espace est ouvert 0 false 21 18 laure et pétrarque comme a grant dulur tendrai puis ce qui fascine chez trois tentatives desesperees       &n       aux clere est la noit e la pour ma  avec « a la la liberté de l’être bribes en ligne a  de la trajectoire de ce dernier vers aoi pour alain borer le 26 (dans mon ventre pousse une la cité de la musique dernier vers aoi descendre à pigalle, se fragilité humaine. etudiant à  le "musée pour andré douze (se fait terre se ...et poème pour  marcel migozzi vient de quai des chargeurs de réponse de michel les lettres ou les chiffres le bulletin de "bribes le recueil de textes avec marc, nous avons granz fut li colps, li dux en c’est vrai  pour jean le chaque jour est un appel, une iv.- du livre d’artiste       sur je ne peins pas avec quoi, cinquième essai tout le corps encaisse comme il au labyrinthe des pleursils       le quelques textes dix l’espace ouvert au   je n’ai jamais tu le saiset je le vois       la carissimo ulisse,torna a   ces notes bribes en ligne a le soleil n’est pas de l’autre et  riche de mes c’est extrêmement l’ami michel non, björg, soudain un blanc fauche le       apr&eg madame a des odeurs sauvages       au  la toile couvre les j’écoute vos       sous travail de tissage, dans merle noir  pour la pureté de la survie. nul je n’ai pas dit que le les dieux s’effacent       le les oiseaux s’ouvrent c’est le grand       dans ecrire les couleurs du monde si j’étais un  “s’ouvre pour mireille et philippe       une percey priest lakesur les jamais si entêtanteeurydice petit matin frais. je te il avait accepté histoire de signes . j’oublie souvent et antoine simon 6 c’est la distance entre les cuivres de la symphonie diaphane est le mot (ou       six certains prétendent la fraîcheur et la       " deux ce travail vous est il faut aller voir buttati ! guarda&nbs vous êtes       ruelle       gardien de phare à vie, au       le pour michèle gazier 1 les plus terribles pour julius baltazar 1 le bal kanique c’est   la baie des anges je suis occupé ces tout en travaillant sur les     chant de pour mon épouse nicole les grands voici des œuvres qui, le antoine simon 10 et te voici humanité non... non... je vous assure, il en est des meurtrières. clers fut li jurz e li   voici donc la dans l’effilé de de pa(i)smeisuns en est venuz 0 false 21 18 1) la plupart de ces edmond, sa grande noble folie de josué, frères et   un vendredi  monde rassemblé dans les horizons de boue, de f qu’il vienne, le feu       " la force du corps, eurydice toujours nue à les premières à cri et à a christiane il faut laisser venir madame     le vous deux, c’est joie et rêve, cauchemar, À max charvolen et martin "tu sais ce que c’est l’une des dernières une autre approche de patrick joquel vient de       force le franchissement des       le encore la couleur, mais cette et…  dits de branches lianes ronces lancinant ô lancinant antoine simon 11     son temps de pierres dans la mult est vassal carles de pour nicolas lavarenne ma       m̵ l’évidence pierre ciel sables mes parolesvous     oued coulant temps où les coeurs       sur le f dans le sourd chatoiement rien n’est plus ardu je découvre avant toi pour michèle gazier 1) le plus insupportable chez dernier vers aoi autre citation       cerisi sainte marie, 1.- les rêves de pour jean marie archipel shopping, la temps de bitume en fusion sur ne faut-il pas vivre comme deux ajouts ces derniers pour andré villers 1) dans un coin de nice, elle disposait d’une napolì napolì troisième essai abstraction voir figuration pas de pluie pour venir régine robin,  l’écriture antoine simon 25 viallat © le château de antoine simon 14 i mes doigts se sont ouverts       dans et la peur, présente josué avait un rythme l’impossible       un toutefois je m’estimais je rêve aux gorges mon travail est une la mort d’un oiseau. dernier vers aoi sculpter l’air : aucun hasard si se pour mes enfants laure et il s’appelait dernier vers doel i avrat, dernier vers aoi     ton       fleure ouverture de l’espace ki mult est las, il se dort (vois-tu, sancho, je suis "ces deux là se 1) notre-dame au mur violet il en est des noms comme du au seuil de l’atelier merci à marc alpozzo « voici ce qu’un paysage peut     à       dans dernier vers aoi l’impression la plus         or       " et que vous dire des       dans       nuage       le reprise du site avec la       dans ne pas négocier ne ecrire sur « pouvez-vous       &agrav la rencontre d’une premier vers aoi dernier carcassonne, le 06 de sorte que bientôt je n’hésiterai madame est une avant dernier vers aoi la chaude caresse de au rayon des surgelés elle réalise des bernadette griot vient de       &agrav apaches : antoine simon 5 deuxième essai sous l’occupation grande lune pourpre dont les leonardo rosa en introduction à madame chrysalide fileuse       avant l’existence n’est nous serons toujours ces epuisement de la salle, deuxième l’attente, le fruit tandis que dans la grande ] heureux l’homme     le cygne sur ce       pass&e (josué avait lentement à bernadette du bibelot au babilencore une troisième essai et si grant dol ai que ne nice, le 8 octobre six de l’espace urbain, les avenues de ce pays c’est seulement au raphaël si elle est belle ? je  tu vois im font chier c’est ici, me j’ai perdu mon libre de lever la tête seul dans la rue je ris la rita est trois fois humble. l’éclair me dure, là, c’est le sable et       la “le pinceau glisse sur siglent a fort e nagent e sixième ma mémoire ne peut me le nécessaire non  tu ne renonceras pas. on peut croire que martine       &agrav (de)lecta lucta         à premier essai c’est tes chaussures au bas de le passé n’est karles se dort cum hume quatrième essai de ce qui importe pour Être tout entier la flamme pour jean-louis cantin 1.- jamais je n’aurais       soleil dernier vers s’il journée de a l’aube des apaches,       un "moi, esclave" a     sur la       " merci à la toile de pour helmut antoine simon 2 m1         le texte suivant a vous n’avez livre grand format en trois    7 artistes et 1 « 8° de  référencem les dernières dernier vers aoi mon cher pétrarque,  née à       ( toute trace fait sens. que la vie est dans la vie. se je m’étonne toujours de la où l’on revient le 23 février 1988, il toujours les lettres : exacerbé d’air       les le lourd travail des meules  tous ces chardonnerets macles et roulis photo 1 c’est parfois un pays je t’enfourche ma  c’était derniers vers sun destre marché ou souk ou la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES DANS LE NID DE L’AIGLE > VOLUME 5
<- CXLIV | CXLVI ->
CXLV

Première publication : 17 décembre 2008

Clefs : citations , femme , art


"Ces deux là se connaissent. Ils se connaissent même très bien. C’est extraordinaire". On aurait ça, une phrase comme celle là, dans une série policière américaine, juste au moment où le détective, futé, commence à entrevoir la solution de l’énigme... Et en effet, nous nous connaissions bien, si bien qu’elle m’abandonnait ses mains nues en souriant quand je m’étendais près d’elle et posais ma nuque sur ses cuisses. Je murmurais : “Tout est en toi. Tu es en tout”. Et pendant ce temps : “M’oui, m’oui, m’oui… la poésie elle est partout. Ça, c’est sûr qu’oui. M’oui, oui… Et pas besoin de travail, s’pas ? Suffit de cueillir. On tend le bras et on s’en fout plein les doigts d’la poésie… Parce que, sûr, elle est partout la poésie, et d’abord dans la nature, où les choses sont belles, et puis là aussi où il y a du sentiment, de l’émotion, du mystère, de ça qu’on peut pas dire. Ah la poésie ! Ah ! C’est un peu comme, comme, vous voyez, comme tout ce qui concerne la circulation et le mouvement des fluides. Vous savez ? Tout ça… Tout ça, c’est partout : les fleuves, les rivières, les courants d’air, l’eau dans les gouttières, le sang qui circule ou coule, les rigoles, les caniveaux, les canaux, les torrents, les sources, les vespasiennes, les robinets, tout ça, qui est de la plomberie. Partout. Suffit de regarder et tendre le bras, on en a plein partout d’la plomberie… pour dire vrai, il y en aurait même plus, dans le monde, de la plomberie que de la poésie… Et notre corps lui-même, sans doute non exempt de poésie, est composé de plomberie à près de 90% ! Pas vrai ? Eh bien ?… Eh bien… dans ces conditions, je serais bien enclin à proposer aux générations futures une définition pratique (ou si vous préférez, une théorie pratique) de la poésie plombière et des poètes-plombiers.” et une autre : reprenait : “Alors, je serais ce corps. Qui pourrait le croire ? Je serais cette masse fragile de matériaux divers, de l’eau, un peu de sel, des traces de fer, de silice, de magnésium, de calcium... Le tout organisé de façon monotone, la couche la plus dure et la plus dense, étant la plus enfouie et la plus protégée, supportant des masses gélatineuses, aqueuses, plus ou moins fétides, et entièrement recouverte de matières, fibreuses pour la plupart. Alors je serais ça ?”... Ici trépasse de Lorris et ici commence l’oeuvre que je transcris comme trouvée. Dans l’air brûlant d’Amsterdam, l’eau des jardins désenchantés se fait poussière de nuage si tu me disais mon amour comment tes yeux se sont rayés aux barrières des octrois et aux portails des cathédrale je pourrais au moins espérer.

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette