BRIBES EN LIGNE
percey priest lakesur les       en nice, le 30 juin 2000 bernadette griot vient de un jour nous avons       pav&ea   pour théa et ses le géographe sait tout       sabots     une abeille de le grand combat :       enfant       au villa arson, nice, du 17 le ciel est clair au travers il n’est pire enfer que     &nbs poème pour je rêve aux gorges abu zayd me déplait. pas       sur je m’étonne toujours de la le texte qui suit est, bien il n’était qu’un mise en ligne d’un v.- les amicales aventures du maintenant il connaît le passet li jurz, la noit est (la numérotation des cyclades, iii° le tissu d’acier ouverture d’une   si vous souhaitez cet univers sans inoubliables, les   1) cette  les premières max charvolen, martin miguel     l’é noble folie de josué, en introduction à ne pas négocier ne elle ose à peine a grant dulur tendrai puis au seuil de l’atelier au labyrinthe des pleursils       grappe la musique est le parfum de c’est vrai 1 au retour au moment il pleut. j’ai vu la   (dans le la deuxième édition du deuxième essai le (josué avait lentement janvier 2002 .traverse il y a dans ce pays des voies dernier vers aoi       soleil vous avez (elle entretenait la rencontre d’une pour pierre theunissen la al matin, quant primes pert sur la toile de renoir, les au lecteur voici le premier c’est une sorte de nécrologie à la bonne       je dernier vers aoi le temps passe dans la   je n’ai jamais  martin miguel vient et que vous dire des     double descendre à pigalle, se elle disposait d’une f le feu s’est marché ou souk ou je dors d’un sommeil de j’ai ajouté livre grand format en trois dernier vers aoi   pour jean-marie simon et sa "le renard connaît   d’un coté,       je me       le antoine simon 27       maquis petites proses sur terre carissimo ulisse,torna a mi viene in mentemi je suis bien dans toute trace fait sens. que       vaches la fraîcheur et la il était question non c’était une toutefois je m’estimais la pureté de la survie. nul les installations souvent, dans l’innocence des la mort, l’ultime port, À l’occasion de si j’étais un vos estes proz e vostre j’ai perdu mon on a cru à mais non, mais non, tu nice, le 18 novembre 2004 alocco en patchworck © je me souviens de glaciation entre attendre. mot terrible. dentelle : il avait ce 28 février 2002. et la peur, présente dieu faisait silence, mais à bernadette       pass&e "tu sais ce que c’est la liberté de l’être à propos “la à propos des grands pour max charvolen 1) jouer sur tous les tableaux       ma aux george(s) (s est la f tous les feux se sont       au les dernières   je ne comprends plus la tentation du survol, à       &eacut       les ici. les oiseaux y ont fait rien n’est pour daniel farioli poussant libre de lever la tête accoucher baragouiner pour angelo edmond, sa grande rimbaud a donc au programme des actions   l’oeuvre vit son  les trois ensembles merle noir  pour issent de mer, venent as dans le respect du cahier des       que au commencement était       une nous viendrons nous masser "et bien, voilà..." dit si tu es étudiant en ce texte m’a été ce antoine simon 6       m̵   (à dans la caverne primordiale de prime abord, il (dans mon ventre pousse une (josué avait  jésus temps de pierres dans la écoute, josué, la terre nous les durand : une   jn 2,1-12 : et encore  dits c’est le grand des quatre archanges que rêves de josué, macles et roulis photo station 3 encore il parle       les dans les carnets paysage de ta tombe  et       une sauvage et fuyant comme pour m.b. quand je me heurte je désire un le coeur du quatrième essai de je serai toujours attentif à       le quatre si la mer s’est       entre attendre. mot terrible. le recueil de textes       bien certains prétendent       la patrick joquel vient de bel équilibre et sa juste un       pour d’ eurydice ou bien de antoine simon 10 langues de plomba la       dans       au c’est pour moi le premier       dans face aux bronzes de miodrag le galop du poème me temps de cendre de deuil de le franchissement des       tourne antoine simon 18       magnol c’est extrêmement "ah ! mon doux pays, temps de pierres       nuage pour julius baltazar 1 le       va et…  dits de charogne sur le seuilce qui a supposer quece monde tienne (ô fleur de courge...     vers le soir i.- avaler l’art par       deux       soleil ce poème est tiré du       le avant propos la peinture est       sur l’une des dernières       je huit c’est encore à l’appel tonitruant du le 23 février 1988, il je t’enfourche ma       voyage       p&eacu       descen       longte j’oublie souvent et dessiner les choses banales  on peut passer une vie     ton jusqu’à il y a dernier vers que mort « pouvez-vous siglent a fort e nagent e et ces sequence 6   le pour martin       l̵  l’écriture troisième essai lorsqu’on connaît une la gaucherie à vivre,       allong a claude b.   comme  référencem       &agrav « 8° de se placer sous le signe de le vieux qui la vie humble chez les il tente de déchiffrer, le 26 août 1887, depuis   la baie des anges quand les mots Ç’avait été la pour jean marie  le "musée envoi du bulletin de bribes de profondes glaouis du fond des cours et des quai des chargeurs de après la lecture de ….omme virginia par la c’est parfois un pays dernier vers aoi  hier, 17 rossignolet tu la À la loupe, il observa     faisant la a l’aube des apaches, de toutes les antoine simon 25 ce qui aide à pénétrer le folie de josuétout est imagine que, dans la   dits de   nous sommes       dans dans les hautes herbes et  riche de mes il est le jongleur de lui et te voici humanité       vertige. une distance toujours les lettres : quelque temps plus tard, de       sur       un le geste de l’ancienne, je sais, un monde se j’ai changé le   tout est toujours en li emperere s’est macles et roulis photo 3 madame, on ne la voit jamais carcassonne, le 06 le samedi 26 mars, à 15 elle réalise des       "       reine toute une faune timide veille pour nicolas lavarenne ma coupé en deux quand    courant À max charvolen et fragilité humaine. un temps hors du     les provisions passent .x. portes,       dans       &n dernier vers aoi essai de nécrologie, une fois entré dans la       au antoine simon 7       mouett carissimo ulisse,torna a       sur comme c’est dernier vers aoi très malheureux... comment entrer dans une dernier vers aoi on préparait  avec « a la       &agrav  un livre écrit petit matin frais. je te a propos d’une       vu dernier vers aoi       banlie f le feu est venu,ardeur des  tu vois im font chier       dans tendresses ô mes envols je n’ai pas dit que le la cité de la musique sur l’erbe verte si est  les éditions de onze sous les cercles ( ce texte a     &nbs       bruyan       le   encore une dernier vers aoi faisant dialoguer pour michèle aueret     surgi       sur pour frédéric pour maguy giraud et  pour jean le etait-ce le souvenir on croit souvent que le but bribes en ligne a la communication est abstraction voir figuration       la dernier vers aoi       retour un nouvel espace est ouvert histoire de signes . quand nous rejoignons, en de pa(i)smeisuns en est venuz et ma foi, deuxième approche de    seule au       embarq       " torna a sorrento ulisse torna ainsi fut pétrarque dans quand vous serez tout   on n’est si elle est belle ? je la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES DANS LE NID DE L’AIGLE > VOLUME 5
<- CXLV | CXLVII ->
CXLVI

Première publication : 17 décembre 2008

Clefs : mort , Roland , récits , Ulysse


Aux barrières des octrois et aux portails des cathédrales je pourrai au moins espérer qu’un air plus léger que l’aube ouvrira à deux battants les portes de nos paradis. Grâces en soient rendues aux Moires : les dieux ne peuvent rien sur le destin des hommes. Si Poséidon a pu me balloter à son gré sur tous les bords, s’il a pu briser mes vaisseaux, freiner mes voyages, meurtrir mon corps et brouiller mon esprit, il n’était pas en son pouvoir de couper le fil de ma vie et d’en changer le terme. Athéna ne m’a jamais sauvé la vie : elle me l’a rendue plus supportable. Et peut-être, après tout, qu’en retardant mon retour à Ithaque, et en cherchant à s’imposer à ma vie, Poséidon n’a-t-il fait qu’ajouter des jours à mes jours. Peut-être a-t-il réussi seulement à suspendre, tant qu’a duré son acharnement, le travail de la Fileuse, retardant d’autant celui de l’Implacable. Peut-être, aveuglé dans sa colère, m’a-t-il fait le don de cette vie de douleurs et de délices, dont chaque instant fut un instant de vie en plus. Oui, sa haine, inépuisable, insatiable, et vouée à l’échec, a façonné mon corps et mon esprit tout en trompant ses attentes et ses espoirs. Pourtant il n’a pas ménagé sa peine, ce dieu lamentable. Mais c’était ainsi : je devais revoir Ithaque. On dit que c’est le Destin ; le sens de ma vie et l’ordre régulier du monde ; la force de cette île de pierres et de chèvres. La longue attente de mon chien. Le grognement de mes cochons et le travail de mon porcher. La vie de mon fils. Le travail têtu de Pénélope. On ne m’enlèvera pas de la tête que devant sa toile, elle suspendait le travail de la Fileuse et ne tissait et détissait rien d’autre que la défaite des dieux. Y avez vous déjà songé ? Voilà, se disait Josué, ce serait comme une espèce de tragédie dont on aurait évacué les héros et dont ne subsisterait que le chœur. Mais la parole du chœur serait vaine : il n’aurait d’autre action à commenter que celle de sa propre parole de lui même parlant. L’idée même de Destin disparue il n’y aurait plus rien d’autre en scène que la sordide banalité de la mort commune et vulgaire. Et le comte Roland mourant sur les marches toujours menacées d’un empire criait en vain pour appeler à l’aide. Et le son de l’olifant finement sculpté se perdait dans trop de vallées boisées avant d’arriver jusqu’au gros de la troupe. Qui entend les cris des peuples mourant aux marches des empires ? Autres rêves Lève des rêves Aile coupe l’espace déchire Oiseau vol cicatrice Déchirure trace se fait et s’efface ciel se fend s’étire Lèvres d’elle Le ciel s’y fend la terre s’y déchire. AOI

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette