BRIBES EN LIGNE
equitable un besoin sonnerait         or de tantes herbes el pre "nice, nouvel éloge de la toutefois je m’estimais   saint paul trois       " pour maguy giraud et je découvre avant toi en introduction à paien sunt morz, alquant nous viendrons nous masser dernier vers aoi la danse de bribes en ligne a mouans sartoux. traverse de dernier vers aoi avant propos la peinture est       le macles et roulis photo 1       le c’est parfois un pays et ma foi, il était question non les lettres ou les chiffres   je ne comprends plus dans les écroulements ( ce texte a reflets et echosla salle     ton   maille 1 :que     chant de       le raphaël dernier vers aoi où l’on revient comme c’est entr’els nen at ne pui       &agrav antoine simon 18  les éditions de       je     dans la ruela pluies et bruines, après la lecture de réponse de michel       " f le feu m’a d’abord l’échange des       & a grant dulur tendrai puis les parents, l’ultime bal kanique c’est rm : d’accord sur dans l’innocence des et combien première dernier vers aoi  née à     pourquoi des voix percent, racontent c’est un peu comme si, clers fut li jurz e li le passé n’est li emperere s’est       p&eacu errer est notre lot, madame, la deuxième édition du allons fouiller ce triangle livre grand format en trois       sur la cité de la musique à la mémoire de ainsi fut pétrarque dans je me souviens de     hélas, de pa(i)smeisuns en est venuz les dernières dans le pain brisé son f toutes mes journée de clere est la noit e la de la assise par accroc au bord de temps où les coeurs macles et roulis photo j’entends sonner les  les œuvres de accorde ton désir à ta  marcel migozzi vient de  de la trajectoire de ce sa langue se cabre devant le antoine simon 3 non... non... je vous assure, certains soirs, quand je  il est des objets sur granz fut li colps, li dux en       la   né le 7 ce jour-là il lui pour martine un nouvel espace est ouvert   j’ai souvent madame déchirée cinquième citationne merci à marc alpozzo antoine simon 33 patrick joquel vient de mieux valait découper fragilité humaine. l’ami michel tandis que dans la grande 13) polynésie "mais qui lit encore le     à pour michèle gazier 1 pour mes enfants laure et   1) cette   je n’ai jamais je dors d’un sommeil de (de)lecta lucta   accoucher baragouiner tromper le néant j’ai ajouté max charvolen, martin miguel je suis tendresse du mondesi peu de « h&eacu dernier vers aoi antoine simon 2 ensevelie de silence,   3   

les ne faut-il pas vivre comme le ciel est clair au travers       dans pour ma nous avons affaire à de       que       fourmi pour lee  l’exposition  si, il y a longtemps, les   nous sommes     après onze sous les cercles et encore  dits À max charvolen et       et tu pour michèle aueret les dessins de martine orsoni dernier vers aoi difficile alliage de       apr&eg       baie d’un bout à antoine simon 29 il est le jongleur de lui       " deux ce travail vous est dessiner les choses banales  dans toutes les rues dans un coin de nice, tout est prêt en moi pour       le deuxième suite pour frédéric halt sunt li pui e mult halt portrait. 1255 : saluer d’abord les plus madame est toute madame aux rumeurs du fond des cours et des le 19 novembre 2013, à la ce pays que je dis est       l̵       au temps de cendre de deuil de       au pour max charvolen 1) tout le problème     de rigoles en ecrire sur   le 10 décembre lancinant ô lancinant ce qui fait tableau : ce traquer quelque temps plus tard, de abstraction voir figuration    de femme liseuse vous n’avez       un elle disposait d’une exode, 16, 1-5 toute juste un mot pour annoncer       l̵ toutes ces pages de nos epuisement de la salle, il ne sait rien qui ne va références : xavier et c’était dans antoine simon 20 dans la caverne primordiale aux barrières des octrois la langue est intarissable la tentation du survol, à un verre de vin pour tacher attendre. mot terrible.       j̵       dans quant carles oït la diaphane est le la vie humble chez les suite de le géographe sait tout agnus dei qui tollis peccata aux george(s) (s est la janvier 2002 .traverse       dans   voici donc la on peut croire que martine       le et que dire de la grâce karles se dort cum hume temps de bitume en fusion sur cet article est paru       au la brume. nuages laure et pétrarque comme       l’homme est le temps passe si vite, "je me tais. pour taire. peinture de rimes. le texte six de l’espace urbain, une errance de       dans       les ce chaque automne les       pass&e nice, le 30 juin 2000 carles respunt : 1- c’est dans maintenant il connaît le non, björg, madame dans l’ombre des madame, vous débusquez       &eacut (en regardant un dessin de je t’ai admiré, des voiles de longs cheveux       la derniers  le livre, avec pour nicolas lavarenne ma f qu’il vienne, le feu ] heureux l’homme chaque jour est un appel, une       pour à on préparait pur ceste espee ai dulor e de proche en proche tous les grands clers est li jurz et li quel ennui, mortel pour  au travers de toi je une il faut dire les bientôt, aucune amarre pour m.b. quand je me heurte       le a propos de quatre oeuvres de À perte de vue, la houle des ils s’étaient       soleil la légende fleurie est dans l’effilé de in the country  dernier salut au  les trois ensembles toute trace fait sens. que quand les mots  monde rassemblé pour pierre theunissen la frères et mais non, mais non, tu dernier vers aoi 1254 : naissance de et je vois dans vos j’ai parlé on trouvera la video       je me       " l’appel tonitruant du       crabe-       dans       dans pourquoi yves klein a-t-il       sur af : j’entends chairs à vif paumes la vie est ce bruissement générations vous dites : "un "pour tes dans le pays dont je vous le grand combat : art jonction semble enfin rien n’est plus ardu       je abu zayd me déplait. pas ils sortent ...et poème pour c’est la peur qui fait tout en travaillant sur les lu le choeur des femmes de il existe au moins deux zacinto dove giacque il mio granz est li calz, si se dernier vers aoi pour mon épouse nicole antoine simon 10 macles et roulis photo 3       la edmond, sa grande seul dans la rue je ris la  je signerai mon normalement, la rubrique dernier vers aoi       d&eacu c’est vrai ce n’est pas aux choses i.- avaler l’art par morz est rollant, deus en ad ce qui importe pour la musique est le parfum de       six pierre ciel   l’oeuvre vit son dernier vers aoi heureuse ruine, pensait mesdames, messieurs, veuillez quelques textes j’ai longtemps se reprendre. creuser son archipel shopping, la la mort d’un oiseau.       su dans ce périlleux il tente de déchiffrer, troisième essai       dans       journ& sors de mon territoire. fais    7 artistes et 1 bernadette griot vient de     cet arbre que le coeur du       st station 4 : judas  et il parlait ainsi dans la       le   six formes de la très saintes litanies bel équilibre et sa etudiant à À la loupe, il observa       juin tu le saiset je le vois moisissures mousses lichens l’erbe del camp, ki     l’é   ciel !!!! j’ai en réserve autres litanies du saint nom ecrire les couleurs du monde il ne reste plus que le  dans le livre, le cinquième essai tout antoine simon 9 dernier vers aoi f les feux m’ont le recueil de textes dernier vers aoi on cheval mon travail est une  les premières j’ai changé le dernier vers aoi ainsi va le travail de qui vos estes proz e vostre mise en ligne la fraîcheur et la la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES DANS LE NID DE L’AIGLE > VOLUME 5
<- CXLVI | CXLVIII ->
CXLVII

Première publication : 17 décembre 2008



"Tu sais ce que c’est ce soir ?" - "Un type... " - "Tu as vu la crit ?" Elle entre sourire aux yeux flexion des bras sans cesse vêtue de blanc se mordillant le petit doigt ses cheveux auréole ou nuage nimbent son cou offert. Il reste que seule la statue s’animant m’échappa. Elle seule tint sa promesse. D’elle seule je n’étais en droit rien attendre. (ou est-ce la vie des choses qui nous tue ?). Lui trépigne il baisse la tête soumis ? La retenue Elle la revenue sur elle-même accroupie. Tu ricanais, Josué, tu prétendais que je me lamentais sur le sort du marionnettiste. La statue seule seule tint sa promesse d’elle seule pourtant je n’attendais rien. Diaphane comme ma mémoire (vous êtes de Paris, non ? Vous êtes de Paris. disait-elle. Non, non, c’est là bas que vous vous êtes connus. Ah , Ah ! la capitale, disait-elle clap clap La capitale) Et c’est la mort comme les mots sur les mots posés. Il y avait ce crucifix et ce vieillard suspendu entre ciel et terre et entre ciel et terre écrivant posté au seuil de son silence Josué si lence sentinelle des regards ce que jamais plume n’avait pu ou su écrire aux arbres les fleurs comptent les fruits Josué connaissait cette fatigue des peuples lutteurs quand, longtemps après que l’on a cru leur fin largement révolue, ils sortent soudain de la mort et parlent (de sorte qu’un plongeur prisonnier sous la glace aurait le temps) ou encore ces voyages entre la toile et les pigments, entre deux couches de peinture, entre la fresque et son masque ou son voile, ou son cache. Mais ce déguisement n’en était pas un car il faudrait. Vieux lutteur son regard doucement se pose s’embue volette autour des choses que sa voix caresse. Je ne sais pourquoi, j’avais toujours rêve de posséder l’un de ces mannequins animés, de ces "automates" qui, à l’instar du joueur de M. de ***- donnent si imparfaitement- et pourtant de si fascinante façon- l’illusion de la vie. N’était-elle pas qu’une illusion ? L’ombre d’une ombre, figée, finie ? fallait-il forcer son pauvre esprit ( ses pauvres forces) à l’attrait de la plume et du papier. Entre la glace et l’eau, un nageur pourrait se sauvegarder. Ithaque ma pierreuse m’a saisi, Ithaque, ma terre, bien assez riche, gorgée de blés, de vins, propice aux arbres qui donnent aux vents parfums et paroles. Que viennent des temps élastiques, que viennent les ouragans. Et Elle, passante, (cheveux au bord du cou) Le poignet droit s’envole agrippé à ses doigts. Fallait-il forcer son pauvre esprit à l’attrait de la plume courant (indifférente). C’est la solitude. c’est l’a lente attente entre quatre murs. AOI

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette