BRIBES EN LIGNE
 hier, 17       je quand il voit s’ouvrir,       la pie       le (la numérotation des       un la mastication des dans les rêves de la vous n’avez  de la trajectoire de ce josué avait un rythme le proche et le lointain "tu sais ce que c’est nous viendrons nous masser décembre 2001. j’ai donc       sur       " recleimet deu mult sous la pression des troisième essai et un besoin de couper comme de tous feux éteints. des     du faucon    en seul dans la rue je ris la antoine simon 28 tout le problème c’est une sorte de viallat © le château de       assis les routes de ce pays sont       la  si, du nouveau clquez sur martin miguel art et à propos des grands     nous   jn 2,1-12 : à la bonne le ciel est clair au travers       l̵ pour yves et pierre poher et       allong la route de la soie, à pied,  on peut passer une vie s’ouvre la des voiles de longs cheveux quai des chargeurs de   ciel !!!! villa arson, nice, du 17 petit matin frais. je te paien sunt morz, alquant générations       coude       apparu 1- c’est dans je meurs de soif pas même       " j’écoute vos je t’enlace gargouille f tous les feux se sont       &eacut avec marc, nous avons attelage ii est une œuvre que reste-t-il de la       je me j’ai perdu mon quand vous serez tout dernier vers aoi nous savons tous, ici, que pour andré légendes de michel la cité de la musique spectacle de josué dit jouer sur tous les tableaux       vu de pa(i)smeisuns en est venuz madame est une torche. elle Être tout entier la flamme antoine simon 13 la terre a souvent tremblé  “la signification je rêve aux gorges 1 au retour au moment la langue est intarissable j’ai relu daniel biga,       un napolì napolì voile de nuità la non... non... je vous assure, la vie humble chez les clers est li jurz et li préparation des il tente de déchiffrer, références : xavier       le aux barrières des octrois je t’ai admiré, un nouvel espace est ouvert ainsi va le travail de qui les durand : une il y a dans ce pays des voies aucun hasard si se  tu ne renonceras pas. normal 0 21 false fal dans les carnets fragilité humaine. le nécessaire non sur l’erbe verte si est       une rossignolet tu la antoine simon 29       que macles et roulis photo 3       ...mai 0 false 21 18 c’est la distance entre       dans       ce dernier vers aoi faisant dialoguer errer est notre lot, madame, il faut aller voir dieu faisait silence, mais lorsqu’on connaît une  mise en ligne du texte dans ma gorge merle noir  pour nouvelles mises en       six       bien quatre si la mer s’est toutes sortes de papiers, sur       deux apaches : j’ai changé le la tentation du survol, à d’ eurydice ou bien de  il est des objets sur mi viene in mentemi dernier vers aoi du bibelot au babilencore une se reprendre. creuser son pour marcel     extraire "je me tais. pour taire. a ma mère, femme parmi approche d’une       le bruno mendonça trois (mon souffle au matin sixième    regardant la littérature de le 23 février 1988, il les enseignants : mesdames, messieurs, veuillez dernier vers aoi   toi, mésange à je suis celle qui trompe       apr&eg       ce  il y a le antoine simon 25 la liberté s’imprime à  avec « a la iloec endreit remeint li os  de même que les       sur le diaphane est le au programme des actions  les œuvres de f dans le sourd chatoiement depuis ce jour, le site   si vous souhaitez l’éclair me dure, mougins. décembre         &n       en le coeur du dernier vers aoi la vie est ce bruissement et tout avait À la loupe, il observa       au   pour adèle et ...et poème pour       l̵ "nice, nouvel éloge de la cinq madame aux yeux       ton fin première un soir à paris au       les       dans la pureté de la survie. nul genre des motsmauvais genre       m̵       une “le pinceau glisse sur   dits de ainsi alfred… i mes doigts se sont ouverts l’art c’est la dans les horizons de boue, de       reine guetter cette chose  c’était eurydice toujours nue à torna a sorrento ulisse torna envoi du bulletin de bribes       la quel étonnant       retour   un vendredi me       embarq nous dirons donc  l’écriture cette machine entre mes dernier vers aoi très malheureux... au lecteur voici le premier     quand et voici maintenant quelques     hélas,       le       dans       j̵       dans vous deux, c’est joie et a la libération, les cinquième citationne encore la couleur, mais cette quatrième essai de dans les hautes herbes  les éditions de a supposer quece monde tienne attendre. mot terrible. juste un le tissu d’acier able comme capable de donner   (à quelque chose       pass&e       apr&eg       vaches de sorte que bientôt dernier vers aoi pour egidio fiorin des mots du fond des cours et des et que dire de la grâce f les feux m’ont cet article est paru il semble possible  au travers de toi je   se on a cru à station 7 : as-tu vu judas se       au pour philippe vue à la villa tamaris je serai toujours attentif à mais non, mais non, tu 0 false 21 18 dans les écroulements raphaël antoine simon 2 pour le prochain basilic, (la heureuse ruine, pensait jusqu’à il y a       &agrav       au preambule – ut pictura introibo ad altare bernard dejonghe... depuis à sylvie       sur f les rêves de ma voix n’est plus que dernier vers aoi       le  les trois ensembles le galop du poème me et nous n’avons rien antoine simon 11  référencem nous serons toujours ces douce est la terre aux yeux pour lee le géographe sait tout et ces si tu es étudiant en       é ils s’étaient la communication est je ne saurais dire avec assez       glouss si elle est belle ? je juste un mot pour annoncer "le renard connaît       un       &       voyage dans le pays dont je vous en introduction à pour martin coupé le sonà m1       sors de mon territoire. fais       maquis pour michèle aueret       voyage       cette 1254 : naissance de au labyrinthe des pleursils vedo la luna vedo le l’homme est l’art n’existe de la       p&eacu c’est parfois un pays     double abstraction voir figuration       dans       cerisi    de femme liseuse et encore  dits carcassonne, le 06 un verre de vin pour tacher       s̵ dernier vers aoi peinture de rimes. le texte vi.- les amicales aventures l’une des dernières c’est extrêmement madame est la reine des dernier vers que mort nous avancions en bas de toutefois je m’estimais macao grise cyclades, iii° de tantes herbes el pre dernier vers s’il " je suis un écorché vif. “dans le dessin    courant le lent déferlement "l’art est-il dentelle : il avait g. duchêne, écriture le onzième       sur       la seins isabelle boizard 2005 (josué avait descendre à pigalle, se "la musique, c’est le dans le respect du cahier des les petites fleurs des pour maguy giraud et       pass&e   dorothée vint au monde pour martine le bulletin de "bribes  la toile couvre les       pav&ea lu le choeur des femmes de "mais qui lit encore le r.m.a toi le don des cris qui sous l’occupation       le     pluie du autre citation"voui dernier vers aoi      &       neige il ne reste plus que le des voix percent, racontent il faut laisser venir madame   tout est toujours en  “comment essai de nécrologie, raphaël antoine simon 33       au (À l’église     son l’heure de la la question du récit la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EXPANSIONS

C’est vrai qu’Alfred a beaucoup voyagé, dit-il au capitaine. Il a étudié à Athènes, Berlin, Genève, Paris, il est Grec ; jugez en : ne lui trouvez-vous pas quelque ressemblance avec ces fines silhouettes que nous vîmes peupler tant de vases dans ce musée italien où vous m’emmenâtes lors de l’une de nos rares escales méditerranéennes ? Il en semble parfois tout droit sorti, bondissant avec une agilité raide et superbe, le port de tête haut, l’œil aigu, la barbe insolente, le torse ample et le ventre plat, si bien que je pensai à ces figures dès l’instant où je le vis, et l’idée m’est venue que ces vases pourraient bien être d’anciens miroirs au tain particulier capable de saisir en un clin d’œil la grâce qui passe ; cela ne m’étonnerait pas de ces rives où toutes chose se dédouble de la pointe d’une île à celle de la terre, de la couleur du ciel à celle de la mer, des reflets bleu-gris des feuilles d’oliviers à l’air quand se prépare l’orage... Et jusqu’à cette source qui naît à deux pas de sa mort et que l’on dit provenir d’un fleuve perdu sur d’autres rives...

- Mais que me chantez-vous là, maître Björg ? S’écria le capitaine...
Je savais bien qu’Alfred était Grec, mais ne voulus pas intevenir. Surpris seulement d’apprendre qu’il était né au Pirée... J’aurais plutôt dit Zanthe. En attendant, maître Björg reprenait de plus belle, vantant le caractère réfléchi d’Alfred. Ce qui me confirmait, à vrai dire, dans l’idée qu’il était d’origine insulaire

Comment ?

 

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette