BRIBES EN LIGNE
pure forme, belle muette, et combien   on n’est       grappe j’ai perdu mon       alla  monde rassemblé       st assise par accroc au bord de       &eacut    7 artistes et 1 noble folie de josué, station 4 : judas  sauvage et fuyant comme antoine simon 19 ensevelie de silence,       sur en cet anniversaire, ce qui   en grec, morías clers est li jurz et li pour nicolas lavarenne ma et encore  dits et il fallait aller debout j’ai travaillé a la libération, les vedo la luna vedo le dans le respect du cahier des n’ayant pas       é mi viene in mentemi monde imaginal, m1             &agrav madame est une marcel alocco a les lettres ou les chiffres       pav&ea li emperere s’est       dans       dans nice, le 8 octobre ce qu’un paysage peut de profondes glaouis pas de pluie pour venir que reste-t-il de la je dors d’un sommeil de au programme des actions 1) la plupart de ces preambule – ut pictura madame est une torche. elle       nuage  hors du corps pas   maille 1 :que       la  le "musée       allong constellations et toujours les lettres : heureuse ruine, pensait pour michèle gazier 1 au commencement était pour jacqueline moretti, un besoin de couper comme de le pendu   certains prétendent dernier vers aoi   sequence 6   le je ne sais pas si pour mireille et philippe macles et roulis photo 6 leonardo rosa il aurait voulu être je serai toujours attentif à pour egidio fiorin des mots   nous sommes une errance de 10 vers la laisse ccxxxii martin miguel art et le 15 mai, à f toutes mes folie de josuétout est au seuil de l’atelier v.- les amicales aventures du clers fut li jurz e li et ces  de même que les et que vous dire des le numéro exceptionnel de face aux bronzes de miodrag coupé en deux quand dimanche 18 avril 2010 nous temps de pierres mieux valait découper dernier vers aoi vous avez ici, les choses les plus deuxième apparition du bibelot au babilencore une d’ eurydice ou bien de un temps hors du halt sunt li pui e mult halt carissimo ulisse,torna a il y a des objets qui ont la la terre nous gardien de phare à vie, au "ces deux là se bernard dejonghe... depuis (ô fleur de courge... sous l’occupation       longte six de l’espace urbain, i mes doigts se sont ouverts on cheval     l’é reprise du site avec la rare moment de bonheur, a la femme au la communication est madame, c’est notre c’est seulement au pour marcel patrick joquel vient de dans l’innocence des i en voyant la masse aux   pour adèle et le 19 novembre 2013, à la pour anne slacik ecrire est très saintes litanies pour m.b. quand je me heurte fin première quant carles oït la pour andrée       voyage       de toutes les ne faut-il pas vivre comme     depuis il n’était qu’un bien sûrla descendre à pigalle, se f les rêves de torna a sorrento ulisse torna religion de josué il       gentil un nouvel espace est ouvert nous dirons donc passet li jurz, si turnet a       une dessiner les choses banales cet univers sans dans le pain brisé son inoubliables, les       montag 0 false 21 18 la bouche pleine de bulles li quens oger cuardise je crie la rue mue douleur   voici donc la dans ce pays ma mère vertige. une distance nous serons toujours ces ce 28 février 2002. quai des chargeurs de pour andré       sous       dans       la À perte de vue, la houle des deuxième huit c’est encore à chaque automne les lu le choeur des femmes de à la bonne antoine simon 9       au le ciel de ce pays est tout le "patriote", coupé le sonà mougins. décembre "ah ! mon doux pays, madame chrysalide fileuse ma mémoire ne peut me cinquième citationne non... non... je vous assure, poème pour     rien l’ami michel       reine une il faut dire les j’aime chez pierre le 26 août 1887, depuis station 1 : judas paysage de ta tombe  et cyclades, iii° madame, vous débusquez guetter cette chose références : xavier       apr&eg       deux antoine simon 31 la réserve des bribes madame est la reine des à et tout avait pour qui veut se faire une madame aux rumeurs       au quand sur vos visages les sculpter l’air : dernier vers aoi le lent déferlement       vaches  il y a le antoine simon 22     surgi       allong       neige dans le train premier ...et poème pour f tous les feux se sont quatre si la mer s’est       sur d’abord l’échange des   la baie des anges pour mes enfants laure et j’ai parlé cette machine entre mes    en dernier vers que mort préparation des 1-nous sommes dehors. elle ose à peine       ton du fond des cours et des thème principal :       je imagine que, dans la la mort, l’ultime port, les plus vieilles le 28 novembre, mise en ligne pour julius baltazar 1 le À max charvolen et la mort d’un oiseau. deuxième apparition de       enfant À la loupe, il observa essai de nécrologie, normal 0 21 false fal « voici       d&eacu     " pour pierre theunissen la madame dans l’ombre des neuf j’implore en vain je ne saurais dire avec assez onze sous les cercles macles et roulis photo 4 avec marc, nous avons et nous n’avons rien     après antoine simon 33 Éléments - le grand combat : il en est des noms comme du certains soirs, quand je de proche en proche tous il arriva que equitable un besoin sonnerait autre citation"voui       sur (la numérotation des antoine simon 27 au labyrinthe des pleursils       sur le       " nous savons tous, ici, que pas facile d’ajuster le le proche et le lointain edmond, sa grande "tu sais ce que c’est       maquis attelage ii est une œuvre    nous jouer sur tous les tableaux juste un       je me il faut aller voir clquez sur  marcel migozzi vient de ainsi alfred…       m̵  martin miguel vient laure et pétrarque comme et…  dits de macles et roulis photo 1 la cité de la musique toute une faune timide veille la terre a souvent tremblé 1254 : naissance de   adagio   je la gaucherie à vivre,  un livre écrit les dieux s’effacent tes chaussures au bas de       au rossignolet tu la pour martin       chaque josué avait un rythme     son       le je meurs de soif dernier vers aoi ils avaient si longtemps, si  pour jean le le 2 juillet raphaël aux george(s) (s est la iloec endreit remeint li os       les juste un mot pour annoncer     le cygne sur si, il y a longtemps, les antoine simon 3 vue à la villa tamaris la musique est le parfum de  ce mois ci : sub 1. il se trouve que je suis pour andré   six formes de la pour raphaël il ne sait rien qui ne va « h&eacu tendresses ô mes envols dans l’effilé de le geste de l’ancienne, eurydice toujours nue à       vu       l̵ le nécessaire non       dans comme c’est toutes sortes de papiers, sur deux ajouts ces derniers       quand       aux un homme dans la rue se prend (dans mon ventre pousse une     &nbs pierre ciel         &n   est-ce que  epître aux tout est prêt en moi pour première       longte peinture de rimes. le texte       fourmi         or  l’écriture Être tout entier la flamme se placer sous le signe de       dans j’écoute vos       marche dernier vers aoi       en dernier vers aoi "l’art est-il    il ouverture de l’espace pour jean marie de pa(i)smeisuns en est venuz mise en ligne f j’ai voulu me pencher    regardant   le texte suivant a même si    seule au douze (se fait terre se c’était une poussées par les vagues la fraîcheur et la quand vous serez tout     au couchant tendresse du mondesi peu de ce qui fascine chez dentelle : il avait exode, 16, 1-5 toute       pav&ea recleimet deu mult aux barrières des octrois "le renard connaît       dans la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EXPANSIONS

Et ma foi, puisqu’Alfred il y a, il faut dire que maître Björg avait bien senti son ambivalence, mais peut-être était-il trop raisonnable et trop confiant pour l’admettre clairement.
       La salle s’agitait maintenant. Pour se

détendre ? Pour s’
       simulation - similitude - Ainsi Alfred... Il était courageux et habile à la manœuvre, d’un courage sans certitude, comme retenu pourtant... Peut-être cherchons-nous trop souvent à reconnaître le courage dans la témérité et Alfred n’était rien moins que téméraire ; son habileté se drapait de cette élégance parfois agaçante que donne aux gestes, comme une forme de l’indifférence, la distance que l’on prend sur les faits. Pour avoir bien connu Alfred, je peux dire qu’il était passablement tourmenté, qu’il ne laissait au hasard que la plus petite part possible, qu’il calculait tout et s’inquiétait de tout. Constamment. Il est vrai qu’il n’en laissait guère paraître. Ainsi, dans la tempête, il se lançait, avide de faire ; prêchant d’exemple, il nous rendit bien souvent force et courage : sa vigueur indolente rassurait... Je n’ai pourtant jamais pu entendre sans douleur, dans le risque et l’incertitude des vagues les plus fortes, son rire sonner fort et bref... Ambigü ? Comment l’image des vases et du miroir était-elle venue à Björg ? Il est vrai que c’est peut-être là que se trouve le premier creuset de l’harmonie, dans cet équilibre où le reflet nous emprisonne, dans cette impression de reflet que toute symétrie produit, dans cet arrière-goût d’incertitude et d’illusion que nous laisse la symétrie des choses... Quel est le vrai de celui-ci ou de celui-là. Où est, des deux, celui qui produit l’autre ? Lequel n’est pas du côté du réel ? Lequel peut ne pas y être ? Telle Messine, soudain vide de terre, qui tient de part et d’autre des terres harmoniques, ou ces îles Illyrienne, mirages ou-

bords amers qui dans l’eau se regardent
Zanthe où mon enfance est ensevelie
  ou
ce servile jeu que fêle un écart

 

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette