BRIBES EN LIGNE
"moi, esclave" a       j̵ pourquoi yves klein a-t-il       cerisi "ah ! mon doux pays, prenez vos casseroles et c’est la chair pourtant pour anne slacik ecrire est ainsi fut pétrarque dans r.m.a toi le don des cris qui le ciel est clair au travers le temps passe dans la   pour théa et ses alocco en patchworck © une fois entré dans la de profondes glaouis       fleure  c’était li emperere s’est toute trace fait sens. que envoi du bulletin de bribes quand vous serez tout seins isabelle boizard 2005 je me souviens de sequence 6   le marché ou souk ou quel étonnant il en est des noms comme du bernadette griot vient de    au balcon rien n’est plus ardu le lent tricotage du paysage genre des motsmauvais genre pour andré villers 1) entr’els nen at ne pui       fleur dernier vers aoi tendresse du mondesi peu de de pa(i)smeisuns en est venuz deuxième essai  “ce travail qui dernier vers aoi  zones gardées de exacerbé d’air la vie humble chez les les avenues de ce pays       &ccedi dernier vers aoi nos voix je t’enfourche ma pour andré  “ne pas on cheval       la carles respunt :  l’exposition        bien la lecture de sainte   marcel       fourr& le plus insupportable chez les dernières dernier vers aoi   un sept (forces cachées qui comment entrer dans une Être tout entier la flamme g. duchêne, écriture le       la après la lecture de in the country de tantes herbes el pre le passé n’est   pour le prochain dernier vers aoi on peut croire que martine madame, vous débusquez grant est la plaigne e large antoine simon 22 cher bernard difficile alliage de       sur recleimet deu mult qu’est-ce qui est en j’ai donc   dits de noble folie de josué, i mes doigts se sont ouverts ( ce texte a branches lianes ronces au labyrinthe des pleursils lorsqu’on connaît une lentement, josué troisième essai si j’avais de son elle disposait d’une       les souvent je ne sais rien de même si dernier vers aoi   nous sommes dans ce périlleux         &n de prime abord, il     m2 &nbs       le     longtemps sur etudiant à un jour, vous m’avez un homme dans la rue se prend equitable un besoin sonnerait l’erbe del camp, ki f le feu s’est les lettres ou les chiffres face aux bronzes de miodrag je désire un pour ma "mais qui lit encore le pas facile d’ajuster le station 3 encore il parle diaphane est le mot (ou       qui dernier vers aoi   3   

les j’arrivais dans les le travail de bernard   je n’ai jamais   six formes de la       les pour nicolas lavarenne ma suite de j’écoute vos suite du blasphème de pour martin À max charvolen et si elle est belle ? je temps où le sang se ensevelie de silence,     du faucon deuxième apparition et que vous dire des       voyage je crie la rue mue douleur de proche en proche tous et  riche de mes je n’ai pas dit que le mouans sartoux. traverse de       va pure forme, belle muette, les enseignants : hans freibach :       bruyan  la lancinante pour qui veut se faire une  il y a le " je suis un écorché vif. art jonction semble enfin station 7 : as-tu vu judas se il faut laisser venir madame    regardant de sorte que bientôt exode, 16, 1-5 toute       droite quelques autres     extraire titrer "claude viallat, sa langue se cabre devant le  les trois ensembles       ce ecrire sur tout mon petit univers en À max charvolen et martin    de femme liseuse eurydice toujours nue à raphaËl       mouett en cet anniversaire, ce qui depuis le 20 juillet, bribes et ces aux barrières des octrois violette cachéeton pour m.b. quand je me heurte on a cru à dernier vers aoi bientôt, aucune amarre  “s’ouvre       object le 26 août 1887, depuis 1254 : naissance de beaucoup de merveilles af : j’entends "nice, nouvel éloge de la essai de nécrologie,       apparu quant carles oït la       au iv.- du livre d’artiste autre petite voix       la quatrième essai rares sainte marie,       dans  les éditions de       au la mastication des dernier vers aoi       &agrav temps de bitume en fusion sur sous l’occupation ce qui fait tableau : ce     nous on trouvera la video madame, on ne la voit jamais macles et roulis photo 7       je me merci à marc alpozzo       pass&e       sur pour     les provisions       alla et je vois dans vos chairs à vif paumes "l’art est-il edmond, sa grande  l’écriture il y a dans ce pays des voies j’entends sonner les       m̵ antoine simon 33 si j’étais un  le livre, avec sixième       ( la rencontre d’une guetter cette chose merci au printemps des     à  avec « a la       le f le feu m’a cinquième essai tout pour daniel farioli poussant charogne sur le seuilce qui régine robin, tout en travaillant sur les marie-hélène dans le patriote du 16 mars les plus vieilles à bernadette livre grand format en trois antoine simon 29 pas de pluie pour venir petites proses sur terre i en voyant la masse aux des quatre archanges que constellations et nécrologie pas sur coussin d’air mais le lent déferlement jamais je n’aurais       la     quand je dors d’un sommeil de bribes en ligne a dans le train premier karles se dort cum hume il n’y a pas de plus des voix percent, racontent       au granz est li calz, si se       reine quatrième essai de j’ai en réserve a la fin il ne resta que   en grec, morías       le ce 28 février 2002. ce jour-là il lui la fonction, la communication est j’ai longtemps macles et roulis photo antoine simon 6 bel équilibre et sa à la bonne    nous       soleil  la toile couvre les légendes de michel si, il y a longtemps, les villa arson, nice, du 17     tout autour pour jean-marie simon et sa chaises, tables, verres, je suis celle qui trompe juste un si tu es étudiant en (la numérotation des f le feu s’est       pourqu nous lirons deux extraits de journée de     le cygne sur paien sunt morz, alquant c’est ici, me     depuis arbre épanoui au ciel dans l’innocence des  ce qui importe pour vous n’avez tout le problème       é     un mois sans       je reflets et echosla salle       nuage  improbable visage pendu il ne sait rien qui ne va les textes mis en ligne       cette       les     hélas, nous viendrons nous masser a propos de quatre oeuvres de clere est la noit e la avec marc, nous avons c’est la distance entre le 28 novembre, mise en ligne un trait gris sur la les amants se pour maguy giraud et autres litanies du saint nom dire que le livre est une soudain un blanc fauche le    courant il en est des meurtrières. au commencement était la réserve des bribes le glacis de la mort iloec endreit remeint li os l’art c’est la quand nous rejoignons, en c’est extrêmement s’ouvre la couleur qui ne masque pas       &eacut l’instant criblé la fraîcheur et la toujours les lettres :       l̵       aujour madame des forêts de  je signerai mon carmelo arden quin est une quelques textes       je   le texte suivant a dernier vers aoi   au seuil de l’atelier       entre il tente de déchiffrer, tromper le néant       vaches religion de josué il (de)lecta lucta   la deuxième édition du comme une suite de       au a toi le don des cris qui sors de mon territoire. fais non, björg, dernier vers aoi et ma foi, able comme capable de donner dans ma gorge ce monde est semé douze (se fait terre se À la loupe, il observa (elle entretenait maintenant il connaît le elle ose à peine ki mult est las, il se dort a l’aube des apaches, poussées par les vagues pas même       deux intendo... intendo ! dernier vers aoi dernier vers aoi je t’ai admiré,  au mois de mars, 1166 la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EXPANSIONS

Etait-ce le souvenir d’Alfred qui troublait Josué ? Inattentif aux bruits de la salle, il errait... Est-il réel ou rêvé ce passge où l’on dit que je m’engageai après avoir quitté Circé ? Col de mer, Rochers jumeaux, comme qui pourrait se glisser entre la vitre et le tain, colonnes doubles fermant le monde ! et j’ai osé !

  toujours vers le couchant, fils, toujours vers le couchant ! Il s’agissait de plus que d’un attrait, de plus que d’une fascination, d’une sorte d’indiscutable exigence... Et la suite de l’histoire prouvera que ma ruse en a tenu compte...

Le calme apaisant d’Alfred ! La vigueur printanière d’Alfred, quand son corps était dans la force de la maturité, la grâce tendue d’Alfred, sa nostalgie silencieuse ; rien d’onctueux en lui ! Sec ! muscles frémissants, regard perdu et une sorte de suprême surdité ! Suivant ses regards, il cherchait toujours à atteindre le lieu où s’attardaient ses yeux... Jamais corps n’a semblé serviteur plus zélé serviteur d’une tension pure de l’esprit ; jamais personnage ne fut plus nettement divisé, plus harmonieusement, plus hiérarchiquement... Dans les soirées encalminées, nous ne semblions voguer que tirés par ses yeux fixés à l’horizon ; de faibles tensions creusaient ses narines ; il se grisait d’odeurs marines et semblait n’apprécier la mer qu’ainsi dormante, portant son rêve et l’oubliant. Jamais un mouvement de fatigue ou de faiblesse... Il dédaigna toujours le médecin de bord, singulier et peu sympathique personnage originaire du Doubs, de seize ans son cadet, mais embarqué en même temps que lui pour le même voyage, aussi agité, redondant, expansif qu’Alfred était calme et pondéré, se vantant sans cesse de ses bonnes fortunes passées, niaisement fier d’avoir été admis près de postes de pouvoir, et toujours prêt, d’ailleurs à vous faire profiter de son entregent... Puant de services à rendre. Ah le reposant plaisir de regarder Alfred, après avoir eu à subir cet infect personnage !

  AOI

 

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette