BRIBES EN LIGNE
 tous ces chardonnerets pour martin       fourmi noble folie de josué, les routes de ce pays sont couleur qui ne masque pas petit matin frais. je te raphaël là, c’est le sable et une fois entré dans la et  riche de mes hans freibach :  c’était ...et poème pour janvier 2002 .traverse       la quelque chose       droite mon cher pétrarque,       " il ne reste plus que le ki mult est las, il se dort bien sûrla le soleil n’est pas dans l’innocence des autre citation"voui « pouvez-vous       en       soleil faisant dialoguer granz fut li colps, li dux en la rencontre d’une quand il voit s’ouvrir, deuxième suite printemps breton, printemps carles li reis en ad prise sa       p&eacu la langue est intarissable suite de  ce mois ci : sub       cette la force du corps, diaphane est le ce texte se présente À la loupe, il observa    nous la vie est dans la vie. se pas une année sans évoquer       dans dont les secrets… à quoi encore une citation“tu du bibelot au babilencore une trois (mon souffle au matin  epître aux samuelchapitre 16, versets 1 la mastication des station 1 : judas pour michèle aueret les amants se       ruelle ce       d&eacu antoine simon 5 de toutes les macao grise 10 vers la laisse ccxxxii générations il ne sait rien qui ne va sequence 6   le (ma gorge est une attention beau     rien j’ai relu daniel biga, nous serons toujours ces antoine simon 3 ajout de fichiers sons dans à madame, on ne la voit jamais la vie humble chez les ma voix n’est plus que comme c’est       &agrav f dans le sourd chatoiement il existe deux saints portant       dans se placer sous le signe de   3   

les       dans     pluie du ce paysage que tu contemplais arbre épanoui au ciel  au travers de toi je   marcel soudain un blanc fauche le "l’art est-il il semble possible les enseignants : (la numérotation des je t’enfourche ma       sur       " seul dans la rue je ris la le lourd travail des meules des quatre archanges que frères et       m̵ sors de mon territoire. fais pour julius baltazar 1 le se reprendre. creuser son sept (forces cachées qui       pour       nuage temps de pierres dans la a supposer quece monde tienne pluies et bruines, autre essai d’un pour mireille et philippe vue à la villa tamaris   merci à la toile de       je au labyrinthe des pleursils station 4 : judas  nice, le 8 octobre juste un mot pour annoncer quand c’est le vent qui  la toile couvre les       ( ce jour là, je pouvais   le 10 décembre sixième  au mois de mars, 1166 pour philippe     hélas, voile de nuità la toujours les lettres : antoine simon 24 "et bien, voilà..." dit       la ici. les oiseaux y ont fait quai des chargeurs de aucun hasard si se la réserve des bribes pas de pluie pour venir       crabe- carissimo ulisse,torna a vi.- les amicales aventures       sur       pav&ea       sur au programme des actions       les marché ou souk ou la bouche pleine de bulles       coude       qui pour le travail de bernard les plus terribles f j’ai voulu me pencher bruno mendonça dernier vers aoi vous deux, c’est joie et gardien de phare à vie, au       pass&e il n’est pire enfer que madame, c’est notre  je signerai mon il était question non dernier vers aoi     le quatrième essai rares  dans le livre, le m1       branches lianes ronces       aux       le deux nouveauté, preambule – ut pictura   un on dit qu’agathe sixième merci à marc alpozzo À perte de vue, la houle des antoine simon 11 mult ben i fierent franceis e dans les écroulements       voyage on peut croire que martine       banlie dans les rêves de la toulon, samedi 9 premier essai c’est la gaucherie à vivre, il s’appelait le 15 mai, à un temps hors du l’heure de la et il parlait ainsi dans la       & madame est une torche. elle       jardin sous l’occupation f le feu m’a macles et roulis photo 4 ils avaient si longtemps, si ils sortent le vieux qui tes chaussures au bas de       le       la pie       gentil ainsi va le travail de qui (elle entretenait “le pinceau glisse sur vos estes proz e vostre   anatomie du m et je meurs de soif très malheureux...       sabots temps de cendre de deuil de les cuivres de la symphonie       &n dans la caverne primordiale le temps passe si vite, macles et roulis photo 1    de femme liseuse moisissures mousses lichens vedo la luna vedo le viallat © le château de rêve, cauchemar, antoine simon 15       allong   la baie des anges       deux  monde rassemblé merle noir  pour   (à le tissu d’acier antoine simon 16 descendre à pigalle, se tu le sais bien. luc ne "le renard connaît       parfoi dernier vers doel i avrat, nice, le 18 novembre 2004 je t’ai admiré, comme ce mur blanc   le texte suivant a pour egidio fiorin des mots l’illusion d’une l’existence n’est antoine simon 21  il y a le  le grand brassage des v.- les amicales aventures du       le       su le recueil de textes ne pas négocier ne très saintes litanies       les siglent a fort e nagent e ce monde est semé recleimet deu mult  dans toutes les rues nos voix (ô fleur de courge...  les premières mais jamais on ne "la musique, c’est le c’est la distance entre dernier vers aoi pour maxime godard 1 haute Ç’avait été la j’ai en réserve       au six de l’espace urbain, travail de tissage, dans       reine       au pour le prochain basilic, (la reflets et echosla salle elle ose à peine en introduction à on a cru à chaises, tables, verres, rare moment de bonheur, ce qui fait tableau : ce pas facile d’ajuster le       chaque dernier vers aoi    au balcon       il des voiles de longs cheveux antoine simon 29       vaches  le "musée antoine simon 18 quatre si la mer s’est  “ce travail qui       la martin miguel art et       la dorothée vint au monde voici des œuvres qui, le       la non... non... je vous assure, dans ce périlleux "nice, nouvel éloge de la       retour       longte d’un bout à les avenues de ce pays carissimo ulisse,torna a   ces notes au matin du à la mémoire de bien sûr, il y eut c’est pour moi le premier       le l’homme est Être tout entier la flamme       sur rêves de josué, juste un en ceste tere ad estet ja coupé le sonà il n’y a pas de plus       pourqu "ces deux là se etait-ce le souvenir   1) cette f toutes mes accoucher baragouiner l’une des dernières 13) polynésie   né le 7 macles et roulis photo 6 tout à fleur d’eaula danse (vois-tu, sancho, je suis rimbaud a donc  marcel migozzi vient de antoine simon 30       dans       au le scribe ne retient j’écoute vos on croit souvent que le but       au       la abu zayd me déplait. pas       je me quand les eaux et les terres une errance de dans ce pays ma mère effleurer le ciel du bout des       pass&e À peine jetés dans le   encore une     de rigoles en on trouvera la video c’est parfois un pays les dieux s’effacent c’est la chair pourtant toutefois je m’estimais af : j’entends apaches :       &agrav nécrologie   la production …presque vingt ans plus       quand       quinze   maille 1 :que je serai toujours attentif à antoine simon 13  pour de   un vendredi temps où les coeurs je rêve aux gorges deuxième apparition       glouss la fonction, le 19 novembre 2013, à la rm : d’accord sur madame aux rumeurs carmelo arden quin est une chaque jour est un appel, une il y a dans ce pays des voies     son la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EXPANSIONS

QUANDO

Me ne so itu pe l’Abbissina, Mannaggia ! Che cavoli ! la nave faceva cosí, cosí, e quanti ce n’erano che se vomivano pure le budella ! E pò, c’era chi n’se capiva ! I Napoletani, e va bè, più o meno sò Cristiani. Ma vattena a capì ‘n Siciliano ! Quelli sò mezz’Ebbrei, mezz’Arabi, vatte l’a capi ! Però sulla nave se ne stavano bene et buoni. N’somma dovevi vede tu quanti piatti de spaghetti me magnavo io ! e fiaschi e fiaschetti et fischi e cavoli e tira a campà...

QUANDO
Lasciai Circe da chi, come lo sai, più d’un anno son rimasto, lì, vicino a Gaeta (ma pero prima che Enea la nominasse così), lasciando Sibilla a man destra, andai verso il ponente, almeno così è stato detto, ed andando, sempre andando, mi trovai dove Ercole due colonne buttò...
QUANDO

Aller d’ici à là n’est rien

     A quelque bord que le regard se

Seul compte le...

     pose, c’est un autre bord que

     

     l’on voit

Anch’io signor padrone

Esibisco la mia protezzione


Tout t’est possible - dit Josué- mais as-tu pensé à te regarder ?

  AOI
   [papara]   [arapap’]
   [fopasifje]   [ejfisapof]
   [folilafofo]   [ofofalilof]
   [fopalila]   [alilapof]
   [osmoke]   [ekomso]

 

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette