BRIBES EN LIGNE
qu’est-ce qui est en je n’ai pas dit que le       dans       entre       l̵ comme une suite de  tous ces chardonnerets bien sûr, il y eut rafale n° 4 on le le temps passe dans la toujours les lettres : bal kanique c’est mm si c’est ça creuser, envoi du bulletin de bribes       soleil la langue est intarissable voile de nuità la ses mains aussi étaient macles et roulis photo 3       montag pour andrée macles et roulis photo un jour, vous m’avez certains soirs, quand je n’ayant pas       je me nice, le 8 octobre dès l’origine de son  pour le dernier jour    regardant le coeur du dernier vers aoi       fourr&       avant propos la peinture est   ciel !!!!  improbable visage pendu merci à marc alpozzo le proche et le lointain j’ai donné, au mois ainsi va le travail de qui       l̵ pour marcel reflets et echosla salle le corps encaisse comme il       je je serai toujours attentif à la littérature de décembre 2001. "pour tes vous avez iv.- du livre d’artiste       &n de sorte que bientôt ouverture d’une À max charvolen et martin napolì napolì       un violette cachéeton     m2 &nbs mise en ligne d’un sur la toile de renoir, les je dors d’un sommeil de la gaucherie à vivre,  les premières       banlie antoine simon 19   saint paul trois il existe au moins deux       &eacut montagnesde       m̵ bientôt, aucune amarre cet article est paru dans le     le cygne sur la force du corps,       sur la vie humble chez les de proche en proche tous antoine simon 23 sous l’occupation journée de       vu l’existence n’est dont les secrets… à quoi avant dernier vers aoi guetter cette chose corps nomades bouches coupé en deux quand ce va et vient entre la communication est un nouvel espace est ouvert en ceste tere ad estet ja on peut croire que martine     hélas, vos estes proz e vostre le lent déferlement est-ce parce que, petit, on     un mois sans un trait gris sur la le travail de miguel, de 1968 madame a des odeurs sauvages clquez sur 1) la plupart de ces après la lecture de deuxième essai le ciel est clair au travers     sur la pente laure et pétrarque comme     tout autour « pouvez-vous juste un mot pour annoncer       la se placer sous le signe de vous n’avez percey priest lakesur les la prédication faite dernier vers aoi première rupture : le       longte j’ai travaillé fragilité humaine. de l’autre quel étonnant diaphane est le mot (ou les routes de ce pays sont et il parlait ainsi dans la 1) notre-dame au mur violet on préparait clers est li jurz et li deuxième apparition   un ...et poème pour le 28 novembre, mise en ligne       dans dans les rêves de la       le elle réalise des ce qui aide à pénétrer le le franchissement des madame est toute   encore une libre de lever la tête nous viendrons nous masser a grant dulur tendrai puis villa arson, nice, du 17       descen  il est des objets sur rien n’est il y a tant de saints sur suite de     son en cet anniversaire, ce qui antoine simon 3     pourquoi station 7 : as-tu vu judas se il n’était qu’un       " à sylvie …presque vingt ans plus nu(e), comme son nom ce n’est pas aux choses chaque automne les       l̵ vi.- les amicales aventures martin miguel il va falloir il aurait voulu être       le sa langue se cabre devant le  avec « a la très malheureux... dernier vers aoi l’éclair me dure, la mort, l’ultime port,       en       sur ...et la mémoire rêve antoine simon 11       aujour       la bel équilibre et sa le plus insupportable chez dernier vers aoi accoucher baragouiner tendresse du mondesi peu de tous feux éteints. des       au bien sûrla rêves de josué, le ciel de ce pays est tout troisième essai et a propos de quatre oeuvres de à la mémoire de       dans   si vous souhaitez je suis bien dans prenez vos casseroles et avez-vous vu ce       les     &nbs il n’y a pas de plus       dans glaciation entre (ma gorge est une   ces notes ce jour-là il lui deuxième pour andré un titre : il infuse sa ce qui fascine chez       coude errer est notre lot, madame,  epître aux   né le 7 recleimet deu mult  marcel migozzi vient de       ruelle je suis occupé ces (elle entretenait ainsi fut pétrarque dans       la       dans mon travail est une les enseignants : pas de pluie pour venir archipel shopping, la  il y a le quando me ne so itu pe pour maguy giraud et je découvre avant toi issent de mer, venent as diaphane est le deux ce travail vous est moi cocon moi momie fuseau dans le train premier bribes en ligne a       mouett il semble possible mult ben i fierent franceis e encore la couleur, mais cette traquer comme c’est le samedi 26 mars, à 15       "   iv    vers et…  dits de       nuage au lecteur voici le premier dans ma gorge madame est une torche. elle de profondes glaouis       que tout est possible pour qui l’homme est tout mon petit univers en quand c’est le vent qui Éléments - pluies et bruines, si j’étais un du bibelot au babilencore une jusqu’à il y a  “comment les plus terribles       midi       la fin première       la  zones gardées de  tu vois im font chier et que dire de la grâce toi, mésange à vedo la luna vedo le o tendresses ô mes temps où le sang se les parents, l’ultime là, c’est le sable et trois tentatives desesperees la question du récit la bouche pleine de bulles dernier vers aoi       &agrav une il faut dire les s’égarer on     une abeille de       je me       sur       l̵ vous avez 1257 cleimet sa culpe, si pour jacky coville guetteurs pour robert rien n’est plus ardu dans le ciel du       &agrav je sais, un monde se       entre si vous entendez le lac antoine simon 27 chaises, tables, verres, la légende fleurie est  “ne pas quand sur vos visages les seul dans la rue je ris la       en si c’est ça, un verre de vin pour tacher  ce qui importe pour     les provisions bruno mendonça feuilleton d’un travail "mais qui lit encore le       aux le 26 août 1887, depuis un temps hors du dernier vers aoi À perte de vue, la houle des giovanni rubino dit dernier vers aoi   (à   pour théa et ses   d’un coté,       p&eacu    7 artistes et 1 des conserves !       ce viallat © le château de       " antoine simon 6 rossignolet tu la rm : d’accord sur dernier vers aoi leonardo rosa       jonath attelage ii est une œuvre tout en travaillant sur les hans freibach :   ces sec erv vre ile l’appel tonitruant du antoine simon 31 on croit souvent que le but       sur portrait. 1255 : ne pas négocier ne autre essai d’un quelques textes gardien de phare à vie, au j’entends sonner les martin miguel art et     extraire c’est pour moi le premier la liberté s’imprime à toute une faune timide veille à bernadette  au travers de toi je (josué avait lentement  mise en ligne du texte       cette granz est li calz, si se religion de josué il il arriva que de toutes les       &n passent .x. portes, la tentation du survol, à première       assis mais jamais on ne       au rafale dans un coin de nice,       dans       baie pour yves et pierre poher et 1-nous sommes dehors.    en "nice, nouvel éloge de la chercher une sorte de légendes de michel       le station 4 : judas  je n’hésiterai bernard dejonghe... depuis dernier vers aoi les grands       à siglent a fort e nagent e       &agrav   jn 2,1-12 : la rencontre d’une       apr&eg si grant dol ai que ne ce monde est semé rafale le lourd travail des meules la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EXPANSIONS

QUANDO

Me ne so itu pe l’Abbissina, Mannaggia ! Che cavoli ! la nave faceva cosí, cosí, e quanti ce n’erano che se vomivano pure le budella ! E pò, c’era chi n’se capiva ! I Napoletani, e va bè, più o meno sò Cristiani. Ma vattena a capì ‘n Siciliano ! Quelli sò mezz’Ebbrei, mezz’Arabi, vatte l’a capi ! Però sulla nave se ne stavano bene et buoni. N’somma dovevi vede tu quanti piatti de spaghetti me magnavo io ! e fiaschi e fiaschetti et fischi e cavoli e tira a campà...

QUANDO
Lasciai Circe da chi, come lo sai, più d’un anno son rimasto, lì, vicino a Gaeta (ma pero prima che Enea la nominasse così), lasciando Sibilla a man destra, andai verso il ponente, almeno così è stato detto, ed andando, sempre andando, mi trovai dove Ercole due colonne buttò...
QUANDO

Aller d’ici à là n’est rien

     A quelque bord que le regard se

Seul compte le...

     pose, c’est un autre bord que

     

     l’on voit

Anch’io signor padrone

Esibisco la mia protezzione


Tout t’est possible - dit Josué- mais as-tu pensé à te regarder ?

  AOI
   [papara]   [arapap’]
   [fopasifje]   [ejfisapof]
   [folilafofo]   [ofofalilof]
   [fopalila]   [alilapof]
   [osmoke]   [ekomso]

 

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette