BRIBES EN LIGNE
bien sûr, il y eut autre citation je serai toujours attentif à ce jour là, je pouvais       va     &nbs       longte le numéro exceptionnel de À max charvolen et martin       que les routes de ce pays sont je m’étonne toujours de la   pour olivier antoine simon 19 pour gilbert exacerbé d’air non... non... je vous assure, rimbaud a donc c’est pour moi le premier a l’aube des apaches, il arriva que       &eacut dans l’innocence des coupé le sonà       fourr& nice, le 8 octobre des conserves ! ki mult est las, il se dort       coude pour andrée       enfant tendresse du mondesi peu de dans le respect du cahier des j’aime chez pierre       je la bouche pure souffrance       l̵ mouans sartoux. traverse de nous dirons donc elle réalise des nous serons toujours ces diaphane est le mot (ou samuelchapitre 16, versets 1 franchement, pensait le chef, halt sunt li pui e mult halt juste un mot pour annoncer apaches : poussées par les vagues encore une citation“tu « e ! malvais accoucher baragouiner où l’on revient comment entrer dans une pas facile d’ajuster le       longte pour marcel « h&eacu chaque automne les a dix sept ans, je ne savais quelques textes   anatomie du m et   la baie des anges pour philippe journée de carissimo ulisse,torna a vous deux, c’est joie et antoine simon 23 vous n’avez a grant dulur tendrai puis réponse de michel     pourquoi       ce imagine que, dans la  les œuvres de le proche et le lointain  “ne pas       " toulon, samedi 9 pour martine       la     tout autour     dans la ruela (À l’église       sur de sorte que bientôt       marche si j’avais de son “le pinceau glisse sur  dans toutes les rues il aurait voulu être       cette       &agrav madame, c’est notre « 8° de démodocos... Ça a bien un il ne s’agit pas de       les antoine simon 15 sur la toile de renoir, les       six rêve, cauchemar,       retour f les marques de la mort sur       &n voici des œuvres qui, le pour nicolas lavarenne ma lorsqu’on connaît une tout est prêt en moi pour  dernier salut au alocco en patchworck © dimanche 18 avril 2010 nous patrick joquel vient de karles se dort cum hume attelage ii est une œuvre du bibelot au babilencore une chaque jour est un appel, une onze sous les cercles au programme des actions pour qui veut se faire une macles et roulis photo 3       gentil l’impression la plus dernier vers aoi   issent de mer, venent as       le la vie est ce bruissement     [1]  de la dernier vers aoi       nos voix quel ennui, mortel pour     les fleurs du       sur descendre à pigalle, se     m2 &nbs f les feux m’ont       je avez-vous vu je dors d’un sommeil de   entrons je suis dernier vers aoi pour pour jean marie le 19 novembre 2013, à la madame a des odeurs sauvages   que signifie dernier vers aoi ne pas négocier ne quelque temps plus tard, de troisième essai temps de bitume en fusion sur       &n le pendu dernier vers aoi madame des forêts de deuxième essai temps de pierres il en est des meurtrières. je suis occupé ces le galop du poème me un nouvel espace est ouvert station 7 : as-tu vu judas se ce poème est tiré du    si tout au long petites proses sur terre bruno mendonça  les éditions de l’attente, le fruit l’art c’est la   six formes de la dans le pays dont je vous    courant coupé en deux quand       la bel équilibre et sa et la peur, présente je ne saurais dire avec assez juste un       descen       embarq nice, le 30 juin 2000 sainte marie, pour michèle gazier 1) intendo... intendo ! 1 la confusion des premier essai c’est la danse de générations c’est vrai   pour le prochain       je et…  dits de dernier vers aoi bernadette griot vient de quand nous rejoignons, en de prime abord, il titrer "claude viallat,       reine j’ai en réserve j’ai ajouté macles et roulis photo 1   iv    vers       jardin et je vois dans vos a ma mère, femme parmi très saintes litanies mise en ligne d’un un verre de vin pour tacher je découvre avant toi       maquis 1- c’est dans le ciel de ce pays est tout pour yves et pierre poher et les enseignants : f les rêves de  c’était       la clers fut li jurz e li       allong i.- avaler l’art par       &agrav se placer sous le signe de    il passet li jurz, la noit est madame, on ne la voit jamais       m̵ marcel alocco a nu(e), comme son nom       dans   dits de antoine simon 14 sixième premier vers aoi dernier depuis le 20 juillet, bribes ils avaient si longtemps, si chaises, tables, verres,   tout est toujours en ce monde est semé f le feu s’est       qui   si vous souhaitez temps de pierres dans la 1) notre-dame au mur violet rm : nous sommes en je t’enlace gargouille a toi le don des cris qui l’erbe del camp, ki soudain un blanc fauche le ne faut-il pas vivre comme à propos des grands à sylvie nous avons affaire à de       jonath quatrième essai de comme c’est       parfoi folie de josuétout est branches lianes ronces sculpter l’air : il existe au moins deux antoine simon 11   ciel !!!! dernier vers aoi antoine simon 7  référencem  le livre, avec tes chaussures au bas de dernier vers aoi pour m.b. quand je me heurte       sur que d’heures ma voix n’est plus que       un après la lecture de       le on dit qu’agathe       b&acir       le       juin       au deux ajouts ces derniers       la pie       ma je suis celle qui trompe (josué avait     vers le soir et voici maintenant quelques autre citation"voui les durand : une sept (forces cachées qui les dessins de martine orsoni il tente de déchiffrer, mieux valait découper  si, du nouveau reprise du site avec la madame porte à je déambule et suis pour maguy giraud et       s̵ montagnesde un jour, vous m’avez eurydice toujours nue à al matin, quant primes pert  ce mois ci : sub c’est la chair pourtant       object     pluie du les textes mis en ligne       dans l’impossible i mes doigts se sont ouverts deux mille ans nous dernier vers aoi li quens oger cuardise références : xavier religion de josué il   on n’est a la libération, les   est-ce que de soie les draps, de soie j’ai donné, au mois sous l’occupation et ma foi, l’instant criblé ouverture d’une À la loupe, il observa pour martine, coline et laure       le i en voyant la masse aux derniers         or       les       le si elle est belle ? je antoine simon 33 et il parlait ainsi dans la rien n’est tout à fleur d’eaula danse max charvolen, martin miguel Ç’avait été la  dans le livre, le et encore  dits antoine simon 24       sur       sur  tu ne renonceras pas. le vieux qui     ton  le grand brassage des la langue est intarissable       en elle ose à peine polenta s’égarer on pas de pluie pour venir À peine jetés dans le dernier vers s’il dernier vers aoi   un soir à paris au genre des motsmauvais genre la brume. nuages lorsque martine orsoni ce va et vient entre bribes en ligne a fin première "je me tais. pour taire. le scribe ne retient   en grec, morías       dans il faut aller voir n’ayant pas vi.- les amicales aventures c’est seulement au est-ce parce que, petit, on  jésus allons fouiller ce triangle   viallat © le château de dans les hautes herbes la rencontre d’une c’est ici, me je suis bien dans le samedi 26 mars, à 15 j’arrivais dans les dernier vers aoi       apr&eg des quatre archanges que toutes sortes de papiers, sur  il y a le dernier vers aoi la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EXPANSIONS
<- CVII | CIX ->
CVIII


Non, Björg, s’il avait pu saisir ce qui l’attirait chez Alfred, en eût été atterré... Le capitaine en était resté perplexe : Björg parlait habituellement si peu et ses sujets de conversation étaient si restreints ! son expérience des hommes se bornait à la nécessité du travail en commun, et peu lui importaient élégance et maladresse, droiture et dissolution si la manœuvre était correctement exécutée... Il est vrai que de ce point de vue aussi Alfred était irréprochable et Björg s’en était sans doute rendu compte... Peut-être cela le tranquillisait-il. Peut-être, prétextant la qualité des mouvements d’Alfred, leur stricte économie, leur indéfectible efficacité, s’était-il donné le loisir de considérer son homme sous d’autres aspects, sans se l’avouer franchement... En outre, il y avait, dans son apologie, la preuve que les escales lui étaient plus utiles qu’à d’autres ; et, en y songeant, le capitaine revoyait Björg accroché à ses pas, se laissant guider, écoutant parfois d’un air distrait et bougon, comme constamment pris par l’envie de retrouver le bateau. S’il était un client assidu des bordel et, d’après ce que l’on disait, fidèle à ses adresses, à ses types de femmes, on ne lui connaissait aucune aventure digne d’être retenue pour comprendre telle ou telle attitude à bord... A moins que... A moins que l’absence d’aventures - ou de passions- ne fût le signe de cette attention larvée pour autre chose, pour d’autres relations - deux fois surpris le capitaine : de découvrir cette possibilité et d’en sourire, complice. Après tout, pourquoi pas ? C’était une explication ; qui ne s’attache pas aux femmes... Et pourtant... Il se rappelait fort bien ce vieux bosco... Comment s’appelait-il déjà ? qu’un constant et affiché jusqu’à l’innocence commerce avec les garçons n’avait point empêché de se tuer par amour pour une femme... Oui... N’était-ce pas, en somme, pareil ? Il fallait avouer que -finalement- indépendamment de toute autre... idée, la séduction d’Alfred était évidente et s’exerçait sur tous... Tous ? Pour être honnête rectifiait-il au moins également sur Björg et sur lui...
Sur moi aussi, il est vrai, mais cela le capitaine n’en savait rien. Il est admis, en effet, que je puisse lire en lui, mais non lui en moi, question de règles, si j’ose dire...

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette