BRIBES EN LIGNE
   regardant       la ce 28 février 2002. af : j’entends       sur  la lancinante je suis occupé ces vous dites : "un ne faut-il pas vivre comme intendo... intendo ! dans les rêves de la (josué avait quando me ne so itu pe   que signifie dernier vers aoi r.m.a toi le don des cris qui a claude b.   comme quel étonnant       les     double temps de pierres dans la       sur dernier vers aoi       apr&eg       au tous feux éteints. des a la fin il ne resta que dernier vers aoi la mort d’un oiseau.       ( clers est li jurz et li quelque temps plus tard, de antoine simon 30 le corps encaisse comme il bernard dejonghe... depuis traquer dernier vers aoi a supposer quece monde tienne dans le respect du cahier des frères et       pass&e "mais qui lit encore le       la       les       quinze de sorte que bientôt pour anne slacik ecrire est       le       nuage de soie les draps, de soie dernier vers aoi     vers le soir temps de cendre de deuil de j’ai perdu mon descendre à pigalle, se j’ai changé le       j̵ apaches :       jardin       sur carissimo ulisse,torna a deuxième essai le       " granz est li calz, si se « h&eacu derniers vers sun destre couleur qui ne masque pas       à       glouss cinquième citationne le 15 mai, à   marcel le numéro exceptionnel de un trait gris sur la       six les plus vieilles des quatre archanges que la bouche pure souffrance eurydice toujours nue à deuxième essai rien n’est non... non... je vous assure, morz est rollant, deus en ad paysage de ta tombe  et   jn 2,1-12 : arbre épanoui au ciel et si au premier jour il du bibelot au babilencore une       un portrait. 1255 : j’arrivais dans les la danse de station 3 encore il parle préparation des nous viendrons nous masser vous avez       journ& les lettres ou les chiffres madame est la reine des la littérature de       je me       tourne  “... parler une quatrième essai de  dernières mises dernier vers aoi un titre : il infuse sa percey priest lakesur les       o lentement, josué     chant de     au couchant la rencontre d’une 5) triptyque marocain    de femme liseuse  epître aux le géographe sait tout encore une citation“tu j’ai en réserve paroles de chamantu six de l’espace urbain, un tunnel sans fin et, à ce n’est pas aux choses       longte j’ai parlé       fourmi     cet arbre que et combien  il est des objets sur allons fouiller ce triangle langues de plomba la onze sous les cercles ] heureux l’homme 1 la confusion des       le dont les secrets… à quoi     quand ce qui fait tableau : ce       je       au       d&eacu errer est notre lot, madame, si, il y a longtemps, les dans ce pays ma mère  tous ces chardonnerets       soleil un jour nous avons et c’était dans j’aime chez pierre aux george(s) (s est la i en voyant la masse aux les routes de ce pays sont autre petite voix c’est le grand  “ce travail qui le soleil n’est pas dernier vers aoi     surgi nice, le 8 octobre       pass&e mieux valait découper imagine que, dans la   voici donc la     l’é “le pinceau glisse sur       au j’entends sonner les c’est un peu comme si, abstraction voir figuration       l̵       apparu dernier vers aoi présentation du et voici maintenant quelques tout le problème c’est seulement au « 8° de ce paysage que tu contemplais raphaël trois tentatives desesperees a la libération, les de l’autre       crabe- pas sur coussin d’air mais  c’était torna a sorrento ulisse torna       on préparait       la dans l’innocence des dans les hautes herbes ma chair n’est le 28 novembre, mise en ligne démodocos... Ça a bien un       au  le "musée la deuxième édition du l’ami michel il s’appelait bribes en ligne a       parfoi bribes en ligne a branches lianes ronces       "       cette rimbaud a donc c’est parfois un pays       juin temps de bitume en fusion sur certains soirs, quand je       il guetter cette chose hans freibach : le coquillage contre je ne saurais dire avec assez de la dans la caverne primordiale iv.- du livre d’artiste je n’hésiterai f le feu est venu,ardeur des     oued coulant "et bien, voilà..." dit       &eacut pour helmut suite du blasphème de mon travail est une dans les écroulements le coeur du       alla exacerbé d’air       neige merle noir  pour je reviens sur des  pour le dernier jour un temps hors du la liberté de l’être 1257 cleimet sa culpe, si dernier vers aoi   etudiant à j’ai ajouté     nous l’appel tonitruant du a toi le don des cris qui ils s’étaient       " antoine simon 2 la chaude caresse de cinq madame aux yeux du fond des cours et des       que cet article est paru dans le au matin du dernier vers aoi vous deux, c’est joie et samuelchapitre 16, versets 1 premier essai c’est et que dire de la grâce d’un bout à mise en ligne   un vendredi deuxième suite       ...mai réponse de michel avant propos la peinture est marie-hélène un verre de vin pour tacher tendresse du mondesi peu de       &agrav macao grise laure et pétrarque comme je sais, un monde se pour mes enfants laure et sous l’occupation on peut croire que martine c’est extrêmement de pa(i)smeisuns en est venuz       le de pareïs li seit la que reste-t-il de la sainte marie, f dans le sourd chatoiement la vie est ce bruissement       sur "ces deux là se pour philippe a christiane sequence 6   le pas une année sans évoquer ce jour là, je pouvais mi viene in mentemi le ciel de ce pays est tout envoi du bulletin de bribes quand c’est le vent qui  zones gardées de       bien j’ai longtemps     le et je vois dans vos pour alain borer le 26       la  le livre, avec 7) porte-fenêtre station 5 : comment ensevelie de silence, à pour julius baltazar 1 le sur la toile de renoir, les pour jacky coville guetteurs de profondes glaouis il était question non ses mains aussi étaient exode, 16, 1-5 toute un soir à paris au madame déchirée       arauca       & religion de josué il       grappe un besoin de couper comme de       vu les enseignants : de toutes les dans les horizons de boue, de       &n il en est des noms comme du pour andré villers 1) pour raphaël (ô fleur de courge... recleimet deu mult       la le grand combat : mise en ligne d’un montagnesde glaciation entre le temps passe dans la antoine simon 22  ce mois ci : sub reprise du site avec la l’impossible f le feu s’est     ton À l’occasion de       fourr&   d’un coté, pour gilbert f j’ai voulu me pencher 1. il se trouve que je suis j’écoute vos en introduction à j’ai travaillé « voici huit c’est encore à madame des forêts de avec marc, nous avons dernier vers aoi       deux certains prétendent     m2 &nbs grande lune pourpre dont les pour michèle patrick joquel vient de bel équilibre et sa dernier vers aoi je crie la rue mue douleur légendes de michel       b&acir  dans le livre, le pour martine   au milieu de viallat © le château de 10 vers la laisse ccxxxii il ne sait rien qui ne va depuis le 20 juillet, bribes 0 false 21 18       l̵ bal kanique c’est       dans     dans la ruela    7 artistes et 1 il existe au moins deux mon cher pétrarque,       descen j’ai relu daniel biga, ainsi alfred… vous n’avez l’art n’existe cyclades, iii°       vu   encore une       le la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EXPANSIONS
<- CVII | CIX ->
CVIII


Non, Björg, s’il avait pu saisir ce qui l’attirait chez Alfred, en eût été atterré... Le capitaine en était resté perplexe : Björg parlait habituellement si peu et ses sujets de conversation étaient si restreints ! son expérience des hommes se bornait à la nécessité du travail en commun, et peu lui importaient élégance et maladresse, droiture et dissolution si la manœuvre était correctement exécutée... Il est vrai que de ce point de vue aussi Alfred était irréprochable et Björg s’en était sans doute rendu compte... Peut-être cela le tranquillisait-il. Peut-être, prétextant la qualité des mouvements d’Alfred, leur stricte économie, leur indéfectible efficacité, s’était-il donné le loisir de considérer son homme sous d’autres aspects, sans se l’avouer franchement... En outre, il y avait, dans son apologie, la preuve que les escales lui étaient plus utiles qu’à d’autres ; et, en y songeant, le capitaine revoyait Björg accroché à ses pas, se laissant guider, écoutant parfois d’un air distrait et bougon, comme constamment pris par l’envie de retrouver le bateau. S’il était un client assidu des bordel et, d’après ce que l’on disait, fidèle à ses adresses, à ses types de femmes, on ne lui connaissait aucune aventure digne d’être retenue pour comprendre telle ou telle attitude à bord... A moins que... A moins que l’absence d’aventures - ou de passions- ne fût le signe de cette attention larvée pour autre chose, pour d’autres relations - deux fois surpris le capitaine : de découvrir cette possibilité et d’en sourire, complice. Après tout, pourquoi pas ? C’était une explication ; qui ne s’attache pas aux femmes... Et pourtant... Il se rappelait fort bien ce vieux bosco... Comment s’appelait-il déjà ? qu’un constant et affiché jusqu’à l’innocence commerce avec les garçons n’avait point empêché de se tuer par amour pour une femme... Oui... N’était-ce pas, en somme, pareil ? Il fallait avouer que -finalement- indépendamment de toute autre... idée, la séduction d’Alfred était évidente et s’exerçait sur tous... Tous ? Pour être honnête rectifiait-il au moins également sur Björg et sur lui...
Sur moi aussi, il est vrai, mais cela le capitaine n’en savait rien. Il est admis, en effet, que je puisse lire en lui, mais non lui en moi, question de règles, si j’ose dire...

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette