BRIBES EN LIGNE
dernier vers aoi antoine simon 22 je reviens sur des à       quinze pour antoine simon 20 "l’art est-il pour marcel     [1]  pas facile d’ajuster le premier vers aoi dernier présentation du le ciel est clair au travers       que       "       sur de prime abord, il cinquième citationne   jn 2,1-12 : un soir à paris au dernier vers aoi et ces       longte dans le pays dont je vous ] heureux l’homme ici. les oiseaux y ont fait lentement, josué dentelle : il avait nouvelles mises en       embarq tu le saiset je le vois pour martin sur l’erbe verte si est g. duchêne, écriture le voile de nuità la le franchissement des ce madame, vous débusquez 1-nous sommes dehors. toute trace fait sens. que il en est des noms comme du       les livre grand format en trois du bibelot au babilencore une tandis que dans la grande d’abord l’échange des c’est pour moi le premier ils avaient si longtemps, si   est-ce que       &n avant propos la peinture est  née à       le aux george(s) (s est la  le livre, avec mieux valait découper religion de josué il cinquième essai tout  “ne pas       dans le coquillage contre   un vendredi antoine simon 31 il ne reste plus que le hans freibach : et voici maintenant quelques       soleil ce monde est semé attelage ii est une œuvre je ne peins pas avec quoi, quand il voit s’ouvrir,  un livre écrit "je me tais. pour taire. il aurait voulu être vous dites : "un cette machine entre mes si, il y a longtemps, les quelque chose "si elle est  tous ces chardonnerets à propos des grands   anatomie du m et les lettres ou les chiffres pour alain borer le 26 1.- les rêves de pour maxime godard 1 haute dernier vers aoi sept (forces cachées qui ne pas négocier ne f le feu s’est       ce deuxième approche de à la mémoire de assise par accroc au bord de pour jean marie f le feu s’est       en exode, 16, 1-5 toute bribes en ligne a l’homme est    7 artistes et 1       au       apr&eg       il       deux je n’hésiterai dans la caverne primordiale       l̵ autre citation autre petite voix   l’oeuvre vit son       rampan et combien sauvage et fuyant comme antoine simon 21 le "patriote", il en est des meurtrières.  zones gardées de la prédication faite    courant je déambule et suis 1- c’est dans quant carles oït la   le texte suivant a quatrième essai rares il existe deux saints portant     du faucon madame des forêts de je n’ai pas dit que le rimbaud a donc madame est une de sorte que bientôt pour martine, coline et laure   entrons la bouche pleine de bulles   (à en ceste tere ad estet ja       le       descen À max charvolen et un tunnel sans fin et, à le temps passe si vite, deuxième essai le nice, le 18 novembre 2004 mougins. décembre “le pinceau glisse sur le 26 août 1887, depuis on dit qu’agathe station 4 : judas  pour mireille et philippe ici, les choses les plus sous la pression des       " 7) porte-fenêtre     tout autour       je me elle disposait d’une le geste de l’ancienne,   on n’est pas une année sans évoquer j’ai donc edmond, sa grande la littérature de il existe au moins deux grant est la plaigne e large un temps hors du je ne sais pas si temps où les coeurs     ton je suis occupé ces en introduction à       la mult est vassal carles de (elle entretenait quand c’est le vent qui À l’occasion de  pour le dernier jour     vers le soir m1       on peut croire que martine 1. il se trouve que je suis dernier vers aoi     le cygne sur able comme capable de donner pour egidio fiorin des mots nice, le 30 juin 2000 tendresses ô mes envols dernier vers s’il al matin, quant primes pert je rêve aux gorges j’aime chez pierre légendes de michel reflets et echosla salle dernier vers aoi       la l’art n’existe madame chrysalide fileuse il faut laisser venir madame j’ai parlé dans un coin de nice, cher bernard  ce qui importe pour dessiner les choses banales deuxième l’appel tonitruant du il souffle sur les collines pourquoi yves klein a-t-il il pleut. j’ai vu la abu zayd me déplait. pas montagnesde jamais si entêtanteeurydice quelques textes villa arson, nice, du 17 il ne s’agit pas de noble folie de josué, vous êtes       un f les feux m’ont dorothée vint au monde dernier vers aoi       parfoi l’impression la plus dans le monde de cette bal kanique c’est       dans       qui passet li jurz, la noit est j’ai travaillé le soleil n’est pas marcel alocco a aux barrières des octrois Être tout entier la flamme       et tu  de la trajectoire de ce et il parlait ainsi dans la et  riche de mes au lecteur voici le premier « voici je t’enlace gargouille macles et roulis photo 7 je dors d’un sommeil de       pass&e introibo ad altare le géographe sait tout       fourr& couleur qui ne masque pas pluies et bruines,       force des voix percent, racontent   3   

les se placer sous le signe de suite de pour gilbert j’écoute vos lorsqu’on connaît une 1) la plupart de ces avant dernier vers aoi       juin fin première ce n’est pas aux choses le lent déferlement pour michèle gazier 1  avec « a la derniers vers sun destre de tantes herbes el pre jamais je n’aurais sa langue se cabre devant le       la paysage de ta tombe  et pour angelo torna a sorrento ulisse torna       " première       é chaque automne les  “... parler une  epître aux 0 false 21 18 branches lianes ronces o tendresses ô mes   la production clers fut li jurz e li antoine simon 28 la deuxième édition du       crabe- (À l’église coupé en deux quand       au des quatre archanges que f le feu m’a le grand combat :   pour le prochain  l’écriture antoine simon 30 on croit souvent que le but pour lee démodocos... Ça a bien un morz est rollant, deus en ad la mort, l’ultime port, c’est une sorte de passet li jurz, si turnet a allons fouiller ce triangle    en       le    il   que signifie   marcel constellations et madame est une torche. elle diaphane est le mot (ou la mort d’un oiseau. giovanni rubino dit vous n’avez       le la vie est ce bruissement       quand cet univers sans la question du récit et la peur, présente (ô fleur de courge...  l’exposition  in the country dernier vers aoi       l̵ 1 la confusion des la poésie, à la       gentil le pendu marie-hélène pour max charvolen 1) laure et pétrarque comme       &n marché ou souk ou " je suis un écorché vif.       la portrait. 1255 : af : j’entends les routes de ce pays sont i mes doigts se sont ouverts nous viendrons nous masser est-ce parce que, petit, on   un depuis le 20 juillet, bribes errer est notre lot, madame,       pour dernier vers aoi dans ce pays ma mère a propos de quatre oeuvres de on trouvera la video même si dans ma gorge pour michèle gazier 1) pour jacqueline moretti, À peine jetés dans le granz est li calz, si se bribes en ligne a dernier vers que mort       je     depuis   je n’ai jamais dernier vers aoi pierre ciel le samedi 26 mars, à 15 des voiles de longs cheveux monde imaginal, pour raphaël j’ai donné, au mois quatrième essai de  dernières mises       marche       les béatrice machet vient de neuf j’implore en vain antoine simon 11 très malheureux... madame est la reine des dans le patriote du 16 mars   nous sommes le 2 juillet rm : d’accord sur etait-ce le souvenir mesdames, messieurs, veuillez au labyrinthe des pleursils antoine simon 10 j’ai longtemps r.m.a toi le don des cris qui c’est la chair pourtant préparation des un jour, vous m’avez station 3 encore il parle antoine simon 17 ce qu’un paysage peut à la bonne la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EXPANSIONS
<- CVII | CIX ->
CVIII


Non, Björg, s’il avait pu saisir ce qui l’attirait chez Alfred, en eût été atterré... Le capitaine en était resté perplexe : Björg parlait habituellement si peu et ses sujets de conversation étaient si restreints ! son expérience des hommes se bornait à la nécessité du travail en commun, et peu lui importaient élégance et maladresse, droiture et dissolution si la manœuvre était correctement exécutée... Il est vrai que de ce point de vue aussi Alfred était irréprochable et Björg s’en était sans doute rendu compte... Peut-être cela le tranquillisait-il. Peut-être, prétextant la qualité des mouvements d’Alfred, leur stricte économie, leur indéfectible efficacité, s’était-il donné le loisir de considérer son homme sous d’autres aspects, sans se l’avouer franchement... En outre, il y avait, dans son apologie, la preuve que les escales lui étaient plus utiles qu’à d’autres ; et, en y songeant, le capitaine revoyait Björg accroché à ses pas, se laissant guider, écoutant parfois d’un air distrait et bougon, comme constamment pris par l’envie de retrouver le bateau. S’il était un client assidu des bordel et, d’après ce que l’on disait, fidèle à ses adresses, à ses types de femmes, on ne lui connaissait aucune aventure digne d’être retenue pour comprendre telle ou telle attitude à bord... A moins que... A moins que l’absence d’aventures - ou de passions- ne fût le signe de cette attention larvée pour autre chose, pour d’autres relations - deux fois surpris le capitaine : de découvrir cette possibilité et d’en sourire, complice. Après tout, pourquoi pas ? C’était une explication ; qui ne s’attache pas aux femmes... Et pourtant... Il se rappelait fort bien ce vieux bosco... Comment s’appelait-il déjà ? qu’un constant et affiché jusqu’à l’innocence commerce avec les garçons n’avait point empêché de se tuer par amour pour une femme... Oui... N’était-ce pas, en somme, pareil ? Il fallait avouer que -finalement- indépendamment de toute autre... idée, la séduction d’Alfred était évidente et s’exerçait sur tous... Tous ? Pour être honnête rectifiait-il au moins également sur Björg et sur lui...
Sur moi aussi, il est vrai, mais cela le capitaine n’en savait rien. Il est admis, en effet, que je puisse lire en lui, mais non lui en moi, question de règles, si j’ose dire...

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette