BRIBES EN LIGNE
      jardin able comme capable de donner 1-nous sommes dehors. nouvelles mises en (ô fleur de courge... ne faut-il pas vivre comme tous feux éteints. des la réserve des bribes  ce mois ci : sub coupé en deux quand avez-vous vu se reprendre. creuser son pas même       apr&eg li quens oger cuardise sauvage et fuyant comme (elle entretenait     après 1) la plupart de ces tout en vérifiant edmond, sa grande bruno mendonça À l’occasion de       la pie passet li jurz, la noit est de pa(i)smeisuns en est venuz antoine simon 10 béatrice machet vient de rm : d’accord sur comme ce mur blanc       pourqu  hors du corps pas écoute, josué,       je me       b&acir hans freibach : pour martine que d’heures  mise en ligne du texte       pass&e il avait accepté " je suis un écorché vif.  c’était mult ben i fierent franceis e mouans sartoux. traverse de et…  dits de       su réponse de michel tromper le néant       baie       " morz est rollant, deus en ad macles et roulis photo 6 pour mes enfants laure et dieu faisait silence, mais madame, c’est notre quand nous rejoignons, en       &ccedi démodocos... Ça a bien un       la "ces deux là se pour raphaël temps de pierres dans la juste un mot pour annoncer       l̵       dans       dans la mort, l’ultime port, je m’étonne toujours de la   saint paul trois suite de       le       longte avec marc, nous avons cher bernard antoine simon 9 mult est vassal carles de pour robert c’est seulement au     de rigoles en deuxième essai dernier vers aoi langues de plomba la       la antoine simon 22 ce 28 février 2002.   adagio   je       crabe- allons fouiller ce triangle dans l’innocence des où l’on revient nice, le 30 juin 2000 deuxième apparition très saintes litanies  au mois de mars, 1166 comme c’est gardien de phare à vie, au madame des forêts de       enfant     depuis 1 la confusion des       au toutes ces pages de nos lorsque martine orsoni bribes en ligne a antoine simon 14 accorde ton désir à ta quant carles oït la dans le pain brisé son     surgi       voyage     oued coulant  les éditions de  hier, 17 dans les écroulements les enseignants : (en regardant un dessin de cinquième citationne la deuxième édition du "moi, esclave" a bribes en ligne a pour alain borer le 26      & nice, le 18 novembre 2004 af : j’entends apaches : de proche en proche tous antoine simon 5 petit matin frais. je te       p&eacu quand sur vos visages les dans l’effilé de le franchissement des toute une faune timide veille titrer "claude viallat, si grant dol ai que ne       "       &eacut       va dernier vers aoi je déambule et suis pour jean marie la liberté de l’être f le feu s’est des voiles de longs cheveux cinq madame aux yeux  martin miguel vient  je signerai mon antoine simon 29 antoine simon 16 l’évidence    7 artistes et 1       &agrav     ton histoire de signes .       é une il faut dire les     sur la pente  au travers de toi je antoine simon 15     hélas, antoine simon 11 de l’autre f les marques de la mort sur dernier vers aoi “le pinceau glisse sur un titre : il infuse sa il ne s’agit pas de       (       sur un verre de vin pour tacher attelage ii est une œuvre le temps passe dans la les plus terribles merle noir  pour       le décembre 2001. ço dist li reis : je ne peins pas avec quoi, tes chaussures au bas de dernier vers aoi reprise du site avec la  il y a le assise par accroc au bord de       au dans l’innocence des ma chair n’est       la le nécessaire non a grant dulur tendrai puis (vois-tu, sancho, je suis je ne saurais dire avec assez le corps encaisse comme il   ces notes li emperere s’est dans ce pays ma mère les installations souvent, bien sûr, il y eut encore la couleur, mais cette il y a des objets qui ont la les amants se essai de nécrologie, madame chrysalide fileuse "pour tes dernier vers aoi ce     &nbs dernier vers aoi et je vois dans vos travail de tissage, dans station 5 : comment tout en travaillant sur les premier vers aoi dernier le 19 novembre 2013, à la la rencontre d’une macles et roulis photo 7       vaches       la a propos de quatre oeuvres de la communication est dans le monde de cette  si, du nouveau li emperere par sa grant madame est une torche. elle troisième essai       la descendre à pigalle, se et c’était dans les lettres ou les chiffres À perte de vue, la houle des là, c’est le sable et l’ami michel antoine simon 25 dernier vers aoi si j’étais un il faut laisser venir madame livre grand format en trois je désire un  pour jean le dix l’espace ouvert au si j’avais de son       glouss tout à fleur d’eaula danse       sur f le feu s’est la lecture de sainte       ( pluies et bruines,       d&eacu soudain un blanc fauche le     double aucun hasard si se       la     sur la "le renard connaît beaucoup de merveilles       descen souvent je ne sais rien de a supposer quece monde tienne antoine simon 13 prenez vos casseroles et fragilité humaine. je suis bien dans les dessins de martine orsoni noble folie de josué, il arriva que approche d’une mon cher pétrarque, antoine simon 17       que pas facile d’ajuster le rimbaud a donc chercher une sorte de les avenues de ce pays cet univers sans bel équilibre et sa dans les carnets tout le problème   au milieu de tous ces charlatans qui ce jour là, je pouvais       apparu  le livre, avec quel ennui, mortel pour dernier vers aoi autre essai d’un rien n’est plus ardu des quatre archanges que pour gilbert encore une citation“tu  la toile couvre les la vie humble chez les   maille 1 :que 0 false 21 18 trois tentatives desesperees pour lee i en voyant la masse aux qu’est-ce qui est en       sabots toutes sortes de papiers, sur madame porte à j’ai en réserve Être tout entier la flamme pour jacky coville guetteurs art jonction semble enfin sors de mon territoire. fais j’ai donné, au mois       rampan vous deux, c’est joie et       object moi cocon moi momie fuseau chaque jour est un appel, une deuxième approche de la question du récit « h&eacu 5) triptyque marocain jamais je n’aurais pour maguy giraud et seul dans la rue je ris la que reste-t-il de la il pleut. j’ai vu la    en dans le pays dont je vous     &nbs le soleil n’est pas       juin 1.- les rêves de a claude b.   comme pour maxime godard 1 haute quelques autres après la lecture de 1) notre-dame au mur violet dernier vers aoi m1       pour marcel ce qui fait tableau : ce une errance de si tu es étudiant en epuisement de la salle, et il parlait ainsi dans la et encore  dits       dans       cerisi       allong dans les rêves de la dernier vers aoi     on n’est il y a tant de saints sur dernier vers aoi nous lirons deux extraits de en introduction à antoine simon 20 pour la chaude caresse de  pour de    courant  monde rassemblé il aurait voulu être les plus vieilles buttati ! guarda&nbs le coquillage contre       il c’est la peur qui fait le lent tricotage du paysage       &agrav juste un  “la signification c’est ici, me me         or envoi du bulletin de bribes j’arrivais dans les       mouett douce est la terre aux yeux f qu’il vienne, le feu madame est une j’oublie souvent et   anatomie du m et       dans À max charvolen et         &n pourquoi yves klein a-t-il vertige. une distance antoine simon 19 de sorte que bientôt troisième essai et       grappe samuelchapitre 16, versets 1 dorothée vint au monde       l̵ ne pas négocier ne onze sous les cercles le 28 novembre, mise en ligne la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EXPANSIONS
<- CVII | CIX ->
CVIII


Non, Björg, s’il avait pu saisir ce qui l’attirait chez Alfred, en eût été atterré... Le capitaine en était resté perplexe : Björg parlait habituellement si peu et ses sujets de conversation étaient si restreints ! son expérience des hommes se bornait à la nécessité du travail en commun, et peu lui importaient élégance et maladresse, droiture et dissolution si la manœuvre était correctement exécutée... Il est vrai que de ce point de vue aussi Alfred était irréprochable et Björg s’en était sans doute rendu compte... Peut-être cela le tranquillisait-il. Peut-être, prétextant la qualité des mouvements d’Alfred, leur stricte économie, leur indéfectible efficacité, s’était-il donné le loisir de considérer son homme sous d’autres aspects, sans se l’avouer franchement... En outre, il y avait, dans son apologie, la preuve que les escales lui étaient plus utiles qu’à d’autres ; et, en y songeant, le capitaine revoyait Björg accroché à ses pas, se laissant guider, écoutant parfois d’un air distrait et bougon, comme constamment pris par l’envie de retrouver le bateau. S’il était un client assidu des bordel et, d’après ce que l’on disait, fidèle à ses adresses, à ses types de femmes, on ne lui connaissait aucune aventure digne d’être retenue pour comprendre telle ou telle attitude à bord... A moins que... A moins que l’absence d’aventures - ou de passions- ne fût le signe de cette attention larvée pour autre chose, pour d’autres relations - deux fois surpris le capitaine : de découvrir cette possibilité et d’en sourire, complice. Après tout, pourquoi pas ? C’était une explication ; qui ne s’attache pas aux femmes... Et pourtant... Il se rappelait fort bien ce vieux bosco... Comment s’appelait-il déjà ? qu’un constant et affiché jusqu’à l’innocence commerce avec les garçons n’avait point empêché de se tuer par amour pour une femme... Oui... N’était-ce pas, en somme, pareil ? Il fallait avouer que -finalement- indépendamment de toute autre... idée, la séduction d’Alfred était évidente et s’exerçait sur tous... Tous ? Pour être honnête rectifiait-il au moins également sur Björg et sur lui...
Sur moi aussi, il est vrai, mais cela le capitaine n’en savait rien. Il est admis, en effet, que je puisse lire en lui, mais non lui en moi, question de règles, si j’ose dire...

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette