BRIBES EN LIGNE
l’éclair me dure, fragilité humaine. dans les écroulements quando me ne so itu pe morz est rollant, deus en ad gardien de phare à vie, au       les     tout autour pluies et bruines, « voici quel ennui, mortel pour jamais je n’aurais ce va et vient entre dans l’innocence des antoine simon 3 autre citation       le sixième dernier vers aoi ce qui aide à pénétrer le la galerie chave qui       une pour mireille et philippe       s̵ c’est la chair pourtant j’aime chez pierre ( ce texte a karles se dort cum hume       m̵ si j’avais de son   ces notes me  pour le dernier jour mille fardeaux, mille cyclades, iii° antoine simon 2       gentil samuelchapitre 16, versets 1 dans la caverne primordiale je suis le ciel est clair au travers deux ce travail vous est    au balcon bernadette griot vient de dernier vers aoi       dans       la passent .x. portes,   maille 1 :que merci à la toile de       et tu ouverture d’une rm : d’accord sur la danse de (À l’église         or       &agrav couleur qui ne masque pas moisissures mousses lichens j’ai travaillé  un livre écrit     cet arbre que pour michèle gazier 1 station 4 : judas  je crie la rue mue douleur que d’heures macles et roulis photo 4       la  les éditions de       ruelle       cette je n’hésiterai deux nouveauté, un homme dans la rue se prend       object dernier vers aoi premier essai c’est   pour théa et ses je ne sais pas si c’est parfois un pays dernier vers doel i avrat, un trait gris sur la la mort, l’ultime port, l’ami michel madame aux rumeurs les cuivres de la symphonie intendo... intendo !  hier, 17 avant dernier vers aoi dans les carnets sables mes parolesvous       quinze la mort d’un oiseau. quel étonnant face aux bronzes de miodrag dieu faisait silence, mais et encore  dits antoine simon 9 comme c’est tout est prêt en moi pour ils s’étaient       midi arbre épanoui au ciel       les "si elle est lu le choeur des femmes de     son madame porte à   dits de au rayon des surgelés vous n’avez et si au premier jour il dernier vers s’il les petites fleurs des je ne saurais dire avec assez je déambule et suis madame dans l’ombre des la question du récit violette cachéeton       une la tentation du survol, à il y a tant de saints sur       &n       au il existe deux saints portant leonardo rosa ils avaient si longtemps, si       la et ces douce est la terre aux yeux l’art n’existe a propos de quatre oeuvres de       voyage vous dites : "un  les premières « h&eacu antoine simon 11 voudrais je vous       dans pour martine     ton  de la trajectoire de ce granz est li calz, si se régine robin, seins isabelle boizard 2005 pour je m’étonne toujours de la  le livre, avec encore une citation“tu un verre de vin pour tacher le temps passe dans la passet li jurz, la noit est les doigts d’ombre de neige       la nous avons affaire à de       maquis       le       sur le deuxième apparition    il thème principal : il s’appelait très saintes litanies "et bien, voilà..." dit le scribe ne retient       en  monde rassemblé rêves de josué,       il   je n’ai jamais je rêve aux gorges vos estes proz e vostre présentation du les plus terribles (en regardant un dessin de l’instant criblé madame des forêts de       reine à la bonne pas même   jn 2,1-12 : derniers …presque vingt ans plus le bulletin de "bribes la fraîcheur et la madame, vous débusquez pour anne slacik ecrire est je suis bien dans difficile alliage de À max charvolen et pour michèle aueret tous ces charlatans qui temps de cendre de deuil de      & libre de lever la tête voile de nuità la “le pinceau glisse sur martin miguel art et ensevelie de silence, il n’y a pas de plus (vois-tu, sancho, je suis pour helmut       descen   se pour max charvolen 1) g. duchêne, écriture le a dix sept ans, je ne savais la liberté s’imprime à ma chair n’est  référencem  dans le livre, le ce texte m’a été les lettres ou les chiffres       dans immense est le théâtre et tout est possible pour qui       tourne le tissu d’acier     surgi lancinant ô lancinant dans les horizons de boue, de la terre a souvent tremblé  dernier salut au       magnol quand les mots art jonction semble enfin f le feu est venu,ardeur des       p&eacu     extraire et…  dits de madame est la reine des écoute, josué, langues de plomba la onze sous les cercles c’est extrêmement genre des motsmauvais genre carcassonne, le 06 sculpter l’air : jouer sur tous les tableaux  l’exposition     nous     l’é mi viene in mentemi le 28 novembre, mise en ligne fin première elle réalise des "tu sais ce que c’est 13) polynésie dans les carnets     de rigoles en il ne sait rien qui ne va   saint paul trois       la non... non... je vous assure, pourquoi yves klein a-t-il       sur troisième essai et est-ce parce que, petit, on ajout de fichiers sons dans dernier vers aoi   une il faut dire les       coude iloec endreit remeint li os       marche   un       &agrav archipel shopping, la (josué avait lentement dernier vers aoi       en un       je me À la loupe, il observa       cerisi la communication est       avant antoine simon 29 (de)lecta lucta   nous avancions en bas de dernier vers aoi en cet anniversaire, ce qui       pav&ea “dans le dessin et que dire de la grâce "nice, nouvel éloge de la pour martin       deux la prédication faite       au le lent déferlement ce 28 février 2002. ils sortent       ma       fleure       jardin (ma gorge est une il pleut. j’ai vu la pour martine, coline et laure       object     quand nous lirons deux extraits de nice, le 30 juin 2000 antoine simon 14 certains prétendent petites proses sur terre mieux valait découper   si vous souhaitez lorsqu’on connaît une       la "ces deux là se station 1 : judas la réserve des bribes poussées par les vagues exacerbé d’air la lecture de sainte     sur la     sur la pente ….omme virginia par la je reviens sur des antoine simon 21 dire que le livre est une le geste de l’ancienne, envoi du bulletin de bribes une fois entré dans la   que signifie    courant cinquième citationne les dessins de martine orsoni pour m.b. quand je me heurte démodocos... Ça a bien un la vie est dans la vie. se ] heureux l’homme       soleil dentelle : il avait  je signerai mon introibo ad altare bal kanique c’est bien sûrla a la fin il ne resta que les durand : une station 3 encore il parle       ton able comme capable de donner dernier vers aoi on peut croire que martine il y a des objets qui ont la       reine préparation des j’ai relu daniel biga, une autre approche de sous la pression des f le feu s’est À l’occasion de je dors d’un sommeil de suite de et ma foi, le plus insupportable chez     oued coulant mult est vassal carles de       pav&ea la mastication des       nuage c’est une sorte de même si les oiseaux s’ouvrent       et si tu dois apprendre à mult ben i fierent franceis e dans le train premier je désire un a grant dulur tendrai puis       les on croit souvent que le but beaucoup de merveilles des voiles de longs cheveux       allong       droite dernier vers aoi frères et dans le respect du cahier des quelque temps plus tard, de il ne reste plus que le a christiane troisième essai (elle entretenait ço dist li reis :     [1]  vi.- les amicales aventures  les trois ensembles prenez vos casseroles et avec marc, nous avons station 5 : comment       sur la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EXPANSIONS
<- CIX | CXI ->
CX

Clefs : citations , Dieu , Josué , "Je" , langue

Je ne saurais dire avec assez de
Je ne saurais dire avec assez de vigueur
  de force
Je n’aurais pas assez de vigueur pour pouvoir dire
Il me manquera
Je manquerai de force pour
Je ne sais
Je ne sais si ce que je dirai aura l’impact nécessaire pour
Il faudrait que ça ait de l’impact. Quelle allure
 Et pourtant c’est trop
banal, la mort du marionnettiste !
Ah ! si seulement… Vous ne pouvez pas savoir. Vous ne pouvez pas vous faire une idée de. Ce serait si simple de. On pourrait si simplement. Si seulement on pouvait simplement. Comment dire ? Comment dire assez fort ? Oui oui bien sûr oui et si jamais oui oui comme vous dîtes bien sûr… Ecrans… Ecrans ou masques c’est… Ecrans ou ombres ? mots… mots… Tu divagues Josué tu dis oh ça va tu vagues tu tais tu Ecran ah seulement ah crier ah seulement hurler un peu fort. Oh ! Björg tout de même vous… Capitaine terre en vue terre en… Depuis neuf nous… C’est la tourmente tour c’est là Josué tu t’en vas en couilles tu j’avais quitté Circé depuis dit-on Es-tu ce que tu deviens ? peux-tu le devenir ? Peux-tu pars en mots Si écrasé Si impuissant Ah le monde Josué le dictionnaire tu ne sais pas respirer tu ne sais pas les gouffres gouffres gouffres et si je et si je ah ! secouer secouer les étouffements ah si ah silence c’est si banal la mort c’est si bas tiens moi là l’angoisse l’angoscia l’engorgement l’air qui ne p la mort c’est si banal quel passage quel passage où et qui nous nous sommes embarqués dans le même tombeau enterrés dans la même nef nous sommes partis pour le même voy ah et je et tu dans le même le magnétisme de la m cette attirance cette oubli mourir pour oublier la mort se désang sangluer sangorger si fla faible débilité pourquoi je dehors hors de je suis légion je suis légion si faible et hors de je oh tête vide tête folle crâne fermé oh prisonnier de je comment la sérénité la ser éternité le calme la tranquillité comment la cranti Josué tu viens après tu ne sais que tu Ne pas savoir comment ne pas savoir la terre en vue est-ce la terre si confuse ah si fu quoi Björg vous en êtes vous fîtes vous allâtes Ah dire si aurai-je la force le courage de virtus virtus core accorati animo avanti sù forza spingi sù che quanto come oh ! cosa come parla madonna non mi lasciar parapapa parapapero parapapa… Tu erres tu et si limitée l’errance tu cognes à tous les murs à toutes les vitres à toutes les par si limitée d’une rue à l’à l’aube à l’autre renvoyé labyrinthe et pourtant Dédale a pu ah s’envo ah et toutes les rues coulent vers la mer et toutes et les égouts et les bus et les vélomot Se cogner à toutes les engoncés en soi-même trop à l’étroit en s trop juste et ça gratte ça rape le pire c’est el c’et le frottement des cou des doututres surtout aux joint jointures à quelques encablures à ah le pire se cogner ainsi à la ville la foule la marée de le flot des les coups des victus cae vae moriturus toutes les rues se mirent et coulent vers la ville lave ville étau serrant à la fois de dehors et de dedans pris dans la masse bétonné dans traversé par des tiges mét figé d’abord puis en fusion coulant en fusion maître Björg tu parles trop Jos et tu embrouilles tu sèmes la confusion chape chape pierre tombale tout pèse nous pèse Je n’aurais jamais dû prendre à l’ouest je n’aurais mais que pouvons-nous contre c’est l’égoulement c’est le sens de la marche la direction des vents qu’y faire peut ne pas tomber en bas ne pas garder sur soi cette odeur de cendre de poussière quel passage comment ne pas y être prêt Tu Tu et le bateau barque ou balloté d’une montagne à l’autre et le vertige et la tourmente du dedans et l’angoisse sereine. Sereine. La sérénité de se savoir enfin au bout du voy et le sel plein les yeux vous êtes le vous êtes le… frêle esquif coquille jeu d’enfant vers l’égout vers sa perte et ta tristesse à peine juste parce que c’est inscrit au décor et l’engouffrement la chute la plongée l’étouffe l’asphyxie Je multiple de la douleur

Or quant’a dir qual era è cosa dura
esta selva selvaggia e aspra e forte
che nel pensier rinova la paura ! ...

 

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette