BRIBES EN LIGNE
il était question non       devant cet article est paru soudain un blanc fauche le     quand nos voix antoine simon 10       la il n’était qu’un ouverture d’une l’éclair me dure,       pass&e paien sunt morz, alquant       neige raphaël les doigts d’ombre de neige je crie la rue mue douleur Éléments - religion de josué il toutes ces pages de nos       parfoi     les fleurs du « pouvez-vous      & pour martin       la comme une suite de vous dites : "un pour maxime godard 1 haute       sur approche d’une       la merle noir  pour       bonheu     " outre la poursuite de la mise fragilité humaine. je ne sais pas si dans l’innocence des agnus dei qui tollis peccata       sur si elle est belle ? je vedo la luna vedo le pour martine       au temps de cendre de deuil de  “comment       object passet li jurz, la noit est deuxième apparition    seule au quelques autres     dans la ruela ensevelie de silence, la terre a souvent tremblé antoine simon 2       su normal 0 21 false fal       avant       dans    tu sais il existe deux saints portant   je n’ai jamais     cet arbre que       cerisi  c’était   pour olivier       ce       j̵  “... parler une   jn 2,1-12 : f le feu s’est sous l’occupation le coeur du    le "musée       &ccedi très malheureux... la vie est dans la vie. se le vieux qui rossignolet tu la il en est des meurtrières. pour le prochain basilic, (la quelque temps plus tard, de bel équilibre et sa   nous sommes tant pis pour eux. antoine simon 22  les œuvres de   ces notes elle disposait d’une dernier vers aoi       montag du fond des cours et des dans ce pays ma mère a ma mère, femme parmi antoine simon 9 vous n’avez nice, le 30 juin 2000 f tous les feux se sont reflets et echosla salle f les feux m’ont 0 false 21 18 quando me ne so itu pe les premières     du faucon antoine simon 25 dernier vers aoi  tous ces chardonnerets pour andrée allons fouiller ce triangle       je me carcassonne, le 06 chaque jour est un appel, une je ne saurais dire avec assez "tu sais ce que c’est giovanni rubino dit 1-nous sommes dehors. me       jardin       fourr& dernier vers aoi       la en ceste tere ad estet ja le grand combat :     ton       en a la libération, les depuis le 20 juillet, bribes j’ai en réserve dernier vers que mort le passé n’est     après  “ce travail qui       sur ne pas négocier ne pour mes enfants laure et le franchissement des       au nouvelles mises en vue à la villa tamaris pour raphaël la fonction,  dans le livre, le 13) polynésie (vois-tu, sancho, je suis la musique est le parfum de     extraire       entre la lecture de sainte       fleur   je ne comprends plus grant est la plaigne e large à la mémoire de ne faut-il pas vivre comme  ce mois ci : sub     double martin miguel art et six de l’espace urbain, de pareïs li seit la       quinze       le macles et roulis photo 3 dans les carnets certains soirs, quand je dans le pays dont je vous sur l’erbe verte si est la cité de la musique nous dirons donc sixième pour jean marie  il y a le li quens oger cuardise dessiner les choses banales tout est prêt en moi pour c’est une sorte de       ton c’est le grand       que       dernier vers aoi le tissu d’acier intendo... intendo ! la route de la soie, à pied, il ne sait rien qui ne va rm : nous sommes en       pav&ea       grimpa beaucoup de merveilles  la toile couvre les le lourd travail des meules ma mémoire ne peut me deuxième essai 7) porte-fenêtre s’ouvre la       tout en vérifiant       l̵ bien sûrla  si, du nouveau     chambre dentelle : il avait deuxième les grands vous êtes glaciation entre douce est la terre aux yeux pas même je désire un "je me tais. pour taire.         &n l’illusion d’une j’ai longtemps       assis avec marc, nous avons ils sortent  mise en ligne du texte la fraîcheur et la je t’ai admiré,       mouett coupé le sonà dernier vers aoi   raphaël antoine simon 19       le de toutes les     le "moi, esclave" a       &n ce qui fait tableau : ce       sur macles et roulis photo 1 m1       et…  dits de onze sous les cercles errer est notre lot, madame, station 1 : judas la force du corps, quand nous rejoignons, en des quatre archanges que je meurs de soif       jonath on a cru à dernier vers aoi les plus terribles n’ayant pas comme c’est on croit souvent que le but toutefois je m’estimais     sur la il n’y a pas de plus       deux je serai toujours attentif à un besoin de couper comme de     les provisions lorsqu’on connaît une       fourr& f les rêves de       juin merci au printemps des    nous macles et roulis photo 6 c’est la peur qui fait    il 1) la plupart de ces même si bal kanique c’est 0 false 21 18       sur le seins isabelle boizard 2005       la pie v.- les amicales aventures du       " ainsi va le travail de qui À l’occasion de f j’ai voulu me pencher le galop du poème me sept (forces cachées qui un soir à paris au       le temps où les coeurs       pourqu       dans madame est une       ruelle       maquis d’un côté       aux aux barrières des octrois c’est la chair pourtant le 26 août 1887, depuis la chaude caresse de monde imaginal, a christiane       les issent de mer, venent as suite du blasphème de on peut croire que martine il pleut. j’ai vu la guetter cette chose les routes de ce pays sont   un vendredi de prime abord, il au commencement était max charvolen, martin miguel imagine que, dans la deuxième essai le rêve, cauchemar,       sur   d’un coté, station 3 encore il parle d’abord l’échange des "et bien, voilà..." dit  dernières mises tout mon petit univers en "nice, nouvel éloge de la dernier vers aoi l’appel tonitruant du dernier vers aoi       b&acir       gentil antoine simon 18 ce texte se présente souvent je ne sais rien de       alla quelque chose f qu’il vienne, le feu       p&eacu attendre. mot terrible. l’instant criblé il en est des noms comme du sculpter l’air : (À l’église à sylvie (dans mon ventre pousse une cliquetis obscène des       &n les enseignants : antoine simon 24       une dans les horizons de boue, de une fois entré dans la violette cachéeton coupé en deux quand a dix sept ans, je ne savais marché ou souk ou le 26 août 1887, depuis macles et roulis photo 4 (josué avait le corps encaisse comme il ils s’étaient    de femme liseuse madame, on ne la voit jamais       je       le accoucher baragouiner la liberté de l’être montagnesde il tente de déchiffrer, archipel shopping, la       le rita est trois fois humble.       l̵ le recueil de textes   pour adèle et antoine simon 13 accorde ton désir à ta dernier vers aoi deuxième suite li emperere par sa grant antoine simon 31 si j’avais de son avant dernier vers aoi la tentation du survol, à travail de tissage, dans  martin miguel vient o tendresses ô mes charogne sur le seuilce qui de soie les draps, de soie envoi du bulletin de bribes un jour, vous m’avez ce n’est pas aux choses  l’exposition  il aurait voulu être quai des chargeurs de les installations souvent, madame est la reine des la bouche pure souffrance halt sunt li pui e mult halt pur ceste espee ai dulor e et je vois dans vos       d&eacu dernier vers aoi la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EXPANSIONS
<- CX | CXII ->
CXI

Clefs : citations , Josué , "Je" , spectacle

Montagnes
de l’écart
èlement (s)
Mes Alpes
Montagnes
de la di (s)
vision
sommets
de la sépa (s)
ration
Incontournable
Infranchissables
Dessin de mon
Impuissance
Tracé de mon enfer
mement au dehors
entre scène et salle
rampe
entre silence et parole
rideau
L’écriras-tu cette pièce se déroulant entièrement en coulisses et dont les personnages sont dans la salle ?
DOULEUR  

Je frappe et l’on ne m’ouvre pas
Je me frappe et ne m’ouvre pas
  AOI

 

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette