BRIBES EN LIGNE
le 15 mai, à deux nouveauté, clere est la noit e la tout est prêt en moi pour quand sur vos visages les c’est la distance entre     faisant la encore une citation“tu dans un coin de nice, se reprendre. creuser son       la pie iloec endreit remeint li os monde imaginal,       sur un nouvel espace est ouvert (la numérotation des macles et roulis photo   ces sec erv vre ile   (dans le l’illusion d’une dernier vers aoi des conserves ! à la mémoire de carmelo arden quin est une       "   nous sommes bel équilibre et sa       ...mai       (  un livre écrit noble folie de josué, a christiane toutefois je m’estimais carles li reis en ad prise sa       sur le les premières     le cygne sur la pureté de la survie. nul quant carles oït la quand les eaux et les terres temps de cendre de deuil de antoine simon 22 reprise du site avec la j’ai ajouté madame a des odeurs sauvages   iv    vers       je des voix percent, racontent j’ai donné, au mois voici des œuvres qui, le ma voix n’est plus que   l’oeuvre vit son macao grise la question du récit       &n dernier vers aoi religion de josué il       dans sables mes parolesvous marie-hélène       bonheu   est-ce que dernier vers aoi que d’heures madame aux rumeurs ne faut-il pas vivre comme la gaucherie à vivre,  l’exposition        les rita est trois fois humble. j’ai travaillé carissimo ulisse,torna a dernier vers aoi il y a des objets qui ont la lu le choeur des femmes de station 3 encore il parle la chaude caresse de  martin miguel vient le lent déferlement au commencement était ] heureux l’homme Éléments - dans les rêves de la ecrire les couleurs du monde       l̵ marcel alocco a  “s’ouvre mes pensées restent "mais qui lit encore le "je me tais. pour taire. madame est la reine des 0 false 21 18 aucun hasard si se dernier vers aoi   né le 7  référencem pour maguy giraud et       sur quelque temps plus tard, de ce jour-là il lui et te voici humanité  pour de al matin, quant primes pert toi, mésange à nu(e), comme son nom       coude       de l’autre (josué avait lentement  dernières mises les étourneaux ! Être tout entier la flamme temps de pierres dans la quand les mots       ton dernier vers doel i avrat, régine robin, a claude b.   comme des quatre archanges que       m̵ madame dans l’ombre des en cet anniversaire, ce qui       " j’entends sonner les madame chrysalide fileuse un tunnel sans fin et, à pour jean-marie simon et sa nous avancions en bas de nous lirons deux extraits de mougins. décembre chaque automne les pour lee dernier vers aoi à propos des grands station 5 : comment …presque vingt ans plus il faut laisser venir madame li quens oger cuardise       " dentelle : il avait grande lune pourpre dont les 1-nous sommes dehors.   jn 2,1-12 : dans les écroulements       &agrav quando me ne so itu pe antoine simon 3 percey priest lakesur les arbre épanoui au ciel       fleur tout en vérifiant       alla présentation du l’ami michel comme ce mur blanc aux george(s) (s est la à il en est des meurtrières. onze sous les cercles dans le patriote du 16 mars entr’els nen at ne pui dernier vers aoi hans freibach :       dans a ma mère, femme parmi le plus insupportable chez sept (forces cachées qui réponse de michel       d&eacu       soleil langues de plomba la       sur on dit qu’agathe sur l’erbe verte si est    en "l’art est-il ainsi alfred…       midi ço dist li reis : À max charvolen et martin mais non, mais non, tu       je me dernier vers aoi   un sixième       parfoi       grimpa       reine je suis occupé ces glaciation entre le 28 novembre, mise en ligne dernier vers aoi vertige. une distance dont les secrets… à quoi il y a tant de saints sur       apr&eg  née à suite de les petites fleurs des je découvre avant toi seul dans la rue je ris la si j’avais de son 0 false 21 18 pour michèle gazier 1) bernadette griot vient de des voiles de longs cheveux antoine simon 16 quelques autres en introduction à    courant etait-ce le souvenir       bonhe quand nous rejoignons, en paien sunt morz, alquant il est le jongleur de lui la bouche pure souffrance   j’ai souvent  “ne pas    il pierre ciel   ciel !!!!       journ&       la bal kanique c’est napolì napolì   une il faut dire les dans les carnets     quand approche d’une   que signifie       vu c’est une sorte de rimbaud a donc la communication est (de)lecta lucta   une errance de pour le prochain basilic, (la martin miguel art et a la fin il ne resta que       vaches   pour théa et ses toute trace fait sens. que viallat © le château de un homme dans la rue se prend   anatomie du m et le passé n’est       maquis la vie est ce bruissement dans le train premier       le normal 0 21 false fal tendresses ô mes envols dernier vers aoi pour mes enfants laure et       baie dernier vers aoi       la       mouett     les provisions merci au printemps des f qu’il vienne, le feu antoine simon 28 dans le pays dont je vous titrer "claude viallat,       voyage       le branches lianes ronces       dans antoine simon 15 7) porte-fenêtre dernier vers aoi "ah ! mon doux pays, la galerie chave qui il existe deux saints portant il en est des noms comme du neuf j’implore en vain       je me c’est vrai  marcel migozzi vient de (ô fleur de courge... le glacis de la mort   ces notes cinquième citationne et combien     après la tentation du survol, à me abstraction voir figuration     depuis       la le ciel de ce pays est tout il aurait voulu être         &n tout mon petit univers en bien sûrla on peut croire que martine       l̵ moi cocon moi momie fuseau pour philippe tout le problème antoine simon 9 jouer sur tous les tableaux       les quatrième essai rares quand vous serez tout cet article est paru dans le on cheval vous avez   d’un coté, les cuivres de la symphonie       cette  la toile couvre les après la lecture de pour michèle gazier 1 art jonction semble enfin ce paysage que tu contemplais à bernadette toute une faune timide veille         or f les marques de la mort sur       le le 26 août 1887, depuis dernier vers aoi mille fardeaux, mille       entre     oued coulant pas une année sans évoquer            &  les trois ensembles les grands nouvelles mises en       pass&e madame porte à guetter cette chose       chaque a grant dulur tendrai puis tendresse du mondesi peu de un jour nous avons dernier vers aoi une fois entré dans la dernier vers aoi   ainsi fut pétrarque dans clers fut li jurz e li troisième essai et       qui les routes de ce pays sont chaises, tables, verres,       deux madame est toute clers est li jurz et li       pav&ea c’est un peu comme si, très malheureux... pour frédéric     sur la pente avant dernier vers aoi  je signerai mon       tourne       aujour toulon, samedi 9 13) polynésie ici, les choses les plus ce 28 février 2002. samuelchapitre 16, versets 1 ki mult est las, il se dort dernier vers aoi       longte       en   la production       st cliquetis obscène des   pour le prochain ainsi va le travail de qui vous deux, c’est joie et passet li jurz, la noit est   tout est toujours en pour helmut pour martine   dits de une autre approche de pour angelo  on peut passer une vie       un la brume. nuages couleur qui ne masque pas l’impression la plus histoire de signes . la vie est dans la vie. se     extraire effleurer le ciel du bout des   3   

les antoine simon 17 la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EXPANSIONS
<- CXI | CXIII ->
CXII

Clefs : Josué , spectacle

REFLETS ET ECHOS
La salle découvrit ses miroirs. Images multipliées dans l’illusion de l’infini. Simultanément, toutes les chambres à échos furent branchées de sorte que chaque phrase était répétée par un haut parleur voisin selon l’inclinaison du corps et l’orientation des ondes sonores. Multiplication infinie d’un illusoire contact... Josué avait rêver de projeter en même temps la figure du parleur... Mais la technique lui avait fait défaut ; quelque hologramme, peut-être, quelque jeu de laser, mais quelle complexité de caméras ! Combien d’objectifs aurait-il fallu monter, celer, maîtriser ! Après tout, se disait Josué, il est bien plus juste de ne refléter que des images de foule et des échos de voix : la reproduction de la voix est plus crédible que celle du corps... et il est juste aussi que la voix semble parvenir -identique- d’une autre personne, chacun de nous est-il davantage son corps ou ses mots ? Les corps, pour différents qu’ils soient, prennent, de toutes manières, des postures identiques... Les prennent-ils ? Je me serais laissé allé à la facilité de la technique... Il est facile d’user des machines : synthétiseurs d’images, micro-projecteur-relief... Me serais-je fourvoyé en installant les chambres d’échos ? Après tout, n’importe quel match est prétexte à jeux d’échos, inversions sonores, plaisir musical... Et même à reflets physique...
Je me frappe, la douleur est un miroir brisé. Où est la matrice de l’image éclatée ? Pièges à lumière...

 

Je ne pensais pas qu’il y eût, entre Alfred et moi, autant de liens avant d’avoir entrepris avec lui – et dans les conditions que j’ai relatées- cette terrible
expédition.
Je me frappe, disait Josué, cet écartèlement m’ouvrira-t-il ?

 J

D’où que surgît le son fondateur, ce lieu devenait, au treizième moment, celui de l’inversion ; entretemps, sa circulation répondait à une géométrie simple, solide, première : esquissant d’abord l’isocèle, le son était repris au troisième point et projeté selon un angle droit avec une intensité suffisante pour sortir du cercle couvert par le son d’origine à nouveau repris comme pour poursuivre le carré, il
était encore augmenté et renaissait comme pour construire un hexagone dont le côté était égal au diamètre du cercle initial ; au septième point, pourtant, il s’intensifiait encore et sa circulation construisait un deuxième hexagone deux fois plus vaste… Ainsi, c’était au point de départ qu’à tous moments venaient se rompre et repartir toutes les vagues sonores, tous les déferlements, où convergeaient tous les échos.

 

Comment s’ouvrir ? Disait Josué… Quel rapport du reflet à l’éclat ? Et de l’éclat à l’éclatement ? De la constance aux retours, à l’alternance ? Quel rapport du son plein à l’écho ? Croyant m’ouvrir, je me fane et m’étiole, je m’affadis…
Eclats ou écarts ? Je m’abandonne aux séductions . Quand je pense, murmurait Dieu, que tu me traitais d’abécédaire !

L’une des variantes consistait à ne jamais passer par le carré mais, s’appuyant sur l’hexagone, engendrer la spirale en faisant parcourir au son une distance deux fois plus grande à partir des points sept, treize et dix neuf…

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette