BRIBES EN LIGNE
macles et roulis photo 6 si grant dol ai que ne le plus insupportable chez       sur deux nouveauté, bernadette griot vient de       la       &n langues de plomba la béatrice machet vient de pluies et bruines, temps de bitume en fusion sur autre citation les étourneaux ! au matin du premier essai c’est sous l’occupation "l’art est-il j’ai ajouté art jonction semble enfin  si, du nouveau li emperere par sa grant pour martine "ces deux là se station 5 : comment voudrais je vous edmond, sa grande je me souviens de dernier vers aoi pour maguy giraud et       ...mai a supposer quece monde tienne dans l’innocence des "le renard connaît       sur a christiane le pendu i en voyant la masse aux quando me ne so itu pe   le texte suivant a pour "et bien, voilà..." dit       j̵ antoine simon 14 j’écoute vos douce est la terre aux yeux accorde ton désir à ta dimanche 18 avril 2010 nous antoine simon 27 arbre épanoui au ciel    de femme liseuse       la ils sortent     longtemps sur pour nicolas lavarenne ma c’est une sorte de       m̵ 13) polynésie tout en travaillant sur les       le le recueil de textes chaque automne les poussées par les vagues pour andré antoine simon 31     sur la pente       le la réserve des bribes la force du corps, on dit qu’agathe monde imaginal, qu’est-ce qui est en morz est rollant, deus en ad      & f dans le sourd chatoiement       retour jouer sur tous les tableaux 1257 cleimet sa culpe, si la bouche pleine de bulles       dans pourquoi yves klein a-t-il et…  dits de ainsi fut pétrarque dans  l’écriture o tendresses ô mes  au travers de toi je     au couchant À max charvolen et 0 false 21 18 in the country dans les écroulements   se   né le 7 de sorte que bientôt  “s’ouvre neuf j’implore en vain (la numérotation des présentation du encore la couleur, mais cette    en dans ma gorge toujours les lettres : hans freibach :       rampan         or       alla les lettres ou les chiffres       l̵ deuxième apparition de   maille 1 :que samuelchapitre 16, versets 1 toulon, samedi 9 la brume. nuages       et attendre. mot terrible. "si elle est "nice, nouvel éloge de la de tantes herbes el pre attelage ii est une œuvre et si tu dois apprendre à  de même que les que d’heures pour jacky coville guetteurs       la (josué avait lentement dernier vers aoi       object libre de lever la tête quel étonnant spectacle de josué dit le géographe sait tout bribes en ligne a outre la poursuite de la mise       la       en la vie humble chez les si j’avais de son si tu es étudiant en       coude non, björg,  le grand brassage des pour jean-marie simon et sa   si vous souhaitez       &agrav       vu quand les mots pour daniel farioli poussant       je carcassonne, le 06 g. duchêne, écriture le       voyage je t’ai admiré, le corps encaisse comme il       dans etait-ce le souvenir pour marcel suite de toute une faune timide veille dans le patriote du 16 mars     pluie du toutes sortes de papiers, sur   antoine simon 19 travail de tissage, dans essai de nécrologie,       &       gentil il y a tant de saints sur à propos des grands attendre. mot terrible. madame dans l’ombre des       enfant je rêve aux gorges pour qui veut se faire une     pourquoi raphaël les cuivres de la symphonie et voici maintenant quelques intendo... intendo ! abstraction voir figuration (À l’église       dans j’ai perdu mon ce texte m’a été cette machine entre mes saluer d’abord les plus mult est vassal carles de     à diaphane est le mot (ou vous avez epuisement de la salle,     rien deux ce travail vous est     une abeille de le soleil n’est pas réponse de michel carles li reis en ad prise sa effleurer le ciel du bout des       au       midi       &agrav ….omme virginia par la rimbaud a donc bel équilibre et sa dernier vers aoi je suis paroles de chamantu       reine je désire un l’évidence la route de la soie, à pied, coupé en deux quand ce qui importe pour il avait accepté le coquillage contre c’est ici, me       baie violette cachéeton       montag a la femme au elle disposait d’une fin première rien n’est plus ardu j’ai donc cinquième citationne franchement, pensait le chef, le 19 novembre 2013, à la errer est notre lot, madame, antoine simon 32 dire que le livre est une dans ce pays ma mère il y a des objets qui ont la       bien       la station 4 : judas  il existe deux saints portant percey priest lakesur les chaque jour est un appel, une on cheval poème pour une autre approche de  on peut passer une vie madame porte à rêve, cauchemar,     son 1.- les rêves de dernier vers aoi sixième       aujour       " mille fardeaux, mille tromper le néant petit matin frais. je te a ma mère, femme parmi granz est li calz, si se suite du blasphème de jamais je n’aurais et c’était dans et ma foi, dix l’espace ouvert au je déambule et suis dernier vers aoi    courant a dix sept ans, je ne savais  la lancinante troisième essai et la fraîcheur et la       voyage vous n’avez fontelucco, 6 juillet 2000 j’arrivais dans les       bruyan dernier vers aoi une errance de       (    nous giovanni rubino dit ecrire les couleurs du monde mise en ligne d’un 1) la plupart de ces pour mes enfants laure et 0 false 21 18 c’est la peur qui fait « 8° de dernier vers que mort la tentation du survol, à la communication est       entre pour michèle gazier 1) nice, le 8 octobre ce 28 février 2002. "mais qui lit encore le     les provisions       fleure …presque vingt ans plus pour raphaël       s̵ la cité de la musique À perte de vue, la houle des carissimo ulisse,torna a       neige rien n’est       apr&eg f le feu m’a  tu vois im font chier       les vedo la luna vedo le       longte viallat © le château de genre des motsmauvais genre  c’était imagine que, dans la comme ce mur blanc dorothée vint au monde  marcel migozzi vient de       é moi cocon moi momie fuseau       mouett un besoin de couper comme de  je signerai mon j’ai parlé       ce tout à fleur d’eaula danse     cet arbre que pour robert 1 au retour au moment "pour tes la liberté s’imprime à les dessins de martine orsoni  les éditions de antoine simon 28 la terre nous leonardo rosa     depuis l’illusion d’une       m̵       au       soleil deuxième essai 0 false 21 18 on croit souvent que le but au labyrinthe des pleursils et la peur, présente       " rêves de josué, pour philippe equitable un besoin sonnerait antoine simon 15 la bouche pure souffrance les parents, l’ultime    il et  riche de mes je reviens sur des  hier, 17       tourne       parfoi mi viene in mentemi napolì napolì dont les secrets… à quoi que reste-t-il de la       ( de l’autre tous ces charlatans qui dernier vers aoi et si au premier jour il       grappe avant propos la peinture est  il y a le       bonhe   jn 2,1-12 : temps de pierres à cri et à  ce qui importe pour il faut aller voir       devant antoine simon 25 merle noir  pour la deuxième édition du de prime abord, il je t’enlace gargouille mais jamais on ne       fourr& livre grand format en trois il ne s’agit pas de   six formes de la             l̵ pas facile d’ajuster le passet li jurz, si turnet a je crie la rue mue douleur comme c’est je serai toujours attentif à les dernières la parol

Accueil > Les rossignols du crocheteur > Les textes publiés > Approches littéraires > C’est pour dire...
<- Rêves de terre | Dans les rêves de la mandragore ->
Comme une suite de la villanelle
Artiste(s) : Chubac


Comme une suite de Villanelle
en forme de faux blason
pour les couleurs de

Albert Chubac

Comme une suite...

Dans la lumière du matin

La mémoire secrète du monde

Où il gît d’où il surgit mémoire

Où l’espace éclot du silence

Lumière du jour naissant

Le bleu le silence a teint

De ciel de pierre et de mer

L’assaut des herbes le surprend

Suspendu timoré au temps

L’or se diffuse en air le vent

A des couleurs qui tremblent

Mémoire sereine du monde

Quand le bleu le silence étreint

Les monts au loin virent en mots

Pluie tendue de lambeaux d’espace

Bribes chuchotées de soleils

Irradiants rires entendus

Où gît d’où surgit la mémoire

Le bleu le silence atteint

O marine où s’essuient les yeux

Ciel dans la main emprisonné

vigueurs jeunesse suspendues

Le temps se charge de sagesse

Où l’espace éclot de silence

Couleur pesant sur riens couleur

Qui dit un monde encore absent

Qui gît en elle et qui d’elle surgit

Et qui est là comme attendant de naître

A la portée des sens

Publication en ligne : 17 juillet 2008

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette