BRIBES EN LIGNE
bien sûrla et voici maintenant quelques       une 1254 : naissance de rimbaud a donc       au a la femme au douce est la terre aux yeux       force       la antoine simon 12 pour robert   six formes de la ...et poème pour je ne sais pas si heureuse ruine, pensait 1 la confusion des dernier vers que mort pour maguy giraud et et…  dits de  “... parler une autre petite voix dernier vers aoi nice, le 18 novembre 2004       l̵       et antoine simon 21 marcel alocco a  pour de ecrire sur    regardant onze sous les cercles on a cru à ma mémoire ne peut me       ce 28 février 2002. lentement, josué je n’ai pas dit que le cher bernard antoine simon 22 dernier vers aoi pour yves et pierre poher et       cette petites proses sur terre     chambre antoine simon 5 sixième   un dans le respect du cahier des archipel shopping, la quant carles oït la bernard dejonghe... depuis l’art c’est la l’homme est     l’é dernier vers s’il bal kanique c’est       montag à cri et à même si les dessins de martine orsoni   (dans le tromper le néant "moi, esclave" a       mouett le glacis de la mort titrer "claude viallat, dernier vers aoi régine robin, À perte de vue, la houle des       au suite du blasphème de pour le prochain basilic, (la quelque chose avec marc, nous avons cinquième citationne ce paysage que tu contemplais madame est toute antoine simon 32 quel étonnant   maille 1 :que rien n’est sixième pas de pluie pour venir juste un mot pour annoncer   adagio   je dernier vers aoi six de l’espace urbain, dernier vers aoi macles et roulis photo 7 genre des motsmauvais genre toute une faune timide veille on préparait dans la caverne primordiale ce jour là, je pouvais ensevelie de silence, tendresses ô mes envols le texte qui suit est, bien (la numérotation des l’art n’existe tu le sais bien. luc ne ki mult est las, il se dort madame, on ne la voit jamais       le       la       marche l’appel tonitruant du     longtemps sur exacerbé d’air tandis que dans la grande toulon, samedi 9 je ne saurais dire avec assez le galop du poème me       juin dans ce périlleux  un livre écrit là, c’est le sable et   un vendredi clers est li jurz et li  de même que les et il parlait ainsi dans la sa langue se cabre devant le essai de nécrologie, le 23 février 1988, il       enfant cet article est paru encore la couleur, mais cette légendes de michel assise par accroc au bord de       dans j’ai en réserve       d&eacu  je signerai mon       la d’ eurydice ou bien de       pourqu rêve, cauchemar, Ç’avait été la l’attente, le fruit       nuage j’aime chez pierre pour michèle gazier 1 janvier 2002 .traverse l’erbe del camp, ki f toutes mes glaciation entre quatrième essai de j’oublie souvent et in the country vous avez tout mon petit univers en un jour, vous m’avez j’entends sonner les il s’appelait a l’aube des apaches, il en est des noms comme du il pleut. j’ai vu la pour jean-louis cantin 1.- "la musique, c’est le folie de josuétout est    courant le recueil de textes pour martin il ne reste plus que le de profondes glaouis la liberté s’imprime à       le au seuil de l’atelier ce jour-là il lui un nouvel espace est ouvert d’un bout à f j’ai voulu me pencher le travail de bernard       é c’est seulement au quand les mots "l’art est-il       journ& la liberté de l’être   marcel j’ai parlé  epître aux equitable un besoin sonnerait reprise du site avec la tout est prêt en moi pour f qu’il vienne, le feu si, il y a longtemps, les mon cher pétrarque, s’égarer on c’est parfois un pays vertige. une distance dernier vers aoi deux mille ans nous ce monde est semé       entre chaque jour est un appel, une et te voici humanité À max charvolen et martin ma voix n’est plus que 0 false 21 18 ce qu’un paysage peut frères et polenta temps de bitume en fusion sur pour qui veut se faire une “le pinceau glisse sur il faut laisser venir madame l’illusion d’une pour jean marie madame est la reine des encore une citation“tu       pav&ea l’éclair me dure, f le feu est venu,ardeur des ici, les choses les plus le coquillage contre pour julius baltazar 1 le on trouvera la video       &eacut dernier vers aoi avez-vous vu quatrième essai de issent de mer, venent as difficile alliage de décembre 2001. "je me tais. pour taire. pour mon épouse nicole qu’est-ce qui est en       cerisi mise en ligne d’un Éléments -       les  le livre, avec       &agrav « voici immense est le théâtre et mon travail est une       vu depuis ce jour, le site c’est la peur qui fait une errance de chairs à vif paumes l’évidence dix l’espace ouvert au  pour le dernier jour (dans mon ventre pousse une       vu   dits de nous avons affaire à de que reste-t-il de la au programme des actions       gentil napolì napolì nous savons tous, ici, que de l’autre pour michèle ce qui fait tableau : ce branches lianes ronces       " du bibelot au babilencore une dernier vers aoi edmond, sa grande les plus vieilles dernier vers aoi À l’occasion de de mes deux mains un homme dans la rue se prend les durand : une a dix sept ans, je ne savais       dans laure et pétrarque comme la mort d’un oiseau.       l̵   le 10 décembre quatrième essai rares le géographe sait tout       neige  ce mois ci : sub       " le soleil n’est pas     sur la présentation du ils s’étaient dans l’effilé de     double       m̵ soudain un blanc fauche le   granz fut li colps, li dux en grande lune pourpre dont les 10 vers la laisse ccxxxii ma voix n’est plus que       dans  les premières le ciel de ce pays est tout entr’els nen at ne pui       ( elle disposait d’une     nous sur la toile de renoir, les       droite siglent a fort e nagent e lorsque martine orsoni je découvre avant toi epuisement de la salle, a christiane       &agrav     les provisions dont les secrets… à quoi un jour nous avons   ciel !!!! de soie les draps, de soie able comme capable de donner       alla le passé n’est antoine simon 9     hélas, dernier vers aoi temps où le sang se   se       soleil       jonath       la dernier vers aoi clquez sur que d’heures carles respunt : pour gilbert troisième essai   l’oeuvre vit son 1-nous sommes dehors. ( ce texte a les étourneaux ! nous avancions en bas de       ce coupé en deux quand pure forme, belle muette, une il faut dire les le plus insupportable chez j’ai perdu mon et je vois dans vos recleimet deu mult       apparu carissimo ulisse,torna a "ces deux là se introibo ad altare l’existence n’est peinture de rimes. le texte dimanche 18 avril 2010 nous un verre de vin pour tacher la force du corps, c’est un peu comme si, antoine simon 10 la fraîcheur et la       j̵       une station 4 : judas   la lancinante       m&eacu   (à mais jamais on ne neuf j’implore en vain rita est trois fois humble. premier essai c’est pour m.b. quand je me heurte deuxième apparition   on n’est       deux sors de mon territoire. fais mille fardeaux, mille       object    si tout au long la gaucherie à vivre, quel ennui, mortel pour la communication est ainsi fut pétrarque dans 1257 cleimet sa culpe, si moi cocon moi momie fuseau       sous af : j’entends poussées par les vagues       le je me souviens de       b&acir passet li jurz, la noit est dans un coin de nice, nice, le 8 octobre en ceste tere ad estet ja macles et roulis photo 1 cyclades, iii° nous viendrons nous masser la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EXPANSIONS
<- CXII | CXIV ->
CXIII

Clefs : Dieu , Josué , monde , "Je" , langue , voyages

Ainsi Alfred… Dois-je dire… ton Alfred… Moins navigateur que fuyard, moins explorateur qu’orgueilleux, se donnant des raisons pour

 Fausses raisons ou non, disait Josué,
le voyage est vrai. Ou trouverions-nous notre infini, sinon en nous heurtant à notre finitude, où notre éternité si ce n’est en allant au bout de notre temps, en côtoyant notre mort ?


 
en allant au bout de notre souffle, de notre voix, de notre corps indocile…
 


AOI


Jamais je n’aurais connu le repos, jamais je n’aurais eu idée de la plénitude du bonheur, si je n’avais pu faire errer sur elle mes mains, mes yeux et mon corps.

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette