BRIBES EN LIGNE
une il faut dire les f tous les feux se sont       assis       l̵ dernier vers aoi préparation des dernier vers aoi pour julius baltazar 1 le l’attente, le fruit les amants se eurydice toujours nue à au lecteur voici le premier le 23 février 1988, il ce texte se présente antoine simon 2   (dans le       reine nous viendrons nous masser prenez vos casseroles et et la peur, présente essai de nécrologie,     chant de la vie est dans la vie. se       la ils sortent pluies et bruines, une fois entré dans la chairs à vif paumes pure forme, belle muette,       pass&e       et tu paysage de ta tombe  et marché ou souk ou sauvage et fuyant comme pour jean-louis cantin 1.- pour mes enfants laure et à la mémoire de dernier vers aoi il y a des objets qui ont la alocco en patchworck ©  mise en ligne du texte       la pas de pluie pour venir elle disposait d’une fin première pour alain borer le 26   nous sommes       juin travail de tissage, dans le coeur du bien sûrla antoine simon 11 et je vois dans vos       l̵ dans les carnets dernier vers aoi buttati ! guarda&nbs  si, du nouveau légendes de michel le travail de bernard       m&eacu f le feu s’est bientôt, aucune amarre     faisant la allons fouiller ce triangle réponse de michel   je ne comprends plus gardien de phare à vie, au mon cher pétrarque,       va   six formes de la antoine simon 22 passet li jurz, la noit est vedo la luna vedo le sculpter l’air : antoine simon 19 nu(e), comme son nom       au patrick joquel vient de une errance de f toutes mes les petites fleurs des       au antoine simon 17 accoucher baragouiner deux mille ans nous station 4 : judas  livre grand format en trois       bonhe cinquième essai tout des voix percent, racontent onzième douce est la terre aux yeux et si au premier jour il dans les rêves de la rien n’est equitable un besoin sonnerait des voiles de longs cheveux "je me tais. pour taire. intendo... intendo ! janvier 2002 .traverse pierre ciel un jour, vous m’avez constellations et ( ce texte a et voici maintenant quelques viallat © le château de nous avancions en bas de mouans sartoux. traverse de bernard dejonghe... depuis granz est li calz, si se n’ayant pas tu le saiset je le vois il pleut. j’ai vu la     double pour ma au seuil de l’atelier       il madame est une  ce qui importe pour  epître aux       je       qui  dans toutes les rues   dits de lu le choeur des femmes de pour frédéric "mais qui lit encore le granz fut li colps, li dux en références : xavier le temps passe si vite,  la toile couvre les     le cygne sur   (à les textes mis en ligne j’ai changé le violette cachéeton le nécessaire non comme un préliminaire la le géographe sait tout       le       dans la bouche pure souffrance l’appel tonitruant du coupé le sonà         je n’ai jamais       deux antoine simon 33 c’était une …presque vingt ans plus f le feu est venu,ardeur des douze (se fait terre se samuelchapitre 16, versets 1       au       les m1       comme une suite de   maille 1 :que  référencem me Être tout entier la flamme des quatre archanges que voudrais je vous le geste de l’ancienne, je suis celle qui trompe clquez sur   en 1958 ben ouvre à       " a ma mère, femme parmi pour jacky coville guetteurs martin miguel art et et il fallait aller debout la musique est le parfum de derniers de tantes herbes el pre rm : d’accord sur dernier vers aoi temps où les coeurs       six la cité de la musique aucun hasard si se ce qui fait tableau : ce       au 13) polynésie la question du récit pour le prochain basilic, (la la galerie chave qui beaucoup de merveilles dernier vers aoi       ( c’est vrai bel équilibre et sa    seule au dans les hautes herbes tandis que dans la grande dieu faisait silence, mais a la fin il ne resta que entr’els nen at ne pui     tout autour  zones gardées de mieux valait découper raphaËl       deux dessiner les choses banales (de)lecta lucta        & fragilité humaine. aux barrières des octrois pour martine, coline et laure laure et pétrarque comme archipel shopping, la les doigts d’ombre de neige pour maguy giraud et le plus insupportable chez       le antoine simon 16 temps de pierres (ma gorge est une   j’ai souvent béatrice machet vient de inoubliables, les       journ& j’écoute vos antoine simon 30 lorsqu’on connaît une dernier vers s’il au rayon des surgelés du bibelot au babilencore une dernier vers aoi       maquis "la musique, c’est le "nice, nouvel éloge de la les enseignants : zacinto dove giacque il mio       je me pour raphaël je ne sais pas si 0 false 21 18       soleil quelque temps plus tard, de ici. les oiseaux y ont fait dans le patriote du 16 mars la rencontre d’une "et bien, voilà..." dit derniers vers sun destre un verre de vin pour tacher je n’ai pas dit que le la terre a souvent tremblé deuxième essai le a dix sept ans, je ne savais       une       fleur j’oublie souvent et     m2 &nbs envoi du bulletin de bribes nous avons affaire à de    il   la baie des anges       &agrav       reine       montag la poésie, à la en introduction à madame dans l’ombre des station 3 encore il parle vous deux, c’est joie et       la langue est intarissable c’est parfois un pays la terre nous       un       je  les trois ensembles ce jour là, je pouvais quelques textes sixième f qu’il vienne, le feu grande lune pourpre dont les macles et roulis photo autre petite voix madame est une torche. elle dernier vers aoi langues de plomba la les oiseaux s’ouvrent       et c’était dans  les éditions de nécrologie mult est vassal carles de onze sous les cercles       il vous n’avez j’ai relu daniel biga, la mort d’un oiseau. la danse de rêve, cauchemar, depuis ce jour, le site   ces sec erv vre ile  pour le dernier jour démodocos... Ça a bien un tout le problème vertige. une distance    si tout au long antoine simon 31       que dernier vers aoi l’heure de la six de l’espace urbain, juste un   saint paul trois imagine que, dans la lentement, josué   voici donc la       sur ils avaient si longtemps, si       nuage abu zayd me déplait. pas si, il y a longtemps, les       vu pour egidio fiorin des mots des conserves ! quelque chose       fourr& ma voix n’est plus que macles et roulis photo 7 sept (forces cachées qui dernier vers aoi madame, on ne la voit jamais écrirecomme on se on préparait un tunnel sans fin et, à pour michèle  un livre écrit     &nbs de pa(i)smeisuns en est venuz dans l’innocence des       aujour dernier vers que mort    au balcon quel ennui, mortel pour       bien       &agrav le bulletin de "bribes À max charvolen et martin       &agrav et ma foi, jamais je n’aurais sous l’occupation descendre à pigalle, se premier vers aoi dernier histoire de signes .         or       l̵ 0 false 21 18    en tout en travaillant sur les  le livre, avec       ton  il y a le 1 la confusion des a la femme au       pass&e cet article est paru carles respunt : dernier vers aoi tout à fleur d’eaula danse       o générations pour jean gautheronle cosmos madame, c’est notre que reste-t-il de la bal kanique c’est trois (mon souffle au matin tes chaussures au bas de in the country       object tant pis pour eux. le 26 août 1887, depuis il ne sait rien qui ne va villa arson, nice, du 17     sur la je t’enlace gargouille je suis occupé ces jamais si entêtanteeurydice dernier vers aoi j’entends sonner les temps de bitume en fusion sur je meurs de soif dans ma gorge pour andré la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EXPANSIONS
<- CXII | CXIV ->
CXIII

Clefs : Dieu , Josué , monde , "Je" , langue , voyages

Ainsi Alfred… Dois-je dire… ton Alfred… Moins navigateur que fuyard, moins explorateur qu’orgueilleux, se donnant des raisons pour

 Fausses raisons ou non, disait Josué,
le voyage est vrai. Ou trouverions-nous notre infini, sinon en nous heurtant à notre finitude, où notre éternité si ce n’est en allant au bout de notre temps, en côtoyant notre mort ?


 
en allant au bout de notre souffle, de notre voix, de notre corps indocile…
 


AOI


Jamais je n’aurais connu le repos, jamais je n’aurais eu idée de la plénitude du bonheur, si je n’avais pu faire errer sur elle mes mains, mes yeux et mon corps.

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette