BRIBES EN LIGNE
la tentation du survol, à    il c’est la chair pourtant in the country ouverture d’une merle noir  pour mais jamais on ne voile de nuità la       l̵ le coquillage contre nous avancions en bas de polenta    en ….omme virginia par la voici des œuvres qui, le    au balcon  l’exposition  dernier vers que mort ce qui fascine chez ajout de fichiers sons dans pour michèle aueret jamais je n’aurais madame, vous débusquez accorde ton désir à ta       l̵ la liberté de l’être  “... parler une j’ai ajouté sous la pression des des quatre archanges que après la lecture de     cet arbre que antoine simon 7 j’écoute vos fontelucco, 6 juillet 2000       su pure forme, belle muette, leonardo rosa ( ce texte a a toi le don des cris qui   l’oeuvre vit son la galerie chave qui       cette       au preambule – ut pictura un temps hors du cliquetis obscène des fragilité humaine. dernier vers aoi tu le sais bien. luc ne l’éclair me dure,       &agrav la fraîcheur et la 0 false 21 18 le coeur du sculpter l’air : et voici maintenant quelques villa arson, nice, du 17       le  les trois ensembles j’ai en réserve nous avons affaire à de f le feu est venu,ardeur des de mes deux mains       au giovanni rubino dit       dans       le le temps passe dans la       jardin la prédication faite       pour       la attendre. mot terrible. f le feu m’a "et bien, voilà..." dit il était question non       grappe  ce qui importe pour  l’écriture saluer d’abord les plus deuxième quelque temps plus tard, de pour martin  la lancinante dorothée vint au monde difficile alliage de patrick joquel vient de légendes de michel que d’heures troisième essai et pour anne slacik ecrire est       dans « amis rollant, de chercher une sorte de  “ce travail qui dans le train premier mult est vassal carles de comme c’est "nice, nouvel éloge de la la vie est ce bruissement je me souviens de le 23 février 1988, il  référencem juste un pour pierre theunissen la dans l’innocence des rien n’est la mort d’un oiseau. cinquième essai tout les plus terribles la cité de la musique   saint paul trois moisissures mousses lichens dernier vers aoi descendre à pigalle, se beaucoup de merveilles démodocos... Ça a bien un r.m.a toi le don des cris qui toute trace fait sens. que deux nouveauté,       &n la bouche pleine de bulles c’est la peur qui fait le bulletin de "bribes  la toile couvre les la poésie, à la Éléments - la pureté de la survie. nul et il fallait aller debout deuxième approche de "si elle est décembre 2001. sur la toile de renoir, les       une on dit qu’agathe       object  epître aux       voyage dernier vers aoi dernier vers aoi À max charvolen et martin  je signerai mon clers est li jurz et li madame, on ne la voit jamais sequence 6   le nous lirons deux extraits de à sylvie sors de mon territoire. fais chaises, tables, verres, un nouvel espace est ouvert    nous les installations souvent, prenez vos casseroles et de profondes glaouis 1. il se trouve que je suis       la marcel alocco a antoine simon 9 l’ami michel "mais qui lit encore le  née à  les éditions de depuis ce jour, le site la lecture de sainte i mes doigts se sont ouverts v.- les amicales aventures du     longtemps sur  les œuvres de 0 false 21 18 i.- avaler l’art par c’est la distance entre antoine simon 33     pourquoi nu(e), comme son nom a la femme au ensevelie de silence, agnus dei qui tollis peccata les doigts d’ombre de neige dernier vers doel i avrat, tout mon petit univers en un jour nous avons a propos de quatre oeuvres de dernier vers aoi je m’étonne toujours de la « h&eacu f les marques de la mort sur lorsque martine orsoni 1 la confusion des le 2 juillet li quens oger cuardise  dernières mises edmond, sa grande       " les lettres ou les chiffres a grant dulur tendrai puis quatrième essai de quando me ne so itu pe encore la couleur, mais cette       les antoine simon 25 ce jour là, je pouvais    7 artistes et 1    regardant rêve, cauchemar, madame aux rumeurs dans ce pays ma mère     depuis pour andré si, il y a longtemps, les tandis que dans la grande mesdames, messieurs, veuillez de sorte que bientôt antoine simon 11     sur la pente " je suis un écorché vif. dans les hautes herbes ouverture de l’espace       dans antoine simon 10       à voudrais je vous dernier vers aoi les plus vieilles mais non, mais non, tu 1 au retour au moment       la la musique est le parfum de dernier vers aoi   nous viendrons nous masser toutes ces pages de nos et la peur, présente  au travers de toi je couleur qui ne masque pas ecrire les couleurs du monde cet univers sans sous l’occupation       vaches des conserves ! mes pensées restent Ç’avait été la sixième quel ennui, mortel pour   un vendredi à cri et à antoine simon 24 et que vous dire des madame est toute pour martine dans le respect du cahier des f les feux m’ont à propos des grands         &n dernier vers aoi       m̵ il en est des noms comme du ainsi alfred… la rencontre d’une quand sur vos visages les       & pour m.b. quand je me heurte le temps passe si vite, il n’y a pas de plus 1- c’est dans   on n’est ce paysage que tu contemplais station 5 : comment al matin, quant primes pert et encore  dits ici, les choses les plus huit c’est encore à dans ma gorge (vois-tu, sancho, je suis outre la poursuite de la mise ne faut-il pas vivre comme      & les cuivres de la symphonie ma voix n’est plus que il faut laisser venir madame si j’avais de son       sur madame a des odeurs sauvages     sur la apaches :       sur (elle entretenait violette cachéeton martin miguel art et petites proses sur terre effleurer le ciel du bout des dernier vers aoi portrait. 1255 : dans l’effilé de l’impossible rm : d’accord sur la question du récit       apr&eg     nous  improbable visage pendu si tu es étudiant en  “comment     ton chaque automne les mieux valait découper a christiane     les fleurs du laure et pétrarque comme halt sunt li pui e mult halt quelques autres petit matin frais. je te rimbaud a donc antoine simon 23 la terre a souvent tremblé       le       dans juste un mot pour annoncer douze (se fait terre se   pour olivier dans les carnets de la (ma gorge est une il en est des meurtrières.       la coupé le sonà antoine simon 27 le ciel est clair au travers l’art n’existe le plus insupportable chez antoine simon 12 le 28 novembre, mise en ligne  dans le livre, le soudain un blanc fauche le avez-vous vu ma chair n’est vous dites : "un s’égarer on écoute, josué, traquer   ces notes       sur le "ah ! mon doux pays, antoine simon 16 clers fut li jurz e li en introduction à       devant       droite       deux     le cygne sur et…  dits de c’est une sorte de antoine simon 22 au rayon des surgelés       sur constellations et       fourr& deuxième apparition toute une faune timide veille       pav&ea   iv    vers "la musique, c’est le       l̵ attelage ii est une œuvre       ton trois (mon souffle au matin il souffle sur les collines dernier vers aoi très malheureux... là, c’est le sable et c’était une       pass&e 7) porte-fenêtre une fois entré dans la attention beau j’ai donc exacerbé d’air "moi, esclave" a le "patriote", un besoin de couper comme de pour marcel je suis occupé ces siglent a fort e nagent e a supposer quece monde tienne je suis celle qui trompe je découvre avant toi antoine simon 29 réponse de michel les routes de ce pays sont       pav&ea   (dans le les dieux s’effacent dans le pain brisé son la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EXPANSIONS
<- CXV | CXVII ->
CXVI

Clefs : "Je"

Jamais je n’aurais connu le repos, jamais je n’aurais eu idée de la plénitude du bonheur, si je n’avais pu laisser errer autour d’elle mes yeux, mes mains, et mon corps, ébahi, essoufflé, dans une presque insupportable tension, à cette limite où la douleur se réduit, se résout ou se dilue dans l’apaisement de l’entrelacs des souffles, de la conjugaison des chaleurs, du tressage des regards, de la tendresse animale des membres, rythme étoilé de paroles, de silences, de souffles rauques, de battements du corps, de la recherche des gestes et des mouvements, des contacts de la peau

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette