BRIBES EN LIGNE
  est-ce que       la f les rêves de antoine simon 14       grappe écrirecomme on se       aux paysage de ta tombe  et attendre. mot terrible.  jésus j’aime chez pierre tout est possible pour qui depuis le 20 juillet, bribes pour martine, coline et laure       &       en un pour daniel farioli poussant carissimo ulisse,torna a   ces notes dans le respect du cahier des rêves de josué, la cité de la musique       la madame, on ne la voit jamais       p&eacu il ne sait rien qui ne va hans freibach :       au  née à     le cygne sur vi.- les amicales aventures le plus insupportable chez   si vous souhaitez décembre 2001. ma voix n’est plus que de mes deux mains on préparait carissimo ulisse,torna a pure forme, belle muette, c’est la peur qui fait la vie est ce bruissement sequence 6   le entr’els nen at ne pui       &agrav  tous ces chardonnerets       magnol je t’enfourche ma buttati ! guarda&nbs antoine simon 30 pour anne slacik ecrire est   iv    vers le geste de l’ancienne, introibo ad altare à propos “la il y a tant de saints sur a ma mère, femme parmi jouer sur tous les tableaux quatrième essai rares       dans reflets et echosla salle       un macles et roulis photo 6 à la mémoire de suite de       sur       la un besoin de couper comme de thème principal : dans les carnets       granz est li calz, si se dans les rêves de la       il À max charvolen et martin nécrologie charogne sur le seuilce qui   maille 1 :que       d&eacu que reste-t-il de la dans l’effilé de les petites fleurs des m1       raphaËl       au sauvage et fuyant comme antoine simon 33 le pendu la littérature de où l’on revient poussées par les vagues       un dernier vers que mort 5) triptyque marocain dernier vers aoi madame est toute       s̵ ce n’est pas aux choses le travail de bernard trois (mon souffle au matin genre des motsmauvais genre antoine simon 23  tu vois im font chier   anatomie du m et un temps hors du madame porte à napolì napolì  au mois de mars, 1166 10 vers la laisse ccxxxii non... non... je vous assure, dimanche 18 avril 2010 nous tes chaussures au bas de paroles de chamantu béatrice machet vient de les enseignants : ce jour-là il lui ce monde est semé aux george(s) (s est la       le la prédication faite là, c’est le sable et ici, les choses les plus lorsque martine orsoni       allong pour ma mieux valait découper les installations souvent, elle ose à peine un nouvel espace est ouvert comme ce mur blanc d’un bout à se placer sous le signe de  “comment ce paysage que tu contemplais a propos de quatre oeuvres de     après       et tu je n’hésiterai       la à la bonne  epître aux trois tentatives desesperees bien sûr, il y eut peinture de rimes. le texte portrait. 1255 : rêve, cauchemar,     &nbs   saint paul trois et je vois dans vos n’ayant pas intendo... intendo !     les fleurs du   en grec, morías  il y a le dernier vers aoi j’ai parlé       le       montag  la lancinante dernier vers doel i avrat, deuxième apparition de régine robin, glaciation entre lu le choeur des femmes de       dans pour andrée rien n’est le 26 août 1887, depuis au programme des actions  le livre, avec outre la poursuite de la mise un verre de vin pour tacher     l’é accorde ton désir à ta ma voix n’est plus que     sur la pente i mes doigts se sont ouverts le "patriote", travail de tissage, dans l’art n’existe je t’enlace gargouille je t’ai admiré, la lecture de sainte       su marcel alocco a de tantes herbes el pre     cet arbre que les routes de ce pays sont pour le prochain basilic, (la       &eacut tout en vérifiant j’oublie souvent et       vaches ...et poème pour fontelucco, 6 juillet 2000 coupé en deux quand mon cher pétrarque, g. duchêne, écriture le raphaël       quinze       vu  “... parler une     sur la   encore une issent de mer, venent as       le  il est des objets sur       embarq ici. les oiseaux y ont fait tout le problème       &n tendresse du mondesi peu de       chaque le samedi 26 mars, à 15 preambule – ut pictura nous lirons deux extraits de       la pour mes enfants laure et quand il voit s’ouvrir, l’erbe del camp, ki       apparu  tu ne renonceras pas. vous dites : "un nous dirons donc  le "musée       &ccedi       retour       les les premières (ô fleur de courge...   au milieu de au labyrinthe des pleursils       pass&e dernier vers aoi     à chercher une sorte de les lettres ou les chiffres       au     vers le soir soudain un blanc fauche le deux ajouts ces derniers maintenant il connaît le “dans le dessin jusqu’à il y a       banlie       object (ma gorge est une ço dist li reis : dernier vers aoi merci à la toile de       glouss       je démodocos... Ça a bien un il y a des objets qui ont la toute trace fait sens. que temps de pierres iloec endreit remeint li os j’ai relu daniel biga,   (dans le il avait accepté       dans antoine simon 22 les dernières halt sunt li pui e mult halt le 28 novembre, mise en ligne a grant dulur tendrai puis ( ce texte a       ( giovanni rubino dit recleimet deu mult pour helmut       le       dans sables mes parolesvous       bonhe dans le monde de cette autre citation dans les horizons de boue, de avec marc, nous avons essai de nécrologie,  un livre écrit tu le sais bien. luc ne       la cet article est paru     hélas,       alla références : xavier assise par accroc au bord de ainsi alfred… il faut laisser venir madame     oued coulant       marche histoire de signes . l’illusion d’une il n’était qu’un dernier vers aoi l’art c’est la nice, le 18 novembre 2004 torna a sorrento ulisse torna c’est le grand tout mon petit univers en je désire un le géographe sait tout j’ai ajouté passet li jurz, si turnet a nous avons affaire à de dans la caverne primordiale "le renard connaît a claude b.   comme       " bribes en ligne a archipel shopping, la    nous le glacis de la mort premier essai c’est 1-nous sommes dehors. bien sûrla pour gilbert   le texte suivant a effleurer le ciel du bout des la liberté s’imprime à       coude si j’étais un j’ai longtemps je n’ai pas dit que le nous avancions en bas de percey priest lakesur les attelage ii est une œuvre moisissures mousses lichens li emperere par sa grant vedo la luna vedo le (dans mon ventre pousse une       sur abstraction voir figuration madame est la reine des pur ceste espee ai dulor e j’arrivais dans les       assis aux barrières des octrois chaises, tables, verres, les plus vieilles deux ce travail vous est je ne saurais dire avec assez f le feu s’est les durand : une nu(e), comme son nom   se deuxième essai f le feu s’est il aurait voulu être  les premières macao grise 13) polynésie gardien de phare à vie, au 1.- les rêves de carles li reis en ad prise sa   ces sec erv vre ile       la    les éditions de comme une suite de    regardant la légende fleurie est   le 10 décembre ….omme virginia par la able comme capable de donner antoine simon 11 autre essai d’un antoine simon 24 un soir à paris au  hors du corps pas      &       ton je sais, un monde se  la toile couvre les     le  de la trajectoire de ce       &n la langue est intarissable le lent tricotage du paysage dix l’espace ouvert au carcassonne, le 06 petit matin frais. je te dernier vers aoi 1) la plupart de ces onzième nous savons tous, ici, que       st avez-vous vu toulon, samedi 9 antoine simon 19 le proche et le lointain la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EXPANSIONS
<- CXV | CXVII ->
CXVI

Clefs : "Je"

Jamais je n’aurais connu le repos, jamais je n’aurais eu idée de la plénitude du bonheur, si je n’avais pu laisser errer autour d’elle mes yeux, mes mains, et mon corps, ébahi, essoufflé, dans une presque insupportable tension, à cette limite où la douleur se réduit, se résout ou se dilue dans l’apaisement de l’entrelacs des souffles, de la conjugaison des chaleurs, du tressage des regards, de la tendresse animale des membres, rythme étoilé de paroles, de silences, de souffles rauques, de battements du corps, de la recherche des gestes et des mouvements, des contacts de la peau

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette