BRIBES EN LIGNE
c’était une passent .x. portes, la fonction, viallat © le château de je désire un encore une citation“tu a ma mère, femme parmi j’ai donc antoine simon 24 accoucher baragouiner À l’occasion de ki mult est las, il se dort       &ccedi f tous les feux se sont     chant de il aurait voulu être     l’é     vers le soir autres litanies du saint nom sept (forces cachées qui ce qui importe pour pour m.b. quand je me heurte  l’écriture v.- les amicales aventures du et que dire de la grâce lorsque martine orsoni bribes en ligne a ma chair n’est pour max charvolen 1)       dans quelques textes       deux     pluie du charogne sur le seuilce qui station 5 : comment au rayon des surgelés printemps breton, printemps la littérature de       alla encore la couleur, mais cette introibo ad altare comme un préliminaire la spectacle de josué dit   adagio   je réponse de michel ce qu’un paysage peut rafale n° 10 ici   né le 7 le temps passe dans la li emperere par sa grant       au ] heureux l’homme macles et roulis photo 1 très malheureux... reflets et echosla salle un verre de vin pour tacher       au la vie est ce bruissement en 1958 ben ouvre à depuis ce jour, le site le glacis de la mort abstraction voir figuration clere est la noit e la madame porte à certains prétendent une fois entré dans la onzième nos voix "pour tes       le  au mois de mars, 1166 pour andrée f les marques de la mort sur recleimet deu mult       la mise en ligne poème pour de proche en proche tous la brume. nuages j’oublie souvent et   (dans le pour anne slacik ecrire est  “la signification       pav&ea dessiner les choses banales la réserve des bribes cet univers sans j’ai relu daniel biga, six de l’espace urbain, seul dans la rue je ris la biboon. plus qu’une saison. nice, le 30 juin 2000  avec « a la juste un mot pour annoncer les grands       pass&e marie-hélène       voyage     après antoine simon 32 rm : nous sommes en petit matin frais. je te le travail de miguel, de 1968 c’est pour moi le premier       au       le journée de les amants se je crie la rue mue douleur       sur   ces sec erv vre ile   nous sommes la liberté s’imprime à       tourne la musique est le parfum de d’un côté dernier vers aoi         montag « amis rollant, de d’ eurydice ou bien de   un       aujour toutefois je m’estimais autre citation marché ou souk ou  mise en ligne du texte carles li reis en ad prise sa   pour le prochain d’abord l’échange des   se rafale f le feu s’est nous serons toujours ces deux nouveauté, madame, on ne la voit jamais et…  dits de     rien       va       je carmelo arden quin est une       voyage carcassonne, le 06 a propos de quatre oeuvres de       l̵    si tout au long dernier vers aoi       dans dans le pain brisé son antoine simon 17 vue à la villa tamaris antoine simon 22       la dans le patriote du 16 mars À max charvolen et  le livre, avec coupé en deux quand autre petite voix       bonheu travail de tissage, dans       parfoi dimanche 18 avril 2010 nous       il       reine station 1 : judas la pureté de la survie. nul et que vous dire des pour maxime godard 1 haute f toutes mes il s’appelait antoine simon 23         &n 13) polynésie antoine simon 11 monde imaginal, comme une suite de l’art c’est la pour michèle gazier 1) merci à la toile de     le "et bien, voilà..." dit comment entrer dans une franchement, pensait le chef, de profondes glaouis une autre approche de dans ce pays ma mère antoine simon 19 cette machine entre mes suite du blasphème de dans ce périlleux il n’est pire enfer que attelage ii est une œuvre le coquillage contre les dieux s’effacent       fourr& pour robert chaque automne les il n’était qu’un  je signerai mon dans l’effilé de ce 28 février 2002.     extraire pour andré trois tentatives desesperees deuxième essai traquer       m̵       sur le est-ce parce que, petit, on     un mois sans pour jacqueline moretti, et il fallait aller debout       sur et si tu dois apprendre à les petites fleurs des je meurs de soif station 7 : as-tu vu judas se mon cher pétrarque,       enfant dernier vers aoi premier essai c’est rafale n° 4 on le  hier, 17 “le pinceau glisse sur  hors du corps pas des quatre archanges que je serai toujours attentif à pour michèle gazier 1 a christiane etudiant à première rupture : le (en regardant un dessin de de l’autre exode, 16, 1-5 toute       pass&e rafale n° 5 un pour mireille et philippe des conserves ! quelques autres exacerbé d’air       bien     depuis       nuage     m2 &nbs À perte de vue, la houle des       le "la musique, c’est le       journ&       dans       descen       fleur dernier vers aoi si elle est belle ? je madame dans l’ombre des pourquoi yves klein a-t-il les dessins de martine orsoni et encore  dits il était question non la vie humble chez les s’égarer on aucun hasard si se       vu temps où le sang se Éléments - dernier vers aoi je m’étonne toujours de la       un  epître aux       sur siglent a fort e nagent e rafale n° 9 un deux mille ans nous des quatre archanges que il aura fallu longtemps - ce qui fascine chez pure forme, belle muette, eurydice toujours nue à gardien de phare à vie, au dans le ciel du voici des œuvres qui, le approche d’une miguel a osé habiter l’heure de la préparation des temps de pierres station 3 encore il parle dernier vers aoi dans l’innocence des       grimpa à sylvie rafale n° 3 des chaises, tables, verres, même si       neige à propos des grands  pour le dernier jour quand vous serez tout au programme des actions       midi ne faut-il pas vivre comme vi.- les amicales aventures pour daniel farioli poussant  ce qui importe pour il y a des objets qui ont la sur l’erbe verte si est libre de lever la tête grant est la plaigne e large pour angelo       é dernier vers aoi dieu faisait silence, mais dernier vers aoi  pour de un titre : il infuse sa la liberté de l’être   d’un coté, temps de pierres dans la je t’ai admiré, l’illusion d’une     au couchant l’existence n’est …presque vingt ans plus sequence 6   le 10 vers la laisse ccxxxii    de femme liseuse cliquetis obscène des   est-ce que bal kanique c’est    il       six pour martine macles et roulis photo 3 pur ceste espee ai dulor e a claude b.   comme       mouett  dans le livre, le à propos “la le samedi 26 mars, à 15 neuf j’implore en vain la terre nous tout en vérifiant l’appel tonitruant du r.m.a toi le don des cris qui antoine simon 7 certains soirs, quand je tu le sais bien. luc ne       voyage     dans la ruela vedo la luna vedo le si j’avais de son (À l’église antoine simon 15       banlie dernier vers aoi 1) la plupart de ces    nous   ces notes       allong l’art n’existe si c’est ça, temps où les coeurs de sorte que bientôt le "patriote", granz fut li colps, li dux en       " dans l’innocence des f les feux m’ont pas de pluie pour venir le grand combat : grande lune pourpre dont les   saint paul trois dernier vers aoi j’écoute vos l’impossible avec marc, nous avons       gentil ainsi alfred…       "   marcel iloec endreit remeint li os clers fut li jurz e li 1) notre-dame au mur violet 7) porte-fenêtre carissimo ulisse,torna a josué avait un rythme il tente de déchiffrer, c’est ici, me art jonction semble enfin au labyrinthe des pleursils le 26 août 1887, depuis et  riche de mes  l’exposition  granz est li calz, si se l’évidence  la toile couvre les la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EXPANSIONS
<- CXVII | CXIX ->
CXVIII

Clefs : "Je" , langue , spectacle , Ulysse

 

 

 

 

Comment pourrais-je te tromper ? Comment l’aurais-je pu ? Jamais je n’aurais connu cet apaisement, cet envahissement du bonheur, si je n’avais su, si longuement, attendre le moment de faire errer sur toi mes yeux, encore peu sûre de mes yeux pleins des étoiles que le tissage emprisonne dans l’étreinte des fils, ouverts à la défaite et à l’écartèlement des nuits, et mes mains timides, ignorant depuis longtemps toute autre caresse, toute autre morsure que celle des fibres, et mon corps, tendu de l’attente, gorgé de temps et de désir, humide de larmes et de plaisir, au souffle soudain inégal, inspiration goulue et douloureuse qui oblige à la brusquerie de l’arrêt avant d’expirer trop vite et trop fort, détendu de se mesurer à toi, de retrouver ensemble la mesure de l’égalité des souffles, le calme de ma langue

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette