BRIBES EN LIGNE
      l̵ pour michèle       cette       sur l’erbe del camp, ki  “la signification dernier vers aoi pour m.b. quand je me heurte toulon, samedi 9 dernier vers aoi       l̵ le pendu ma voix n’est plus que       en       avant on cheval j’ai donné, au mois       arauca    courant à sylvie les dernières       sur préparation des f qu’il vienne, le feu ce qui fait tableau : ce 0 false 21 18 dans les écroulements 1- c’est dans 1. il se trouve que je suis le 19 novembre 2013, à la régine robin, juste un mot pour annoncer torna a sorrento ulisse torna qu’est-ce qui est en antoine simon 19 dans le pays dont je vous dernier vers doel i avrat, des conserves ! l’art n’existe ici. les oiseaux y ont fait mise en ligne d’un  dans toutes les rues   se la mort d’un oiseau. je me souviens de station 7 : as-tu vu judas se dans un coin de nice, rm : d’accord sur et voici maintenant quelques       dans   la baie des anges bernard dejonghe... depuis       au       " nous serons toujours ces 1.- les rêves de 1 au retour au moment entr’els nen at ne pui bribes en ligne a tout à fleur d’eaula danse bien sûr, il y eut où l’on revient tromper le néant et encore  dits       pass&e li emperere s’est dire que le livre est une cliquetis obscène des décembre 2001. il semble possible       six  référencem sur l’erbe verte si est raphaël       l̵ antoine simon 24   1) cette  le grand brassage des non, björg,     sur la       & du fond des cours et des j’ai perdu mon que d’heures …presque vingt ans plus       apr&eg       la       m̵ j’oublie souvent et imagine que, dans la pourquoi yves klein a-t-il       " et que dire de la grâce   ces sec erv vre ile dernier vers aoi ] heureux l’homme il arriva que pour egidio fiorin des mots la liberté s’imprime à rare moment de bonheur, encore une citation“tu   en grec, morías zacinto dove giacque il mio (À l’église je reviens sur des       d&eacu d’ eurydice ou bien de   est-ce que       une v.- les amicales aventures du attention beau au matin du f le feu s’est mult est vassal carles de le lent déferlement pas même a l’aube des apaches,       sabots     sur la pente troisième essai la bouche pure souffrance       neige et…  dits de       dans passent .x. portes,       le madame, c’est notre quando me ne so itu pe       m̵ si j’étais un démodocos... Ça a bien un macles et roulis photo 4       quand dernier vers aoi pour qui veut se faire une       &agrav il souffle sur les collines sept (forces cachées qui       soleil     extraire antoine simon 11 Éléments - cet article est paru d’un bout à à les enseignants : dans ma gorge       dans les premières       soleil le 26 août 1887, depuis   adagio   je j’ai travaillé fin première madame déchirée et il parlait ainsi dans la       dans c’est pour moi le premier la terre nous religion de josué il       maquis folie de josuétout est poème pour sa langue se cabre devant le carles li reis en ad prise sa petites proses sur terre       le       chaque       voyage       le janvier 2002 .traverse charogne sur le seuilce qui du bibelot au babilencore une six de l’espace urbain, voile de nuità la la réserve des bribes quand les mots       bruyan dimanche 18 avril 2010 nous le lent tricotage du paysage       deux huit c’est encore à       rampan il était question non       tourne       pour able comme capable de donner mille fardeaux, mille la légende fleurie est  tu ne renonceras pas. une errance de   un vue à la villa tamaris hans freibach :     pluie du  les œuvres de       marche il ne sait rien qui ne va ils avaient si longtemps, si  l’exposition      oued coulant ce n’est pas aux choses       ce ensevelie de silence, 1) notre-dame au mur violet station 5 : comment i mes doigts se sont ouverts antoine simon 12       dieu faisait silence, mais       ton je rêve aux gorges 0 false 21 18 peinture de rimes. le texte pour jean-louis cantin 1.-     son à propos des grands  si, du nouveau dernier vers aoi clers est li jurz et li al matin, quant primes pert aux george(s) (s est la coupé en deux quand   on n’est equitable un besoin sonnerait printemps breton, printemps eurydice toujours nue à seul dans la rue je ris la " je suis un écorché vif. la force du corps, antoine simon 28     quand  improbable visage pendu c’est ici, me trois (mon souffle au matin l’impression la plus a supposer quece monde tienne c’est la chair pourtant dans les carnets la lecture de sainte même si tendresses ô mes envols pas une année sans évoquer       &agrav giovanni rubino dit dans l’innocence des nous avons affaire à de macles et roulis photo 3       vu       &agrav première il ne s’agit pas de le coeur du       la autre petite voix       (       jardin le glacis de la mort deux mille ans nous a ma mère, femme parmi la vie est dans la vie. se pour mon épouse nicole l’éclair me dure, (de)lecta lucta   ki mult est las, il se dort coupé le sonà c’est vrai c’est la distance entre (ma gorge est une marcel alocco a lorsque martine orsoni cette machine entre mes       vu je m’étonne toujours de la dernier vers aoi après la lecture de cher bernard pour philippe légendes de michel       object carissimo ulisse,torna a       suite de       voyage       deux comme c’est dernier vers aoi       fourr& dans ce périlleux je dors d’un sommeil de       un     surgi     tout autour ainsi fut pétrarque dans la communication est dernier vers aoi gardien de phare à vie, au nouvelles mises en il s’appelait à propos “la il avait accepté pour raphaël c’est parfois un pays quelque chose la brume. nuages       " (dans mon ventre pousse une sors de mon territoire. fais macles et roulis photo antoine simon 21 antoine simon 20 macles et roulis photo 1       jonath c’est un peu comme si, toute trace fait sens. que dernier vers aoi je t’enlace gargouille iv.- du livre d’artiste un besoin de couper comme de en ceste tere ad estet ja       cerisi mon cher pétrarque, le ciel est clair au travers   (dans le   iv    vers je ne saurais dire avec assez le temps passe si vite,       dans       ruelle des quatre archanges que pour andré r.m.a toi le don des cris qui       dans       que rien n’est plus ardu les parents, l’ultime       sur l’heure de la un tunnel sans fin et, à pour martin       force il y a des objets qui ont la madame des forêts de pour marcel     le cygne sur       b&acir f les feux m’ont « voici agnus dei qui tollis peccata vous n’avez       s̵       et tu tout est prêt en moi pour la vie est ce bruissement n’ayant pas       la antoine simon 29 la liberté de l’être 1 la confusion des 5) triptyque marocain non... non... je vous assure, "l’art est-il   le tissu d’acier rm : nous sommes en la bouche pleine de bulles       le madame est une sixième je déambule et suis quand c’est le vent qui pour angelo le coquillage contre    de femme liseuse des voiles de longs cheveux dernier vers aoi je suis celle qui trompe avez-vous vu  les premières le géographe sait tout  “... parler une comme ce mur blanc halt sunt li pui e mult halt clquez sur cet article est paru dans le la fraîcheur et la       apr&eg       la les oiseaux s’ouvrent il n’est pire enfer que pur ceste espee ai dulor e       aux     longtemps sur la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EXPANSIONS
<- CXVII | CXIX ->
CXVIII

Clefs : "Je" , langue , spectacle , Ulysse

 

 

 

 

Comment pourrais-je te tromper ? Comment l’aurais-je pu ? Jamais je n’aurais connu cet apaisement, cet envahissement du bonheur, si je n’avais su, si longuement, attendre le moment de faire errer sur toi mes yeux, encore peu sûre de mes yeux pleins des étoiles que le tissage emprisonne dans l’étreinte des fils, ouverts à la défaite et à l’écartèlement des nuits, et mes mains timides, ignorant depuis longtemps toute autre caresse, toute autre morsure que celle des fibres, et mon corps, tendu de l’attente, gorgé de temps et de désir, humide de larmes et de plaisir, au souffle soudain inégal, inspiration goulue et douloureuse qui oblige à la brusquerie de l’arrêt avant d’expirer trop vite et trop fort, détendu de se mesurer à toi, de retrouver ensemble la mesure de l’égalité des souffles, le calme de ma langue

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette