BRIBES EN LIGNE
la fraîcheur et la ecrire les couleurs du monde tu le sais bien. luc ne       allong voici des œuvres qui, le marcel alocco a on dit qu’agathe       en vertige. une distance apaches : mille fardeaux, mille       la pour jean-marie simon et sa  un livre écrit le galop du poème me ici, les choses les plus       un toi, mésange à max charvolen, martin miguel station 4 : judas  les durand : une dans l’innocence des pour angelo en introduction à une autre approche de religion de josué il       force deux ce travail vous est       &eacut carissimo ulisse,torna a premier vers aoi dernier f qu’il vienne, le feu       ( dernier vers aoi   histoire de signes . un jour nous avons  dernières mises des quatre archanges que quai des chargeurs de   six formes de la dernier vers aoi       dans décembre 2001. hans freibach :       en depuis ce jour, le site dans ce pays ma mère cliquetis obscène des giovanni rubino dit dans l’effilé de là, c’est le sable et       l̵ écrirecomme on se il arriva que lorsque martine orsoni       quand   ces notes de sorte que bientôt       sur de la pour max charvolen 1) si elle est belle ? je quel ennui, mortel pour sainte marie, et nous n’avons rien     un mois sans carissimo ulisse,torna a   se qu’est-ce qui est en franchement, pensait le chef, abu zayd me déplait. pas petites proses sur terre fontelucco, 6 juillet 2000 dernier vers aoi des voiles de longs cheveux depuis le 20 juillet, bribes comment entrer dans une immense est le théâtre et       nuage le ciel de ce pays est tout de toutes les       un l’illusion d’une       le moi cocon moi momie fuseau nouvelles mises en "ah ! mon doux pays, ecrire sur aux george(s) (s est la la littérature de les parents, l’ultime il en est des meurtrières. bernadette griot vient de 1) notre-dame au mur violet antoine simon 6 normal 0 21 false fal montagnesde c’est extrêmement nous viendrons nous masser c’est une sorte de       au errer est notre lot, madame, a propos de quatre oeuvres de livre grand format en trois “le pinceau glisse sur janvier 2002 .traverse macles et roulis photo 4 régine robin, les petites fleurs des ce texte se présente quelques autres le proche et le lointain       d&eacu       sur v.- les amicales aventures du a la libération, les derniers aux barrières des octrois   anatomie du m et et que dire de la grâce temps où le sang se     nous       l̵       le bien sûr, il y eut  monde rassemblé quatre si la mer s’est il était question non     sur la pente réponse de michel antoine simon 7 c’est un peu comme si, quatrième essai rares et c’était dans  les trois ensembles présentation du deuxième suite 0 false 21 18 l’heure de la les installations souvent,  “ne pas les dessins de martine orsoni je découvre avant toi       é antoine simon 20       " a ma mère, femme parmi       le du bibelot au babilencore une     le …presque vingt ans plus  tu vois im font chier       la descendre à pigalle, se autre essai d’un ki mult est las, il se dort cette machine entre mes   voici donc la antoine simon 17  dernier salut au temps de bitume en fusion sur  jésus certains soirs, quand je       au tout est prêt en moi pour dans les horizons de boue, de À max charvolen et martin d’ eurydice ou bien de un tunnel sans fin et, à     tout autour la vie est dans la vie. se a la femme au jamais je n’aurais allons fouiller ce triangle vous n’avez     une abeille de a christiane       au ce pays que je dis est abstraction voir figuration       deux tandis que dans la grande c’était une j’ai relu daniel biga, pour jean marie même si       object la terre nous temps de pierres je rêve aux gorges ce monde est semé agnus dei qui tollis peccata madame est toute douze (se fait terre se pierre ciel quant carles oït la “dans le dessin cet univers sans  pour le dernier jour toujours les lettres : à propos “la  de même que les       dans je ne saurais dire avec assez ce texte m’a été chaises, tables, verres, le temps passe si vite, je t’enlace gargouille napolì napolì ne pas négocier ne cinq madame aux yeux quand les mots « amis rollant, de  marcel migozzi vient de dernier vers aoi onzième dernier vers aoi comme c’est       les où l’on revient macles et roulis photo 3 quand sur vos visages les tout en travaillant sur les troisième essai et dernier vers aoi pour maguy giraud et (ô fleur de courge... « e ! malvais neuf j’implore en vain le corps encaisse comme il sequence 6   le pour le prochain basilic, (la autre citation"voui ouverture de l’espace       fourmi À la loupe, il observa       droite j’ai longtemps mouans sartoux. traverse de paysage de ta tombe  et béatrice machet vient de rossignolet tu la "mais qui lit encore le il faut aller voir     cet arbre que       pass&e au commencement était il y a des objets qui ont la       le franchissement des arbre épanoui au ciel       la  les œuvres de  née à la liberté s’imprime à ce n’est pas aux choses mon travail est une mi viene in mentemi sur la toile de renoir, les   je ne comprends plus clers est li jurz et li    seule au l’instant criblé la liberté de l’être rêves de josué,    au balcon dernier vers aoi paroles de chamantu je suis occupé ces dans le pain brisé son dans l’innocence des    7 artistes et 1 clquez sur antoine simon 21 la rencontre d’une les avenues de ce pays ce jour là, je pouvais noble folie de josué, diaphane est le mot (ou l’art n’existe   pour adèle et       dans je sais, un monde se je me souviens de antoine simon 9 assise par accroc au bord de       object les premières dernier vers aoi la terre a souvent tremblé archipel shopping, la antoine simon 33 je ne sais pas si ce qu’un paysage peut que d’heures deux nouveauté, et  riche de mes les textes mis en ligne la réserve des bribes le glacis de la mort preambule – ut pictura dernier vers aoi elle réalise des d’un bout à     depuis lancinant ô lancinant pour mes enfants laure et carmelo arden quin est une c’est vrai j’aime chez pierre comme une suite de   la baie des anges si grant dol ai que ne  “comment tant pis pour eux. pour jean-louis cantin 1.- j’écoute vos et tout avait       "       entre le lent tricotage du paysage dernier vers aoi mieux valait découper traquer  pour jean le si, il y a longtemps, les antoine simon 26 douce est la terre aux yeux     oued coulant ce paysage que tu contemplais introibo ad altare nous savons tous, ici, que de pareïs li seit la   iv    vers il s’appelait la fraîcheur et la       la pour qui veut se faire une spectacle de josué dit deux ajouts ces derniers       et après la lecture de deuxième essai sauvage et fuyant comme vi.- les amicales aventures « pouvez-vous     le cygne sur     [1]  mais non, mais non, tu ce jour-là il lui deuxième approche de dernier vers aoi la force du corps, la danse de a claude b.   comme références : xavier       voyage 1. il se trouve que je suis deuxième apparition de f j’ai voulu me pencher f tous les feux se sont       longte raphaël       au   (à       apr&eg l’impression la plus       sur       je me ils s’étaient       sur bernard dejonghe... depuis intendo... intendo ! pour helmut merci au printemps des dimanche 18 avril 2010 nous (dans mon ventre pousse une macao grise l’une des dernières ce qui fascine chez percey priest lakesur les rare moment de bonheur, « 8° de pour egidio fiorin des mots en 1958 ben ouvre à quand il voit s’ouvrir,       journ&   pas une année sans évoquer       sur chaque automne les   ces sec erv vre ile approche d’une     dans la ruela       vaches o tendresses ô mes       pourqu la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EXPANSIONS
<- CXVII | CXIX ->
CXVIII

Clefs : "Je" , langue , spectacle , Ulysse

 

 

 

 

Comment pourrais-je te tromper ? Comment l’aurais-je pu ? Jamais je n’aurais connu cet apaisement, cet envahissement du bonheur, si je n’avais su, si longuement, attendre le moment de faire errer sur toi mes yeux, encore peu sûre de mes yeux pleins des étoiles que le tissage emprisonne dans l’étreinte des fils, ouverts à la défaite et à l’écartèlement des nuits, et mes mains timides, ignorant depuis longtemps toute autre caresse, toute autre morsure que celle des fibres, et mon corps, tendu de l’attente, gorgé de temps et de désir, humide de larmes et de plaisir, au souffle soudain inégal, inspiration goulue et douloureuse qui oblige à la brusquerie de l’arrêt avant d’expirer trop vite et trop fort, détendu de se mesurer à toi, de retrouver ensemble la mesure de l’égalité des souffles, le calme de ma langue

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette