BRIBES EN LIGNE
de tantes herbes el pre       une       vu i.- avaler l’art par si, il y a longtemps, les pour martine mais non, mais non, tu pour mireille et philippe chairs à vif paumes dans ce périlleux un nouvel espace est ouvert  martin miguel vient       pass&e f qu’il vienne, le feu la littérature de le 28 novembre, mise en ligne 1 la confusion des pour marcel et ces       pass&e À la loupe, il observa antoine simon 20       pourqu       aux quand les mots l’appel tonitruant du hans freibach : ….omme virginia par la 1 au retour au moment marché ou souk ou tant pis pour eux. pour martine, coline et laure       en laure et pétrarque comme dans les carnets après la lecture de af : j’entends quatrième essai de marcel alocco a deux ajouts ces derniers quand les eaux et les terres station 5 : comment merci à la toile de clers fut li jurz e li où l’on revient pour le prochain basilic, (la  tu vois im font chier lorsque martine orsoni cyclades, iii°         &n       sur le trois (mon souffle au matin et il fallait aller debout o tendresses ô mes pour egidio fiorin des mots À max charvolen et macles et roulis photo 3    7 artistes et 1     les fleurs du 0 false 21 18 et c’était dans je découvre avant toi ils sortent ce va et vient entre       " le tissu d’acier l’impression la plus       ruelle sixième on peut croire que martine vous êtes  si, du nouveau f les feux m’ont  on peut passer une vie quelques textes  c’était dernier vers aoi jamais je n’aurais     faisant la       la   né le 7       embarq       o   l’oeuvre vit son la liberté s’imprime à autre essai d’un       assis 13) polynésie rien n’est plus ardu       fourr&       ( il y a tant de saints sur carissimo ulisse,torna a ce qu’un paysage peut d’un bout à dernier vers aoi antoine simon 9 les amants se deux nouveauté, "le renard connaît   anatomie du m et dernier vers aoi       voyage pour angelo madame, c’est notre ainsi fut pétrarque dans granz fut li colps, li dux en       le merle noir  pour on dit qu’agathe 0 false 21 18 torna a sorrento ulisse torna       sur   marcel franchement, pensait le chef,  “la signification il ne reste plus que le ma voix n’est plus que je n’hésiterai       midi « pouvez-vous nous viendrons nous masser       &eacut prenez vos casseroles et       dans tu le saiset je le vois la légende fleurie est ce monde est semé       jardin a propos de quatre oeuvres de inoubliables, les       journ& le lourd travail des meules       devant et voici maintenant quelques       cette       je deuxième essai le moisissures mousses lichens     longtemps sur me sors de mon territoire. fais noble folie de josué, juste un       le f les rêves de     quand       &agrav fragilité humaine. a grant dulur tendrai puis       la napolì napolì la galerie chave qui pour jean-marie simon et sa       quinze pour nicolas lavarenne ma cinquième citationne histoire de signes . polenta quelques autres a la femme au toi, mésange à portrait. 1255 : attendre. mot terrible. deuxième     m2 &nbs peinture de rimes. le texte  ce mois ci : sub antoine simon 18 le géographe sait tout       sur pour ma 10 vers la laisse ccxxxii       su       vaches       six spectacle de josué dit       chaque a toi le don des cris qui je rêve aux gorges pour michèle gazier 1) pour maguy giraud et ouverture de l’espace       la       entre       apr&eg est-ce parce que, petit, on       jonath assise par accroc au bord de diaphane est le mot (ou mon cher pétrarque, ainsi alfred… epuisement de la salle, madame est une torche. elle       dans en 1958 ben ouvre à tous ces charlatans qui   six formes de la gardien de phare à vie, au le coquillage contre       et tu     sur la pente       "   nous sommes trois tentatives desesperees quand sur vos visages les outre la poursuite de la mise a ma mère, femme parmi percey priest lakesur les pour mes enfants laure et bruno mendonça li quens oger cuardise antoine simon 33 le passé n’est bribes en ligne a "mais qui lit encore le  de même que les dernier vers aoi de prime abord, il   la baie des anges       s̵ soudain un blanc fauche le si elle est belle ? je     hélas, il existe deux saints portant       apparu la brume. nuages non, björg, nous savons tous, ici, que pour andré nice, le 30 juin 2000 pourquoi yves klein a-t-il les dessins de martine orsoni charogne sur le seuilce qui pour michèle       force pierre ciel « amis rollant, de Éléments - effleurer le ciel du bout des antoine simon 7 de pareïs li seit la l’art c’est la dernier vers aoi des quatre archanges que antoine simon 32 tout est possible pour qui       le a la libération, les art jonction semble enfin « e ! malvais a christiane  je signerai mon coupé le sonà six de l’espace urbain, pour daniel farioli poussant les routes de ce pays sont la mastication des tout en vérifiant mise en ligne la cité de la musique de la pour andrée le glacis de la mort sur la toile de renoir, les toute une faune timide veille rien n’est il y a des objets qui ont la       la pour pour yves et pierre poher et l’ami michel       " troisième essai de l’autre sainte marie,  epître aux dans les carnets g. duchêne, écriture le pas facile d’ajuster le ki mult est las, il se dort giovanni rubino dit c’est seulement au dernier vers aoi glaciation entre douze (se fait terre se À perte de vue, la houle des diaphane est le vous dites : "un pour pierre theunissen la il tente de déchiffrer, le corps encaisse comme il       sur vedo la luna vedo le ecrire sur tout mon petit univers en il ne s’agit pas de les cuivres de la symphonie macao grise depuis le 20 juillet, bribes ce poème est tiré du reflets et echosla salle       ton au matin du etudiant à       aujour et…  dits de carcassonne, le 06 (dans mon ventre pousse une ( ce texte a lancinant ô lancinant pour robert       marche dernier vers s’il …presque vingt ans plus quand il voit s’ouvrir, tout à fleur d’eaula danse j’écoute vos antoine simon 17 morz est rollant, deus en ad deuxième suite       ce paien sunt morz, alquant chaque jour est un appel, une dernier vers aoi  monde rassemblé le recueil de textes comme c’est j’ai donc       montag je t’ai admiré, pour raphaël       bonhe et te voici humanité     sur la dans l’innocence des des voiles de longs cheveux i en voyant la masse aux edmond, sa grande madame aux rumeurs tout est prêt en moi pour       neige       parfoi dont les secrets… à quoi de soie les draps, de soie       rampan une errance de       et à la bonne 0 false 21 18 nos voix dernier vers aoi le plus insupportable chez deuxième apparition dernier vers aoi   la gaucherie à vivre, libre de lever la tête la bouche pleine de bulles faisant dialoguer errer est notre lot, madame, bal kanique c’est le proche et le lointain       pav&ea a claude b.   comme elle ose à peine le 2 juillet présentation du bel équilibre et sa  dernier salut au la rencontre d’une antoine simon 14 un besoin de couper comme de sur l’erbe verte si est madame est une dorothée vint au monde leonardo rosa quand c’est le vent qui pour jean marie la fonction,       deux l’instant criblé       crabe-  pour le dernier jour f tous les feux se sont       une l’attente, le fruit et si au premier jour il       &agrav la mort, l’ultime port, introibo ad altare je suis celle qui trompe la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EXPANSIONS

 

 

Ton plaisir du nombre et de la géométrie, disait Dieu, est pervers...Josué le savait bien, lui qui n’avait jamais pu observer sans frémir l’ordonnancement militaire, que les défilés, processions, mettaient en colère, que les rangées impeccables d’enfants remplissaient d’angoisse. Tout ce qui pouvait ressembler à une mise en ordre des hommes, à une mise au pas, le laissait dans une perplexité effrayée...Uniformité des gestes, des vêtements, des pensées, des buts ! Il ne savait que trop la perversité de l’ordre et du nombre pour avoir si aisément
goûté à leurs contraintes rassurantes, à la force dont ils chargent tous les aveuglements.

 
Celui qui parlait ainsi s’était détaché d’un petit groupe d’hommes

Frères, je tends depuis si longtemps vers vous mes bras brisés ! Depuis si longtemps mes doigts malhabiles cherchent à façonner un impérissable objet de notre existence éphémère. Depuis si longtemps notre peuple agonise de retenue, non de réserve ni de pudeur...de retenue
Depuis si longtemps

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette