BRIBES EN LIGNE
nu(e), comme son nom     les fleurs du       au       que       baie et tout avait les enseignants : antoine simon 26 dans un coin de nice, vos estes proz e vostre ce poème est tiré du bruno mendonça (vois-tu, sancho, je suis et que dire de la grâce 0 false 21 18 pour egidio fiorin des mots pour m.b. quand je me heurte mon travail est une la musique est le parfum de   pour olivier l’art c’est la l’existence n’est       voyage jouer sur tous les tableaux seul dans la rue je ris la   je n’ai jamais  “comment et  riche de mes je découvre avant toi       apr&eg "la musique, c’est le       nuage antoine simon 6 le 15 mai, à li emperere s’est le grand combat : les premières madame, vous débusquez       dans       un martin miguel art et  un livre écrit dernier vers aoi « pouvez-vous ainsi va le travail de qui (la numérotation des « amis rollant, de       sous pour mon épouse nicole il aurait voulu être les parents, l’ultime       soleil et te voici humanité nécrologie  dans le livre, le antoine simon 31 imagine que, dans la ce jour là, je pouvais   entrons face aux bronzes de miodrag je dors d’un sommeil de   je ne comprends plus il pleut. j’ai vu la     [1]  1) la plupart de ces il en est des noms comme du       l̵ 0 false 21 18 a christiane l’éclair me dure,       le il ne s’agit pas de   dits de       montag rm, le 2/02/2018 j’ai fait f le feu s’est les étourneaux ! rafale madame chrysalide fileuse et ma foi, c’est ici, me ce va et vient entre  monde rassemblé       m̵       droite       fourr& les avenues de ce pays       parfoi écoute, josué,       la bernadette griot vient de les plus vieilles       pass&e pour max charvolen 1)       enfant il n’y a pas de plus ce texte m’a été deux ce travail vous est       allong       le le 26 août 1887, depuis       reine rafale quelques textes toujours les lettres : neuf j’implore en vain raphaël exode, 16, 1-5 toute pas sur coussin d’air mais  mise en ligne du texte       ce         &n rafale n° 9 un dans le patriote du 16 mars mouans sartoux. traverse de il aura fallu longtemps - il y a des objets qui ont la merci à la toile de certains prétendent dans ma gorge errer est notre lot, madame, et encore  dits    7 artistes et 1       jonath la force du corps,     l’é       assis       le   1) cette le scribe ne retient       devant siglent a fort e nagent e vedo la luna vedo le qu’est-ce qui est en  les trois ensembles allons fouiller ce triangle    tu sais maintenant il connaît le  les premières   jn 2,1-12 : il faut laisser venir madame cinq madame aux yeux       retour des conserves ! i mes doigts se sont ouverts on dit qu’agathe approche d’une a grant dulur tendrai puis cet article est paru je crie la rue mue douleur Ç’avait été la immense est le théâtre et station 1 : judas si, il y a longtemps, les monde imaginal,   iv    vers raphaël   d’un coté, et si tu dois apprendre à folie de josuétout est non... non... je vous assure,    courant pur ceste espee ai dulor e       sur le       banlie mm oui, ce qui est troublant       ( dans les carnets le 2 juillet raphaËl pour michèle gazier 1 grant est la plaigne e large antoine simon 29 a propos d’une     hélas, depuis le 20 juillet, bribes la poésie, à la premier essai c’est la vie est ce bruissement pour anne slacik ecrire est       object ici. les oiseaux y ont fait       ton       cerisi sous l’occupation max charvolen, martin miguel     un mois sans autres litanies du saint nom ce qui importe pour vous deux, c’est joie et dire que le livre est une constellations et de toutes les juste un macles et roulis photo 4 (ô fleur de courge... antoine simon 18 branches lianes ronces f dans le sourd chatoiement livre grand format en trois rafale n° 5 un que d’heures première       un hans freibach : que reste-t-il de la pour helmut les doigts d’ombre de neige le franchissement des antoine simon 32 huit c’est encore à       il les dessins de martine orsoni ce d’ eurydice ou bien de et si au premier jour il quant carles oït la troisième essai et pour pierre theunissen la ajout de fichiers sons dans il semble possible vous avez antoine simon 2       b&acir fragilité humaine. la fonction, dernier vers aoi entr’els nen at ne pui nice, le 8 octobre saluer d’abord les plus janvier 2002 .traverse on préparait fontelucco, 6 juillet 2000   tout est toujours en quand c’est le vent qui       le       sur  zones gardées de dernier vers aoi f les marques de la mort sur       les deux mille ans nous madame a des odeurs sauvages la fraîcheur et la       avant (josué avait   nous sommes ki mult est las, il se dort pas une année sans évoquer  ce qui importe pour clers fut li jurz e li au matin du sa langue se cabre devant le sur la toile de renoir, les rm : d’accord sur napolì napolì       aux     " nouvelles mises en   le texte suivant a le passé n’est mise en ligne pour gilbert la mort d’un oiseau. des voix percent, racontent béatrice machet vient de       dans   un vendredi   six formes de la   (dans le je ne saurais dire avec assez       sur accoucher baragouiner dans les hautes herbes la rencontre d’une       d&eacu a propos de quatre oeuvres de coupé en deux quand i.- avaler l’art par assise par accroc au bord de       dans intendo... intendo ! libre de lever la tête antoine simon 7 je suis celle qui trompe     son bribes en ligne a franchement, pensait le chef, 1 au retour au moment descendre à pigalle, se     pluie du     le macles et roulis photo madame des forêts de tromper le néant dernier vers aoi la galerie chave qui toutes sortes de papiers, sur à cri et à antoine simon 22 antoine simon 9 dernier vers aoi madame est toute mult ben i fierent franceis e  les éditions de après la lecture de ouverture d’une il tente de déchiffrer, deuxième approche de vue à la villa tamaris le numéro exceptionnel de pour nicolas lavarenne ma     vers le soir à la mémoire de c’est seulement au "ces deux là se lancinant ô lancinant si j’avais de son       dans rêve, cauchemar, ne pas négocier ne pour yves et pierre poher et il s’appelait ma chair n’est clers est li jurz et li f le feu est venu,ardeur des pour michèle un verre de vin pour tacher   est-ce que       force dessiner les choses banales       marche       sur dernier vers aoi je ne sais pas si cinquième citationne diaphane est le   saint paul trois nous viendrons nous masser il est le jongleur de lui f les feux m’ont À perte de vue, la houle des       quand elle ose à peine la danse de i en voyant la masse aux normal 0 21 false fal ce qui fait tableau : ce macao grise à bernadette eurydice toujours nue à merci à marc alpozzo du bibelot au babilencore une   l’oeuvre vit son sous la pression des antoine simon 3 petites proses sur terre   si vous souhaitez       le quand vous serez tout   la baie des anges quel ennui, mortel pour les amants se le lent tricotage du paysage       entre dernier vers aoi au rayon des surgelés les petites fleurs des  l’écriture nos voix pour raphaël       vu pour martine, coline et laure rita est trois fois humble.      & le temps passe si vite, aux barrières des octrois  hors du corps pas travail de tissage, dans (de)lecta lucta    “ne pas je rêve aux gorges j’ai donc l’évidence thème principal :     tout autour       j̵ f les rêves de  tous ces chardonnerets trois tentatives desesperees a ma mère, femme parmi la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EXPANSIONS

 

 

Ton plaisir du nombre et de la géométrie, disait Dieu, est pervers...Josué le savait bien, lui qui n’avait jamais pu observer sans frémir l’ordonnancement militaire, que les défilés, processions, mettaient en colère, que les rangées impeccables d’enfants remplissaient d’angoisse. Tout ce qui pouvait ressembler à une mise en ordre des hommes, à une mise au pas, le laissait dans une perplexité effrayée...Uniformité des gestes, des vêtements, des pensées, des buts ! Il ne savait que trop la perversité de l’ordre et du nombre pour avoir si aisément
goûté à leurs contraintes rassurantes, à la force dont ils chargent tous les aveuglements.

 
Celui qui parlait ainsi s’était détaché d’un petit groupe d’hommes

Frères, je tends depuis si longtemps vers vous mes bras brisés ! Depuis si longtemps mes doigts malhabiles cherchent à façonner un impérissable objet de notre existence éphémère. Depuis si longtemps notre peuple agonise de retenue, non de réserve ni de pudeur...de retenue
Depuis si longtemps

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette