BRIBES EN LIGNE
 pour le dernier jour sur la toile de renoir, les       magnol   je n’ai jamais je m’étonne toujours de la la vie est ce bruissement     les provisions j’ai perdu mon à la bonne la mort d’un oiseau.         &n onze sous les cercles couleur qui ne masque pas heureuse ruine, pensait j’oublie souvent et     vers le soir       un dernier vers aoi       la       le madame des forêts de à la mémoire de villa arson, nice, du 17 et nous n’avons rien lentement, josué       le    courant cyclades, iii° marché ou souk ou générations       j̵ on préparait       dans le lent tricotage du paysage       grappe  tu vois im font chier     longtemps sur c’était une avant dernier vers aoi huit c’est encore à       assis       sur le nécrologie  le livre, avec f tous les feux se sont ce qui aide à pénétrer le       sur la terre a souvent tremblé l’art n’existe       il       la pie au lecteur voici le premier arbre épanoui au ciel   anatomie du m et au rayon des surgelés d’ eurydice ou bien de antoine simon 28 mais non, mais non, tu f les marques de la mort sur dernier vers aoi passet li jurz, la noit est il n’y a pas de plus seul dans la rue je ris la ...et poème pour genre des motsmauvais genre des quatre archanges que  epître aux les enseignants : (josué avait lentement dernier vers aoi elle ose à peine douze (se fait terre se pas une année sans évoquer pierre ciel i mes doigts se sont ouverts     les fleurs du       sur       au la vie est dans la vie. se       sur on dit qu’agathe face aux bronzes de miodrag dernier vers aoi des quatre archanges que je dors d’un sommeil de rien n’est descendre à pigalle, se       banlie est-ce parce que, petit, on       cerisi antoine simon 21 bernard dejonghe... depuis pour julius baltazar 1 le ouverture d’une tendresses ô mes envols ce jour-là il lui dernier vers que mort  les éditions de clers est li jurz et li  tu ne renonceras pas. grant est la plaigne e large  ce qui importe pour fontelucco, 6 juillet 2000 ici. les oiseaux y ont fait etait-ce le souvenir pluies et bruines, la mastication des autre petite voix (À l’église bien sûrla       nuage traquer       object karles se dort cum hume cher bernard       mouett equitable un besoin sonnerait après la lecture de bruno mendonça vertige. une distance pour frédéric quand nous rejoignons, en ….omme virginia par la a supposer quece monde tienne       &ccedi pour marcel madame, c’est notre   ces notes le 23 février 1988, il à       ma troisième essai et       sous lancinant ô lancinant le 19 novembre 2013, à la il arriva que     surgi dernier vers aoi les avenues de ce pays dans les rêves de la       les ce pays que je dis est     m2 &nbs démodocos... Ça a bien un   saint paul trois jouer sur tous les tableaux petites proses sur terre    nous   pour théa et ses l’erbe del camp, ki il en est des noms comme du poème pour antoine simon 5 pour jacqueline moretti, quatrième essai de carles respunt : la prédication faite sequence 6   le moisissures mousses lichens jamais si entêtanteeurydice la légende fleurie est f les feux m’ont accorde ton désir à ta       allong se placer sous le signe de tous ces charlatans qui   jn 2,1-12 : onzième bernadette griot vient de ma voix n’est plus que le géographe sait tout gardien de phare à vie, au à propos des grands n’ayant pas normalement, la rubrique références : xavier les dieux s’effacent dernier vers doel i avrat, « pouvez-vous pour anne slacik ecrire est quelques autres présentation du station 5 : comment exode, 16, 1-5 toute la musique est le parfum de dans l’effilé de la réserve des bribes   iv    vers tout en travaillant sur les       m̵ 1254 : naissance de  la toile couvre les À l’occasion de       nuage tout est prêt en moi pour je serai toujours attentif à       au macles et roulis photo 7       la terre nous  avec « a la il souffle sur les collines pur ceste espee ai dulor e 7) porte-fenêtre deux ajouts ces derniers ainsi alfred… essai de nécrologie, décembre 2001. ils sortent dernier vers aoi ajout de fichiers sons dans d’un bout à vi.- les amicales aventures temps de pierres dans la  jésus       deux au commencement était       le tu le saiset je le vois à sylvie ecrire les couleurs du monde c’est un peu comme si, la rencontre d’une  “ne pas  pour de     cet arbre que       la l’illusion d’une premier essai c’est bien sûr, il y eut   au milieu de recleimet deu mult " je suis un écorché vif.     ton (dans mon ventre pousse une pour mireille et philippe (vois-tu, sancho, je suis tandis que dans la grande immense est le théâtre et les plus vieilles "si elle est jusqu’à il y a  je signerai mon  zones gardées de samuelchapitre 16, versets 1 lu le choeur des femmes de vedo la luna vedo le i en voyant la masse aux la route de la soie, à pied, il aurait voulu être antoine simon 24 pour antoine simon 15     chant de   (dans le du bibelot au babilencore une la bouche pure souffrance suite de clers fut li jurz e li temps de cendre de deuil de  il est des objets sur siglent a fort e nagent e a la libération, les       glouss ce qui fait tableau : ce       pass&e antoine simon 6 pour andré villers 1) il ne reste plus que le si j’avais de son « amis rollant, de un nouvel espace est ouvert le soleil n’est pas ce jour là, je pouvais dernier vers aoi langues de plomba la     sur la pente dans les horizons de boue, de       ...mai tout en vérifiant je n’ai pas dit que le       enfant madame chrysalide fileuse voici des œuvres qui, le       &agrav   un les durand : une j’ai travaillé       retour       su dernier vers aoi l’attente, le fruit dernier vers aoi paien sunt morz, alquant       " je me souviens de polenta pas même "l’art est-il       je me mougins. décembre   voici donc la station 1 : judas très saintes litanies temps où le sang se       dans f j’ai voulu me pencher       au     hélas, il s’appelait (ma gorge est une je t’enfourche ma dernier vers aoi le geste de l’ancienne, charogne sur le seuilce qui approche d’une  si, du nouveau branches lianes ronces trois (mon souffle au matin un jour, vous m’avez peinture de rimes. le texte si, il y a longtemps, les toute une faune timide veille ce n’est pas aux choses dernier vers aoi la liberté de l’être aucun hasard si se quand vous serez tout  hier, 17 ce qui importe pour pour pierre theunissen la j’arrivais dans les  au travers de toi je       jonath pour helmut a propos d’une pas sur coussin d’air mais attendre. mot terrible. dans le train premier antoine simon 20 intendo... intendo ! l’évidence ils s’étaient dire que le livre est une cet univers sans l’art c’est la pas facile d’ajuster le antoine simon 29 coupé en deux quand vous deux, c’est joie et       journ&     pourquoi macles et roulis photo 6 la deuxième édition du À max charvolen et martin mes pensées restent al matin, quant primes pert  pour jean le     extraire pour angelo  le "musée quant carles oït la       " dernier vers aoi       les la langue est intarissable mais jamais on ne       le et te voici humanité    7 artistes et 1       bonhe chaque jour est un appel, une       dans preambule – ut pictura temps où les coeurs       une raphaël le glacis de la mort   tout est toujours en le ciel est clair au travers pour andrée de proche en proche tous f le feu m’a   que signifie       o pour mon épouse nicole journée de a propos de quatre oeuvres de       aux la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EXPANSIONS
<- CXIX | CXXI ->
CXX

Clefs : Homère , Josué , spectacle , lieux , art

 

Dits de Josué
A suivre les lignes du Fuji comment ne pas croire à l’unité ?
Il est la répartition des forces du ciel et de la terre
Il est l’équilibre de la glace et du feu
Il est la douceur de l’harmonie répartie de part et d’autre de ses
flancs

Il est ce pont d’incertitude entre la vie et la mort
Il est parole et dessin
Il irradie sur le monde le réseau de ses forces
Omphalos Omphalos
Comment, à suivre ses reflets, ne pas connaître la félicité ?
Comment, sans la puissance des eaux, aurait-elle pu renaître, Aréthuse ?
Mon maître au nom multiple
mon maître au formes infinies
mon maître doigts qui dansent
Comment sans la puissance de ses racines, mon lit aurait-il pu me reconnaître ?

Et il parlait ainsi
dans la grande salle

tout en songeant à Nicolas qui venait de mourir et qu’il n’avait jamais connu... Il pensait au Saint Pétersbourg de ce début de siècle, aux siècles écoulés, à Boris Pasternak et John F. Kennedy...
Puissance du Fuji son nombre
Nombre du Fuji son unité
Ciel du Fuji la terre
Terre du Fuji le ciel
Vie du Fuji la mort
Mort du Fuji la vie
Parole du Fuji le trait
Dessin du Fuji les mots

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette