BRIBES EN LIGNE
autre essai d’un       que iv.- du livre d’artiste sous l’occupation af : j’entends quand nous rejoignons, en l’attente, le fruit pour mireille et philippe   iv    vers nous viendrons nous masser janvier 2002 .traverse     pluie du dans ce pays ma mère ….omme virginia par la de la temps où les coeurs     ton  martin miguel vient  hier, 17 le geste de l’ancienne, recleimet deu mult     m2 &nbs     sur la pente le vieux qui certains prétendent saluer d’abord les plus dernier vers aoi sur l’erbe verte si est       en onzième       ruelle nice, le 30 juin 2000       au       &eacut d’un côté l’impression la plus toujours les lettres : un besoin de couper comme de       force vos estes proz e vostre     hélas,       fleure à propos “la       apparu l’existence n’est ce jour là, je pouvais mille fardeaux, mille ajout de fichiers sons dans petites proses sur terre mieux valait découper       sur poussées par les vagues les amants se       la       allong li emperere s’est preambule – ut pictura vi.- les amicales aventures pas sur coussin d’air mais etait-ce le souvenir la poésie, à la 1257 cleimet sa culpe, si a claude b.   comme dernier vers aoi l’art c’est la couleur qui ne masque pas d’un bout à nous avons affaire à de pas de pluie pour venir la vie est dans la vie. se       allong       p&eacu attention beau le franchissement des abu zayd me déplait. pas martin miguel art et ce texte se présente       juin sa langue se cabre devant le “dans le dessin un trait gris sur la mon cher pétrarque, de l’autre       au sculpter l’air : faisant dialoguer tout mon petit univers en dernier vers aoi sept (forces cachées qui       o   le texte suivant a le grand combat : mult ben i fierent franceis e f dans le sourd chatoiement station 3 encore il parle dernier vers aoi a la fin il ne resta que encore une citation“tu pour frédéric il est le jongleur de lui le 15 mai, à   dits de rêves de josué, et il parlait ainsi dans la derniers vers sun destre la légende fleurie est quand il voit s’ouvrir, 10 vers la laisse ccxxxii       dans normalement, la rubrique en ceste tere ad estet ja le 23 février 1988, il madame, on ne la voit jamais la fraîcheur et la l’impossible je désire un  la lancinante si grant dol ai que ne on dit qu’agathe très malheureux...       é il souffle sur les collines merci à marc alpozzo sainte marie,   ces notes       journ&  dans toutes les rues s’égarer on     à       les le 26 août 1887, depuis onze sous les cercles que reste-t-il de la     &nbs ils avaient si longtemps, si la rencontre d’une  les œuvres de antoine simon 13 lorsque martine orsoni suite du blasphème de la deuxième édition du       granz fut li colps, li dux en essai de nécrologie,  au mois de mars, 1166 temps où le sang se à la mémoire de générations cyclades, iii°       sur tant pis pour eux. m1       ici, les choses les plus " je suis un écorché vif.  tous ces chardonnerets comme une suite de a dix sept ans, je ne savais le numéro exceptionnel de ce monde est semé je me souviens de juste un       vu i.- avaler l’art par il semble possible dernier vers aoi   dernier vers aoi la chaude caresse de   ciel !!!! chaque jour est un appel, une une image surgit traverse le       sur dorothée vint au monde       à nous savons tous, ici, que un titre : il infuse sa       dans bel équilibre et sa « pouvez-vous merci au printemps des les dessins de martine orsoni dans les carnets pour mes enfants laure et nous serons toujours ces       sous tes chaussures au bas de entr’els nen at ne pui la main saisit folie de josuétout est       un troisième essai j’entends sonner les viallat © le château de       reine       sur je dors d’un sommeil de sauvage et fuyant comme       la ço dist li reis : j’ai changé le agnus dei qui tollis peccata alocco en patchworck © dentelle : il avait  “la signification ainsi va le travail de qui       en samuelchapitre 16, versets 1 du bibelot au babilencore une si j’avais de son 1 au retour au moment bientôt, aucune amarre juste un mot pour annoncer et la peur, présente traquer zacinto dove giacque il mio station 5 : comment "si elle est les cuivres de la symphonie pour ma dans ma gorge       pass&e elle réalise des les textes mis en ligne la terre a souvent tremblé    7 artistes et 1 n’ayant pas toi, mésange à     dans la ruela gardien de phare à vie, au la galerie chave qui une errance de l’erbe del camp, ki le glacis de la mort avant dernier vers aoi  tu ne renonceras pas. carissimo ulisse,torna a écrirecomme on se certains soirs, quand je montagnesde mouans sartoux. traverse de       jonath feuilleton d’un travail à bernadette       deux légendes de michel mise en ligne d’un nouvelles mises en mesdames, messieurs, veuillez quai des chargeurs de       apr&eg    regardant antoine simon 30   on n’est       la       &n printemps breton, printemps comment entrer dans une   pour olivier       voyage pur ceste espee ai dulor e   marcel deux ajouts ces derniers dans l’effilé de dernier vers aoi la cité de la musique   saint paul trois soudain un blanc fauche le madame dans l’ombre des "tu sais ce que c’est À l’occasion de dernier vers aoi la mort, l’ultime port, charogne sur le seuilce qui     &nbs (de)lecta lucta   pour yves et pierre poher et "nice, nouvel éloge de la       deux dans le pays dont je vous quelque temps plus tard, de ma mémoire ne peut me genre des motsmauvais genre       six dans le patriote du 16 mars       cette spectacle de josué dit dans les rêves de la al matin, quant primes pert       jardin le poiseau de parisi mon elle disposait d’une a ma mère, femme parmi     une abeille de portrait. 1255 : f le feu s’est   adagio   je 1. il se trouve que je suis de mes deux mains suite de     quand je ne saurais dire avec assez ce qui aide à pénétrer le ma chair n’est polenta « h&eacu       enfant       je exacerbé d’air granz est li calz, si se       soleil 13) polynésie pour gilbert ecrire les couleurs du monde       les je m’étonne toujours de la       grappe reflets et echosla salle dans ce périlleux il aurait voulu être abstraction voir figuration au labyrinthe des pleursils ce va et vient entre j’aime chez pierre j’oublie souvent et       object tendresses ô mes envols       maquis des quatre archanges que dernier vers aoi avant propos la peinture est  l’écriture "ces deux là se     faisant la tu le saiset je le vois beaucoup de merveilles       ...mai voudrais je vous religion de josué il equitable un besoin sonnerait de pareïs li seit la tout à fleur d’eaula danse dernier vers aoi    nous ensevelie de silence, dans les carnets       qui       " tout est possible pour qui qu’est-ce qui est en il existe au moins deux a propos d’une hans freibach : ] heureux l’homme j’ai longtemps       le monde imaginal, dernier vers aoi un tunnel sans fin et, à       pav&ea il pleut. j’ai vu la je t’enlace gargouille macles et roulis photo 7 f tous les feux se sont face aux bronzes de miodrag madame porte à antoine simon 26 marché ou souk ou li emperere par sa grant rêve, cauchemar, chants à tu mon recueil j’écoute vos à a propos de quatre oeuvres de  tu vois im font chier f qu’il vienne, le feu je serai toujours attentif à je ne peins pas avec quoi, il existe deux saints portant       dans les grands  monde rassemblé ouverture de l’espace c’est un peu comme si, quatrième essai rares je t’ai admiré,    seule au et combien les étourneaux ! bien sûrla les enseignants : la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EXPANSIONS

 

 

 

 

La géométrie est un plaisir fasciste et le dénombrement est concentrationnaire. Garde-toi, Josué, d’explorer d’inutiles possibles, d’user du chiffre et du
compas : quand tu croiras avoir saisi le monde, c’est que tu le considèreras derrière tes grilles... Croirais-tu maîtriser le feu en le couvrant d’un voile ?

LUIGI

LAURA

ERSILIA

GENOVEFFA

GIOVANNI

MARIA-LUISA

RAFFAELLE

MARIO

TERESA

ALBERTO

MARIA

GINA

MASSIMO

MARIANNINA

ALFONSO

MIMMA

DANTE

SANTINA

ROBERTO

RENZO

VANNI

IVANA

JEAN-LOUIS

GENEVIEVE

TONI

PIER LUIGI

MASSIMINO

GINA

LAURA

LOUIS

LAURA

MARIANNE

Aurais-je voulu vous tromper ? L’aurais-je pu ?

POPAUL

BEBERT

GILOU

ALAIN ET MIMILE

CLOCLO

GERARD

HUGUETTE

YVON

ALFREDO

IRMA

MINGHINA

MARC

ERCOLE

PIERROT

DOMINIQUE

DOMINIQUE

JEAN-PIERRE

JEAN-LOUIS

RENE

SERGE

JEAN-CLAUDE

PIERRE

ENZA

PHILIPPE

MICHEL

RENEE

CHRISTIAN

MARIE-FRANCE

MIREILLE

HELENE

JEAN-LOUP

JEAN- MARIE

ARMELLE

CHARLINE

MAX

MARCEL

NOEL

CLAUDE

MARTIN

SERGE

LOUIS

VIVIEN

CARMELO

PATRICK

ALBERT

BERNARD

FRANÇOIS

GUILLAUME

SIMONE


Mes bras brisés mes bras tendus tu te retiens mon peuple tu te retiens

JEAN-PIERRE

CLAUDE

JACQUELINE

CLAUDIE

MAURICE

LAURENCE

MARC

GEORGES

HENRI

JEAN-LUC

CHRISTIANE

GENEVIEVE

PATRICK

PATRICK

SERGE

MARIANNE

HENRI

CHARLES

RAYMOND

 

 

mon lit seul à ma terre m’attache et de ma terre je fais mon lit, mât et ancre en mon voyage

BEATRICE

MARTINE

ANNE

LAURENCE

PASCALE 

VALERIE

STEPHANE

MARIELLE

CHRISTOPHE

LOUIS

JACQUES

DANIELE

BRUNO

ELSA

MARCEL

MARTIN

MAX

NOEL 

HELENE

TITA -

MICHELE

CLAUDE

PATRICK

DANIEL

CLAUDE

PIERRE

ALEX

OMAR

ALBERTO

JEAN-FRANÇOIS

MARIE-DOMINIQUE

JEAN

GENEVIEVE

MANUEL

MICHEL

Qui êtes-vous qui êtes

ROBERT

PIERRE

JEAN-MARC

JEAN-MARIE

CLAUDINE

REGINE

MATHIEU

MARIE-CLAUDE

MONIQUE

GEORGES

PIERRE

MARIE

CELESTINE

JEAN

FRANÇOIS

ANNIE

NICOLE

CHRISTIAN

NADIA

IDA

JOSIANE

JACQUES

KELLI

JACQUES

 

Ainsi nous naviguions ainsi nous approchant de contrées in connues in terdites quand la montagne la m

SYLVAIN

ROSELINE

ROGER

ROGER

SEBASTIEN

FRANCINE

HENRI

ANNICK

FRANÇOIS

KARIM

SONIA

ROMAIN

GERARD

AZIZ

VIVIEN

ODETTE

NICOLAS -

FRANÇOISE

RICHARD

MURIELLE

JOHANNE 

BRUNO

ESTELLE

ZAKIA

YANN

DENISE -

PASCAL

PAUL

THIERRY

MARINA

SYLVIE 

AHMED

LAURENT

ERIC

EMMANUELLE

SABINE

CECILE

LUCIEN

GERARD -

JEAN-JACQUES

GUILLAUME

ARTHUR

MARCEL

JEAN

SEVERINE

FLORENT

CORINNE

JEAN-MARC

LYANE

SYLVIE

MICHAELA

MICHEL

MYRIAM

 

 

 

 

 

Tu es le rêve d’une ombre, dit Dieu, en s’estompant.

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette