BRIBES EN LIGNE
      bruyan (ma gorge est une les installations souvent,   (dans le errer est notre lot, madame, sainte marie, martin miguel art et l’art n’existe merci à la toile de ensevelie de silence, dans les écroulements dernier vers aoi   3   

les       droite ma mémoire ne peut me préparation des libre de lever la tête ils avaient si longtemps, si     m2 &nbs immense est le théâtre et giovanni rubino dit       au deuxième essai le pas une année sans évoquer soudain un blanc fauche le     sur la un homme dans la rue se prend       dans un besoin de couper comme de rita est trois fois humble. tant pis pour eux. carmelo arden quin est une genre des motsmauvais genre c’est extrêmement pour michèle pour helmut  il y a le “le pinceau glisse sur madame déchirée toute trace fait sens. que i mes doigts se sont ouverts les parents, l’ultime de profondes glaouis les routes de ce pays sont je crie la rue mue douleur pour m.b. quand je me heurte la musique est le parfum de cet article est paru dans le "la musique, c’est le ki mult est las, il se dort vous deux, c’est joie et deuxième apparition fontelucco, 6 juillet 2000 a l’aube des apaches, le ciel de ce pays est tout que d’heures antoine simon 23    de femme liseuse dernier vers aoi    7 artistes et 1       p&eacu dans le respect du cahier des depuis le 20 juillet, bribes rare moment de bonheur, la deuxième édition du titrer "claude viallat, quelques autres mise en ligne bernard dejonghe... depuis sept (forces cachées qui zacinto dove giacque il mio quatrième essai de la fraîcheur et la je ne saurais dire avec assez       soleil « amis rollant, de (dans mon ventre pousse une       sur toulon, samedi 9 dans l’effilé de  “ce travail qui rêve, cauchemar, halt sunt li pui e mult halt "pour tes un tunnel sans fin et, à de soie les draps, de soie d’abord l’échange des  improbable visage pendu  dans le livre, le       mouett station 4 : judas      l’é percey priest lakesur les dernier vers aoi les dieux s’effacent chaque automne les vue à la villa tamaris attendre. mot terrible. travail de tissage, dans se reprendre. creuser son   que signifie       d&eacu la langue est intarissable normal 0 21 false fal de l’autre beaucoup de merveilles lorsque martine orsoni 1.- les rêves de       soleil j’aime chez pierre       sur le   1) cette la rencontre d’une   d’un coté, avez-vous vu je suis       allong mouans sartoux. traverse de       la       au le temps passe dans la      & pour michèle aueret       au madame aux rumeurs quand sur vos visages les temps où le sang se moisissures mousses lichens       vu merle noir  pour 5) triptyque marocain la terre a souvent tremblé dessiner les choses banales dernier vers aoi " je suis un écorché vif.       le la brume. nuages pour ma morz est rollant, deus en ad temps de pierres       glouss       &n spectacle de josué dit       longte je m’étonne toujours de la si, il y a longtemps, les la tentation du survol, à       le       la       la "je me tais. pour taire.       dans effleurer le ciel du bout des vous n’avez       pass&e josué avait un rythme j’oublie souvent et tout en vérifiant dernier vers aoi   r.m.a toi le don des cris qui non... non... je vous assure, pour jacqueline moretti, violette cachéeton il y a dans ce pays des voies       " clers est li jurz et li  tu vois im font chier carissimo ulisse,torna a À perte de vue, la houle des premier essai c’est aux barrières des octrois dernier vers aoi pour pierre theunissen la prenez vos casseroles et  “ne pas les lettres ou les chiffres       bonhe       " madame, c’est notre bien sûrla mult est vassal carles de le 23 février 1988, il nos voix il n’y a pas de plus quelque chose   pour adèle et je t’enlace gargouille je reviens sur des écrirecomme on se voile de nuità la   tout est toujours en vous dites : "un allons fouiller ce triangle je dors d’un sommeil de       nuage attelage ii est une œuvre paysage de ta tombe  et c’est pour moi le premier pour jean-marie simon et sa       " dernier vers aoi c’est une sorte de cinquième essai tout les étourneaux ! folie de josuétout est 0 false 21 18 livre grand format en trois  hier, 17 antoine simon 20 à le coeur du pluies et bruines,       entre dernier vers s’il dernier vers aoi l’impression la plus janvier 2002 .traverse   pour le prochain à cri et à ce texte se présente l’instant criblé ce qui fascine chez toujours les lettres : la gaucherie à vivre, les dernières guetter cette chose le 26 août 1887, depuis       devant       b&acir (josué avait lentement il en est des noms comme du       une rien n’est plus ardu   marcel voici des œuvres qui, le madame a des odeurs sauvages le 15 mai, à le 19 novembre 2013, à la       l̵ et ma foi, (elle entretenait antoine simon 24       deux l’appel tonitruant du cette machine entre mes pour marcel     depuis dernier vers aoi  le grand brassage des iloec endreit remeint li os  hors du corps pas       la en introduction à madame est la reine des       s̵ pas de pluie pour venir       en un quai des chargeurs de je sais, un monde se antoine simon 2       le 0 false 21 18       voyage j’ai ajouté pour maguy giraud et c’est le grand       pass&e       " comme c’est dernier vers que mort a la libération, les le lent déferlement       j̵       il       force f les marques de la mort sur il est le jongleur de lui       fourr& c’est ici, me       l̵ À l’occasion de       banlie reflets et echosla salle le corps encaisse comme il on a cru à les dessins de martine orsoni accorde ton désir à ta         or       cerisi       en des quatre archanges que antoine simon 11 samuelchapitre 16, versets 1 je découvre avant toi entr’els nen at ne pui antoine simon 7       dans ...et poème pour en 1958 ben ouvre à       tourne buttati ! guarda&nbs  un livre écrit temps de cendre de deuil de l’heure de la  les éditions de clere est la noit e la v.- les amicales aventures du merci à marc alpozzo       que       le       "     un mois sans       au exacerbé d’air antoine simon 15 la cité de la musique pour andré villers 1) et si au premier jour il f toutes mes la vie est ce bruissement difficile alliage de    tu sais al matin, quant primes pert raphaël décembre 2001.       neige des conserves ! pour alain borer le 26       jonath références : xavier dernier vers doel i avrat, je suis bien dans       &agrav avec marc, nous avons preambule – ut pictura       la dernier vers aoi  “la signification       &n       sur et te voici humanité il souffle sur les collines chercher une sorte de douce est la terre aux yeux est-ce parce que, petit, on "si elle est o tendresses ô mes quand les eaux et les terres madame, vous débusquez vi.- les amicales aventures si j’avais de son   on n’est dans le pain brisé son       apr&eg 13) polynésie dernier vers aoi raphaËl       l̵ ajout de fichiers sons dans     pourquoi la prédication faite   pour olivier toutes sortes de papiers, sur le bulletin de "bribes   le texte suivant a dernier vers aoi ce monde est semé sous la pression des pour jean gautheronle cosmos macles et roulis photo 3 les plus terribles essai de nécrologie,       un carles li reis en ad prise sa antoine simon 18   jn 2,1-12 : "le renard connaît (de)lecta lucta   macles et roulis photo 6     tout autour antoine simon 13  ce mois ci : sub elle ose à peine histoire de signes . marché ou souk ou vedo la luna vedo le madame chrysalide fileuse       dans pour jacky coville guetteurs dans ce périlleux dernier vers aoi la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EXPANSIONS
<- CXXII | CXXIV ->
CXXIII

Clefs : citations , Dante , portraits

 

 

 

 

Ville ouverte sans rempart celui qui ne se possède pas

N’est-il pas normal, dès lors, que les contacts physiques dont il est naturellement privé ou qui ne peuvent s’abstraire de millénaires condamnations, lui semblent souffrance ? Ils sont le manque -ou le péché- comme il plaira de les nommer. Ses rêves, pourtant, lui restituent des souffles qu’il croit oubliés, des chaleurs, des plaisirs ignorés ; lui donnent, de ses amitiés, de ses rapports, de la douceur des mots ou des regards, de la banalité d’enthousiasmes communs, des images dont il ne parvient pas à avoir honte, si fertiles qu’elles soient. Il sait seulement qu’il doit les taire.Qu’il n’est de honte que de parler, même à ceux qui en sont l’objet. Pourtant ses rapports s’en trouvent chargés, alourdis, et, il s’en rendra compte peu à peu, clarifiés et comme épurés.

e caddi come corpo morte cade

 

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette