BRIBES EN LIGNE
pour ma max charvolen, martin miguel macles et roulis photo pour andré pour max charvolen 1)       l̵       " violette cachéeton dans le train premier pour andré villers 1) il n’était qu’un polenta les parents, l’ultime       le a la fin il ne resta que antoine simon 29       la       vu       en       la pluies et bruines, à cri et à       m̵ dernier vers aoi       sur je suis bien dans quatrième essai de aux george(s) (s est la       quinze dernier vers aoi j’ai longtemps la deuxième édition du outre la poursuite de la mise introibo ad altare raphaËl constellations et nécrologie       la vous deux, c’est joie et "pour tes pour mon épouse nicole  “comment  “ce travail qui générations la fraîcheur et la pas sur coussin d’air mais    nous l’heure de la     l’é  jésus la littérature de nice, le 8 octobre décembre 2001.       dans granz fut li colps, li dux en       m̵ de profondes glaouis un titre : il infuse sa entr’els nen at ne pui       vu       sur autre citation"voui       journ& les oiseaux s’ouvrent certains soirs, quand je       et tu légendes de michel quatrième essai rares macles et roulis photo 1       vaches etait-ce le souvenir rêve, cauchemar, deuxième apparition de voici des œuvres qui, le       dans et tout avait même si mille fardeaux, mille       aux  dernières mises dernier vers aoi     pluie du paien sunt morz, alquant cet univers sans "ah ! mon doux pays, dans les hautes herbes il existe deux saints portant antoine simon 24 les lettres ou les chiffres ce va et vient entre  “la signification       la janvier 2002 .traverse       le vous avez poussées par les vagues il n’y a pas de plus 0 false 21 18 deuxième essai le dernier vers aoi dans les rêves de la  au mois de mars, 1166 la communication est chairs à vif paumes       les À perte de vue, la houle des nice, le 18 novembre 2004 l’attente, le fruit dernier vers aoi je rêve aux gorges       sur le je crie la rue mue douleur       bien       ce       nuage temps de cendre de deuil de (ô fleur de courge... deuxième apparition sur l’erbe verte si est Être tout entier la flamme  mise en ligne du texte f qu’il vienne, le feu merle noir  pour apaches : dernier vers aoi antoine simon 13       marche dernier vers aoi d’ eurydice ou bien de gardien de phare à vie, au ils s’étaient tout en travaillant sur les après la lecture de madame, on ne la voit jamais en 1958 ben ouvre à   si vous souhaitez       &agrav       banlie la légende fleurie est chaque jour est un appel, une il tente de déchiffrer, le franchissement des les étourneaux !   dits de carles respunt : de pareïs li seit la toutes sortes de papiers, sur       fourmi pourquoi yves klein a-t-il quand vous serez tout madame est une et il parlait ainsi dans la derniers "si elle est pas de pluie pour venir 5) triptyque marocain       " granz est li calz, si se     faisant la j’ai en réserve la route de la soie, à pied,       au halt sunt li pui e mult halt le lourd travail des meules approche d’une normalement, la rubrique mesdames, messieurs, veuillez antoine simon 22 l’appel tonitruant du   maille 1 :que   nous sommes j’entends sonner les livre grand format en trois a ma mère, femme parmi jouer sur tous les tableaux rm : d’accord sur il est le jongleur de lui tout mon petit univers en quai des chargeurs de     [1]  bribes en ligne a torna a sorrento ulisse torna « voici pour michèle    il     le quel ennui, mortel pour station 5 : comment antoine simon 17 ce jour-là il lui madame est une torche. elle       pav&ea       un antoine simon 19 antoine simon 30  le "musée dans la caverne primordiale  les éditions de (josué avait lentement je serai toujours attentif à bernadette griot vient de   au milieu de attention beau douce est la terre aux yeux un homme dans la rue se prend carles li reis en ad prise sa pour 1257 cleimet sa culpe, si que reste-t-il de la de toutes les     quand tromper le néant “dans le dessin « amis rollant, de clers est li jurz et li       &agrav 1254 : naissance de       je j’ai changé le  pour de et la peur, présente réponse de michel le lent déferlement de l’autre nouvelles mises en assise par accroc au bord de  l’exposition  il ne sait rien qui ne va     le cygne sur poème pour onze sous les cercles pour jacky coville guetteurs       fleure premier essai c’est paysage de ta tombe  et f les feux m’ont on cheval 1.- les rêves de  c’était les premières    tu sais est-ce parce que, petit, on       au (en regardant un dessin de antoine simon 32 la chaude caresse de si grant dol ai que ne       reine       droite       alla régine robin, ce li quens oger cuardise  epître aux   la baie des anges       l̵ dernier vers aoi       un mois sans le glacis de la mort si j’avais de son       juin sequence 6   le       sur  un livre écrit mougins. décembre sept (forces cachées qui "le renard connaît la liberté de l’être la question du récit ce qui importe pour ecrire sur juste un i en voyant la masse aux       allong station 1 : judas   iv    vers un jour nous avons ecrire les couleurs du monde la vie est dans la vie. se ce qui fait tableau : ce       allong portrait. 1255 : l’impossible       pourqu antoine simon 6 dernier vers aoi tendresse du mondesi peu de  née à dernier vers aoi       en un   un vendredi       les « 8° de ce texte m’a été       descen " je suis un écorché vif. la bouche pure souffrance       d&eacu accorde ton désir à ta       magnol       parfoi       cerisi madame des forêts de   3   

les quelque chose l’impression la plus la bouche pleine de bulles       &eacut  monde rassemblé ce jour là, je pouvais quand il voit s’ouvrir,         or je n’hésiterai raphaël pour anne slacik ecrire est art jonction semble enfin antoine simon 23 seins isabelle boizard 2005 seul dans la rue je ris la       le peinture de rimes. le texte dernier vers aoi         dans je ne sais pas si premier vers aoi dernier   un “le pinceau glisse sur al matin, quant primes pert quelque temps plus tard, de karles se dort cum hume suite du blasphème de   est-ce que la terre a souvent tremblé a propos de quatre oeuvres de le 23 février 1988, il le temps passe dans la on peut croire que martine  il est des objets sur     nous autre citation       devant  zones gardées de       tourne 10 vers la laisse ccxxxii dans le patriote du 16 mars antoine simon 2 f le feu est venu,ardeur des à sylvie sa langue se cabre devant le « h&eacu nous avons affaire à de       ( coupé en deux quand ajout de fichiers sons dans bribes en ligne a a dix sept ans, je ne savais cyclades, iii°  ce mois ci : sub       rampan       l̵       un ce 28 février 2002. dernier vers aoi       les sixième grande lune pourpre dont les     hélas, charogne sur le seuilce qui première elle disposait d’une exode, 16, 1-5 toute ici, les choses les plus       &   que signifie       object mise en ligne d’un en ceste tere ad estet ja       apparu le grand combat :     pourquoi       cette       glouss ce qui aide à pénétrer le le scribe ne retient       object je découvre avant toi f dans le sourd chatoiement       p&eacu dimanche 18 avril 2010 nous cet article est paru dans le  de la trajectoire de ce la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EXPANSIONS

 

 

Rien n’est plus improprement nommé que le modèle. 

Fleuve, le torrent t’envie, et l’un et l’autre irez vous fondre dans la tendresse de la mer ainsi dormir (parler) est une ville à l’érotisme lumineux, pleine de douceurs humides et odorantes, de liquidités vaguement poisseuses qui se réunissent en masses océanes dans l’halètement pénétrant des marées ; elle s’étage en strates, s’organise en voies de passage, impasses et détours, en terrains vagues et zones à conquérir.

Jamais je n’aurais connu le bonheur si ma langue ne s’était heurtée à tant de langues, rencontrées, formantes, jamais nous n’aurions connu le bonheur, si nous n’avions attenté à la solitude de Babel, nous forgeant tant de crânes en plus...

Le spectacle finirait-il ? Josué aspirait au repos, à l’odeur des rues de la ville, à la marche apaisante et au bruit sourd des pas dans la nuit des ruelles désertées, il imaginait les longues manches des boueux inondant des traverses, à la fraîche descente vers la mer, aux halos lumineux des restaurants affaiblis, à la rêverie de ses pieds dans la ville endormie, aux rares passants attendus, entendus de loin, au vagabondage des chiens flairant des poubelles entrebaillées.

Le spectacle finirait-il ? Il rêvait d’Epidaure aux murmures roulants, d’une toile de fond aux limites du monde, sentant la mer, rythmée de monts, remuée de souffles et de chuchotements.

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette