BRIBES EN LIGNE
deux ajouts ces derniers station 4 : judas  il en est des noms comme du quando me ne so itu pe le franchissement des eurydice toujours nue à s’égarer on essai de nécrologie, avant propos la peinture est (josué avait pour mon épouse nicole ainsi fut pétrarque dans bribes en ligne a   jn 2,1-12 : nous lirons deux extraits de mon cher pétrarque, vous n’avez de tantes herbes el pre pluies et bruines, les amants se   dits de le glacis de la mort li quens oger cuardise chaque jour est un appel, une laure et pétrarque comme tes chaussures au bas de reprise du site avec la f qu’il vienne, le feu et c’était dans je t’ai admiré, la bouche pure souffrance ouverture de l’espace antoine simon 13 dernier vers aoi constellations et jamais si entêtanteeurydice faisant dialoguer macles et roulis photo 3 le tissu d’acier ki mult est las, il se dort antoine simon 32 antoine simon 25 au commencement était granz fut li colps, li dux en c’est ici, me les avenues de ce pays la bouche pleine de bulles       fleur c’était une 1) la plupart de ces dernier vers aoi   pour le prochain       quinze et il fallait aller debout ço dist li reis : on a cru à coupé le sonà       voyage leonardo rosa on croit souvent que le but       la       dans autre citation  avec « a la       un de toutes les dernier vers aoi un homme dans la rue se prend le recueil de textes       jardin antoine simon 6       longte pas même ainsi alfred… des quatre archanges que la vie humble chez les de pa(i)smeisuns en est venuz d’ eurydice ou bien de thème principal : la danse de dernier vers que mort hans freibach :       le rêve, cauchemar,    7 artistes et 1 les étourneaux ! non... non... je vous assure, nos voix torna a sorrento ulisse torna       pour mais jamais on ne       devant   pour olivier a ma mère, femme parmi dernier vers aoi polenta  de même que les clers fut li jurz e li je meurs de soif carissimo ulisse,torna a dernier vers aoi  dernières mises le scribe ne retient nice, le 18 novembre 2004 marie-hélène pour egidio fiorin des mots le grand combat : ce va et vient entre je n’hésiterai il arriva que quatrième essai rares je suis  l’exposition  antoine simon 18 démodocos... Ça a bien un       la la galerie chave qui       mouett viallat © le château de       fourr&  ce qui importe pour la route de la soie, à pied, antoine simon 9 générations       dans je déambule et suis 7) porte-fenêtre premier vers aoi dernier sur la toile de renoir, les dernier vers aoi de sorte que bientôt 1- c’est dans 0 false 21 18       l̵ a toi le don des cris qui ils sortent de pareïs li seit la effleurer le ciel du bout des f tous les feux se sont chairs à vif paumes sors de mon territoire. fais se reprendre. creuser son  martin miguel vient 13) polynésie 0 false 21 18 soudain un blanc fauche le     rien       &agrav au matin du errer est notre lot, madame, dans le train premier une errance de la mort, l’ultime port,       alla le 23 février 1988, il       et tu     [1]  le lourd travail des meules une il faut dire les pour alain borer le 26 non, björg, si j’avais de son À peine jetés dans le arbre épanoui au ciel voile de nuità la je t’enlace gargouille pour michèle aueret sous l’occupation les plus vieilles c’est la chair pourtant et que dire de la grâce antoine simon 28 …presque vingt ans plus Ç’avait été la c’est un peu comme si,       les c’est la distance entre je ne sais pas si raphaËl pour nicolas lavarenne ma antoine simon 16 accoucher baragouiner le proche et le lointain il tente de déchiffrer,    tu sais bernadette griot vient de ce qui fait tableau : ce       la  si, du nouveau alocco en patchworck © madame des forêts de rare moment de bonheur, me ici, les choses les plus tendresse du mondesi peu de encore une citation“tu       "       ce suite de ne faut-il pas vivre comme que reste-t-il de la   je n’ai jamais    au balcon madame a des odeurs sauvages  tous ces chardonnerets  née à troisième essai et raphaël ….omme virginia par la genre des motsmauvais genre dans les horizons de boue, de       p&eacu       &n un besoin de couper comme de temps de bitume en fusion sur buttati ! guarda&nbs merci au printemps des   en grec, morías       apparu       une jamais je n’aurais antoine simon 23 fin première dans l’effilé de madame est une ce texte se présente    nous station 5 : comment assise par accroc au bord de toute une faune timide veille equitable un besoin sonnerait moi cocon moi momie fuseau traquer       le à cri et à marcel alocco a je me souviens de et je vois dans vos sainte marie, dernier vers aoi passent .x. portes,       o accorde ton désir à ta       tu le saiset je le vois (ma gorge est une pour max charvolen 1)       apr&eg « pouvez-vous antoine simon 29   le texte suivant a ma mémoire ne peut me pour andré villers 1) cinq madame aux yeux       au quelques autres des conserves ! vue à la villa tamaris pour ma dans les carnets antoine simon 17 quai des chargeurs de   ciel !!!!       allong       sur  de la trajectoire de ce     du faucon       la clers est li jurz et li  marcel migozzi vient de nous avons affaire à de des voiles de longs cheveux  on peut passer une vie     cet arbre que Éléments - je ne saurais dire avec assez approche d’une la deuxième édition du samuelchapitre 16, versets 1 la littérature de nous viendrons nous masser vertige. une distance antoine simon 2 pour jean-marie simon et sa les textes mis en ligne       vaches attendre. mot terrible. etudiant à tant pis pour eux. petit matin frais. je te   six formes de la dernier vers aoi       glouss 0 false 21 18 toi, mésange à le plus insupportable chez bel équilibre et sa       neige tous ces charlatans qui je ne peins pas avec quoi, le 15 mai, à       deux       sur la pureté de la survie. nul références : xavier grande lune pourpre dont les et si tu dois apprendre à glaciation entre le temps passe dans la le lent déferlement pour michèle gazier 1 dans le pays dont je vous halt sunt li pui e mult halt noble folie de josué,     les fleurs du f les rêves de dernier vers aoi pour philippe       "moi, esclave" a       " je serai toujours attentif à nous serons toujours ces mon travail est une       vu       jonath   nous sommes je désire un au seuil de l’atelier antoine simon 26 j’ai longtemps À la loupe, il observa   saint paul trois et tout avait nous dirons donc et voici maintenant quelques tout le problème       object le galop du poème me « voici avec marc, nous avons pour jean marie       retour art jonction semble enfin chercher une sorte de   entrons   un vendredi un nouvel espace est ouvert le 2 juillet in the country dans les écroulements paysage de ta tombe  et bribes en ligne a       allong derniers vers sun destre pour michèle gazier 1)       sur (vois-tu, sancho, je suis ce monde est semé temps de pierres dans la dire que le livre est une c’est pour moi le premier       entre et si au premier jour il ajout de fichiers sons dans       sur aux barrières des octrois       b&acir on trouvera la video     le       ...mai au programme des actions journée de apaches : i mes doigts se sont ouverts macles et roulis photo sables mes parolesvous dernier vers aoi poème pour comment entrer dans une antoine simon 15 madame porte à antoine simon 21 le 28 novembre, mise en ligne quand c’est le vent qui   si vous souhaitez bientôt, aucune amarre       &agrav tous feux éteints. des (la numérotation des aucun hasard si se la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EXPANSIONS

 

 

 

 

 

Je ne pense qu’à ça oui oui je ne pense qu’à ça c’est quand même la vie quoi la vie le ka kamasoutra je ne pense qu’à et y passer la vie pour étudier l’ultime position celle où oui mourir n’est rien mourir comme repartir d’où l’on vient oui le retour je ne pense qu’à ça c’est comme le vieux rêve combien deux mètres carrés de peau ça fait voyons ça fait ça fait bien deux cents vingt mille centimètres carrés à raison de l’exploration systématique d’un centimètre carré par jour il faut voyons voyons trois cent soixante cinq par dix trois mille six cent cinquante il faut voyons encore par dix trente six mille cinq cents quoi un peu moins de cent ans pour bien connaître l’épiderme d’un corps enfin... de quoi s’y perdre et au fur et à mesure que le temps passe la mémoire s’en perd s’en enfouit en tout cas oui et puis l’épiderme change la peau se flétrit ici ou là et tout tout est à recommencer impossible connaissance de la réalité du détail.
Vaine ? Oui oui après tout l’étude simplement des positions c’est plus c’est plus vrai

AOI

mille e tre

je me plaisais alors à me perdre dans à me perdre dans l’odeur des femmes

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette