BRIBES EN LIGNE
une il faut dire les la mort d’un oiseau. f les marques de la mort sur maintenant il connaît le les grands       dans en introduction à il était question non À la loupe, il observa pour philippe j’ai longtemps  l’écriture       au neuf j’implore en vain pour mon épouse nicole (ma gorge est une     chant de       va la liberté s’imprime à ainsi alfred… "ah ! mon doux pays, cet article est paru dans le les lettres ou les chiffres on trouvera la video   j’ai souvent générations un jour nous avons beaucoup de merveilles       le       l̵       les nice, le 30 juin 2000       entre f j’ai voulu me pencher au rayon des surgelés       banlie le geste de l’ancienne,  ce mois ci : sub clers fut li jurz e li la liberté de l’être  jésus       sur       à nouvelles mises en le franchissement des attendre. mot terrible. quando me ne so itu pe       tourne bruno mendonça comme une suite de i mes doigts se sont ouverts ce li emperere par sa grant al matin, quant primes pert       au écrirecomme on se ne pas négocier ne madame dans l’ombre des autres litanies du saint nom     rien pluies et bruines, 13) polynésie zacinto dove giacque il mio un nouvel espace est ouvert     à     ton la langue est intarissable troisième essai et       j̵       &n c’est la peur qui fait "le renard connaît morz est rollant, deus en ad la vie est ce bruissement pour andré pas facile d’ajuster le   (dans le       le et la peur, présente la bouche pure souffrance À perte de vue, la houle des antoine simon 21 pour martine madame a des odeurs sauvages antoine simon 29 madame, vous débusquez j’ai en réserve les cuivres de la symphonie il existe deux saints portant autre citation"voui rossignolet tu la vos estes proz e vostre il ne reste plus que le le temps passe si vite, voile de nuità la dans ce pays ma mère la danse de    nous histoire de signes .       embarq la légende fleurie est mais non, mais non, tu Être tout entier la flamme       dans       pourqu pas même l’instant criblé la question du récit       &ccedi ce 28 février 2002. le scribe ne retient       le je rêve aux gorges je t’enlace gargouille   tout est toujours en pour andré       en un je n’hésiterai ce qui fascine chez  hier, 17 macles et roulis photo 1 pour julius baltazar 1 le toute une faune timide veille   dits de des voix percent, racontent       soleil la chaude caresse de madame déchirée dernier vers que mort je t’enfourche ma madame est la reine des on préparait légendes de michel (en regardant un dessin de tout est possible pour qui et il fallait aller debout rêve, cauchemar, iv.- du livre d’artiste comme un préliminaire la la mastication des l’homme est faisant dialoguer       entre dernier vers aoi etait-ce le souvenir antoine simon 25   on n’est pour martin   au milieu de     un mois sans rm : d’accord sur f le feu s’est       au macles et roulis photo 3 du fond des cours et des bribes en ligne a non... non... je vous assure, violette cachéeton   un vendredi sequence 6   le antoine simon 2 démodocos... Ça a bien un nous avancions en bas de     l’é l’impossible       pav&ea de pareïs li seit la rare moment de bonheur,       sur le       s̵ marcel alocco a    en la force du corps, dernier vers aoi       la   marcel la lecture de sainte « amis rollant, de  hors du corps pas  “... parler une       je   (à passet li jurz, la noit est hans freibach : mi viene in mentemi allons fouiller ce triangle heureuse ruine, pensait dans les horizons de boue, de       deux giovanni rubino dit preambule – ut pictura     oued coulant f tous les feux se sont       l̵ clquez sur frères et       fleur quand il voit s’ouvrir, noble folie de josué, voici des œuvres qui, le mise en ligne d’un je suis celle qui trompe       "     au couchant       reine on dit qu’agathe f les feux m’ont epuisement de la salle, dernier vers aoi et ces   adagio   je si tu es étudiant en réponse de michel la prédication faite les premières       six à propos des grands la communication est 7) porte-fenêtre mon cher pétrarque, dernier vers aoi       la "nice, nouvel éloge de la “dans le dessin dentelle : il avait toulon, samedi 9 deuxième essai il arriva que     double v.- les amicales aventures du       dans tromper le néant le grand combat :       le je suis bien dans cinq madame aux yeux dans le monde de cette antoine simon 31 je me souviens de m1       l’évidence       la antoine simon 10 edmond, sa grande de la quand sur vos visages les références : xavier « pouvez-vous pour anne slacik ecrire est au commencement était a dix sept ans, je ne savais il est le jongleur de lui (de)lecta lucta   l’appel tonitruant du à la bonne dans la caverne primordiale le soleil n’est pas  mise en ligne du texte  tu ne renonceras pas. les dessins de martine orsoni temps de bitume en fusion sur la brume. nuages madame est une autre petite voix     "       voyage dans les carnets tous ces charlatans qui     du faucon 1.- les rêves de la terre a souvent tremblé je meurs de soif j’ai relu daniel biga, li emperere s’est l’existence n’est macles et roulis photo dernier vers aoi     les provisions  un livre écrit il faut aller voir   iv    vers carcassonne, le 06       sous à ço dist li reis : percey priest lakesur les     pourquoi       sur suite du blasphème de  improbable visage pendu face aux bronzes de miodrag  pour jean le dernier vers aoi pur ceste espee ai dulor e gardien de phare à vie, au de toutes les la vie humble chez les       sur i en voyant la masse aux comme ce mur blanc « 8° de cette machine entre mes il y a dans ce pays des voies       l̵ cliquetis obscène des       sur se reprendre. creuser son tu le sais bien. luc ne       sur entr’els nen at ne pui tout le problème pour raphaël il ne s’agit pas de cinquième essai tout c’est un peu comme si, seins isabelle boizard 2005 ainsi va le travail de qui pour michèle gazier 1) le lourd travail des meules là, c’est le sable et 1. il se trouve que je suis raphaËl napolì napolì             deux toutes ces pages de nos poussées par les vagues l’impression la plus a supposer quece monde tienne arbre épanoui au ciel assise par accroc au bord de       pour avant propos la peinture est dans les hautes herbes deux nouveauté, 0 false 21 18 les textes mis en ligne     sur la pente approche d’une in the country dernier vers aoi tes chaussures au bas de reflets et echosla salle tout en vérifiant dernier vers aoi station 5 : comment la cité de la musique dernier vers aoi   autre citation paien sunt morz, alquant ce jour là, je pouvais les enseignants : antoine simon 16 les doigts d’ombre de neige 5) triptyque marocain         se dernier vers aoi d’abord l’échange des       le "moi, esclave" a       droite de pa(i)smeisuns en est venuz torna a sorrento ulisse torna ici, les choses les plus       cerisi ici. les oiseaux y ont fait dernier vers aoi attendre. mot terrible. immense est le théâtre et l’éclair me dure, et encore  dits il n’y a pas de plus       " de tantes herbes el pre       su trois (mon souffle au matin à propos “la     &nbs le texte qui suit est, bien    de femme liseuse vous dites : "un pour jacqueline moretti, pour jean-marie simon et sa       la pas sur coussin d’air mais       le nous serons toujours ces antoine simon 27       la pie les oiseaux s’ouvrent ses mains aussi étaient la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EXPANSIONS

 

 

 

 

 

Je ne pense qu’à ça oui oui je ne pense qu’à ça c’est quand même la vie quoi la vie le ka kamasoutra je ne pense qu’à et y passer la vie pour étudier l’ultime position celle où oui mourir n’est rien mourir comme repartir d’où l’on vient oui le retour je ne pense qu’à ça c’est comme le vieux rêve combien deux mètres carrés de peau ça fait voyons ça fait ça fait bien deux cents vingt mille centimètres carrés à raison de l’exploration systématique d’un centimètre carré par jour il faut voyons voyons trois cent soixante cinq par dix trois mille six cent cinquante il faut voyons encore par dix trente six mille cinq cents quoi un peu moins de cent ans pour bien connaître l’épiderme d’un corps enfin... de quoi s’y perdre et au fur et à mesure que le temps passe la mémoire s’en perd s’en enfouit en tout cas oui et puis l’épiderme change la peau se flétrit ici ou là et tout tout est à recommencer impossible connaissance de la réalité du détail.
Vaine ? Oui oui après tout l’étude simplement des positions c’est plus c’est plus vrai

AOI

mille e tre

je me plaisais alors à me perdre dans à me perdre dans l’odeur des femmes

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette