BRIBES EN LIGNE
pour nicolas lavarenne ma dernier vers aoi mise en ligne d’un le galop du poème me passent .x. portes, ce va et vient entre l’instant criblé et…  dits de pure forme, belle muette, antoine simon 17 je t’ai admiré,  de la trajectoire de ce de pa(i)smeisuns en est venuz « e ! malvais  les œuvres de granz est li calz, si se dernier vers s’il antoine simon 2 première rupture : le le 10 décembre 2013, décembre 2001. li emperere par sa grant       &ccedi comme un préliminaire la  pour le dernier jour la prédication faite tout en travaillant sur les   nous sommes ce qui fascine chez       la et la peur, présente avant propos la peinture est petites proses sur terre dernier vers aoi dans le pays dont je vous les durand : une je ne sais pas si   3   

les bel équilibre et sa dernier vers aoi       le  martin miguel vient pour jean gautheronle cosmos pour marcel clers fut li jurz e li trois (mon souffle au matin quatre si la mer s’est toutes ces pages de nos ainsi va le travail de qui    au balcon       le le 2 juillet on préparait je t’enfourche ma dernier vers aoi pour alain borer le 26 au programme des actions     depuis deux ajouts ces derniers deux ce travail vous est tous feux éteints. des antoine simon 5     pourquoi au rayon des surgelés je suis bien dans "le renard connaît chaque jour est un appel, une    seule au la lecture de sainte siglent a fort e nagent e       sur comment entrer dans une les installations souvent, f j’ai voulu me pencher nice, le 18 novembre 2004     chant de thème principal : mult est vassal carles de tendresses ô mes envols et tout avait iloec endreit remeint li os paysage de ta tombe  et (vois-tu, sancho, je suis pour martine, coline et laure       le ainsi alfred… des conserves !  dans toutes les rues       avant     cet arbre que autres litanies du saint nom entr’els nen at ne pui cinq madame aux yeux "l’art est-il         &n       retour merle noir  pour dieu faisait silence, mais       le   l’oeuvre vit son  “comment dernier vers aoi     ton la langue est intarissable l’une des dernières     hélas, j’oublie souvent et il est le jongleur de lui       dernier vers aoi       sur macles et roulis photo 7 à sylvie       dans       les   pour olivier tout à fleur d’eaula danse huit c’est encore à toutes sortes de papiers, sur   je n’ai jamais dans ma gorge s’égarer on       vu sors de mon territoire. fais je suis celle qui trompe deux nouveauté, soudain un blanc fauche le on trouvera la video guetter cette chose n’ayant pas a propos de quatre oeuvres de pour le prochain basilic, (la     vers le soir       o (dans mon ventre pousse une les avenues de ce pays qu’est-ce qui est en       d&eacu       embarq il existe deux saints portant ici, les choses les plus se placer sous le signe de morz est rollant, deus en ad il y a tant de saints sur si j’avais de son autre petite voix le samedi 26 mars, à 15       m̵ rm : nous sommes en descendre à pigalle, se             la glaciation entre       &agrav corps nomades bouches pour julius baltazar 1 le deuxième apparition de la route de la soie, à pied, pour mireille et philippe antoine simon 19 nous avancions en bas de la pureté de la survie. nul macles et roulis photo derniers antoine simon 16 percey priest lakesur les ma voix n’est plus que ce jour-là il lui c’est pour moi le premier lancinant ô lancinant 0 false 21 18 régine robin, le 23 février 1988, il onze sous les cercles      & si, il y a longtemps, les quelque temps plus tard, de de proche en proche tous viallat © le château de peinture de rimes. le texte je découvre avant toi …presque vingt ans plus violette cachéeton un titre : il infuse sa miguel a osé habiter raphaël 0 false 21 18  si, du nouveau nous lirons deux extraits de       entre noble folie de josué,     sur la     les fleurs du       journ&  les trois ensembles la deuxième édition du l’impossible   encore une     de rigoles en histoire de signes .     longtemps sur il ne reste plus que le       arauca       la   tout est toujours en m1       il était question non cette machine entre mes       s̵ ensevelie de silence,       dans quel étonnant pour michèle gazier 1 derniers vers sun destre "tu sais ce que c’est le vieux qui   marcel pluies et bruines,       juin mm oui, ce qui est troublant  il y a le les lettres ou les chiffres j’ai travaillé de sorte que bientôt (ma gorge est une temps de cendre de deuil de à cri et à des voiles de longs cheveux comme ce mur blanc le 26 août 1887, depuis dernier vers aoi  dans le livre, le       au voile de nuità la carissimo ulisse,torna a f le feu est venu,ardeur des pour ma       parfoi  le "musée       je macles et roulis photo 6 pour yves et pierre poher et  epître aux polenta et  riche de mes       ce         ma       force quatrième essai de bribes en ligne a le travail de miguel, de 1968       au on a cru à je n’hésiterai       sur mon travail est une  au travers de toi je encore la couleur, mais cette     le cygne sur       apr&eg les routes de ce pays sont     m2 &nbs mille fardeaux, mille lentement, josué       en un       apr&eg a toi le don des cris qui arbre épanoui au ciel       un paien sunt morz, alquant   on n’est       descen     surgi grande lune pourpre dont les       un dernier vers aoi 1.- les rêves de pierre ciel issent de mer, venent as dans le train premier le proche et le lointain       dans  un livre écrit       la (elle entretenait     nous l’art n’existe dire que le livre est une antoine simon 10       baie in the country       en       l̵       je me la mort, l’ultime port,   la baie des anges essai de nécrologie, toujours les lettres :       la encore une citation“tu un verre de vin pour tacher quando me ne so itu pe preambule – ut pictura la rencontre d’une       une un besoin de couper comme de intendo... intendo ! f les feux m’ont quelques textes  zones gardées de cet article est paru bruno mendonça madame est une torche. elle antoine simon 21 (en regardant un dessin de folie de josuétout est six de l’espace urbain, fragilité humaine. un homme dans la rue se prend introibo ad altare  née à       " envoi du bulletin de bribes couleur qui ne masque pas si elle est belle ? je ce qu’un paysage peut je meurs de soif   est-ce que le scribe ne retient       nuage ( ce texte a c’est extrêmement antoine simon 25       sur le       le une autre approche de ce qui importe pour je t’enlace gargouille souvent je ne sais rien de recleimet deu mult f le feu m’a dans l’innocence des en ceste tere ad estet ja au lecteur voici le premier l’appel tonitruant du       le dernier vers aoi     après si tu es étudiant en branches lianes ronces pour robert il en est des noms comme du la mastication des 1- c’est dans (josué avait lentement 13) polynésie (À l’église    si tout au long     oued coulant pour andrée pour jean-louis cantin 1.- béatrice machet vient de       un le lent tricotage du paysage c’est la chair pourtant en 1958 ben ouvre à un nouvel espace est ouvert où l’on revient nu(e), comme son nom       object et encore  dits madame dans l’ombre des sur l’erbe verte si est il avait accepté la force du corps, livre grand format en trois apaches :   se archipel shopping, la "ah ! mon doux pays, mes pensées restent leonardo rosa       quinze pour helmut pour qui veut se faire une     sur la pente accorde ton désir à ta l’eau s’infiltre errer est notre lot, madame, a la fin il ne resta que dans un coin de nice,   un la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EXPANSIONS

 

Encore une nécrologie

Car je suis né à Charleville
Et je suis chef d’escadrille
Lieutenant de la grande guerre
dans l’équipe des Cigognes
O Guynemer ô Guynemer

 

Et vive l’aéropostale !

Mais elles ne m’aimaient pas ou, du moins, elles m’aimaient moins qu’elles n’aimaient leurs sentiments pour moi, mais comme je les aimais moi-même moins que je n’aimais mon propre étonnement à me plaire autour de leur corps, nous étions quitte. 

 

Aussi, chaque fois que cela lui était possible, il n’hésitait pas à la bourrade, à la caresse, à l’envol des mains dessinant l’épaule, le dos, plus rarement envol des doigts butinant le visage, tournant au-dessus des cheveux, glissant le long des joues, réunis sous le menton... Il fallait pourtant, même dans l’amitié, la camaraderie, l’affection ou l’amour, retenir, contenir, à moins d’user de savants subterfuges, ou d’agir sous couvert, ou à l’occasion, d’états particuliers, intensité de la joie, de la peine, débuts d’ivresses, euphories, rencontres soudaines après des séparations mûries... Peuple manchot ! Et s’il n’avait pas risqué l’ambiguïté, ses gestes auraient tourbillonné autour de tous, il n’en aurait privé personne, volant dans les rues et les lieux le long de rides, de boucles, de seins,caresses... Mais la retenue ! Mais la jalousie ! Mais l’interprétation ! Mais les on-dit, la rumeur ! La stupidité ! Seuls pouvaient se donner libre cours, sans arrière pensée, ni tourmente, ni ambiguïté, ni confusion, les gestes et l’affection envers les filles de Lesbos

Il avait d’ailleurs pour tout ce qui touchait à Sappho une sympathie passionnée.

AOI

 

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette