BRIBES EN LIGNE
madame dans l’ombre des   je n’ai jamais la terre nous mais non, mais non, tu    les œuvres de de soie les draps, de soie et la peur, présente         or 0 false 21 18 autres litanies du saint nom approche d’une le "patriote", 1257 cleimet sa culpe, si       le encore la couleur, mais cette     pluie du paysage de ta tombe  et l’appel tonitruant du bribes en ligne a je suis celle qui trompe     au couchant       é le 19 novembre 2013, à la l’ami michel       devant f le feu m’a histoire de signes . nous serons toujours ces li emperere par sa grant allons fouiller ce triangle ce n’est pas aux choses     cet arbre que napolì napolì       une l’impression la plus "ces deux là se il ne s’agit pas de et je vois dans vos dieu faisait silence, mais comme ce mur blanc lentement, josué la gaucherie à vivre, dans ce pays ma mère Être tout entier la flamme écrirecomme on se l’attente, le fruit carles respunt : le 28 novembre, mise en ligne un titre : il infuse sa antoine simon 25       au rita est trois fois humble. ne faut-il pas vivre comme       object       sur le geste de l’ancienne, a christiane dernier vers aoi   dimanche 18 avril 2010 nous merci à la toile de "la musique, c’est le ….omme virginia par la je déambule et suis pour nicolas lavarenne ma    au balcon antoine simon 6 "pour tes tant pis pour eux. station 7 : as-tu vu judas se les dieux s’effacent pour ma l’instant criblé il faut laisser venir madame À max charvolen et vi.- les amicales aventures une autre approche de dix l’espace ouvert au huit c’est encore à j’entends sonner les ce qui fait tableau : ce en 1958 ben ouvre à au matin du ...et poème pour tout mon petit univers en coupé le sonà       voyage du fond des cours et des sur l’erbe verte si est tes chaussures au bas de charogne sur le seuilce qui l’évidence c’est une sorte de elle réalise des deuxième apparition genre des motsmauvais genre le 26 août 1887, depuis 1 la confusion des rien n’est et ma foi, dernier vers aoi je découvre avant toi deux ce travail vous est antoine simon 29 dans les carnets madame a des odeurs sauvages ce monde est semé assise par accroc au bord de   pour olivier antoine simon 7 la cité de la musique je n’ai pas dit que le comme une suite de cet article est paru dans le au labyrinthe des pleursils       le       &agrav dernier vers aoi la danse de toi, mésange à   (à les étourneaux !       gentil   la baie des anges un trait gris sur la     &nbs (elle entretenait macles et roulis photo 7 avec marc, nous avons dernier vers aoi chaque jour est un appel, une moi cocon moi momie fuseau sur la toile de renoir, les sainte marie, tous ces charlatans qui a l’aube des apaches, f les feux m’ont les durand : une quatrième essai rares ma voix n’est plus que quand nous rejoignons, en patrick joquel vient de aux george(s) (s est la       je me raphaël       (       au       nuage d’un côté       les quando me ne so itu pe       dans       au       &n reflets et echosla salle a la libération, les       ruelle dans le monde de cette on cheval       fleure sauvage et fuyant comme sa langue se cabre devant le pour egidio fiorin des mots    si tout au long  on peut passer une vie prenez vos casseroles et       grappe       "  il y a le le scribe ne retient six de l’espace urbain, il n’est pire enfer que à la mémoire de ki mult est las, il se dort à sylvie dernier vers s’il       entre démodocos... Ça a bien un je m’étonne toujours de la poème pour       il       un     oued coulant antoine simon 19   pour le prochain     quand de l’autre       le  “comment       au les oiseaux s’ouvrent    seule au station 3 encore il parle marcel alocco a ce poème est tiré du autre citation"voui       o lu le choeur des femmes de pour maguy giraud et attendre. mot terrible. ( ce texte a   l’oeuvre vit son dire que le livre est une pour jacky coville guetteurs   dits de siglent a fort e nagent e  pour le dernier jour "l’art est-il vos estes proz e vostre seul dans la rue je ris la eurydice toujours nue à non... non... je vous assure, dernier vers aoi max charvolen, martin miguel essai de nécrologie, josué avait un rythme fragilité humaine.       l̵ marché ou souk ou  il est des objets sur la deuxième édition du a propos de quatre oeuvres de       ce au programme des actions      & quand vous serez tout la brume. nuages pour michèle aueret granz est li calz, si se       glouss  monde rassemblé 7) porte-fenêtre autre essai d’un in the country j’arrivais dans les       travail de tissage, dans       dans lorsque martine orsoni al matin, quant primes pert c’est vrai       m̵ pour pierre theunissen la rossignolet tu la si grant dol ai que ne l’illusion d’une       neige     chant de       un  tu ne renonceras pas. pas de pluie pour venir dernier vers aoi mult est vassal carles de   ciel !!!! macles et roulis photo 4 ce jour là, je pouvais ce paysage que tu contemplais avant propos la peinture est  martin miguel vient premier vers aoi dernier je n’hésiterai juste un mot pour annoncer       dans sous l’occupation je ne saurais dire avec assez antoine simon 33 la vie est dans la vie. se bel équilibre et sa la communication est antoine simon 20 la littérature de pur ceste espee ai dulor e quand sur vos visages les pierre ciel       soleil       p&eacu  mise en ligne du texte bernard dejonghe... depuis villa arson, nice, du 17 les routes de ce pays sont et ces       dans rare moment de bonheur,       la agnus dei qui tollis peccata raphaËl je crie la rue mue douleur il n’était qu’un 1254 : naissance de le corps encaisse comme il       " le travail de bernard si, il y a longtemps, les « pouvez-vous       banlie  hier, 17 printemps breton, printemps dans les hautes herbes       la la fonction,       deux il y a tant de saints sur       alla pluies et bruines,  jésus j’ai perdu mon jouer sur tous les tableaux       l̵ les plus vieilles     son moisissures mousses lichens outre la poursuite de la mise j’aime chez pierre  l’exposition  tu le sais bien. luc ne       cette sculpter l’air :       sur cinq madame aux yeux un verre de vin pour tacher       " se placer sous le signe de accoucher baragouiner dernier vers aoi il s’appelait (dans mon ventre pousse une       juin     les provisions deux ajouts ces derniers pour andré villers 1)       six qu’est-ce qui est en   1) cette     de rigoles en je ne sais pas si troisième essai et       la dans le pain brisé son ouverture de l’espace       parfoi pour helmut nécrologie       je me       apr&eg immense est le théâtre et pour jean-marie simon et sa       les dernier vers aoi les enseignants : vous dites : "un     à       sur deux mille ans nous       sur le mise en ligne       embarq ce qui fascine chez antoine simon 23       dans antoine simon 5 pour jean marie la question du récit       le ils sortent   maille 1 :que       d&eacu effleurer le ciel du bout des le passé n’est 10 vers la laisse ccxxxii générations livre grand format en trois  hors du corps pas introibo ad altare voudrais je vous le ciel est clair au travers       chaque la terre a souvent tremblé sors de mon territoire. fais régine robin, f le feu s’est onzième dans l’innocence des       le dans le patriote du 16 mars  c’était f toutes mes  un livre écrit       quinze en cet anniversaire, ce qui envoi du bulletin de bribes vedo la luna vedo le dernier vers aoi la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES PUBLIÉES > EXPANSIONS

 

Encore une nécrologie

Car je suis né à Charleville
Et je suis chef d’escadrille
Lieutenant de la grande guerre
dans l’équipe des Cigognes
O Guynemer ô Guynemer

 

Et vive l’aéropostale !

Mais elles ne m’aimaient pas ou, du moins, elles m’aimaient moins qu’elles n’aimaient leurs sentiments pour moi, mais comme je les aimais moi-même moins que je n’aimais mon propre étonnement à me plaire autour de leur corps, nous étions quitte. 

 

Aussi, chaque fois que cela lui était possible, il n’hésitait pas à la bourrade, à la caresse, à l’envol des mains dessinant l’épaule, le dos, plus rarement envol des doigts butinant le visage, tournant au-dessus des cheveux, glissant le long des joues, réunis sous le menton... Il fallait pourtant, même dans l’amitié, la camaraderie, l’affection ou l’amour, retenir, contenir, à moins d’user de savants subterfuges, ou d’agir sous couvert, ou à l’occasion, d’états particuliers, intensité de la joie, de la peine, débuts d’ivresses, euphories, rencontres soudaines après des séparations mûries... Peuple manchot ! Et s’il n’avait pas risqué l’ambiguïté, ses gestes auraient tourbillonné autour de tous, il n’en aurait privé personne, volant dans les rues et les lieux le long de rides, de boucles, de seins,caresses... Mais la retenue ! Mais la jalousie ! Mais l’interprétation ! Mais les on-dit, la rumeur ! La stupidité ! Seuls pouvaient se donner libre cours, sans arrière pensée, ni tourmente, ni ambiguïté, ni confusion, les gestes et l’affection envers les filles de Lesbos

Il avait d’ailleurs pour tout ce qui touchait à Sappho une sympathie passionnée.

AOI

 

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette