BRIBES EN LIGNE
les petites fleurs des       l̵       enfant dernier vers s’il nous lirons deux extraits de pour yves et pierre poher et d’abord l’échange des paroles de chamantu le proche et le lointain   on n’est la langue est intarissable       va       neige dernier vers aoi raphaël « e ! malvais rossignolet tu la la légende fleurie est l’appel tonitruant du   le 10 décembre recleimet deu mult travail de tissage, dans pour lee ne faut-il pas vivre comme       ma au seuil de l’atelier carcassonne, le 06 a la libération, les ce poème est tiré du s’égarer on antoine simon 27 vous n’avez station 3 encore il parle présentation du       &agrav     depuis f j’ai voulu me pencher     les fleurs du cyclades, iii° granz fut li colps, li dux en les routes de ce pays sont abstraction voir figuration histoire de signes .       je me    7 artistes et 1 ce jour là, je pouvais v.- les amicales aventures du     surgi merci à la toile de dernier vers aoi sixième toute une faune timide veille   1) cette l’instant criblé il tente de déchiffrer, dernier vers aoi laure et pétrarque comme de tantes herbes el pre  la toile couvre les  il y a le on trouvera la video et c’était dans ma voix n’est plus que ainsi alfred… gardien de phare à vie, au toi, mésange à   marcel passet li jurz, la noit est je ne saurais dire avec assez ce 28 février 2002. macles et roulis photo 7  martin miguel vient les cuivres de la symphonie       object des quatre archanges que  “... parler une pour daniel farioli poussant cinq madame aux yeux un nouvel espace est ouvert sous l’occupation       " écoute, josué,  il est des objets sur       vu   3   

les       au aux barrières des octrois encore la couleur, mais cette le 26 août 1887, depuis prenez vos casseroles et bruno mendonça si tu es étudiant en démodocos... Ça a bien un nécrologie autres litanies du saint nom le geste de l’ancienne,       magnol j’ai relu daniel biga, le scribe ne retient       fleure       la       sur li quens oger cuardise inoubliables, les vous avez j’ai parlé printemps breton, printemps branches lianes ronces dernier vers aoi       " les dieux s’effacent  les œuvres de ( ce texte a f qu’il vienne, le feu titrer "claude viallat,       m̵ béatrice machet vient de la galerie chave qui une il faut dire les       sur le dire que le livre est une tout en vérifiant la vie humble chez les 1- c’est dans le tissu d’acier carissimo ulisse,torna a "le renard connaît       le dans le patriote du 16 mars je rêve aux gorges       en ce texte se présente   d’un coté,       sur       &n nice, le 18 novembre 2004 moisissures mousses lichens  dans toutes les rues j’ai donné, au mois siglent a fort e nagent e       en un (josué avait lentement les grands   encore une station 4 : judas  les lettres ou les chiffres       chaque  jésus et que vous dire des f le feu s’est     à rare moment de bonheur,       un       jonath       la pie quand c’est le vent qui       glouss       longte karles se dort cum hume dernier vers aoi je suis bien dans je suis 1 au retour au moment le samedi 26 mars, à 15 "pour tes il existe deux saints portant bernadette griot vient de un jour nous avons temps de pierres mult est vassal carles de clers est li jurz et li  epître aux       dans se placer sous le signe de dernier vers que mort iloec endreit remeint li os dernier vers aoi 1254 : naissance de toujours les lettres : et si tu dois apprendre à       la antoine simon 25 « voici "ces deux là se premier vers aoi dernier       pav&ea dans la caverne primordiale       b&acir       m&eacu dernier vers aoi le glacis de la mort avant propos la peinture est  ce qui importe pour a dix sept ans, je ne savais non, björg,       bonheu       apr&eg juste un       ce pour qui veut se faire une dernier vers aoi  hors du corps pas leonardo rosa quelques textes elle disposait d’une bientôt, aucune amarre dentelle : il avait pour le prochain basilic, (la temps de pierres dans la diaphane est le mot (ou pur ceste espee ai dulor e antoine simon 11       ton dernier vers aoi villa arson, nice, du 17       sur au lecteur voici le premier       quand       fourr& c’est la peur qui fait la mort, l’ultime port, l’ami michel le 15 mai, à       dans marie-hélène temps de cendre de deuil de i.- avaler l’art par       quinze toutefois je m’estimais pour egidio fiorin des mots dernier vers aoi    au mois de mars, 1166 « h&eacu a la femme au       sur le une errance de le bulletin de "bribes approche d’une bien sûrla douce est la terre aux yeux       fleur   anatomie du m et       au il en est des meurtrières.       dans       il    seule au et tout avait       entre pour martine, coline et laure preambule – ut pictura ...et poème pour à bernadette un verre de vin pour tacher chaque automne les dans ce périlleux   au milieu de la réserve des bribes c’est parfois un pays vous êtes abu zayd me déplait. pas  marcel migozzi vient de dernier vers aoi  improbable visage pendu  pour le dernier jour dernier vers aoi le nécessaire non     dans la ruela "la musique, c’est le les parents, l’ultime       un  “ce travail qui macles et roulis photo 1 mi viene in mentemi et la peur, présente       les c’est ici, me ecrire les couleurs du monde “dans le dessin       la il ne sait rien qui ne va li emperere par sa grant (la numérotation des le 28 novembre, mise en ligne antoine simon 24 a la fin il ne resta que raphaël agnus dei qui tollis peccata sors de mon territoire. fais attendre. mot terrible. g. duchêne, écriture le on préparait poussées par les vagues le temps passe dans la tes chaussures au bas de la tentation du survol, à   tout est toujours en       dans  pour de   adagio   je       d&eacu le ciel de ce pays est tout le numéro exceptionnel de tendresses ô mes envols       st l’évidence le grand combat : glaciation entre f dans le sourd chatoiement     chambre carmelo arden quin est une in the country j’ai perdu mon     faisant la       sur et  riche de mes un titre : il infuse sa dernier vers aoi pour gilbert ma voix n’est plus que à la bonne       le il y a tant de saints sur     les provisions       la deuxième antoine simon 33 si j’avais de son légendes de michel deuxième apparition de je m’étonne toujours de la jamais je n’aurais accorde ton désir à ta en ceste tere ad estet ja la musique est le parfum de    en la bouche pure souffrance       le pour michèle gazier 1)       deux       parfoi percey priest lakesur les  dernier salut au         or l’art n’existe un homme dans la rue se prend aux george(s) (s est la mesdames, messieurs, veuillez viallat © le château de   la baie des anges j’ai longtemps le 2 juillet       fourmi et il fallait aller debout rm : d’accord sur réponse de michel comment entrer dans une j’aime chez pierre voici des œuvres qui, le en cet anniversaire, ce qui quand les eaux et les terres       montag  on peut passer une vie saluer d’abord les plus buttati ! guarda&nbs eurydice toujours nue à générations reprise du site avec la ne pas négocier ne   nous sommes  ce mois ci : sub nu(e), comme son nom toute trace fait sens. que la communication est 10 vers la laisse ccxxxii      & antoine simon 13 que reste-t-il de la "moi, esclave" a le pendu ma chair n’est la poésie, à la d’ eurydice ou bien de halt sunt li pui e mult halt ce qui importe pour rêve, cauchemar,       coude       au cinquième essai tout "et bien, voilà..." dit un temps hors du ço dist li reis : rm : nous sommes en je suis celle qui trompe   est-ce que la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES DANS LE NID DE L’AIGLE > VOLUME 5
<- CLII | CLIV ->
CLIII

Première publication : 17 décembre 2008

Clefs : art , "Je" , citations


Les petites fleurs des champs saisies dans la résine, on les trouve par conteneurs entiers chez les marchands de souvenirs, les artisans, les ambulants, petites fleurs de rien, fauteuses de mémoire... De longue date il cherche à conserver intactes les toute petites vies qu’il ramasse : fourmis, mouches, guêpes, pucerons... Les fige dans une goutte de colle en tube. Les place à son chevet. Résultat décevant : manque de transparence ; trop plein de bulles d’air. Il a abandonné la technique ; reste sensible aux inclusions, aux éveilleuses d’émotions. La taxidermie, la dessiccation végétaux l’attristent, lui répugnent. Mais il aime les herbiers, leur trouve un charme de momies qui dorment et de photos jaunies, et plus encore quand la plante a été aquarellée comme on le voit dans les recensions de Jean Baptiste Barla ou dans les complexes jardins des enluminures. Mais c’est l’inclusion qui l’attire, maintenant, ce moment saisi, ce pris sur le vif, dans la transparence modeste de l’altuglass, cet aspect celé, intouchable et -pour cela- parfaitement vivant d’aspect... Il se dit : "Tuer la mort en nous, c’est mourir tout vivant à jamais". Il se demande si c’est ce qui le fascine dans les petites fleurs des marchés saisies dans la résine... Et quel rapport entre les glaciers, la banquise, et la résine des inclusions ? Et entre l’inclusion et Ötzi, marcheur sorti tout glacé des Dolomites des millénaires après sa disparition ? Ou ce ces carottes polaires tirées à 3 kilomètres de profondeur. On dit “pures” parce qu’elles conservent des traces d’une vie jamais souillée par nous. Et on en extrait une eau des origines. Et on la vend. Cher ? Eau figée incluse en elle-même, en elle même préservée, d’elle même se préservant. Image d’une éternité courte... L’atelier… c’est ici, dans l’odeur des matières, dans leurs couleurs originelles, dans le chuchotement des déchirures, dans les bruissements de pinceaux et de plumes, dans ce petit lieu à la lumière avare que se forge l’immensité de l’espace, les croisements, les carrefours, du temps. Je suis bien ce corps : une structure osseuse composée des mêmes matières que les reliefs dont je dérive sans doute, un sang de mer parcourt mes artères, chargé de ce même oxygène qui vibre dans les plantes sous l’effet de la même lumière, et mes veines charrient ce même carbone qui me fait frère des profondeurs... A travers des temps sans partage je rêve de jardins froissés qui retrouvent des épousailles à des filets ouverts sans fin à la plongée des goélands dans les gorges océanes. "Dieu est un vieux malin. On ne peut pas le rouler, lui". AOI

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette