BRIBES EN LIGNE
    ton     le cygne sur laure et pétrarque comme dix l’espace ouvert au       mouett     double temps de cendre de deuil de       fourmi « e ! malvais antoine simon 28 petit matin frais. je te certains prétendent branches lianes ronces       apr&eg   le 10 décembre les textes mis en ligne  martin miguel vient dernier vers aoi       o dans les carnets on peut croire que martine  epître aux pour mireille et philippe couleur qui ne masque pas f tous les feux se sont les installations souvent, j’arrivais dans les vous deux, c’est joie et livre grand format en trois j’ai longtemps dernier vers aoi  improbable visage pendu assise par accroc au bord de tendresse du mondesi peu de 1254 : naissance de là, c’est le sable et vertige. une distance cinq madame aux yeux l’instant criblé le soleil n’est pas 7) porte-fenêtre toute une faune timide veille si tu es étudiant en dans le train premier une autre approche de       entre pas même "la musique, c’est le f qu’il vienne, le feu quai des chargeurs de il faut aller voir comme une suite de le 28 novembre, mise en ligne traquer quand il voit s’ouvrir, dans les carnets le 19 novembre 2013, à la petites proses sur terre " je suis un écorché vif.       &ccedi a propos de quatre oeuvres de dernier vers aoi quand les eaux et les terres agnus dei qui tollis peccata À max charvolen et il n’y a pas de plus antoine simon 7 et voici maintenant quelques       é dernier vers aoi   printemps breton, printemps troisième essai pour alain borer le 26       neige       " deuxième apparition de lorsqu’on connaît une       " vos estes proz e vostre  les trois ensembles le nécessaire non mon cher pétrarque,       dans hans freibach : tant pis pour eux. avant dernier vers aoi ainsi fut pétrarque dans       sur       ma       sur introibo ad altare       voyage       &agrav j’ai perdu mon       je me je suis bien dans normalement, la rubrique abstraction voir figuration cet article est paru dans le quelque temps plus tard, de sequence 6   le le franchissement des chaque jour est un appel, une    si tout au long dernier vers aoi je ne sais pas si il y a des objets qui ont la quatrième essai de epuisement de la salle,       nuage la mort d’un oiseau. et te voici humanité on croit souvent que le but percey priest lakesur les tendresses ô mes envols leonardo rosa  “ne pas si elle est belle ? je   est-ce que madame porte à dernier vers aoi    tu sais f les rêves de  je signerai mon paysage de ta tombe  et pour jacqueline moretti,   adagio   je lancinant ô lancinant a l’aube des apaches, si, il y a longtemps, les six de l’espace urbain, Ç’avait été la       &agrav à cri et à pour nicolas lavarenne ma les avenues de ce pays preambule – ut pictura       m̵ a supposer quece monde tienne les doigts d’ombre de neige l’heure de la la brume. nuages mesdames, messieurs, veuillez   non, björg, reflets et echosla salle viallat © le château de       un premier essai c’est si j’étais un clers est li jurz et li rossignolet tu la dernier vers aoi v.- les amicales aventures du       entre spectacle de josué dit temps de pierres dans la     au couchant cher bernard       descen a grant dulur tendrai puis se reprendre. creuser son poussées par les vagues et  riche de mes f j’ai voulu me pencher       je       voyage       dans mon travail est une la réserve des bribes grande lune pourpre dont les l’erbe del camp, ki monde imaginal, pour martine i.- avaler l’art par c’était une bal kanique c’est pure forme, belle muette, archipel shopping, la je ne peins pas avec quoi, merci à la toile de   né le 7 il tente de déchiffrer, nous avons affaire à de lorsque martine orsoni après la lecture de       m&eacu tous feux éteints. des j’écoute vos l’une des dernières       dans pour maguy giraud et heureuse ruine, pensait pour le prochain basilic, (la j’ai donc  l’exposition  tout est prêt en moi pour       pav&ea il n’était qu’un s’ouvre la nous avancions en bas de préparation des madame aux rumeurs pour lee       sous buttati ! guarda&nbs     extraire nice, le 18 novembre 2004 la terre a souvent tremblé       ce tout le problème et encore  dits depuis ce jour, le site références : xavier       le f les marques de la mort sur le coquillage contre madame a des odeurs sauvages il avait accepté et que vous dire des ajout de fichiers sons dans ce qui fait tableau : ce  née à antoine simon 23 torna a sorrento ulisse torna j’ai changé le dire que le livre est une le proche et le lointain dans l’innocence des il aurait voulu être c’est seulement au les cuivres de la symphonie titrer "claude viallat, régine robin, gardien de phare à vie, au présentation du       que descendre à pigalle, se « voici    seule au les amants se       dans elle disposait d’une dernier vers aoi   saluer d’abord les plus r.m.a toi le don des cris qui         or  monde rassemblé a la libération, les c’est la peur qui fait a claude b.   comme antoine simon 13 ce qui aide à pénétrer le       en   le texte suivant a onzième ce pays que je dis est ce va et vient entre napolì napolì de tantes herbes el pre me li emperere s’est raphaël ce paysage que tu contemplais toutes sortes de papiers, sur  avec « a la en cet anniversaire, ce qui carissimo ulisse,torna a       pass&e tes chaussures au bas de il ne s’agit pas de morz est rollant, deus en ad face aux bronzes de miodrag religion de josué il dernier vers aoi       dans       fleure dentelle : il avait   3   

les     nous  le livre, avec avant propos la peinture est       midi deux nouveauté, madame est une       alla voudrais je vous       m̵       retour       un sur l’erbe verte si est antoine simon 2 on dit qu’agathe       &n dans ce périlleux       dans et si au premier jour il à propos des grands cinquième citationne   on n’est seul dans la rue je ris la et la peur, présente frères et et…  dits de       en ceste tere ad estet ja un jour, vous m’avez macles et roulis photo 4 la galerie chave qui pour michèle a propos d’une  “... parler une       &n dernier vers aoi   ces sec erv vre ile cet article est paru autre citation"voui nous savons tous, ici, que art jonction semble enfin je suis  dernières mises tout en vérifiant     après   nous sommes "le renard connaît       "    en les routes de ce pays sont et c’était dans deuxième apparition  au travers de toi je       sur apaches : quand les mots       cette nu(e), comme son nom l’appel tonitruant du de mes deux mains       aux   pour olivier elle réalise des  la toile couvre les j’ai travaillé       l̵   la baie des anges   en grec, morías la bouche pure souffrance suite du blasphème de des quatre archanges que 0 false 21 18 "ces deux là se l’impossible siglent a fort e nagent e toulon, samedi 9 démodocos... Ça a bien un carmelo arden quin est une sixième madame des forêts de (josué avait     les provisions     à Éléments - rimbaud a donc il existe deux saints portant  pour jean le clquez sur ma voix n’est plus que genre des motsmauvais genre  un livre écrit pour michèle gazier 1 antoine simon 17  zones gardées de jusqu’à il y a quelques textes violette cachéeton     " marcel alocco a montagnesde       sur   iv    vers merci à marc alpozzo       sur « amis rollant, de antoine simon 30 pour angelo       " on a cru à 1 au retour au moment       les     depuis le lent tricotage du paysage voile de nuità la pluies et bruines,       sur pour jacky coville guetteurs sixième sur la toile de renoir, les la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES DANS LE NID DE L’AIGLE > VOLUME 5
<- CLIV | CLVI ->
CLV

Première publication : 17 décembre 2008

Clefs : Josué , Dieu , citations , langue


C’est le grand débat. Il se rappelait ces paroles de Dieu du temps où Dieu parlait sans cesse. Dieu disait : "Il aurait fallu, Josué, que tu sois là au cœur des faits, de l’action, de l’événement ; tu aurais pu citer tes pieds comme témoins : ils t’auraient informé sur l’état et la densité du sol ; tes poumons et ta peau t’auraient dit la qualité et les mouvements de l’air ; tes narines auraient chargé de saveurs ta mémoire ; tes oreilles t’auraient rapporté les rumeurs et le bruit des armes, les prières et les chants." - C’est tout mettre toujours en débat sans cesse pour que jamais ne cesse le débat.- "Il aurait fallu que tu voies, de tes yeux voies, toutes choses pour en parler en témoin sûr et véritable. Ton corps t’aurait dit le monde, et les récits du monde auraient donné à ta langue la vérité du monde. Qui ne sait pas ces choses n’entend rien à cette histoire." - C’est le grand débat, le grand jeu de la parole sur la parole retournant pour que la parole jamais ne cesse et vive toujours. Et Josué se rappelait qu’il avait répondu : "Tu as beau jeu vraiment de parler ainsi... Tu es censé tout voir, tout savoir, partout et en tous temps être présent sur tout, avoir pouvoir, sonder les reins, sonder les coeurs, source et fin de tout, omniscient et omniparlant... On dit Alpha et Omega, n’est-ce pas ?" - C’est la multiplication des points de vue, le sautillement de la pensée de l’un à l’autre pour que sautille la parole, qu’elle étincelle, que sans cesse d’elle-même sur la parole se ressourçant, sans cesse elle se renouvelle : parole toujours sur la parole en débat - "Ce n’est pas le monde et mon corps qui enseignent ma langue. C’est ma langue qui donne forme au monde, et à mon corps qui y est plongé moyen de m’y repérer ; et je ne dis rien du monde et des événements du monde : je jette sur le monde des filets de mots et ce ne sont pas mes mots." - C’est le grand feu de la parole pétillant en escarboucles, braises de mots étourdissants dans les mots s’étourdissant ; et que souffle le vent, l’air impulsé embrase les braises, corps en mouvement langue agile. - "Le monde n’a pas de récit. C’est nous qui avons formé des récits croyant y apprivoiser le monde." - C’est Talmud le grand débat, astucieux rabbi d’audace au feu de la langue soumis, langue se lave, bouche, volcan, la lave enlace, braise de mots embrasse, brise les mots, audace, quand les mots volent quand braise des mots, soif de parole coulée en fleuves qu’enfle le feu. C’est le débat, la parole de la parole brûlant en cascades se fouillant. Qui n’entend pas ces choses ne comprend rien à cette histoire.

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette