BRIBES EN LIGNE
attendre. mot terrible. dernier vers aoi g. duchêne, écriture le quand les mots toute trace fait sens. que « h&eacu s’égarer on « e ! malvais et  riche de mes preambule – ut pictura ce qui fait tableau : ce non, björg,       le il en est des noms comme du l’éclair me dure, que d’heures       ce     chant de lorsqu’on connaît une       glouss de prime abord, il et combien dernier vers aoi f les feux m’ont quando me ne so itu pe  mise en ligne du texte  référencem voile de nuità la je découvre avant toi       au c’est parfois un pays et la peur, présente encore une citation“tu antoine simon 31       sur la deuxième édition du    nous  je signerai mon il existe au moins deux je ne saurais dire avec assez se placer sous le signe de le nécessaire non     chambre 0 false 21 18    en couleur qui ne masque pas       la       sur toulon, samedi 9 antoine simon 14       j̵ ajout de fichiers sons dans  “... parler une je suis occupé ces ce poème est tiré du iloec endreit remeint li os       quand (en regardant un dessin de ainsi alfred…       que le numéro exceptionnel de fontelucco, 6 juillet 2000     à li quens oger cuardise     sur la   un fragilité humaine. la littérature de il existe deux saints portant la galerie chave qui c’est un peu comme si, il ne reste plus que le voudrais je vous rimbaud a donc un titre : il infuse sa  martin miguel vient références : xavier       " même si       su dernier vers aoi       &agrav comme c’est   anatomie du m et       les le géographe sait tout le glacis de la mort       la dernier vers aoi       la rare moment de bonheur, et que vous dire des merle noir  pour rêves de josué, dans le monde de cette sors de mon territoire. fais abstraction voir figuration pour ma gardien de phare à vie, au pour julius baltazar 1 le       &agrav       ce     tout autour       ton toutes ces pages de nos     faisant la       le pas une année sans évoquer cet univers sans non... non... je vous assure, dernier vers aoi marie-hélène antoine simon 15 quand c’est le vent qui  ce qui importe pour     [1]  une errance de jouer sur tous les tableaux 1254 : naissance de dernier vers aoi toutes sortes de papiers, sur il y a dans ce pays des voies on cheval bien sûr, il y eut josué avait un rythme le lent déferlement edmond, sa grande il faut aller voir     m2 &nbs  au mois de mars, 1166 la question du récit quelque temps plus tard, de   ces notes       sur il y a des objets qui ont la       sur   adagio   je  “s’ouvre le 2 juillet accorde ton désir à ta mille fardeaux, mille (vois-tu, sancho, je suis       jonath vertige. une distance pas sur coussin d’air mais dessiner les choses banales ki mult est las, il se dort       sur écrirecomme on se dans le patriote du 16 mars (de)lecta lucta         neige etait-ce le souvenir je m’étonne toujours de la       &n   la production cliquetis obscène des assise par accroc au bord de m1       d’ eurydice ou bien de la vie humble chez les suite de là, c’est le sable et il n’est pire enfer que le samedi 26 mars, à 15       la pie pure forme, belle muette, j’ai longtemps avant propos la peinture est       (   jn 2,1-12 : dans ce périlleux les petites fleurs des la chaude caresse de  marcel migozzi vient de attention beau pour jacky coville guetteurs   entrons (josué avait lentement ne pas négocier ne raphaël fin première dans la caverne primordiale voici des œuvres qui, le a claude b.   comme 5) triptyque marocain comme une suite de       au dernier vers aoi préparation des r.m.a toi le don des cris qui       ma la liberté de l’être quelque chose       fourr&       sous certains soirs, quand je le 28 novembre, mise en ligne pour jacqueline moretti, n’ayant pas toi, mésange à       object pour m.b. quand je me heurte   maille 1 :que       (     oued coulant       pass&e       je me   je n’ai jamais sequence 6   le f j’ai voulu me pencher il en est des meurtrières.  monde rassemblé Éléments - antoine simon 22 moisissures mousses lichens cinquième essai tout dans les horizons de boue, de générations intendo... intendo ! nous serons toujours ces dernier vers aoi       la de la dans ce pays ma mère le geste de l’ancienne,   pour théa et ses madame a des odeurs sauvages passet li jurz, la noit est et ma foi, le galop du poème me agnus dei qui tollis peccata sixième       dans les lettres ou les chiffres pour michèle gazier 1 aux barrières des octrois   né le 7 outre la poursuite de la mise quelques autres l’une des dernières     après sculpter l’air : si grant dol ai que ne pas de pluie pour venir paien sunt morz, alquant la réserve des bribes la mort, l’ultime port, encore la couleur, mais cette Ç’avait été la je n’hésiterai au labyrinthe des pleursils     pourquoi dernier vers aoi       aujour pour mon épouse nicole passet li jurz, si turnet a il tente de déchiffrer, un verre de vin pour tacher       aux   encore une   je ne comprends plus on croit souvent que le but il y a tant de saints sur     " i en voyant la masse aux se reprendre. creuser son equitable un besoin sonnerait je me souviens de à la bonne pour gilbert la musique est le parfum de de l’autre je t’enfourche ma quatrième essai de sous la pression des       grimpa jamais si entêtanteeurydice       o mon cher pétrarque, descendre à pigalle, se       dans     depuis  de la trajectoire de ce présentation du temps de pierres dans la "nice, nouvel éloge de la très saintes litanies     sur la pente f les rêves de 0 false 21 18 "l’art est-il ses mains aussi étaient       six nice, le 30 juin 2000 10 vers la laisse ccxxxii   pour le prochain       la le temps passe dans la deuxième approche de 13) polynésie 1.- les rêves de  les œuvres de coupé le sonà    seule au macles et roulis photo 3 mult est vassal carles de rêve, cauchemar, au programme des actions       dans       un les plus terribles et si tu dois apprendre à douce est la terre aux yeux       fleure  pour jean le rita est trois fois humble. mes pensées restent pour martine, coline et laure  pour de sept (forces cachées qui ce qui importe pour un temps hors du des voiles de longs cheveux "le renard connaît       marche clere est la noit e la siglent a fort e nagent e “le pinceau glisse sur    au balcon elle disposait d’une la cité de la musique pour egidio fiorin des mots   tout est toujours en temps où le sang se     le allons fouiller ce triangle dernier vers aoi tout est prêt en moi pour le recueil de textes dans l’innocence des juste un 1. il se trouve que je suis   1) cette premier essai c’est je rêve aux gorges       m̵    de femme liseuse karles se dort cum hume v.- les amicales aventures du je déambule et suis tandis que dans la grande “dans le dessin libre de lever la tête très malheureux... cet article est paru à propos des grands souvent je ne sais rien de       va carissimo ulisse,torna a pour philippe  il y a le inoubliables, les madame chrysalide fileuse d’un côté "je me tais. pour taire. madame dans l’ombre des si j’avais de son       m&eacu mieux valait découper       sur le "mais qui lit encore le torna a sorrento ulisse torna macles et roulis photo (dans mon ventre pousse une     extraire f le feu s’est pour andré ce qu’un paysage peut Être tout entier la flamme     nous errer est notre lot, madame,  la toile couvre les viallat © le château de art jonction semble enfin       qui les étourneaux ! à sylvie       les « 8° de a ma mère, femme parmi dernier vers aoi   temps où les coeurs la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES DANS LE NID DE L’AIGLE > VOLUME 5
<- CLIV | CLVI ->
CLV

Première publication : 17 décembre 2008

Clefs : Josué , Dieu , citations , langue


C’est le grand débat. Il se rappelait ces paroles de Dieu du temps où Dieu parlait sans cesse. Dieu disait : "Il aurait fallu, Josué, que tu sois là au cœur des faits, de l’action, de l’événement ; tu aurais pu citer tes pieds comme témoins : ils t’auraient informé sur l’état et la densité du sol ; tes poumons et ta peau t’auraient dit la qualité et les mouvements de l’air ; tes narines auraient chargé de saveurs ta mémoire ; tes oreilles t’auraient rapporté les rumeurs et le bruit des armes, les prières et les chants." - C’est tout mettre toujours en débat sans cesse pour que jamais ne cesse le débat.- "Il aurait fallu que tu voies, de tes yeux voies, toutes choses pour en parler en témoin sûr et véritable. Ton corps t’aurait dit le monde, et les récits du monde auraient donné à ta langue la vérité du monde. Qui ne sait pas ces choses n’entend rien à cette histoire." - C’est le grand débat, le grand jeu de la parole sur la parole retournant pour que la parole jamais ne cesse et vive toujours. Et Josué se rappelait qu’il avait répondu : "Tu as beau jeu vraiment de parler ainsi... Tu es censé tout voir, tout savoir, partout et en tous temps être présent sur tout, avoir pouvoir, sonder les reins, sonder les coeurs, source et fin de tout, omniscient et omniparlant... On dit Alpha et Omega, n’est-ce pas ?" - C’est la multiplication des points de vue, le sautillement de la pensée de l’un à l’autre pour que sautille la parole, qu’elle étincelle, que sans cesse d’elle-même sur la parole se ressourçant, sans cesse elle se renouvelle : parole toujours sur la parole en débat - "Ce n’est pas le monde et mon corps qui enseignent ma langue. C’est ma langue qui donne forme au monde, et à mon corps qui y est plongé moyen de m’y repérer ; et je ne dis rien du monde et des événements du monde : je jette sur le monde des filets de mots et ce ne sont pas mes mots." - C’est le grand feu de la parole pétillant en escarboucles, braises de mots étourdissants dans les mots s’étourdissant ; et que souffle le vent, l’air impulsé embrase les braises, corps en mouvement langue agile. - "Le monde n’a pas de récit. C’est nous qui avons formé des récits croyant y apprivoiser le monde." - C’est Talmud le grand débat, astucieux rabbi d’audace au feu de la langue soumis, langue se lave, bouche, volcan, la lave enlace, braise de mots embrasse, brise les mots, audace, quand les mots volent quand braise des mots, soif de parole coulée en fleuves qu’enfle le feu. C’est le débat, la parole de la parole brûlant en cascades se fouillant. Qui n’entend pas ces choses ne comprend rien à cette histoire.

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette