BRIBES EN LIGNE
      aux c’était une seins isabelle boizard 2005       l̵ grande lune pourpre dont les inoubliables, les il souffle sur les collines granz fut li colps, li dux en       il arbre épanoui au ciel  tu vois im font chier genre des motsmauvais genre       au       &agrav clers est li jurz et li pour pierre theunissen la dernier vers aoi       la antoine simon 14   entrons “dans le dessin   le texte suivant a ce qu’un paysage peut je suis et si au premier jour il seul dans la rue je ris la la force du corps, r.m.a toi le don des cris qui j’ai perdu mon pour mireille et philippe il n’était qu’un thème principal : violette cachéeton "le renard connaît m1             neige       sur       &ccedi la rencontre d’une     du faucon depuis ce jour, le site les étourneaux !    au balcon       cette     dans la ruela       un de la quel étonnant du fond des cours et des       object j’aime chez pierre il y a dans ce pays des voies en 1958 ben ouvre à       é   saint paul trois       je me "ces deux là se ...et poème pour voudrais je vous le 26 août 1887, depuis dentelle : il avait à bernadette il avait accepté ajout de fichiers sons dans pour andré       au       dans     [1]    je ne comprends plus    de femme liseuse jamais si entêtanteeurydice quand c’est le vent qui juste un des quatre archanges que "l’art est-il   tout est toujours en reflets et echosla salle l’attente, le fruit dans l’innocence des le géographe sait tout voici des œuvres qui, le quelques textes 1- c’est dans       la derniers vers sun destre       ( et c’était dans       &n c’est pour moi le premier madame est toute       les errer est notre lot, madame, exode, 16, 1-5 toute       dans la réserve des bribes les plus vieilles  dans toutes les rues je déambule et suis "si elle est       les trois tentatives desesperees   d’un coté, dont les secrets… à quoi "je me tais. pour taire. la terre a souvent tremblé polenta     chambre ce qui fascine chez dernier vers aoi       sous un homme dans la rue se prend je meurs de soif à     vers le soir la danse de et que vous dire des je rêve aux gorges pas de pluie pour venir je n’ai pas dit que le macles et roulis photo 1 et il parlait ainsi dans la là, c’est le sable et À l’occasion de beaucoup de merveilles   “le pinceau glisse sur libre de lever la tête cet article est paru       vaches ainsi fut pétrarque dans antoine simon 24 difficile alliage de quatrième essai de l’heure de la il ne s’agit pas de grant est la plaigne e large       deux "ah ! mon doux pays, toute une faune timide veille   on n’est lorsqu’on connaît une     nous ce texte m’a été j’ai donné, au mois toutefois je m’estimais ce paysage que tu contemplais       alla les durand : une la liberté s’imprime à il est le jongleur de lui cher bernard tandis que dans la grande on peut croire que martine   iv    vers       l̵ livre grand format en trois quelque chose le temps passe dans la quand les mots travail de tissage, dans cet univers sans un temps hors du pour jean marie       fourr&       ma    nous et tout avait a toi le don des cris qui zacinto dove giacque il mio il tente de déchiffrer, pour andrée générations vue à la villa tamaris marché ou souk ou       crabe- À peine jetés dans le pour egidio fiorin des mots outre la poursuite de la mise je me souviens de et te voici humanité     cet arbre que ma voix n’est plus que       à tout à fleur d’eaula danse à propos des grands reprise du site avec la       grimpa j’ai changé le le numéro exceptionnel de       fleur j’ai donc a grant dulur tendrai puis certains prétendent "nice, nouvel éloge de la  improbable visage pendu dernier vers aoi deux ajouts ces derniers dernier vers aoi   ma chair n’est pour yves et pierre poher et encore la couleur, mais cette dernier vers aoi en introduction à À la loupe, il observa elle réalise des antoine simon 33 sa langue se cabre devant le j’arrivais dans les  ce qui importe pour soudain un blanc fauche le mais jamais on ne  epître aux des voix percent, racontent pluies et bruines,       les il ne reste plus que le   encore une      & j’écoute vos dernier vers aoi antoine simon 3       sabots       la la liberté de l’être       jardin on trouvera la video josué avait un rythme       le temps de cendre de deuil de j’ai en réserve       &eacut autre citation"voui pour lee ce jour là, je pouvais Être tout entier la flamme gardien de phare à vie, au f toutes mes dans le train premier       & me dans la caverne primordiale   l’oeuvre vit son       allong même si dernier vers aoi art jonction semble enfin ici, les choses les plus l’impression la plus je reviens sur des ses mains aussi étaient face aux bronzes de miodrag   marcel dans un coin de nice,       magnol la légende fleurie est bribes en ligne a faisant dialoguer sous la pression des aux george(s) (s est la       droite fin première 1254 : naissance de       deux de soie les draps, de soie autre citation       sur 1257 cleimet sa culpe, si       une 1-nous sommes dehors. mon travail est une antoine simon 21 iv.- du livre d’artiste       " pas une année sans évoquer le pendu quatrième essai de nécrologie  les éditions de onzième journée de ce qui importe pour carissimo ulisse,torna a temps où les coeurs madame est la reine des cyclades, iii° tes chaussures au bas de       avant assise par accroc au bord de 5) triptyque marocain nous avons affaire à de il en est des noms comme du avant propos la peinture est "tu sais ce que c’est se placer sous le signe de       soleil f les feux m’ont       la est-ce parce que, petit, on   je n’ai jamais  on peut passer une vie très malheureux... dernier vers aoi madame des forêts de au lecteur voici le premier d’abord l’échange des       force  “... parler une   six formes de la couleur qui ne masque pas tu le saiset je le vois sors de mon territoire. fais     à des quatre archanges que alocco en patchworck © nous serons toujours ces       retour       je envoi du bulletin de bribes merci à marc alpozzo chaises, tables, verres, le grand combat : l’existence n’est       la quai des chargeurs de le "patriote", quatre si la mer s’est  un livre écrit la question du récit passet li jurz, la noit est       banlie raphaël       je f le feu s’est paroles de chamantu 1) la plupart de ces     l’é on dit qu’agathe torna a sorrento ulisse torna dernier vers aoi dernier vers s’il       pass&e les amants se quand vous serez tout     longtemps sur       " vous êtes immense est le théâtre et 0 false 21 18 eurydice toujours nue à madame, c’est notre       au morz est rollant, deus en ad  pour jean le les plus terribles antoine simon 6 toute trace fait sens. que c’est une sorte de j’oublie souvent et giovanni rubino dit mise en ligne d’un a christiane le coeur du       nuage (de)lecta lucta   paien sunt morz, alquant la bouche pure souffrance la prédication faite       bonheu l’ami michel dans les carnets     "     après       bonhe j’ai ajouté carmelo arden quin est une madame porte à       ruelle  “ce travail qui li emperere s’est  pour de       quand au commencement était       dans allons fouiller ce triangle villa arson, nice, du 17 les enseignants :  ce mois ci : sub       un la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES DANS LE NID DE L’AIGLE > VOLUME 5
<- CLIV | CLVI ->
CLV

Première publication : 17 décembre 2008

Clefs : Josué , Dieu , citations , langue


C’est le grand débat. Il se rappelait ces paroles de Dieu du temps où Dieu parlait sans cesse. Dieu disait : "Il aurait fallu, Josué, que tu sois là au cœur des faits, de l’action, de l’événement ; tu aurais pu citer tes pieds comme témoins : ils t’auraient informé sur l’état et la densité du sol ; tes poumons et ta peau t’auraient dit la qualité et les mouvements de l’air ; tes narines auraient chargé de saveurs ta mémoire ; tes oreilles t’auraient rapporté les rumeurs et le bruit des armes, les prières et les chants." - C’est tout mettre toujours en débat sans cesse pour que jamais ne cesse le débat.- "Il aurait fallu que tu voies, de tes yeux voies, toutes choses pour en parler en témoin sûr et véritable. Ton corps t’aurait dit le monde, et les récits du monde auraient donné à ta langue la vérité du monde. Qui ne sait pas ces choses n’entend rien à cette histoire." - C’est le grand débat, le grand jeu de la parole sur la parole retournant pour que la parole jamais ne cesse et vive toujours. Et Josué se rappelait qu’il avait répondu : "Tu as beau jeu vraiment de parler ainsi... Tu es censé tout voir, tout savoir, partout et en tous temps être présent sur tout, avoir pouvoir, sonder les reins, sonder les coeurs, source et fin de tout, omniscient et omniparlant... On dit Alpha et Omega, n’est-ce pas ?" - C’est la multiplication des points de vue, le sautillement de la pensée de l’un à l’autre pour que sautille la parole, qu’elle étincelle, que sans cesse d’elle-même sur la parole se ressourçant, sans cesse elle se renouvelle : parole toujours sur la parole en débat - "Ce n’est pas le monde et mon corps qui enseignent ma langue. C’est ma langue qui donne forme au monde, et à mon corps qui y est plongé moyen de m’y repérer ; et je ne dis rien du monde et des événements du monde : je jette sur le monde des filets de mots et ce ne sont pas mes mots." - C’est le grand feu de la parole pétillant en escarboucles, braises de mots étourdissants dans les mots s’étourdissant ; et que souffle le vent, l’air impulsé embrase les braises, corps en mouvement langue agile. - "Le monde n’a pas de récit. C’est nous qui avons formé des récits croyant y apprivoiser le monde." - C’est Talmud le grand débat, astucieux rabbi d’audace au feu de la langue soumis, langue se lave, bouche, volcan, la lave enlace, braise de mots embrasse, brise les mots, audace, quand les mots volent quand braise des mots, soif de parole coulée en fleuves qu’enfle le feu. C’est le débat, la parole de la parole brûlant en cascades se fouillant. Qui n’entend pas ces choses ne comprend rien à cette histoire.

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette