BRIBES EN LIGNE
ajout de fichiers sons dans   voici donc la pas sur coussin d’air mais quand nous rejoignons, en hans freibach :       dans antoine simon 23 le 26 août 1887, depuis dernier vers aoi       é       object 13) polynésie je me souviens de à propos des grands chairs à vif paumes quatrième essai rares antoine simon 13 dans les carnets issent de mer, venent as guetter cette chose chaises, tables, verres, souvent je ne sais rien de sables mes parolesvous (la numérotation des folie de josuétout est les plus vieilles f les rêves de       sur le  c’était dernier vers aoi pour jean-marie simon et sa d’un côté quelque chose elle réalise des       la toutes sortes de papiers, sur des quatre archanges que intendo... intendo ! madame, vous débusquez    tu sais j’oublie souvent et diaphane est le mot (ou immense est le théâtre et autres litanies du saint nom rita est trois fois humble.       &n "mais qui lit encore le que reste-t-il de la et…  dits de 1257 cleimet sa culpe, si la mort d’un oiseau. et voici maintenant quelques       je au seuil de l’atelier pour lee       arauca pour anne slacik ecrire est nous lirons deux extraits de bien sûr, il y eut  monde rassemblé suite de il ne sait rien qui ne va vos estes proz e vostre encore une citation“tu     longtemps sur on dit qu’agathe pour raphaël il existe deux saints portant rm : d’accord sur l’art n’existe temps où le sang se cher bernard de la dire que le livre est une         or       b&acir et la peur, présente toujours les lettres : 0 false 21 18   la baie des anges ouverture d’une très saintes litanies         "       entre  il est des objets sur tout est possible pour qui       le c’est une sorte de l’attente, le fruit       le in the country le plus insupportable chez       une dans le pays dont je vous     son f les marques de la mort sur cinquième citationne       m&eacu ne pas négocier ne de pa(i)smeisuns en est venuz de profondes glaouis siglent a fort e nagent e toi, mésange à       rampan et te voici humanité       neige dernier vers aoi travail de tissage, dans       jonath granz est li calz, si se pluies et bruines,     &nbs     cet arbre que     les fleurs du pour michèle gazier 1) abu zayd me déplait. pas       sur la bouche pleine de bulles mieux valait découper et encore  dits encore la couleur, mais cette dans la caverne primordiale carmelo arden quin est une   marcel  pour de   (à pour mes enfants laure et il y a des objets qui ont la pour le prochain basilic, (la antoine simon 24 quand il voit s’ouvrir, face aux bronzes de miodrag il est le jongleur de lui sa langue se cabre devant le ecrire les couleurs du monde       le j’ai travaillé la fraîcheur et la       sur dernier vers aoi       &n la danse de       reine (dans mon ventre pousse une vous êtes le 2 juillet et ces un jour, vous m’avez dentelle : il avait   pour le prochain  née à le grand combat : quelques textes il existe au moins deux et ma foi, pour michèle aueret  jésus  il y a le       ce   si vous souhaitez     surgi pourquoi yves klein a-t-il comme une suite de arbre épanoui au ciel       nuage madame porte à quand c’est le vent qui dernier vers aoi (josué avait lentement       soleil certains prétendent a christiane (josué avait nous savons tous, ici, que dernier vers s’il pour ma la liberté s’imprime à l’heure de la       apparu ce va et vient entre a la fin il ne resta que viallat © le château de une il faut dire les bribes en ligne a "et bien, voilà..." dit non... non... je vous assure, deux nouveauté,       la à bernadette la fraîcheur et la       d&eacu la prédication faite       jardin neuf j’implore en vain dernier vers aoi de tantes herbes el pre les amants se de soie les draps, de soie bernadette griot vient de « voici jamais je n’aurais reprise du site avec la       apr&eg les lettres ou les chiffres     les provisions il arriva que       sur bribes en ligne a toute une faune timide veille       deux janvier 2002 .traverse "ces deux là se c’est ici, me la route de la soie, à pied, toutefois je m’estimais quand vous serez tout le 28 novembre, mise en ligne passet li jurz, si turnet a ensevelie de silence, on préparait on a cru à lorsqu’on connaît une il souffle sur les collines mille fardeaux, mille mult est vassal carles de religion de josué il gardien de phare à vie, au       le ecrire sur antoine simon 17       quinze je serai toujours attentif à le bulletin de "bribes  “ce travail qui pour gilbert   pour adèle et (de)lecta lucta   les dessins de martine orsoni passent .x. portes, et il parlait ainsi dans la de sorte que bientôt tendresses ô mes envols iloec endreit remeint li os les dernières (vois-tu, sancho, je suis   tout est toujours en "la musique, c’est le       l̵ si elle est belle ? je madame chrysalide fileuse pour mon épouse nicole la bouche pure souffrance les routes de ce pays sont       fleure       baie       ma ] heureux l’homme       apr&eg je n’hésiterai les doigts d’ombre de neige       va un jour nous avons       ( raphaËl les durand : une   adagio   je le travail de bernard   ces sec erv vre ile antoine simon 28       longte art jonction semble enfin titrer "claude viallat, la légende fleurie est le coquillage contre f toutes mes halt sunt li pui e mult halt abstraction voir figuration  mise en ligne du texte  epître aux pour andré du bibelot au babilencore une 1. il se trouve que je suis       avant du fond des cours et des noble folie de josué, la musique est le parfum de station 5 : comment je désire un quatrième essai de carcassonne, le 06 la mastication des il faut aller voir madame est une cet univers sans a l’aube des apaches, ce n’est pas aux choses au labyrinthe des pleursils effleurer le ciel du bout des       voyage rossignolet tu la si j’étais un epuisement de la salle, cet article est paru j’ai perdu mon     une abeille de        improbable visage pendu la gaucherie à vivre, première il y a dans ce pays des voies       et madame, on ne la voit jamais pour martine     tout autour quel étonnant merle noir  pour il n’est pire enfer que moi cocon moi momie fuseau juste un mot pour annoncer bal kanique c’est le coeur du     faisant la dans les horizons de boue, de  hier, 17       dans non, björg,   un ma voix n’est plus que antoine simon 5 histoire de signes . polenta   que signifie violette cachéeton f j’ai voulu me pencher       sur       montag il aurait voulu être de l’autre vous avez « amis rollant, de     le cygne sur au programme des actions tendresse du mondesi peu de coupé le sonà comme un préliminaire la       la laure et pétrarque comme rimbaud a donc troisième essai f les feux m’ont    nous bel équilibre et sa le galop du poème me la liberté de l’être pour ma mémoire ne peut me avant propos la peinture est tant pis pour eux. dans l’effilé de     pluie du torna a sorrento ulisse torna et si tu dois apprendre à   le 10 décembre je ne saurais dire avec assez « h&eacu l’impression la plus napolì napolì       les toulon, samedi 9 ils avaient si longtemps, si je n’ai pas dit que le sixième aucun hasard si se   on n’est    de femme liseuse pure forme, belle muette, leonardo rosa   nous sommes "ah ! mon doux pays, madame est une torche. elle on cheval décembre 2001.       fourmi a claude b.   comme  au travers de toi je dernier vers aoi ce pays que je dis est le géographe sait tout       pour dans ma gorge dans un coin de nice, 7) porte-fenêtre autre citation"voui       dans       &n la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES DANS LE NID DE L’AIGLE > VOLUME 5
<- CLIX | CLXI ->
CLX

Première publication : 17 décembre 2008

Clefs : citations , Dieu , Josué


Tout en travaillant sur les bavardages, caquetages de la salle, les reprenant, déchirant, répercutant, tordant, Josué revivait l’effet de décollement de soi que provoquait en lui le travail de combinatoire et de dislocation des textes. En entendant ces éclatements, il connaissait à nouveau cette impression d’absolue présence du texte et des corps et d’irréalité, comme, au fond, le goût du péché : l’impression de se libérer sans trêve d’un pesant et –enfin- inadmissible interdit et de le sentir pourtant encore sans trêve comme interdit… « Toute libération a-t-elle ce goût de souffrance ou de soufre et cet arrière goût de dérision ?” “Allons, allons, Josué, prends donc les choses calmement. Ne le laisse aller ni à l’angoisse, ni à la colère, ni à aucune de ces sautes d’humeur : tu sais bien qu’elles n’ont aucun effet, qu’elles t’exténuent, et te laissent sur le cœur le goût amer de l’inutile et de la vanité, qu’elles reviendront le plus souvent sous la forme du regret dans tes souvenirs... Je t’ai dit si souvent d’apprendre la sérénité, l’égalité des sentiments, la joie tranquille des apaisements. Pose-toi, chose du monde, parmi les choses du monde, confiant, sous mon omnipotent regard.” – “Tu parles d’or, vraiment, songeait Josué, sans rien répondre.” Je suis cette articulation particulière et inattendue, de matières premières et de langue, constitué par une altérité minérale, métallique et linguistique. En quoi je suis frère de mes frères comme moi constitués, et fils, comme eux, de ces matières qui, toujours les mêmes depuis le Cambrien, ont constitué le premier océan, la première soupe. Ce qui me constitue est de même nature que ce qui pousse les montagnes et agite les ouragans. C’est la pensée de toi qui me tient et me porte et hors de moi me tire et hors de toi et de nous , le souvenir de nos rencontres les repas pris en commun. Et que ce ne soit ni mots ni chant d’amour mais le chant des anges de Dieu et si ce ne doit être qu’amour qu’il soit en lui-même densément retourné aux dimensions d’un neutron réduit de lui même infiniment alourdi de ce silence bâti né à l’extrême fin d’une séquence d’implosion d’espace hors de lui en même temps espace tant déployé dans l’espace qu’il en demeurera le grondement éblouissant et grave jusqu’à la dernière goutte de temps au fond des viscères, boyaux et cloaques comme dans la vacuum vibrant que notre ignorance installe entre les galaxies. J’implore en vain le retour de l’illusion des lendemains ici c’est l’heure trop inquiète le chemin aux mille détours la filature des insectes l’espace ouvert au fond des puits AOI

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette