BRIBES EN LIGNE
l’art c’est la comme ce mur blanc il faut aller voir chercher une sorte de nouvelles mises en     m2 &nbs voici des œuvres qui, le pour michèle aueret à propos des grands l’homme est macles et roulis photo 1       le violette cachéeton 1 la confusion des   pour adèle et       l̵ d’un côté  tu vois im font chier pour jacky coville guetteurs pour gilbert dernier vers aoi       b&acir maintenant il connaît le     rien       et tu à la mémoire de d’un bout à poussées par les vagues approche d’une sables mes parolesvous pour andrée a christiane les routes de ce pays sont       montag       s̵ tous ces charlatans qui mult est vassal carles de dernier vers aoi le travail de bernard les durand : une dernier vers aoi le geste de l’ancienne, d’abord l’échange des       chaque       dans       st madame aux rumeurs la fonction, buttati ! guarda&nbs quand nous rejoignons, en chaque automne les chaises, tables, verres, pour andré villa arson, nice, du 17 difficile alliage de troisième essai     l’é ecrire sur eurydice toujours nue à accoucher baragouiner 1) la plupart de ces pure forme, belle muette, tendresses ô mes envols À la loupe, il observa le temps passe si vite, clers est li jurz et li pour michèle gazier 1) pour philippe il n’est pire enfer que temps de bitume en fusion sur       le  mise en ligne du texte au matin du zacinto dove giacque il mio il existe au moins deux carcassonne, le 06 dernier vers aoi station 7 : as-tu vu judas se epuisement de la salle, pour frédéric il en est des noms comme du en introduction à première       m̵ "ah ! mon doux pays, dans les rêves de la toi, mésange à giovanni rubino dit je découvre avant toi pour m.b. quand je me heurte       bonheu antoine simon 12 c’est seulement au je dors d’un sommeil de la cité de la musique       le janvier 2002 .traverse     cet arbre que       " quelques autres fin première       un tout est prêt en moi pour       grimpa dix l’espace ouvert au ço dist li reis : prenez vos casseroles et pour egidio fiorin des mots  avec « a la « h&eacu je suis au lecteur voici le premier       il toulon, samedi 9       sur       l̵ dans un coin de nice, il y a tant de saints sur 0 false 21 18       juin    au balcon tes chaussures au bas de À max charvolen et   je n’ai jamais 13) polynésie       longte certains prétendent cinquième citationne     &nbs je suis occupé ces ce qu’un paysage peut exode, 16, 1-5 toute carmelo arden quin est une un nouvel espace est ouvert attendre. mot terrible.       les   on n’est dernier vers aoi i mes doigts se sont ouverts ainsi va le travail de qui  “ce travail qui       la dernier vers aoi dans le respect du cahier des comme une suite de ce jour-là il lui ainsi fut pétrarque dans antoine simon 11 nice, le 8 octobre     &nbs       qui       sur       le     double dernier vers aoi       allong lancinant ô lancinant tout en travaillant sur les le 23 février 1988, il ma voix n’est plus que deuxième apparition de il existe deux saints portant (ô fleur de courge...  les œuvres de « voici le grand combat : pour martine       dans   ciel !!!! du bibelot au babilencore une douze (se fait terre se après la lecture de madame chrysalide fileuse troisième essai et    courant l’erbe del camp, ki j’ai donc dernier vers aoi je me souviens de i en voyant la masse aux       &eacut cet article est paru dans le       sous       " pour maxime godard 1 haute couleur qui ne masque pas des conserves !       va  jésus       dans 1. il se trouve que je suis il y a des objets qui ont la    7 artistes et 1 ecrire les couleurs du monde le soleil n’est pas       pav&ea le lent tricotage du paysage le plus insupportable chez ….omme virginia par la 1254 : naissance de pour michèle gazier 1 "nice, nouvel éloge de la mise en ligne dernier vers que mort …presque vingt ans plus ici. les oiseaux y ont fait sixième  la toile couvre les   je ne comprends plus références : xavier       grappe ce jour là, je pouvais les avenues de ce pays il semble possible autre petite voix       arauca journée de madame est une torche. elle tout est possible pour qui       aujour       le  pour le dernier jour frères et le tissu d’acier pour mon épouse nicole il ne s’agit pas de  dans toutes les rues al matin, quant primes pert       quinze 1 au retour au moment de pareïs li seit la a la femme au les plus terribles décembre 2001.   six formes de la       longte       dans ce 28 février 2002. « 8° de Éléments - antoine simon 24 le "patriote", l’ami michel il n’y a pas de plus charogne sur le seuilce qui des quatre archanges que allons fouiller ce triangle attendre. mot terrible. montagnesde j’aime chez pierre soudain un blanc fauche le voile de nuità la petit matin frais. je te la liberté s’imprime à pour martine, coline et laure le coeur du raphaËl nous serons toujours ces       alla cinq madame aux yeux       ce toutes ces pages de nos li quens oger cuardise carissimo ulisse,torna a je reviens sur des antoine simon 16     une abeille de temps où le sang se       sur le temps de cendre de deuil de j’arrivais dans les introibo ad altare       &agrav  le livre, avec il est le jongleur de lui (de)lecta lucta   a claude b.   comme "moi, esclave" a carissimo ulisse,torna a f le feu s’est sept (forces cachées qui     les fleurs du merci à marc alpozzo présentation du antoine simon 14   ces sec erv vre ile encore une citation“tu dans l’innocence des et combien dans ce pays ma mère comme un préliminaire la m1       la musique est le parfum de jamais je n’aurais si j’étais un apaches : douce est la terre aux yeux dernier vers aoi tout en vérifiant pour martin heureuse ruine, pensait       la f les feux m’ont   pour théa et ses mouans sartoux. traverse de le corps encaisse comme il et voici maintenant quelques etait-ce le souvenir rm : d’accord sur et il parlait ainsi dans la tandis que dans la grande       pass&e       soleil au programme des actions quatrième essai rares premier vers aoi dernier pour mes enfants laure et       que bien sûrla lu le choeur des femmes de macles et roulis photo 6     ton antoine simon 5 les textes mis en ligne neuf j’implore en vain et te voici humanité deuxième approche de iv.- du livre d’artiste c’est vrai       sur pour helmut       sur  il y a le       vaches mult ben i fierent franceis e l’évidence histoire de signes . alocco en patchworck ©       entre on a cru à         or       un       je  pour de le galop du poème me la fraîcheur et la       parfoi       " lorsqu’on connaît une       m&eacu la mort d’un oiseau.  dernier salut au quel ennui, mortel pour madame, on ne la voit jamais agnus dei qui tollis peccata    tu sais générations  “s’ouvre l’impression la plus j’ai changé le       fourmi descendre à pigalle, se  un livre écrit       &       nuage la brume. nuages    de femme liseuse livre grand format en trois bruno mendonça dans le pain brisé son pour anne slacik ecrire est en ceste tere ad estet ja bribes en ligne a la tentation du survol, à station 1 : judas je m’étonne toujours de la     un mois sans     sur la « e ! malvais l’attente, le fruit     après     [1]  nous avancions en bas de fragilité humaine.       tourne       la       fourr& les cuivres de la symphonie     pourquoi       fleure       reine arbre épanoui au ciel À peine jetés dans le pourquoi yves klein a-t-il suite du blasphème de assise par accroc au bord de suite de moi cocon moi momie fuseau la parol

Accueil > LES BRIBES > LES BRIBES DANS LE NID DE L’AIGLE > VOLUME 5
<- CLX | CLXII ->
CLXI

Première publication : 17 décembre 2008

Clefs : art , biographies


Si j’avais de son corps, à quelques lueurs près, une connaissance d’aveugle, elle était complète, intime, profonde, indéfiniment répétée avec cette lenteur qui laisse au désir le temps de s’épanouir longuement avant de s’assouvir, aux rêves de se développer bien au delà du cercle des corps, du cadre des lits et des chambres, des bruits et des odeurs des endroits où nous nous trouvions. Voici les deux choses qui le passionnèrent le plus tout le long de sa vie : herboriser et dessiner. Il avait toujours eu de la tendresse pour les végétaux. Surtout les petits. Tendresse… Profonde ? Eh bien… Il ne pouvait regarder sans une émotion bête et douce (vous diriez « émotion », vous ?) un myosotis. Minuscule, un myosotis. Et… “tendre” ? Ou une fleur de sureau (poussière colorée). Une campanule. Les ombelles foisonnantes. Le bleu fuyant de l’ellébore. Il regrettait de ne pas tout connaître de ce peuple lent, éphémère, sage et très chatoyant. Le dessin était du même ordre. Il aimait cette distante caresse sur les objets du monde qui semblait ne donner d’eux que le superficiel, à cela près que le crayon qui fait son trait sur la feuille trace en même temps en nous un solide sillon. Le dessin le fascinait d’autant plus qu’il était très maladroit dans ce domaine. Toute sa vie il pensa qu’il se serait plu à rester bien sagement là à croquer des insignifiances ! Et... Des murailles tombent. Effroi en voyant dégagé devant soi un espace jusqu’alors clos. Plaisir aussi de parcourir l’espace dégagé. Et effroi du plaisir. Et plaisir encore de l’effroi. Les murs rasés sont ne sont pas que ruines. Détruire. Plaisir et peur de détruire. Intrus à soi même. En dehors des murailles, nomades, errance. Statuettes. Espace ouvert au fond des puits le frémissement des pales statuettes l’horizon sans cesse en chute Sumer ou Cyclades ou déesse de Malte ses lunes vibrantes au sol ce qui fuit et qui renaît sous les cercles enchevêtrés. Statuette et cette émotion particulière quand on se trouve dans ce lieu de naissances quand ce qui est en train de naître, de prendre corps, c’est l’écriture. C’est l’histoire. Objets porteurs, portes, portées de l’histoire. Depuis le premier biface. La première trace visible-lisible. Nous devons apprendre à prendre leur charge sur nous. Emprunter leur passage. Interpréter leur partition. Guetteurs, veilleurs, éveilleurs d’histoire. À proprement parler, ils sont une archéologie du signe Je bois ivre dans l’or des rives Lève ses rêves Lève des rêves Bruit de l’eau casse c’est la vie passe et tremble Argent des ombres Reflets de lune Algues eau ciel qui tremble.

©Editions de l'Amourier, tous droits réservés

Réagir à ce texte

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette